forum du cercle maux d'auteurs Forum Index

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Café littéraire

 
Post new topic   Reply to topic    forum du cercle maux d'auteurs Forum Index -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Critiques constructives jeu 106 B (prose)
Previous topic :: Next topic  
Author Message
janis
Conjonction volubile

Offline

Joined: 05 Jun 2010
Posts: 4,069
Localisation: bretagne
Féminin

PostPosted: Tue 8 Apr - 22:47 (2014)    Post subject: Café littéraire Reply with quote

Café littéraire

Ils se sont rencontrés au portail d’une église lourde et surchargée d’ors où seul, un vitrail bleu laissait entrer le ciel. Ils restaient à l’écart des touristes bavards…Ils s’étaient abrités de la pluie sous le porche et ne s’étaient rien dit. Ils se rendaient ailleurs.
Elle attendait de pouvoir accéder à une salle voisine où se réunissaient ceux qui aiment les mots, leur musique incertaine, leurs bruits et leurs silences. Elle ne savait pas pourquoi cet homme qui n'avait rien de séduisant et qui semblait mal à l'aise dans sa veste trop courte, se trouvait là.
Elle est entrée dans une pièce vide qu'on ouvrait seulement pour recevoir des groupes qui restaient discuter longtemps devant leurs tasses. Des gravures naïves ornaient les murs ternis . Une odeur de café venait de la cuisine.
Elle s’est retournée. Il était derrière elle… Elle a dénoué l’écharpe détrempée par l’averse. Ses cheveux aplatis dégouttaient dans son cou. Lui, s’épongeait la tête avec un mouchoir blanc en prenant tout son temps. Leurs gestes étaient sans grâce. Ni l’un, ni l’autre alors ne songeait à se plaire.
Elle est allée s’asseoir près de lui, sans rien dire. Elle a vu que ses paumes s’emplissaient de lumière. Des lignes en ramures et griffures d’estampes traçaient des aventures dans l’aube de ses mains.
Elle l'a deviné : il était Le Poète. Le Poète invité par une organisatrice affairée, aux ongles cyclamen et à la voix haut perchée.
Quand il a dit son nom, sa voix tremblait un peu. Quand il s'est mis à lire, elle a su qu’il aimait dire des phrases simples, en effleurant du doigt le sens caché des choses.
Elle goûtait ses mots, comme un enfant savoure des oranges bien mûres dont il presse l'écorce qui picote les yeux. De temps à autre, il s'interrompait. Il gardait le silence pendant que «l'animatrice » essayait d’expliquer, en des termes choisis et sur un ton de conférencière experte, ce qu’il avait écrit.
Il suffisait pourtant de le laisser tourner les pages de son livre pour que ses mots soulèvent les vagues et le vent dans la savane drue où vivent les grands fauves, pour que l’auberge sombre, où la bière est si rousse, devienne sanctuaire empli de liqueurs d’ambre et de cuivres vieillis que font briller des filles dont les hommes ont soif.
Devant la table de bois et de métal, elle a passé deux heures, coude à coude avec lui, à plonger dans la houle qui emprisonne l’île, à descendre le fleuve dont le lit se dérobe sous le poids des désirs, à voir glisser la barque au miroir du marais où les joncs bleus flagellent les visages tendus, tandis que passe, au loin, une poule d'eau grise.
Le soir, seule chez elle, avec ses fins pinceaux, elle peindra ses mots.
Ils seront les reflets du ciel sur l'eau dormante, quand les roseaux chuchotent dans le cou des nuages. Ils auront des couleurs mauves comme les soirs de la fin de l’automne. Elle essaiera d’y mettre la musique et le vent, et la pluie, et l’orage, détrempant sa palette de longs sanglots sauvages.
Quand ils se reverront, ils s'assoiront tranquilles, à nouveau côte à côte, tels des enfants frileux, grelottants et muets qui depuis longtemps guettent, au pied d'une falaise, le passage obligé des oiseaux migrateurs. Alors, ils le sauront. Ils ne se quitteront plus. Et les jours à venir, les mois et les années, elle les passera à illustrer ses vers qui parleront d'amour en un murmure tendre, comme un très haut navire qui glisse sur son erre, quand il revient au port, après des mois au large.
Back to top
Publicité






PostPosted: Tue 8 Apr - 22:47 (2014)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
danielle
Administrateur

Offline

Joined: 21 May 2010
Posts: 12,559
Localisation: St Etienne
Féminin Poissons (20fev-20mar)

PostPosted: Wed 9 Apr - 07:45 (2014)    Post subject: Café littéraire Reply with quote

Mon coup de cœur. Un texte qui commence comme une histoire de tous les jours, toute simple, une rencontre que l'on pourrait presque qualifier de banale avec des détails qui peuvent paraître sans importance: l'odeur de café, l'écharpe mouillée, les cheveux aplatis, le mouchoir blanc. Et graduellement l'importance de ces notations se fait jour. Ces deux personnages "sans grâce" son fats pour s'entendre: lui, c'est "Le Poète", elle une auditrice fascinée et chez le lecteur l'émotion monte graduellement avec celle de la femme qui "goûte les mots. Et pourquoi. Parce que l'auditrice fascinée va se révéler peintre. Les images se font plus vigoureuses jusqu'à celle, magnifique, du navire. Bref, une superbe rencontre entre deux êtres qui ne cherchent pas la notoriété, entre deux arts, contée en douceur sans emphase.
_________________
"J'ai appris qu'une vie ne vaut rien, mais que rien ne vaut une vie"A. Malraux
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Back to top
hopak
Conjonction volubile

Offline

Joined: 07 Jun 2010
Posts: 1,598

PostPosted: Wed 9 Apr - 08:35 (2014)    Post subject: Café littéraire Reply with quote

Mon N°1, un poème en prose tant les images sont belles "les roseaux chuchotent dans le cou des nuages", "des lignes en ramures et griffures d'estampes traçaient des aventures dans l'aube de ses mains", tant la relation entre ces deux personnes est belle. Bravo.Une remarque cependant: "qui restaient discuter", je crois que le "à" après rester est indispensable.
Back to top
bay
Conjonction volubile

Offline

Joined: 07 Jun 2010
Posts: 2,572
Localisation: romorantin-lanthenay
Masculin

PostPosted: Wed 9 Apr - 10:40 (2014)    Post subject: Café littéraire Reply with quote

Sur la quatrième marche de mon podium.

Ce qui frappe au premier abord, c’est le rythme de cette succession d’alexandrins ou de pseudo-alexandrins, articulés d’hexasyllabes. Cette musique sous-jacente est tellement envoutante, hypnotique, qu’on en oublie l’histoire. Est-ce un défaut ? Une qualité ? Facilité ? Subtilité ? Est-on sur une balançoire qui oscille doucement ? Ou sur un bateau avec le mal de mer ?

Parti pris audacieux qui confère à ce texte un ton original et qu’il faut saluer. Ça paraît inédit mais je dois signaler que j’ai déjà connu un effet ressemblant : c’était sur un forum, où un jeune écrivain soumettait aux avis des critiques sa prose. Certains applaudissaient, appréciant l’effet, et d’autres s’accordaient pour le juger surfait. Ouf ! J’arrête là !

Quant au fond, il rappelle un peu « sounds and colours ». Imbrication de deux arts, poésie, peinture. L’écriture est brillante, le style poétique. Mérite son bon classement.
_________________
Livre en téléchargement GRATUIT
Back to top
Visit poster’s website
Alan
Conjonction volubile

Offline

Joined: 14 Nov 2012
Posts: 399
Localisation: Saumur
Masculin Poissons (20fev-20mar)

PostPosted: Wed 9 Apr - 15:08 (2014)    Post subject: Café littéraire Reply with quote

Rien de bien constructif de ma part Janis... J'ai tout simplement été bercé par le rythme des phrases, je me suis laissé porter comme on se laisse émouvoir par un poème... Un vrai bonheur ! Mon numéro 3 !
Back to top
Shéhérazade
Guest

Offline




PostPosted: Wed 9 Apr - 16:41 (2014)    Post subject: Café littéraire Reply with quote

J'ai beaucoup aimé la belle musique romantique qui berce ce texte. Je me suis laissée entraîner, mais je ne sais pas pourquoi, j'attendais une autre fin, peut-être plus originale. J'ai tellement lu entre les lignes, que j'ai imaginé une autre histoire, enlaçant la tienne. Ca sert aussi à ça d'écrire, stimuler l'imagination du lecteur ! Mon numéro 4.
Back to top
Thaïs
Conjonction volubile

Offline

Joined: 29 Apr 2013
Posts: 1,948
Localisation: Strasbourg
Féminin Sagittaire (22nov-21déc)

PostPosted: Wed 9 Apr - 19:31 (2014)    Post subject: Café littéraire Reply with quote

Ce texte est un bijou, en témoignent ses facettes parfaitement calibrées de délicat poème en prose. Une régularité, un rythme, qui collent idéalement à ces arts que sont peinture et poésie, où l'équilibre et la subtilité sont indispensables. Cette réalisation de dentellière fait rayonner l'histoire, aussi ces personnages bien loin pourtant de tout clinquant.
J'ai adoré, et admiré. Il y a dans ce texte une véritable grâce, bravo,
_________________
"C'est mettre nos opinions à bien haut prix que d'en faire cuire un homme tout vif" Montaigne
http://montrucenplume.over-blog.com/
Back to top
Anne Veillac
Guest

Offline




PostPosted: Thu 10 Apr - 18:18 (2014)    Post subject: Café littéraire Reply with quote

Moi aussi je me suis laissée bercer, par les images, par les mots et sûrement aussi par le rythme, sans m'en rendre compte/
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    forum du cercle maux d'auteurs Forum Index -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Critiques constructives jeu 106 B (prose) All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Create my own forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group