forum du cercle maux d'auteurs Forum Index

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Ni Pallas ni Moire

 
Post new topic   Reply to topic    forum du cercle maux d'auteurs Forum Index -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Critiques constructives Jeu 165
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Silicate
Conjonction volubile

Offline

Joined: 18 Jul 2016
Posts: 2,738
Localisation: Hauts de France
Féminin

PostPosted: Tue 12 Feb - 00:17 (2019)    Post subject: Ni Pallas ni Moire Reply with quote

Ni Pallas ni Moire

Elle déplia la feuille de papier, trois plis en largeur, trois plis en hauteur. Une lettre, manuscrite. Dans le carré central, un papier de soie également plié. Elle leva les yeux, émue, curieuse.
— Je lis d’abord ou j’ouvre ?
— Comme tu veux, dit-il en souriant.
Elle palpa le papier de soie, dont le contenu, tout de souplesse, ne se laissait pas deviner. Elle le posa sur la table et le caressa du bout des doigts tandis qu’elle commençait à lire.

« Ma tendre aimée, très chère compagne de ma vie, depuis longtemps je veux te remettre une marque tangible de mon bonheur d’être à tes côtés. Notre jeunesse est loin et je revois encore ce jour où tu offrais au soleil d’un après-midi d’été la lumière de ton visage. Tu riais à l’idée de devenir ma femme, dans ce jardin où je venais de te faire ma demande et tandis que nous tournions enlacés, tes longs cheveux s’enroulaient autour de nos cous et de nos visages. J’en ai recueilli trois avec dévotion, le soir même, accrochés à mes vêtements et les ai gardés depuis, en secret. »

Touchée, elle releva la tête vers le vieil homme qui lui faisait face. Elle l’avait aimé, oui, follement, avec l’élan de sa jeunesse, et il le lui avait bien rendu. Elle lui sourit et continua sa lecture.

« D’un blond cendré rare, ils faisaient ta fierté. Tu les brossais le soir lentement, longuement. Comme j’aimais caresser cette nappe soyeuse et souple épandue sur tes épaules. Parfois, tu me tendais la brosse, t’en souviens-tu ? Tu te confiais à mes mains et tu fermais les yeux en chantonnant. Là encore, des cheveux te quittaient, emmêlés dans les soies. Te l’avouerais-je ? Oui, j’en ai retenus quelques uns, parmi les plus longs et les plus brillants. »

Son regard se fit étonné. Elle s’attarda sur le visage à présent ridé de celui qui avait traversé avec elle les remous de l’existence. Des années plus tard, dans le calme retrouvé que leur offrait la vieillesse, elle aimait toujours se réveiller auprès de lui et se sentie emplie d’amour reconnaissant.

— Tu as conservé de mes cheveux ? Mais… pourquoi ?
— Continue, dit-il seulement.

« Comme tous les couples, nous avons connu de bons moment, et de moins bons, dont de précoces cheveux blancs n’ont pas attendu la survenance pour venir te contrarier. Comme tu l’as arraché, le premier, qui pourtant se voyait à peine ! D’autres ont suivi, un peu plus nombreux au fil du temps. Et pourtant, je t’assure, leur reflet de perle ne déparait pas la beauté de celle qui était à jamais dans mon cœur la plus belle émotion de ma vie, et l’est aujourd’hui encore, auréolée de neige. »

— Allons, ne me dis pas… mes cheveux blancs aussi ?
Il sourit pour toute réponse, lui enjoignant du regard de poursuivre.

« Je suis homme de patience, tu le sais, et il m’a fallu toutes ces années pour parfaire le présent que je t’offre ce jour. Je ne qualifierai pas de perdues les minutes et les heures grappillées en secret pour torsader entre eux ces fils d’or pâle et d’argent. Aucune Pallas, aucune Moire, n’a jamais eu en main matière aussi précieuse. »

Elle posa la lettre et déplia avec précaution le papier de soie au contenu impalpable. Apparut un carré de dentelle d’une incommensurable finesse. Les larmes lui brouillèrent la vue quand dans la résille des entrelacs, elle reconnut ses cheveux. Les blonds, les gris, les blancs. Tressés, noués, tissés, ils sublimaient le nuancier du temps dans leur dégradé de teintes claires.
Iridescente beauté de l’inutile et du temps qui passe. Inestimable.
Back to top
Publicité






PostPosted: Tue 12 Feb - 00:17 (2019)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
chuchoterie
Conjonction volubile

Offline

Joined: 26 Dec 2018
Posts: 231
Localisation: Grand Est
Féminin

PostPosted: Tue 12 Feb - 11:08 (2019)    Post subject: Ni Pallas ni Moire Reply with quote

J'ai beaucoup aimé ce texte pour son style. La première phrase m'a fait imaginer un univers où tout est délicat. Le vocabulaire ciselé jusqu'à la fin a bien répondu à cette promesse (avec quelques réserves détaillées plus bas). Je ne sais pas qui sont Pallas et Moire (sans doute du côté grecque ? des déesses ou des nymphes ?), mais ce n'est pas important de savoir, ça fait rêver.
Vers le milieu, certains passages m'ont moins plu. Les voici :
-- "Son regard se fit étonné. " : je tique sur cette formulation.
-- "se sentit emplie d’amour reconnaissant" : reconnaissant ? Pourquoi pas juste "se sentit emplie d’amour"
-- " Je suis homme de patience, tu le sais, et il m’a fallu toutes ces années pour parfaire le présent que je t’offre ce jour. Je ne qualifierai pas de perdues les minutes et les heures grappillées" : je trouve qu'on insiste trop sur la même idée du temps passé (patience, toutes ces années, parfaire, minutes, heures).
-- "Elle posa la lettre et déplia avec précaution le papier de soie au contenu impalpable". Est-ce que le "avec précaution" n'est pas redondant avec la belle trouvaille "contenu impalpable" :
-- incommensurable finesse : est-ce que le "incommensurable" est bien adapté (au niveau du sens c'est juste) ? Peut-être.
-- " Les larmes lui brouillèrent la vue" est un peu prosaïque compte tenu de la suite très poétique.

J'ai failli mettre ce texte en 2 à cause de ces quelques remarques. Quand le style est si beau et si poétique, on devient très, très exigeant Smile Smile Mais je l'ai quand même mis en tête : début parfait, fin magnifique. idée étonnante, thème bien traité.
Back to top
Silicate
Conjonction volubile

Offline

Joined: 18 Jul 2016
Posts: 2,738
Localisation: Hauts de France
Féminin

PostPosted: Tue 12 Feb - 11:37 (2019)    Post subject: Ni Pallas ni Moire Reply with quote

Juste pour te répondre sur Pallas et Moire, Chuchoterie (je reviendrai sur le reste plus tard) : effectivement, il faut aller chercher du côté de la mythologie grecque.

Pallas est Pallas Athéna (eh non, elle n'a pas seulement le casque de la victoire quand elle est Athéna Niké), fileuse chez les dieux et à qui a voulu se comparer Arachné, mortelle qui disait filer aussi bien, voire mieux, que la déesse. Ça ne lui a pas porté chance, à Arachné, Athéna n'est pas toujours de bonne humeur...
Les Moires sont peut-être plus connues sous leur nom latin de Parques : elles sont trois et filent, dévident et coupent le fil de la vie des humains.

J'ai pensé un moment citer Arachné et Pénélope, sans doute plus connues dans les travaux de fil, mais ce sont des mortelles. J'ai préféré renforcer le côté irréel de l'ouvrage en restant du côté des divinités.
Back to top
chuchoterie
Conjonction volubile

Offline

Joined: 26 Dec 2018
Posts: 231
Localisation: Grand Est
Féminin

PostPosted: Tue 12 Feb - 12:06 (2019)    Post subject: Ni Pallas ni Moire Reply with quote

C'était très bien Pallas et Moire. Je connais mal la mythologie grecque, mais ça plaît beaucoup à l'inculte que je suis ces noms magiques Smile
Back to top
Armorique
Administrateur

Offline

Joined: 05 Jun 2010
Posts: 4,812
Localisation: Dinan
Féminin

PostPosted: Tue 12 Feb - 16:53 (2019)    Post subject: Ni Pallas ni Moire Reply with quote

Je suis en accord avec le classement général puisque j'ai classé ce texte en deuxième position. Cette histoire est très jolie et pleine de poésie. Je ne suis pas non plus très forte en mythologie, mais cela ne m'a empêché d'apprécier cette jolie fable.
Comme tu l'as expliqué dans un autre post on peut séduire les lecteurs en les tirant vers le haut
_________________
On ne peut s’empêcher de vieillir mais on peut s’empêcher d’être vieux. Henri Matisse
Back to top
Pierre
Conjonction volubile

Offline

Joined: 05 Jun 2010
Posts: 680
Masculin

PostPosted: Tue 12 Feb - 19:35 (2019)    Post subject: Ni Pallas ni Moire Reply with quote

Dès ma première lecture j’ai été emballé ! Sans hésitations mon numéro 1 ! Déjà le titre a aiguisé mon appétit de lecture tant je le trouve mystérieux, intrigant ! Et j’ai découvert une très jolie manière d’aborder le thème. Le temps c’est de l’argent… Je n’y avais pas pensé. C’est subtil, élégant, tendre. Très beau texte. Pas de critique à formuler, original, bien écrit… Mon numéro quoi !
_________________
La vérité est dans les romans
http://pierremangin.eklablog.com/?logout
Back to top
Visit poster’s website
Alain Kotsov
Conjonction volubile

Offline

Joined: 25 Jan 2016
Posts: 1,750
Localisation: Paris
Masculin

PostPosted: Wed 13 Feb - 21:38 (2019)    Post subject: Ni Pallas ni Moire Reply with quote

En entamant la lecture on se rend compte qu’il n’y aura pas de meurtre, de poursuite infernale, d’action violente, et que tout le suspense tient dans le contenu de la lettre et du papier de soie. Le chalenge pour l’auteur est de dévoiler, petit à petit, dans une espèce de strip-tease sentimental, le propos du vieil amant qui, bien que présent, a choisi de s’exprimer par écrit. Un mini-roman épistolaire que les dialogues ne font que ponctuer. Sur la forme, c’est assez réussi, je dirais bien meublé. Avec une allusion mythologique qui en renforce le ton précieux.

Le (seul) problème, c’est l’adéquation du texte avec le thème. Il aurait été si facile d’y introduire le mot « argent », comme dans mon numéro 3, « retour aux sources », où il s’intègre à la fin de façon un peu grandiloquente ; voir ma future CC sur ce texte. Dans l’un comme dans l’autre je n’ai pu m’empêcher de penser à la chanson « Saturne », de Brassens, où la matière qu’évoquent les cheveux de la femme aimée vieillissante n’est pas l’argent mais le sel, assimilant la gabelle à l’impôt du temps.

Au pied de mon podium par manque d’argent.

Remarque : « j’en ai retenus quelques uns » : manque un tiret (déjà vu !), et je ne suis pas sûr que le S de « retenus » soit valide.
_________________
La terre est plate ?
Pour liseuse et ordi, en Epub, en mobi, mes textes gratu-its.
Back to top
Visit poster’s website
MamLéa
Administrateur

Offline

Joined: 06 Sep 2014
Posts: 5,687
Localisation: Lorraine (54)
Féminin Bélier (21mar-19avr) 鼠 Rat

PostPosted: Thu 14 Feb - 14:20 (2019)    Post subject: Ni Pallas ni Moire Reply with quote

J'avoue ne pas m'être posée la question au sujet du titre… paresse, manque de temps ? En général, je préfère les titres dont le sens saute aux yeux, sans avoir besoin de questionner monsieur Google.
J'ai beaucoup aimé la délicatesse et la poésie de ce texte, et l'interprétation du mot argent. Peu de textes ont shunté la notion "argent = fric"
Très joli texte… spécial saint Valentin ?
Placé au sommet de mon podium, dès la 1ère lecture.
_________________
“Il écrit si bien qu'il me donne envie de rendre ma plume à la première oie qui passe.”
Fred Allen
Back to top
Visit poster’s website
ptit lu
Administrateur

Offline

Joined: 05 Jun 2010
Posts: 7,934
Localisation: Grenoble
Féminin

PostPosted: Sat 16 Feb - 16:42 (2019)    Post subject: Ni Pallas ni Moire Reply with quote

Texte beau et émouvant Pallas et Moire sont de bons choix, ils aiguisent la curiosité de la plupart des lecteurs.

Pour "j'en ai retenu quelques uns", à mon avis, pas de "s" lorsqu'il y a le pronom "en"
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    forum du cercle maux d'auteurs Forum Index -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Critiques constructives Jeu 165 All times are GMT + 2 Hours
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Create my own forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group