forum du cercle maux d'auteurs Forum Index

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Mal de pierres

 
Post new topic   Reply to topic    forum du cercle maux d'auteurs Forum Index -> COIN CULTURE -> Littérature
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Silicate
Conjonction volubile

Offline

Joined: 18 Jul 2016
Posts: 2,742
Localisation: Hauts de France
Féminin

PostPosted: Sat 28 Sep - 22:52 (2019)    Post subject: Mal de pierres Reply with quote

Mal de pierres, de Milena Agus

Elle n’a pas de prénom. Si, bien sûr, elle en a un, mais on ne le saura pas. Elle est Sarde, très belle, d’aucuns la disent un peu dérangée. Tout du long de son histoire, elle ne sera désignée que par la place qu’elle occupe dans sa famille. Comme c'est la petite-fille qui raconte, le plus souvent, ce sera « Grand-mère ».

Personne, ou presque, n'a de prénom. Ce qui pourrait sembler ardu, à lire peut-être, à écrire certainement, ne l'est pas du tout. Les autres seront naturellement « sa mère, son mari, ses sœurs » ou « mon arrière-grand-mère, mon grand père, mes grands tantes », et plus tard, au fur et à mesure qu’on avance dans le récit, apparaîtra : « son fils » ou « papa ». Il faut bien qu’il y ait eu un fils, pour qu’il y ait une petite-fille qui parle de sa grand-mère.
Pourtant, pendant longtemps, il n’y a pas eu d’enfant, à cause de son mal de pierre. Et d’ailleurs, avant, et aussi pendant longtemps, il n’y a pas eu de mari non plus. Le premier chapitre brosse déjà tout un pan de l’histoire, et en laisse entendre tout un autre.

« Grand-mère connut le Rescapé à l’automne 1950. C’était la première fois qu’elle quittait Cagliari pour aller sur le Continent. Elle approchait des quarante ans sans enfants, car son « mali de is perdas », le mal de pierres, avait interrompu toutes ses grossesses. On l’avait donc envoyée en cure thermale, dans son manteau droit et ses bottines à lacets, munie de la valise avec laquelle son mari, fuyant les bombardements, était arrivé dans leur village. »
Fin du premier chapitre. Tout est en place.

C’est un roman prenant, délicat, aux personnages marquants. Comprend-on seulement qui est véritablement la grand-mère ? Quand elle était jeune, elle « relevait en chignon ses cheveux, toujours noirs et abondants […] et elle se rendait à l’église demander à Dieu pourquoi, pourquoi il poussait l’injustice jusqu’à lui refuser de connaître l’amour, qui est la chose la plus belle, la seule qui vaille la peine qu’on vive une vie […]. Alors si Dieu ne voulait pas lui révéler l’amour, Il n’avait qu’à la faire mourir d’une façon ou d’une autre. »

Elle épousera son mari sans amour. S’aimeront-ils ? Ils ne se parlent pas pourtant il y a comme une tendresse dans leur quotidien. Très vite on sait qu’ils resteront toujours des inconnus l’un pour l’autre. Il semble qu’elle en ait un regret.

Toute sa vie, elle attendra « la chose principale qui embellit tout ». Elle croit ne pas l’avoir et c’est l’explication qu’elle a pour la perte de ses enfants en cours de grossesse. « … que de toute façon elle n’aurait pas été une bonne mère parce qu’il lui manquait la chose principale, que ses enfants ne naissaient pas parce qu’il leur manquait la même chose et alors elle se repliait dans son monde de la lune. »
Et puis il y aura le Rescapé, rencontré sur le Continent (car lui aussi souffre du mal de pierres). Il lui laissera une marque indélébile. L’a-t-elle aimé ? Tout porte à le croire.

Son fils, le père de la narratrice, sera son seul enfant, miracle d’après sa cure. Il deviendra un grand pianiste, la fierté de ses parents, et ne vivra que pour sa musique. Enfant, il semblait coupé du monde et elle, sa mère, craignait parfois « d’avoir transmis à son fils cette espèce de folie qui éloigne l’amour » tant il est vrai que ce solitaire, en effet et au grand dam de ses parents, « la nuit du 21 juillet 1969, pendant qu’Armstrong alunissait, […] n’avait pas interrompu les variations sur un thème de Paganini en la mineur opus 35 de Brahms qu’il répétait pour son concert de fin d’année. »

La petite fille, elle, adorait sa grand-mère, dont elle garde un souvenir gai et rieur.
Tant de facettes différentes pour le même personnage…

C’est un récit sobre avec de la dureté, de la sensualité, du mystère, de la douceur. J’ai énormément aimé.

Et à la fin, dans le tout dernier chapitre (ça, c'est pour vous dire de ne pas feuilleter les dernières pages si vous tombez sur ce livre ! Mr. Green ) on s’aperçoit qu’on s'est merveilleusement fait avoir !
Back to top
Publicité






PostPosted: Sat 28 Sep - 22:52 (2019)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
danielle
Administrateur

Offline

Joined: 21 May 2010
Posts: 12,508
Localisation: St Etienne
Féminin Poissons (20fev-20mar)

PostPosted: Sun 29 Sep - 12:16 (2019)    Post subject: Mal de pierres Reply with quote

Je l'ai lu cet été et j'ai été bluffée ! Depuis je cherche d'autres Milena Agus.
_________________
Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites. J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Back to top
MamLéa
Administrateur

Online

Joined: 06 Sep 2014
Posts: 5,719
Localisation: Lorraine (54)
Féminin Bélier (21mar-19avr) 鼠 Rat

PostPosted: Sun 29 Sep - 16:56 (2019)    Post subject: Mal de pierres Reply with quote

Je note... Okay
_________________
“Il écrit si bien qu'il me donne envie de rendre ma plume à la première oie qui passe.”
Fred Allen
Back to top
Visit poster’s website
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    forum du cercle maux d'auteurs Forum Index -> COIN CULTURE -> Littérature All times are GMT + 2 Hours
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Create my own forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group