forum du cercle maux d'auteurs Forum Index

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Du passé jamais tu ne seras délivré

 
Post new topic   Reply to topic    forum du cercle maux d'auteurs Forum Index -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Jeu N°97 -> Critiquesconstructives jeu N°97
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Shéhérazade
Guest

Offline




PostPosted: Sat 27 Jul - 09:46 (2013)    Post subject: Du passé jamais tu ne seras délivré Reply with quote

Les clefs cliquettent doucement sur l’anneau que l’infirmière balance à son index replié. Rémi s’ennuie. Par la minuscule fenêtre grillagée de sa chambre, il regarde les hirondelles. Au long des fils, elles semblent posées, immobiles, comme des pinces à linge ; au premier coup d’œil, on dirait du dessin, ou de la peinture.
Incapable de respirer, en apnée dans une vie où il ne se retrouve plus, le jeune homme essaie de comprendre pourquoi il se morfond entre ces murs.
Il voulait seulement habiter des époques révolues, des villes où il n’avait jamais mis les pieds. Il rêvait de vivre des tragédies, qui l’avaient épargné, mais aussi des bonheurs, auxquels il n’avait pas droit. Brillant étudiant en histoire, il s’était un jour retrouvé à Rome, où il pénétra dans un cimetière pour fleurir d’un œillet rouge la tombe de Gramsci. Au milieu de ces carrés de paix, il pleura de joie.
Dans les mois qui suivirent, il prit l’habitude de s’égarer dans ces champs de repos, d’aller parler à l’âme des génies. A l’automne, cette agonie de l’année, il assistait au strip-tease des arbres au Père-Lachaise. Sur le tombeau de Robertson, orné de crânes ailés, de hiboux et de silhouettes fantastiques, il s’allongeait, imaginant les spectacles terrifiants du physicien liégeois.
Lorsque l’hiver s’étiolait, de flaque en bourrasque, de petit vent piquant en joyeux rayon de soleil, il parcourait les nécropoles du monde, préférant le désordre végétal à l’anarchie minérale. Lassé du monde moderne, révolté par ces grosses bulles de vide qui, avant d’éclater, bouchaient son horizon, Rémi avait longtemps replié sur lui un drap d’angoisse et d’insomnie. Là, cachés sous un voile dont seuls les plis délicats laissaient deviner les contours macabres, les hôtes de ces lieux de repos lui suggéraient d’ambigus phantasmes. Les corps, entre sanies et merveilles, les mots échappés, entre cri et chuchotement, les amours atroces, difficiles, dérisoires. Il embrassait les larmes sculptées, caressait les couronnes de cyprès, parlait aux amants légendaires.
Peu de lumière entre les mots noirs, la folie le guettait. « La musique en pleurs » surmontant le tombeau de Chopin le terrassait. Il s’agrippait à la colonne érigée en souvenir de Gérard de Nerval, comme lui, il sombrait dans la déraison. Rémi n’existait plus, happé par le passé et ses fantômes. N’est-ce pas ce qu’il avait voulu ? Un jour que, exaspéré par son portable, il mimait le télégraphe optique près de la tombe de Chappe, il fut pris d’un redoutable malaise.
A son réveil, une brume anesthésiante l’entourait. Des ombres parlaient de démence, de bouffées de délire. Il savait qu’il n’était pas fou. Il attendrait.
L’infirmière ouvre la porte. Rémi ressent un amer goût de contrariété. D’habitude il est d’une nonchalance de feuille morte, il va où le vent le porte. Mais aujourd’hui, dans sa tête, il y a comme un mélange de vacuité et de vanité. Il sait qu’il est guéri. Il demande à rencontrer le docteur Freud, ou son confrère Lacan. Les charlatans actuels sortent des aphorismes d’une crétinerie nucléaire. Il exige qu’on lui rende ses vêtements. Ses amis l’attendent pour entonner les « Chant du départ », encourager les luttes ouvrières, dire non à un siècle de faiblesse et de lâcheté. Il est déjà si tard…
Back to top
Publicité






PostPosted: Sat 27 Jul - 09:46 (2013)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Similien
Conjonction volubile

Offline

Joined: 02 Jun 2011
Posts: 758
Localisation: Namur (Belgique)
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) 馬 Cheval

PostPosted: Sat 27 Jul - 11:30 (2013)    Post subject: Du passé jamais tu ne seras délivré Reply with quote

Une bonne idée, exécutée sans fausse note. Mon n°1.
Tu as en outre fait un excellent travail de documentation. Okay
_________________
http://noeljulien.blogspot.com/
Back to top
Visit poster’s website Skype
Jodie
Conjonction volubile

Offline

Joined: 21 Jul 2011
Posts: 1,896
Localisation: Forêt profonde
Féminin Scorpion (23oct-21nov) 虎 Tigre

PostPosted: Sat 27 Jul - 13:15 (2013)    Post subject: Du passé jamais tu ne seras délivré Reply with quote

Ce texte faisait partie de mes favoris. Belle idée, des images qui emportent. J'ai beaucoup aimé ton Il est déjà si tard... final. J'ai pensé au dernier vers de l'Horloge de Baudelaire. Bravo à toi
_________________
God as a dead robin ; God as the eye of a dead robin ; God as your barely visible reflection in the eye of a dead robin
Back to top
Thaïs
Conjonction volubile

Offline

Joined: 29 Apr 2013
Posts: 1,948
Localisation: Strasbourg
Féminin Sagittaire (22nov-21déc)

PostPosted: Sat 27 Jul - 14:20 (2013)    Post subject: Du passé jamais tu ne seras délivré Reply with quote

Un texte qui figurait dans le peloton serré de mes cinq favoris, et que j'ai ressenti (à tort ou à raison) comme une allégorie : Ne pas vivre avec son temps est folie...

Au jeu des pronostics je t'avais devinée, on perçoit souvent chez tes personnages une âme passablement chargée, lourde, que ton écriture excelle à exprimer. Beau texte, belle idée.
_________________
"C'est mettre nos opinions à bien haut prix que d'en faire cuire un homme tout vif" Montaigne
http://montrucenplume.over-blog.com/
Back to top
hopak
Conjonction volubile

Offline

Joined: 07 Jun 2010
Posts: 1,573

PostPosted: Sat 27 Jul - 22:52 (2013)    Post subject: Du passé jamais tu ne seras délivré Reply with quote

Ce texte traite plutôt de la folie, d'une obsession maladive pour les cimetières dans un style où la recherche gomme l'émotion. J'ai été particulièrement dérangée par l' anteposition d'un adjectif qui, quand on lit le texte à voix haute, sonne très faux( "d'ambigus phantasmes") et "le strip-tease des arbres au Père Lachaise" m'a semblé plus comique que tragique dans un texte qui a des intentions dramatiques.
Back to top
Marixel
Conjonction volubile

Offline

Joined: 20 Jan 2011
Posts: 5,296
Localisation: ...
Féminin

PostPosted: Sun 28 Jul - 08:14 (2013)    Post subject: Du passé jamais tu ne seras délivré Reply with quote

J'ai aimé ce texte à l'écriture élégante, parfois un peu trop recherchée - un exemple : "ambigus phantasmes".

J'ai particulièrement apprécié ce passage poétique et très imagé : "Lorsque l’hiver s’étiolait, de flaque en bourrasque, de petit vent piquant en joyeux rayon de soleil, il parcourait les nécropoles du monde, préférant le désordre végétal à l’anarchie minérale. Lassé du monde moderne, révolté par ces grosses bulles de vide qui, avant d’éclater, bouchaient son horizon, Rémi avait longtemps replié sur lui un drap d’angoisse et d’insomnie."

Il a bien fallu que j'opère un choix dans ma sélection de textes en cherchant les petits défauts. AMHA, dans la phrase ci-dessous, les virgules coupant les pronoms relatifs de leurs antécédents n'ont pas lieu d'être :

"Il rêvait de vivre des tragédies, qui l’avaient épargné, mais aussi des bonheurs, auxquels il n’avait pas droit. Brillant étudiant en histoire, il s’était un jour retrouvé à Rome, où il pénétra dans un cimetière pour fleurir d’un œillet rouge la tombe de Gramsci."

Comme je l'ai précisé sur la file des commentaires, j'ai regretté d'abandonner ce texte classé cinquième de ma sélection.


Last edited by Marixel on Sun 28 Jul - 10:21 (2013); edited 1 time in total
Back to top
A rebours
Guest

Offline




PostPosted: Sun 28 Jul - 09:48 (2013)    Post subject: Du passé jamais tu ne seras délivré Reply with quote

Belle idée comme le dit Jodie, et même idée forte très bien rendue par des images tout aussi fortes, efficaces grâce au style dont chaque mot, chaque adjectif, sonne juste pour délivrer l'atmosphère souhaitée. Nous errons avec ce pauvre homme au gré de sa lassitude.
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    forum du cercle maux d'auteurs Forum Index -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Jeu N°97 -> Critiquesconstructives jeu N°97 All times are GMT + 2 Hours
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Create my own forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group