forum du cercle maux d'auteurs Forum Index

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Chehili

 
Post new topic   Reply to topic    forum du cercle maux d'auteurs Forum Index -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Jeu N°98 -> Critiques constructives Jeu N°98
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Tyu
Conjonction volubile

Offline

Joined: 07 Jun 2010
Posts: 1,618

PostPosted: Mon 19 Aug - 09:17 (2013)    Post subject: Chehili Reply with quote

Coup de sirocco
Chehili

Un jour de 1958, le père de Léa, qui était chirurgien militaire, dit : « Je suis muté à Fréjus. Nous allons tous rejoindre la France. Cette guerre est déjà perdue ».
Dans le flot humain qui, quelques jours plus tard, avançait vers la passerelle du « el Djézaïr », Léa tenait la poignée d’une valise d’une main et, de l’autre, un splendide arum dans un pot. Quelques mois plus tôt, de retour de vacances passées en Métropole où elle en avait vu chez les fleuristes, elle était allée le chercher tout près de la propriété familiale d’Héliopolis. « En Métropole, avait-elle pensé, ils sont cultivés alors qu’ici, ils poussent en toute liberté sur les talus, au bord des routes. L’Algérie, c’est le pays des fleurs ». Mais pourquoi donc fallait-il que tant de fleurs de sang s’épanouissent sur les poitrines ?

La famille s’installa dans le Var. Les nouvelles en provenance de l’autre rive de la Méditerranée n’étaient jamais rassurantes. « Le jour où tout cela finira, sera-t-il envisageable de retourner vivre là-bas ? se demandait Léa. Epouse-t-on jamais un homme dont on vient de divorcer ? Ne vaudrait-il pas mieux s’inventer une existence dans cet hexagone biscornu, s’y découvrir des passions si l’on ne veut pas, bien plus tard, à l’heure des bilans, l’âge étant venu, constater que l’on est passé à côté de la vie ? »
Elle prenait grand soin de son arum : elle déplaçait le pot plusieurs fois par jour pour que la plante ne fût pas dans les courants d’air ni directement exposée aux rayons du soleil. Les fleurs étaient d’un blanc parfait, elles s’ouvraient largement sur la lumière et sur la vie.

Pourtant, rien n’y fit : cette tourmente qu’elle avait fuie la rattrapa au détour de ses 17 ans : durant trois jours et trois nuits, un vent mi sable mi feu qui était né dans les regs et les ergs du Grand Sud saharien, qui avait couru sur les Hauts-Plateaux puis sur la mer, souffla. « Un coup de sirocco », dit-on. « Le chehili », pensa Léa. C’était un souffle puissant qui pénétrait partout.
Quand, enfin, l’accalmie vint, on constata les dégâts : les plantes s’étaient desséchées, un simple frôlement et elles se brisaient, tombaient en poussière. L’arum de Léa n’avait pas échappé à l’Apocalypse, ses fleurs toutes flétries, incrustées de milliers de grains de sable rouge pendaient lamentablement. Léa sentit se briser en elle la dernière amarre qui la rattachait à un pays qui était devenu une vaste plaie et qu’elle ne reconnaîtrait pas si un entêtement soudain la poussait à s’y rendre : on se battait en Kabylie, dans les Aurès, la Mitidja, l’Oranais, sur les Hauts-Plateaux, aux confins du désert ; des bombes éclataient dans des brasseries, au cœur même d’Alger. Elle se sentait désemparée. C’était comme si quelque puissance souveraine avait supprimé tout son passé aussi facilement que l’on efface ce que l’on a écrit à la craie sur un tableau noir.

Un matin, quelques semaines plus tard, elle prit sa bicyclette et se rendit à l’hôpital militaire niché au cœur de la campagne varoise dont son père parlait souvent mais qu’elle ne connaissait pas : elle découvrit des préfabriqués sans intérêt reliés par des rues bordées de rangées de mimosas en fleurs qui, par miracle, avaient résisté au coup de sirocco. Elle en eut le souffle coupé : ces énormes boules d’un jaune éclatant étaient une multitude de soleils qui lui faisaient une haie d’honneur.
« Votre père est en salle d’opération », lui dit le jeune médecin qui la reçut.
Lui aussi, il était beau comme un soleil.
Back to top
Publicité






PostPosted: Mon 19 Aug - 09:17 (2013)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Jodie
Conjonction volubile

Offline

Joined: 21 Jul 2011
Posts: 1,896
Localisation: Forêt profonde
Féminin Scorpion (23oct-21nov) 虎 Tigre

PostPosted: Mon 19 Aug - 12:10 (2013)    Post subject: Chehili Reply with quote

Beaucoup aimé ce texte, l'histoire de Léa et de son arum, leur symbiose, la renaissance avec les mimosas, l'histoire sans majuscule qui se mélange à la grande. Bravo. Léger bémol toutefois, peut-être trop de : ,notamment avec la première phrase du troisième paragraphe.
_________________
God as a dead robin ; God as the eye of a dead robin ; God as your barely visible reflection in the eye of a dead robin
Back to top
janis
Conjonction volubile

Offline

Joined: 05 Jun 2010
Posts: 4,000
Localisation: bretagne
Féminin

PostPosted: Mon 19 Aug - 13:08 (2013)    Post subject: Chehili Reply with quote

Moi aussi j'ai beaucoup aimé ce texte qui traite parfaitement le sujet proposé et qui, à un point près aurait pu être à égalité avec le premier. Beaucoup de subtilité et d'élégance dans l'écriture; bravo Tyu.
Back to top
Tyu
Conjonction volubile

Offline

Joined: 07 Jun 2010
Posts: 1,618

PostPosted: Mon 19 Aug - 13:39 (2013)    Post subject: Chehili Reply with quote

Trop de " : " ? Tu as parfaitement raison, Jodie. Ce sont là des choses que je laisse régulièrement échapper...
Back to top
Marixel
Conjonction volubile

Offline

Joined: 20 Jan 2011
Posts: 5,296
Localisation: ...
Féminin

PostPosted: Mon 19 Aug - 19:00 (2013)    Post subject: Chehili Reply with quote

Au début, tu nous racontes une histoire simple, connue, presque "banale" tant nous avons vu de reportages, entendu de témoignages, l'histoire d'une enfant qui, en compagnie de sa famille, quitte l'Algérie comme ont été contraints de le faire des milliers de gens. Léa porte précieusement un arum, symbole de l'attachement à son pays natal.

L’Algérie, c’est le pays des fleurs ». Mais pourquoi donc fallait-il que tant de fleurs de sang s’épanouissent sur les poitrines ?

Cette dernière réflexion annonce déjà la puissance de ce qui va suivre, le coup de sirocco, de chehili, qui s'apparente à l'Apocalypse. Et à travers le regard de l'adolescente désespérée face à la mort de sa fleur chérie, sa fleur vénérée qui lui rappelle son pays perdu et lui permet de supporter son chagrin et sa nostalgie, tu nous transportes dans l'Algérie en guerre - la description des combats est une envolée saisissante.

Et puis, après le tableau du désastre, du désespoir, tu éclaires la scène devenue noire en nous offrant un peu d'espoir, grâce encore à des fleurs, des boules de mimosas comme autant de soleils. Et la vie continue, l'avenir se dessine, symbolisé par l'amour d'une fille pour son père, un homme malade qui, opéré, va guérir et revivre.

Comme l'Algérie ?

Est-il besoin de préciser que j'ai beaucoup aimé ce texte empreint d'une grande sensibilité ? Je l'ai classé second de mon podium.

Merci pour cet excellent moment de lecture


Last edited by Marixel on Mon 19 Aug - 21:11 (2013); edited 1 time in total
Back to top
Thaïs
Conjonction volubile

Offline

Joined: 29 Apr 2013
Posts: 1,948
Localisation: Strasbourg
Féminin Sagittaire (22nov-21déc)

PostPosted: Mon 19 Aug - 20:31 (2013)    Post subject: Chehili Reply with quote

Bien belle image de l'arum symbolique, et éphémère, comme toutes choses.

je n'ai pas compris la fin comme Marixel, pour moi le père est en salle d'op' parce qu'il est chirurgien, pas malade pour un sou, et c'est le jeune toubib qui reçoit la jeune fille qui est beau comme un soleil. Je n'ai donc pas appréhendé la conclusion comme une allégorie de la résurrection de l'Algérie, plutôt comme une page tournée.
_________________
"C'est mettre nos opinions à bien haut prix que d'en faire cuire un homme tout vif" Montaigne
http://montrucenplume.over-blog.com/
Back to top
Tonina
Conjonction volubile

Offline

Joined: 04 Jun 2010
Posts: 3,630
Localisation: Seine et Marne
Féminin

PostPosted: Mon 19 Aug - 21:14 (2013)    Post subject: Chehili Reply with quote

Comme Thaïs, j'ai compris que le jeune homme qu'elle rencontre à la fin était beau comme un soleil ( et non pas le père ) et que, donc, cette nouvelle vie était finalement pleine de promesses.
Sinon, Marixel a su dire tout le bien que je pense de ce texte, sans doute celui qui a le plus "collé " au thème ( mais ce n'est pas seulement pour cette raison qu'il est excellent )
Il y a beaucoup de sensibilité dans le traitement du sujet et d'élégance dans l'écriture, bravo Maître Tyu ( vous qui savez si bien changer de registre d'un jeu à l'autre et donc, nous surprendre à chaque fois , ou presque )
Back to top
Marixel
Conjonction volubile

Offline

Joined: 20 Jan 2011
Posts: 5,296
Localisation: ...
Féminin

PostPosted: Mon 19 Aug - 21:19 (2013)    Post subject: Chehili Reply with quote

Effectivement, j'ai fait une erreur concernant l'homme soleil (j'ai corrigé ). Par contre, Tyu nous dira si le père est le patient ou le doc. Pour la résurrection de l'Algérie, c'était une extrapolation de ma part.
Back to top
Tonina
Conjonction volubile

Offline

Joined: 04 Jun 2010
Posts: 3,630
Localisation: Seine et Marne
Féminin

PostPosted: Mon 19 Aug - 21:23 (2013)    Post subject: Chehili Reply with quote

" Un jour de 1958, le père de Léa, qui était chirurgien militaire, dit : « Je suis muté à Fréjus. "
Le père est le médecin et il est en train d'opérer, pour moi, cela ne fait aucun doute.
Marixel, c'est le parfum entêtant des mimosas qui te monte à la tête et trouble... ta vue ! Wink
Back to top
Tonina
Conjonction volubile

Offline

Joined: 04 Jun 2010
Posts: 3,630
Localisation: Seine et Marne
Féminin

PostPosted: Mon 19 Aug - 21:24 (2013)    Post subject: Chehili Reply with quote

Tyu, expliquez-nous aussi ce qu'est le Chehili ?
Back to top
Marixel
Conjonction volubile

Offline

Joined: 20 Jan 2011
Posts: 5,296
Localisation: ...
Féminin

PostPosted: Mon 19 Aug - 21:32 (2013)    Post subject: Chehili Reply with quote

J'ai presque honte lol j'ai dû recevoir un coup de sirocco qui m'a ramolli la cervelle !
Back to top
sophax
Conjonction volubile

Offline

Joined: 02 Jan 2012
Posts: 379
Localisation: Toulon
Masculin

PostPosted: Tue 20 Aug - 02:32 (2013)    Post subject: Chehili Reply with quote

Maître Tyu, puisqu'il est d'usage de vous appeler ainsi, je m'y plie sans arrière pensée : le titre n'est pas usurpé.

Ma deuxième marche était pour ce texte. Plus pour les questions qu'il soulève que pour les réponses qu'il apporte...


Le récit est bien amené. Clair, précis, concis. C'est difficile en si peu de caractères de traiter de tant de sujets, aussi graves, profonds, complexes. Sans doute le texte dépasse-t-il le cadre de ce jeu. La guerre d'Algérie, le retour en métropole, le déracinement puis le ré-enracinement, le sirocco comme incarnation de la table rase et du nouveau départ... Mais cela est-il vraiment possible ? Après pareil traumatisme ? La résilience diront certains. Peut-être, c'est intéressant.
La fleur transfigurée en amer brisé par le souffle chaud du vent, brisant alors les attaches, «les amarres». On efface un passé comme on efface le tableau ? pas sûr, pas si simple... De nouvelles fleurs créent alors un nouveau chez elle, mais le volte-face est brutal et radical, sans transition. Je ne suis que peu enclin à croire en cette version. J'aurais aimé plus de nuances et(ou) plus de temps et d'espace pour digresser et digresser, donner à comprendre, à sentir, éprouver le manque cruel et le besoin de se rattacher à nouveau, viscéralement, par les sens, pourquoi pas, les fleurs, presque anagramme des fêlures qu'elles apaisent. Ainsi, même si je ne suis pas 100 % dans les cordes avec l'auteur, Maitre Tyu, je ne peux que vous tirer mon chapeau quant à la force d'évocation et de questionnement de votre prose. J'en suis ressorti peut-être grandi parce que plus indécis... Rien que pour cela, merci.
_________________
Il n'y a pas de chemin, il n'y a que cheminer.
Back to top
Tyu
Conjonction volubile

Offline

Joined: 07 Jun 2010
Posts: 1,618

PostPosted: Tue 20 Aug - 02:42 (2013)    Post subject: Chehili Reply with quote

Oui, dans mon esprit, le père est en train d'opérer. Je précise que cet hôpital a existé (peut-être existe-t-il toujours) dans la campagne, près de Fréjus, (j'y ai séjourné quelques mois à la saison des mimosas en fleurs. Un enchantement).
"chehili" ? Jamais, au Sahara, je n'ai entendu appeler ce vent "sirocco" (un nom qui pourrait bien sonner italien pour désigner un phénomène qui se produit sous ces latitudes... Il est vrai que ce vent souffle parfois sur la botte après avoir survolé la Méditerranée). Toujours est-il que j'ai toujours entendu parler du "chehili" qui souffle, dit-on, 3, 6 ou 9 jours après s'être chargé de sable rouge. Un jour, au Sahara, je me suis perdu en plein jour à quelques centaines de mètres de chez moi (il est vrai que le désert commençait à ma porte) à cause de ce vent : je baignais dans une lumière orange qui m'empêchait de distinguer quoi que ce soit...
"chehili" : là, se posait un problème de transcription d'un mot qui est habituellement écrit avec des signes qui appartiennent à un autre alphabet, en l'occurrence l'alphabet arabe : des conventions ont été établies pour transcrire les phonèmes qui n'existent que dans l'une des deux langues, ça aurait pu être l'API, ça n'a pas été le cas : il y a donc aâ, r, q, gh, kh, sh etc... "sh" pour "ch" et il se trouve que je préfère écrire "ch" que le "sh" qui me semble un peu trop British... Notons que ce système de transcription qui a été créé pour que des mots appartenant à une autre langue soient prononcés correctement a singulièrement raté son coup puisque ça a conduit au résultat inverse : la mauvaise prononciation généralisée de ces mots ("Maghreb" est un exemple...)
Voilà, Dame Tonina, chehili / shehili : le nom local du sirocco, tout simplement...
Back to top
Marixel
Conjonction volubile

Offline

Joined: 20 Jan 2011
Posts: 5,296
Localisation: ...
Féminin

PostPosted: Tue 20 Aug - 07:41 (2013)    Post subject: Chehili Reply with quote

Tonina, comme j'avais mal interprété ce qui était, pourtant, très clair Embarassed, j'ai hésité, hier soir, à te répondre que j'avais compris que "chehili" était le nom algérien du sirocco. Lorsque Léa entend parler du coup de sirocco, elle rectifie aussitôt en pensée ; elle ignorait peut-être même le nom qu'on lui donnait en France avant qu'il ne commît tant de ravages.

....un vent mi sable mi feu qui était né dans les regs et les ergs du Grand Sud saharien, qui avait couru sur les Hauts-Plateaux puis sur la mer, souffla. « Un coup de sirocco », dit-on. « Le chehili », pensa Léa.

Donc l'explication est donnée dans le beau passage imagé, ci-dessus, sans qu'il soit besoin d'une note de bas de page.

Concernant mon erreur (père patient au lieu de chirurgien), j'aurais dû relire le début du texte juste après avoir lu la chute car, en excellent nouvelliste, Tyu prépare la chute de son histoire, dès l'introduction.

On apprend dès la première ligne, que le père, chirurgien, rapatrié d'Algérie, est nommé à Fréjus, donc il est logique de retrouver l'univers médical à la fin.

Si j'ai compris qu'elle venait voir son père pour une raison X ou Y, je me suis demandé pourquoi elle était "reçue" par un médecin. Ou alors ce dernier s'est précipité à sa rencontre, l'a accueillie parce qu'elle est la fille d'un soignant réputé ou même de son patron.

Lorsqu'un plat servi se révèle si fin, si goûté, on ne va pas se mettre à chipoter. L'écriture de Tyu est à consommer sans modération aucune.
Back to top
ptit lu
Administrateur

Offline

Joined: 05 Jun 2010
Posts: 8,010
Localisation: Grenoble
Féminin

PostPosted: Tue 20 Aug - 11:47 (2013)    Post subject: Chehili Reply with quote

Beau et riche texte, belle écriture... J'ai trouvé qu'à ce jeu, choisir était un crève-cœur...

Je partage l'avis de Tonina :la plume de Tyu lui permet d'explorer des genres différents et de toujours nous séduire. Merci à toi, Tyu.
Back to top
Tyu
Conjonction volubile

Offline

Joined: 07 Jun 2010
Posts: 1,618

PostPosted: Tue 20 Aug - 18:00 (2013)    Post subject: Chehili Reply with quote

"Maître Tyu"... Je n'ai jamais repris ce titre à mon compte, c'est là une trouvaille moqueuse de l'abominable Dame Tonina...
Sophax, tes remarques m'ont vivement intéressé. Il arrive fréquemment, lorsqu'on fait l'analyse d'un texte littéraire, que l'on voie des symboles, des correspondances, des connotations etc... et que l'on se dise : "L'auteur a-t-il vraiment pensé cela ? Est-ce qu'il ne s'amuserait pas franchement s'il lisait ce que je suis en train d'écrire ?" Je dois dire que ces questions ne se justifieraient pas ici car j'ai voulu mettre effectivement dans ce texte ce que tu y as vu à la lecture. C'est assez réjouissant !Oui, le coup de sirocco provoque le phénomène de table rase, une table sur laquelle on va rebâtir en écrivant le mot "Indépendance"...
Oui, j'ai été gêné, comme toujours, par la barrière fixée à 3500 signes, (mon texte doit mesurer 3499 signes !) Oui, l'aptitude à tourner la page que possède Léa peut sembler exagérée, j'en ai eu conscience mais j'ai pensé qu'on n'attendait peut-être pas une vraisemblance absolue d'une allégorie, et puis je me suis dit qu'à 17 ans, on doit être plus apte aux revirements qu'à l'âge adulte...
Sirocco... Sahara... J'ai immédiatement pensé aux grosses louches d'exotisme, de couleur locale qui risquaient de se déverser sur l'édition 98 du jeu d'écriture et j'ai décidé de m'interdire les aventures sahariennes qui nichent dans ma mémoire : ce désert, je l'ai parcouru en voiture, à dos de dromadaire, en marchant, en courant et même... à la rame (oui, oui) au fil du courant, juché sur une chambre à air de camion... Alors, j'aurais pu trouver matière à un récit de 3500 signes...
Back to top
sophax
Conjonction volubile

Offline

Joined: 02 Jan 2012
Posts: 379
Localisation: Toulon
Masculin

PostPosted: Wed 21 Aug - 02:05 (2013)    Post subject: Chehili Reply with quote

Tyu wrote:

Sirocco... Sahara... J'ai immédiatement pensé aux grosses louches d'exotisme, de couleur locale qui risquaient de se déverser sur l'édition 98 du jeu d'écriture et j'ai décidé de m'interdire les aventures sahariennes qui nichent dans ma mémoire : ce désert, je l'ai parcouru en voiture, à dos de dromadaire, en marchant, en courant et même... à la rame (oui, oui) au fil du courant, juché sur une chambre à air de camion... Alors, j'aurais pu trouver matière à un récit de 3500 signes...


J'en suis fort aise car les interrogations et la thématique que tu traites me laissent fébrile, exsangue, inquiet. On peine à cerner tous les tenants et aboutissants et sans doute 7000 signes n'auraient pas été de trop. Je creuse avec toi et pose mes propres questionnements, évoque mes doutes et ne cache pas mon admiration. Merci pour ce texte complexe, sans doute un des plus signifiquant.
_________________
Il n'y a pas de chemin, il n'y a que cheminer.
Back to top
Armorique
Administrateur

Offline

Joined: 05 Jun 2010
Posts: 4,919
Localisation: Dinan
Féminin

PostPosted: Wed 21 Aug - 14:58 (2013)    Post subject: Chehili Reply with quote

Belle histoire, le thème est respecté.
Les deux dernières phrases m'ont perturbée car j'ai dû les relire plusieurs fois pour comprendre qui était opéré, qui était le médecin qui opérait et qui était beau comme un soleil.
_________________
La vie n’est pas d’attendre que l’orage passe, c’est apprendre à danser sous la pluie. Sénèque
Back to top
Tyu
Conjonction volubile

Offline

Joined: 07 Jun 2010
Posts: 1,618

PostPosted: Wed 21 Aug - 15:52 (2013)    Post subject: Chehili Reply with quote

Je te comprends, Armorique, j'ai beaucoup planché sur ces deux dernières phrases : les formulations précédentes étaient vraiment ambigües, j'aurais dû continuer à chercher des solutions. Je serais fatalement arrivé à "votre père est en train d'opérer" qui aurait été clair pour tout le monde . Les soleils étaient un retour symbolique à ... Héliopolis : on n'échappe jamais complètement à son passé...
Back to top
Reynald
Adjectif enthousiaste

Offline

Joined: 26 Jul 2013
Posts: 52
Localisation: Jurassien à Panam'
Masculin Verseau (20jan-19fev) 鷄 Coq

PostPosted: Thu 22 Aug - 01:20 (2013)    Post subject: Chehili Reply with quote

Mon numéro 1 ! Belle écriture, jolie histoire bien menée. Le coup de sirocco est vraiment au centre du récit. Pour moi, c'est le texte qui traite le mieux le sujet.

Mais j'ai aussi buté sur la fin. Certes, j'ai bien compris que le père était en train d'opérer (on peut oublier qu'il est chirurgien mais on ne peut rater qu'il parle sans cesse de l'hopital à sa fille...). J'ai vu les mimosas comme remplaçant l'arum : le sirocco lui permet de se détacher de l'Algérie et les mimosas symbolisent son nouvel enracinement en métropole. Mais, seul bémol, j'ai trouvé la dernière phrase, qui est en fait une ouverture sur une toute autre histoire, un peu trop facile, prévisible, brutale peut-être... Je ne saurais dire exactement mais ça m'a laissé un (tout) petit goût d'inachevé, qui ne m'a pas empêché de placer ce texte en tête de mes votes...
Back to top
Tonina
Conjonction volubile

Offline

Joined: 04 Jun 2010
Posts: 3,630
Localisation: Seine et Marne
Féminin

PostPosted: Thu 22 Aug - 08:23 (2013)    Post subject: Chehili Reply with quote

"Maître Tyu"... Je n'ai jamais repris ce titre à mon compte, c'est là une trouvaille moqueuse de l'abominable Dame Tonina...

Et voilà, j'ai voulu exprimer à Sir Tyu ( oui, il est parfois "Maître" et parfois "Sir", une façon de mettre en lumière son côté "Lord" ainsi que sa parfaite maîtrise de la langue anglaise ) tout le respect et l'admiration que j'avais pour lui, avec la plus grande des sincérités, et voyez comme il me traite : je suis comparée à cet homme des neiges, monstrueux et poilu, pffffff ...........
Back to top
Tyu
Conjonction volubile

Offline

Joined: 07 Jun 2010
Posts: 1,618

PostPosted: Thu 22 Aug - 10:52 (2013)    Post subject: Chehili Reply with quote

Effectivement, Dame Tonina, ce que je dis là n'est pas très gentil pour le yéti...
"Ma parfaite maîtrise de la langue anglaise", les vaches espagnoles sont en effet unanimes sur ce point.
Reynald, ta remarque me semble tout à fait pertinente. "Facile", tu as parfaitement raison. ("prévisible" me surprend un peu), la barre des 3500 signes est en cause (mais c'est à moi de gérer) : j'ai toujours du mal à faire court et c'est la raison pour laquelle je m'oblige à participer à ce jeu. Et puis, comme je l'ai dit, je voulais boucler la révolution du soleil commencée avec le nom du lieu de départ. Une histoire sous le signe du soleil donc... Je ne sais plus qui a dit "l'Algérie est un pays froid où le soleil est chaud", ça me semble très vrai...
La brutalité de la chute... Oui, mais ceux qui se risquent à donner une définition de la nouvelle mentionnent généralement la nécessité d'une chute inattendue (ça n'a pas été le cas pour toi, ici), brutale et qui ouvre sur une nouvelle histoire ou un nouveau questionnement.
Il m'est arrivé de lire des nouvelles dont les auteurs me demandaient "ce que j'en pensais". Très souvent, les points sur lesquels je "tiquais" étaient, de l'aveu même de leur auteur, très précisément ceux qui leur avaient donné le plus de tracas au cours de l'écriture. Cela se vérifie une fois encore.
Back to top
Tonina
Conjonction volubile

Offline

Joined: 04 Jun 2010
Posts: 3,630
Localisation: Seine et Marne
Féminin

PostPosted: Mon 26 Aug - 18:17 (2013)    Post subject: Chehili Reply with quote

J'ai oublié de remercier Marixel et Tyu pour leur réponse à ma question concernant le Chehili, c'est chose réparée !
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    forum du cercle maux d'auteurs Forum Index -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Jeu N°98 -> Critiques constructives Jeu N°98 All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Create my own forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group