forum du cercle maux d'auteurs Forum Index

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

1975

 
Post new topic   Reply to topic    forum du cercle maux d'auteurs Forum Index -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> JEU N°82 -> Critiques constructives du jeu 82
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Belphegor
Guest

Offline




PostPosted: Mon 4 Jun - 19:35 (2012)    Post subject: 1975 Reply with quote

j'ai corrigé une faute que j'avais laissée passer, je m'en excuse auprès des lecteurs.
__________________________________________________________________________



« Et si tu n’existais pas, dis-moi pourquoi j’existerais ». Machinalement, Laure lève la tête de son roman. Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas entendu cette chanson. C’était en…1976 ? 1977 ? Mais non, voyons, c’était en 1975, l’année du bac, des premières vacances sans les parents. Comment oublier le slow de l’été, au camping de Lacanau, le soir au bar, on dansait jusqu’à pas d’heure. Et on allait se baigner dans le lac avant de s’endormir sur les aiguilles de pin.
La radio continue à distiller le tube de Joe Dassin et Laure soupire. La voici à nouveau replongée dans ses souvenirs, comme souvent quand elle s’ennuie et que son esprit vagabonde au fil des regrets et des remords.
Elle s’approche de la baie vitrée. Le soleil inonde le square dans lequel des enfants sont affairés à construire une cabane en carton.
Laure essaie de se rappeler les paroles d’un autre slow cet été là, un truc de Nino Ferrer que tout le monde fredonnait. La chanson parlait de Louisiane. Ah oui : «On dirait le Sud, le temps dure longtemps ».
Le Sud. Quand elle était partie avec Maxime, Cédric et Mumu à bord de la vieille 4L, ils chantaient ça en dévalant la nationale 10. « Et la vie sûrement, plus d’un million d’années »
A cette époque, Laure pensait que la vie durerait longtemps. Et la vie a coulé entre ses mains sans qu’elle s’en aperçoive vraiment.
L’été 1975, c’était l’époque où on pouvait tout se permettre, même chanter : « voulez-vous coucher avec moi, ce soir ? » Laure sourit, elle se rappelle la tête des vacanciers quand la bande hurlait le refrain de Patty LaBelle.
C’est pendant les vacances dans les Landes qu’elle a rencontré Tim. Le beau hollandais. Grand, peu bavard mais tellement séduisant. Il s’est joint au groupe, naturellement malgré le barrage de la langue. Laure n’avait d’yeux que pour lui et ses boucles blondes.
Elle ouvre la fenêtre pour respirer un peu. Elle revoit le visage de Tim qui lui sourit. Elle lui avait appris une chanson, phonétiquement. Une de ses préférées, une de son chouchou, Julien Clerc.
« This melody is a melody for you – This melody, c’est l’océan entre nous”.
Pas très doué pour le chant, le Tim ! Mais pour l’embrasser, la serrer tout contre lui, ça il savait faire.
Amour d’un été et à l’automne, elle s’est aperçue qu’il lui avait fait un enfant. Tim est reparti au pays des moulins, sans lui laisser une adresse. Alors, avec Mumu, elles se sont débrouillées et l’enfant n’est pas né.
Il aurait quel âge maintenant ? La trentaine. Cet enfant aurait lui-même des enfants. Laure serait grand-mère. Au lieu de cela, elle regarde les petits en bas qui grimpe tant bien que mal sur les branches d’un vieil arbre brisé. Broken tree…
Brokken, mais oui, c’est ça ! Brokken, avec deux K. Des années qu’elle cherche à se rappeler son nom. Elle en est certaine maintenant. Laure répète : Brokken, Tim Brokken.
Laure crie de joie. Elle réfléchit un instant puis court vers son ordinateur. Serait-il possible… Elle se connecte à son réseau social préféré, cet outil qui la relie au monde. Fébrile, elle tape le nom et le prénom, aussitôt apparaît deux occurrences. La première lui révèle une image de Manga, la seconde la photo d’un quinquagénaire aux cheveux poivre et sel, un sourire, des yeux bleus. Le cœur battant, elle regarde la ville de résidence : Eindhoven.
Des larmes coulent sur le beau visage de Laure. Elle retient sa respiration et après un moment d’hésitation, elle décide d’entrer à nouveau dans la vie.
Back to top
Publicité






PostPosted: Mon 4 Jun - 19:35 (2012)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Felix
Conjonction volubile

Offline

Joined: 25 Mar 2012
Posts: 365
Localisation: Lyon
Féminin

PostPosted: Mon 4 Jun - 19:54 (2012)    Post subject: 1975 Reply with quote

J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce texte. J'ai fredonné les chansons (oui, oui ! Laughing ), en plus j'adore "le Sud". Les deux époques et le décalage dû au temps qui passe sont bien évoqués, les personnages vivent ! Et cette histoire est raconté avec subtilité. Je ferai juste deux remarques : la phrase "Des larmes coulent sur le beau visage de Laure" est beaucoup trop mièvre. Et la façon de retrouver le nom de Tim me semble un peu artificielle. L'idée est bonne mais tu aurais pu brouiller les pistes pour mieux y revenir, par exemple évoquer cet "arbre cassé" (avec les petits enfants qui jouent dessus) au début du texte, bifurquer par la langue anglaise (un petit Doors en passant ? je m'égare...) et enfin tomber sur le beau Hollandais ! Mr. Green
Back to top
Caspienne
Guest

Offline




PostPosted: Tue 5 Jun - 09:11 (2012)    Post subject: 1975 Reply with quote

Je suis étonnée que ce texte ne soit pas mieux classé, je l'aurais bien vu dans le peloton de tête, il répondait à la consigne et était bien écrit. En même temps, c'est vrai que je ne l'ai pas retenu moi-même, mais pour des raisons fumeuses, parce qu'il parle d'une époque dont je ne me souviens pas, donc je ne me suis pas identifiée à Laure. A quoi ça tient, hein! La dernière phrase est superbe.
Back to top
Mita
Guest

Offline




PostPosted: Tue 5 Jun - 12:50 (2012)    Post subject: 1975 Reply with quote

Je l'ai bien aimé, j'ai apprécié et fredonné les chansons, c'est très bien écrit mais je n'ai pas assez retrouvé le côté échevelé de l'époque, bien que tu t'y emploies. Je ne saurais dire cependant ce qu'il manque.


Voilà un commentaire totalement inutile !
Back to top
Armorique
Administrateur

Offline

Joined: 05 Jun 2010
Posts: 4,950
Localisation: Dinan
Féminin

PostPosted: Tue 5 Jun - 14:39 (2012)    Post subject: 1975 Reply with quote

J'ai lu ce texte avec plaisir, j'ai chantonné également. Mais j'ai moins aimé la fin. Je me suis demandée pourquoi elle avait attendu si longtemps pour essayer de retrouver son nom et faire des recherches! Ce n'est pas très constructif non plus...
_________________
La vie n’est pas d’attendre que l’orage passe, c’est apprendre à danser sous la pluie. Sénèque
Back to top
Marixel
Conjonction volubile

Offline

Joined: 20 Jan 2011
Posts: 5,296
Localisation: ...
Féminin

PostPosted: Tue 5 Jun - 14:45 (2012)    Post subject: 1975 Reply with quote

J'ai trouvé le texte bien écrit, intéressant parce que pris sous l'angle original des chansons, cependant la fin m'a paru un peu "invraisemblable" (pas certaine que ce soit le terme approprié) je ne l'ai pas retenu principalement pour cette raison.
Back to top
LaBelleLNA
Conjonction volubile

Offline

Joined: 15 Oct 2010
Posts: 740
Localisation: Pyrénées Orientales
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 羊 Chèvre

PostPosted: Tue 5 Jun - 15:43 (2012)    Post subject: 1975 Reply with quote

Mon numéro 3

L'année de mes vingt ans ... la bonne époque !

Peu de temps avant on était parti à deux couples en deux-chevaux Wink camper (sauvagement) du côté de Honfleur ...
Pour la bande son j'aurais préféré quelques chansons de Ferré ou Brel mais je m'y suis bien retrouvée ...

La fin optimiste qui laisse penser qu'elle s'ouvre à nouveau la vie est réjouissante ...
_________________
J'ai abandonné le jardinage quand j'ai constaté que je coupais les vers de terre en deux.

Albert Einstein
Back to top
Belphegor
Guest

Offline




PostPosted: Tue 5 Jun - 19:49 (2012)    Post subject: 1975 Reply with quote

Je l'ai dit quand j'ai envoyé mon texte à A rebours, l'écriture m'a pris une petite heure, faute de temps je n'ai pas vraiment peaufiné ce récit. Est ce la raison pour laquelle il se retrouve dans les derniers wagons ? Peu importe, mon envie est plus dans l'écriture d'histoires simples, il faut donc lire ce texte comme tel.
Sur la fin un peu "invraisemblable", je dirais que c'est plutôt la vie qui est, somme toute, totalement invraisemblable Mr. Green

merci pour vos commentaires Wink
Back to top
Jodie
Conjonction volubile

Offline

Joined: 21 Jul 2011
Posts: 1,896
Localisation: Forêt profonde
Féminin Scorpion (23oct-21nov) 虎 Tigre

PostPosted: Wed 6 Jun - 08:22 (2012)    Post subject: 1975 Reply with quote

Bonne idée de départ les chansons !! Après il faut choisir et dans ces cas-là je privilégie rarement ce type d'histoire... Pas très constructif je sais, mais bon... au plaisir de te relire.
_________________
God as a dead robin ; God as the eye of a dead robin ; God as your barely visible reflection in the eye of a dead robin
Back to top
sophax
Conjonction volubile

Offline

Joined: 02 Jan 2012
Posts: 379
Localisation: Toulon
Masculin

PostPosted: Wed 6 Jun - 13:36 (2012)    Post subject: 1975 Reply with quote

Mon n°3...

Moi j'ai totalement adhéré à cette profusion sensorielle. La gestion de la contrainte est géniale aussi. Trouver ce biais pour offrir vie et sens à une introduction imposée, je suis admiratif. Cependant, il est vrai, pas le plus flamboyant dans la prose, mais moi, j'ai aimé...

En effet, je l'aurais aimé mieux classé.
Dommage !
_________________
Il n'y a pas de chemin, il n'y a que cheminer.
Back to top
Fred
Guest

Offline




PostPosted: Wed 6 Jun - 15:28 (2012)    Post subject: 1975 Reply with quote

Tu es numéro 8 de mon classement.
Comme beaucoup, j'ai fredonné les chansons !
Pour ce qui est du texte, j'aurais bien aimé que le descriptif soit un petit peu plus condensé, de manière à pouvoir nous amener, si ce n'est aux retrouvailles, au moins à la prise de contact entre Laure et Tim.

PS: je ne t'avais pas reconnu non plus ! (il faut dire que je suis nul à ce jeu...), mais en relisant ton texte et ayant connaissance de l'auteur, avec un effort, j'aurais dû avoir au moins un doute ! Mr. Green
Back to top
Belphegor
Guest

Offline




PostPosted: Thu 7 Jun - 10:46 (2012)    Post subject: 1975 Reply with quote

Merci pour les nouveaux commentaires Smile

@ Fred – je ne suis pas certain que j’avais envie d’aller jusqu’aux retrouvailles, d’ailleurs je laisse le doute à la fin du texte. Le fait que Laure décide de sortir de son isolement n’implique pas que Tim aura envie de la revoir. Cela fera peut-être l’objet d’une suite , qui sait Wink
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    forum du cercle maux d'auteurs Forum Index -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> JEU N°82 -> Critiques constructives du jeu 82 All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Create my own forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group