forum du cercle maux d'auteurs Forum Index

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Certaines n'avaient jamais vu la mer

 
Post new topic   Reply to topic    forum du cercle maux d'auteurs Forum Index -> COIN CULTURE -> Littérature
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Armorique
Administrateur

Offline

Joined: 05 Jun 2010
Posts: 4,952
Localisation: Dinan
Féminin

PostPosted: Wed 1 May - 19:50 (2013)    Post subject: Certaines n'avaient jamais vu la mer Reply with quote

Je viens de terminer ce petit livre et je l'ai trouvé bouleversant.
L'écriture est très forte et poètique à la fois. C'est l'histoire de ces Japonaises qui quittèrent leur pays au début du 20 ème siècle pour aller à la rencontre de leurs "maris" inconnus qui les attendaient à San Francisco. Elles croyaient aller vers une belle vie mais elles déchantèrent vite. L'auteur fait parler l'ensemble de ces femmes, il n'y a pas d'héroïnes et malgré cela elles sont toutes attachantes et la vision qui est donnée de leurs vies est globale, rien n'est passé sous silence. Ces femmes travailleront très dur, auront des enfants qui souvent les rejèteront ainsi que leur patrimoine et leur histoire. Puis il y aura la guerre de 39/45 et les américains les parqueront loin des côtes par peur qu'elles ne soient des espionnes et enfin les y oublieront.
Cette histoire dramatique est véridique et n'a été révélée que depuis peu.
Je vous en recommande la lecture. Ce livre a obtenu le prix Fémina étranger 2012.
_________________
La vie n’est pas d’attendre que l’orage passe, c’est apprendre à danser sous la pluie. Sénèque
Back to top
Publicité






PostPosted: Wed 1 May - 19:50 (2013)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
PolluxLesiak
Conjonction volubile

Offline

Joined: 06 Sep 2010
Posts: 4,902
Localisation: Lyon
Féminin Bélier (21mar-19avr)

PostPosted: Wed 1 May - 20:17 (2013)    Post subject: Certaines n'avaient jamais vu la mer Reply with quote

J'ai beaucoup aimé ce livre également, qui comme à toi m'a appris cette histoire dure et violente dont j'ignorais tout.
Le style en est simple et sans fioriture, mais le parti de l'utilisation de la 1ere personne du pluriel m'a paru d'une judicieuse originalité, tout en illustrant, comme tu le dis aussi, le fait qu'il n'y avait pas d'héroïne parmi toutes ces femmes qui se retrouvaient simplement embarquées (dans tous les sens du terme) vers ce funeste destin, toutes ensemble.
Un prix bien mérité !
_________________
Lyon insolite...
Association Cœurs de Lyonnes
Back to top
Visit poster’s website
lecrivaillone
Conjonction volubile

Offline

Joined: 01 Apr 2013
Posts: 369
Localisation: oise
Féminin

PostPosted: Tue 14 May - 12:26 (2013)    Post subject: Certaines n'avaient jamais vu la mer Reply with quote

mon petit résumé de mes impressions:


L’auteur nous tient en haleine avec un style particulier répétitif.

Des événements décrits en « rafales » et cette façon lancinante de nous les asséner nous met aussi un peu mal à l’aise. Elle décrit chaque personnage dans la même situation, pendant plusieurs pages parfois.

je suis sortie de cette lecture comme on sort d’une pièce fermée où toujours le même bruit nous harcèle : des gouttes de pluie sur le toit ou un robinet qui goutte : ses mots sont tout cela.

Peut-être que cela nous aide à comprendre le parcours de ces jeunes filles qui n’avaient jamais vu la mer ?

Sans aucun doute.

Toute leur vie est disséquée, phase par phase de leur adolescence jusqu’à leur … disparition étonnante... . pour mieux nous faire comprendre leur parcours.

Mission accomplie en ce qui me concerne.
Back to top
Marixel
Conjonction volubile

Offline

Joined: 20 Jan 2011
Posts: 5,296
Localisation: ...
Féminin

PostPosted: Tue 30 Jul - 18:35 (2013)    Post subject: Certaines n'avaient jamais vu la mer Reply with quote

Un bouleversant petit bijou que je viens de lire d'une seule traite.

Que de souffrances pour ces femmes (de jeunes adolescentes de 12-13 ans, parfois) méprisées de tous : de leurs familles, d'abord, qui les ont poussées à partir même quand elles étaient mères, en laissant leurs enfants (et une fois aux USA, elles avaient ordre d'envoyer de l'argent à leur famille, bien sûr) de leurs maris, ensuite, qui les ont trompées en leur mentant, en leur faisant miroiter un faux rêve américain et qui les ont exploitées comme des bêtes de somme, de leurs enfants, enfin, qui, en devenant citoyens américains, éprouvent de la honte face à une mère trop humble à leurs yeux, et ne parlant pas la langue du pays.

Celles qui ont le courage de demander à retourner au Japon sont menacées par leurs parents : elles jetteraient l'opprobre sur la famille si elles revenaient, mais on comprend surtout qu'ils ne veulent pas lâcher la poule aux oeufs d'or.

Alors elles subissent. De toutes façons, elles ont été dressées à la soumission totale et, depuis leur naissance en tant que fille, ont appris à se faire toutes petites, à s'effacer le plus possible, alors elles supportent tout de leurs maris, de leurs patrons (elles n'osent même pas refuser les avances de ces derniers) d'autres hommes parfois. Elles sont considérées comme des objets sexuels et/ou comme des utérus, alors elles se jettent dans le travail à corps perdu, prenant à peine le temps de se nourrir, le travail devient leur refuge, leur mode de survie. Certaines, cependant, n'en peuvent plus et mettent fin à leurs jours.

Il faudra que le gouvernement les parque dans les montagnes comme des êtres malfaisants (elles vont subir des conditions bien pires encore) pour que les habitants des villages qu'elles ont quittés contre leur gré, s'aperçoivent du courage et de la qualité du travail de ces femmes Japonaises totalement sacrifiées.

Le style est simple, l'histoire puise toute sa force dans l'utilisation originale du pronom personnel "Nous" qui revient comme une incantation. La raison de la venue de ces femmes en Amérique est commune, elles ont toutes été trahies mais ont connu, cependant, un destin différent selon qu'elles étaient mariées à des agriculteurs, des commerçants, des domestiques etc. Ce "Nous" permet au lecteur de se représenter un choeur de femmes qui racontent d'une seule voix des histoires, une histoire commune, celle de leurs malheurs. La puissance du message délivré par l'auteur, qui veut nous faire comprendre l'ampleur de ce drame, est ainsi décuplée par cent, voire plus.

Je ne connaissais pas cette triste histoire et j'espère qu'un jour un réalisateur de cinéma s'y intéressera, il y a matière à produire un film magnifique.

Merci Armorique


Last edited by Marixel on Tue 30 Jul - 19:46 (2013); edited 1 time in total
Back to top
Armorique
Administrateur

Offline

Joined: 05 Jun 2010
Posts: 4,952
Localisation: Dinan
Féminin

PostPosted: Tue 30 Jul - 19:29 (2013)    Post subject: Certaines n'avaient jamais vu la mer Reply with quote

De rien, Marixel. La lecture est encore plus belle quand on peut la partager
_________________
La vie n’est pas d’attendre que l’orage passe, c’est apprendre à danser sous la pluie. Sénèque
Back to top
Guylou
Conjonction volubile

Offline

Joined: 15 Jun 2010
Posts: 188
Localisation: Orléans
Féminin

PostPosted: Mon 19 Aug - 18:05 (2013)    Post subject: Certaines n'avaient jamais vu la mer Reply with quote

J'ai aussi beaucoup aimé ce roman. Le parti pris littéraire assez original était un pari, que j'estime réussi. L'utilisation d'un "nous" individualisé, puisqu'à chaque fois il concerne une personne ou un petit groupe de personnes, renforcent l'idée de communauté, en même temps qu'elle met l'accent sur le destin personnel de chacune de ces femmes. Ce choix donne aussi au roman un rythme très particulier, effectivement un peu lancinant.
Pour ma part, je connaissais l'histoire, non pas de ces japonaises venues rejoindre aux Etats-Unis un mari inconnu, mais des camps dans lesquels les Américains parquèrent les Japonais durant la guerre, en partie par le livre de David Guterson : "Il neigeait sur les cèdres", que je vous recommande aussi chaudement.
_________________
A ce stade, il s'apercevait qu'il n'écoutait pas ce que ses yeux lisaient... Laurence Cossé
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    forum du cercle maux d'auteurs Forum Index -> COIN CULTURE -> Littérature All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Create my own forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group