forum du cercle maux d'auteurs Forum Index

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Le trac

 
Post new topic   Reply to topic    forum du cercle maux d'auteurs Forum Index -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> JEU N°82 -> Critiques constructives du jeu 82
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Armorique
Administrateur

Offline

Joined: 05 Jun 2010
Posts: 4,953
Localisation: Dinan
Féminin

PostPosted: Mon 4 Jun - 15:58 (2012)    Post subject: Le trac Reply with quote

Le trac

Et si, face à la scène, la salle était déserte ?
Et si, au troisième coup, le brigadier cassait ?
Si, à la fin de l’acte, le rideau se coinçait ?
Si, dès le premier mot, mon texte se dérobait ?
Si, durant la première, tout cela arrivait, je serais sans nul doute, l’acteur le plus maudit du théâtre français ! C’est ce que je me répète depuis quelques minutes. Je tente de me rassurer mais sans grand résultat. Je devrais me donner quelques claques bien senties pour m’empêcher d’avoir des pensées si débiles. Hélas, j’ai le trac et rien ne me délivre des idées négatives m’envahissant l’esprit avant chaque début de toute nouvelle pièce.
Cette peur semblerait être gage de talent ! J’aimerais m’en convaincre, car en ce cas je suis, le plus grand comédien du vingt et unième siècle !

Je me calme, je respire un grand coup.
Je saisis un verre d’eau et je bois lentement, je m’humecte les lèvres, j’avale doucement.
À la répétition tout s’est fort bien passé. Serait-ce un bon présage ?
Et si, c’était plutôt, le signe d’un naufrage ?
Dans moins d’une demi-heure, je vais rentrer sur scène. J’ai été maquillé, ma perruque talquée, ma ceinture serrée, dans mon superbe costume, je me suis harnaché.
Et si, je me prenais les pieds dans mon épée ?
Quelle idée ridicule !

J’attrape mon fascicule et je relis bien vite les premières répliques de la première scène. Ma mémoire est intacte, je connais mon sujet. Je « suis » mon personnage, à tel point d’ailleurs que même mes angoisses, je les pense en vers. Les rimes sont éludées, mais dans ma pauvre tête, surgissent sans grand effort ces quelques alexandrins, il est vrai fort poussifs, d’un coin de mon cerveau...
Et si, ma vocation, c’était plutôt d’écrire ?
Il est un peu trop tard pour me reconvertir. Je dois assumer le contexte présent.

Dans les coulisses les comédiens s’agitent. Ils se rapprochent du lieu où le temps s’abolit, où dans la salle obscure, acteurs et spectateurs auront pour seul attrait cette histoire inventée, par un auteur défunt depuis des décennies.
Les trois coups retentissent. Mon cœur, de ma poitrine, va sûrement jaillir.
Les projecteurs s’allument. J’avance en avant-scène…

Et si c’était cela, uniquement, la vie ?
_________________
La vie n’est pas d’attendre que l’orage passe, c’est apprendre à danser sous la pluie. Sénèque
Back to top
Publicité






PostPosted: Mon 4 Jun - 15:58 (2012)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
sophax
Conjonction volubile

Offline

Joined: 02 Jan 2012
Posts: 379
Localisation: Toulon
Masculin

PostPosted: Mon 4 Jun - 16:11 (2012)    Post subject: Le trac Reply with quote

Bonjour Armorique,

J'ai vraiment aimé ton texte. D'abord parce que la maitrise de la narration est un régal, joliment menée et pleine d'extases, mais aussi et surtout parce que j'ai apprécié ta démarche intellectuelle. Rares sont les textes à ne s'être pas contenté de "claquer" un "et si" comme prétexte à leur première phrase. Ici, tu creuses un magnifique message. "Et si", l'invention, le jeu, le jeu d'acteur bien sûr ! C'est à mon sens simplement génial ! Cela te hisse à la seconde place de mon podium, seulement déposée par l'excellentissime texte "ma nuit du chasseur" où la qualité de la prose a, de peu, fait basculer mon vote.
_________________
Il n'y a pas de chemin, il n'y a que cheminer.
Back to top
Armorique
Administrateur

Offline

Joined: 05 Jun 2010
Posts: 4,953
Localisation: Dinan
Féminin

PostPosted: Mon 4 Jun - 16:22 (2012)    Post subject: Le trac Reply with quote

Embarassed Je suis toute rougissante devant mon écran. Je suis vraiment très flattée d'une aussi élogieuse critique Merci Sophax.
_________________
La vie n’est pas d’attendre que l’orage passe, c’est apprendre à danser sous la pluie. Sénèque
Back to top
danielle
Administrateur

Online

Joined: 21 May 2010
Posts: 12,573
Localisation: St Etienne
Féminin Poissons (20fev-20mar)

PostPosted: Mon 4 Jun - 16:39 (2012)    Post subject: Le trac Reply with quote

L'idée était excellente et la démarche originale, comme le souligne Sophax. Mais il fallait choisir alors je me suis... concentrée sur des lourdeurs ou imperfections qui m'ont gênée à la lecture. :
"avant chaque début de toute nouvelle pièce.
J’ai été maquillé, ma perruque talquée (j'ai été maquillée, ma perruque a été talquée)
mais dans ma pauvre tête, surgissent sans grand effort ces quelques alexandrins, il est vrai fort poussifs, d’un coin de mon cerveau... (redondant?)

Je pinaille...
_________________
"J'ai appris qu'une vie ne vaut rien, mais que rien ne vaut une vie"A. Malraux
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Back to top
Armorique
Administrateur

Offline

Joined: 05 Jun 2010
Posts: 4,953
Localisation: Dinan
Féminin

PostPosted: Mon 4 Jun - 16:49 (2012)    Post subject: Le trac Reply with quote

Tu as raison Danielle mais je voulais faire un maximum d'alexandrins et je ne suis pas une grande poète aussi le résultat n'est pas toujours aussi correct que je l'aurais souhaité! Je me suis bien amusée à écrire de cette manière mais je suis consciente qu'il y a du boulot si je veux que cela soit meilleur...
_________________
La vie n’est pas d’attendre que l’orage passe, c’est apprendre à danser sous la pluie. Sénèque
Back to top
Tonina
Conjonction volubile

Offline

Joined: 04 Jun 2010
Posts: 3,630
Localisation: Seine et Marne
Féminin

PostPosted: Mon 4 Jun - 17:13 (2012)    Post subject: Le trac Reply with quote

J'ai bien aimé l'idée que tu as eue de parler du trac et de partir de cette inquiétude qui doit traverser l'esprit de tout acteur ( -trice ) avant d'entrer en scène : et si rien ne se passait comme prévu ? Mais, je ne sais pas trop comment l'exprimer, je suis restée sur ma faim, j'aurais aimé que cette appréhension soit plus approfondie ...
Back to top
Marixel
Conjonction volubile

Offline

Joined: 20 Jan 2011
Posts: 5,296
Localisation: ...
Féminin

PostPosted: Mon 4 Jun - 17:58 (2012)    Post subject: Le trac Reply with quote

Ce texte s'est trouvé sur mon premier podium en ballotage avec un autre : j'ai trouvé qu'il répondait bien au sujet et qu'il était bien écrit mais j'ai finalement choisi le poème de Mita. Mon sixième choix. Bravo encore pour ta belle remontée et ta place
Back to top
ptit lu
Administrateur

Offline

Joined: 05 Jun 2010
Posts: 8,115
Localisation: Grenoble
Féminin

PostPosted: Mon 4 Jun - 18:39 (2012)    Post subject: Le trac Reply with quote

3ème sur mon podium ! Un thème original, bien traité. En tenant compte des remarques de Danielle, tu vas pouvoir en faire un magnifique texte !
Back to top
Anne Veillac
Guest

Offline




PostPosted: Mon 4 Jun - 21:08 (2012)    Post subject: Le trac Reply with quote

J'ai cru que ce texte avait été écrit par Khéops, je me suis trompée...
J'ai bien aimé ce texte, je trouve qu'il fonctionne très bien. Je n'ai pas voté pour lui parce qu'il fallait faire un choix.
Back to top
Caspienne
Guest

Offline




PostPosted: Tue 5 Jun - 09:04 (2012)    Post subject: Le trac Reply with quote

J'ai bien aimé, ton texte n'était pas loin de mon podium, car j'ai trouvé l'idée excellente -- cet acteur tellement acteur qu'il pense en alexandrins! avec une belle mise en oeuvre. Et puis finalement il m'a manqué un peu d'émotion pour le garder.
A ce propos, à la lecture je me suis reposé pour la moultième fois une question qui n'a pas grand chose à voir avec le texte lui même, mais peut-être que quelqu'un a la réponse. Il y a très longtemps, à propos d'Aragon, j'avais lu quelque part qu'une chose horripilante chez lui c'était ce tic d'écriture consistant à écrire en alexandrins dans ses romans -- enfin, de faire des phrases de douze pieds. Le critique expliquait doctement que c'était une faute de style d'écrire en alexandrins quand on fait de la prose, ou du moins, une facilité (et c'est vrai qu'Aragon en abuse). Ca m'avait vraiment frappée, en même temps, je n'ai jamais lu ça ailleurs, donc je me demande si c'était une élucubration de l'auteur? Est-ce que quelqu'un a entendu parler de cette prétendue "faute de style"?
Back to top
Marixel
Conjonction volubile

Offline

Joined: 20 Jan 2011
Posts: 5,296
Localisation: ...
Féminin

PostPosted: Tue 5 Jun - 09:12 (2012)    Post subject: Le trac Reply with quote

A vrai dire, si j'adore la poésie d'Aragon, notamment les poèmes consacrés à Elsa, j'ai été découragée par la longueur de ses romans que j'ai abandonnés très vite en cours de lecture. Mais il est vrai que lorsqu'on écrit beaucoup de poésies, on se surprend à composer des phrases en alexandrins. De là à les glisser dans les romans Rolling Eyes
Back to top
Jodie
Conjonction volubile

Offline

Joined: 21 Jul 2011
Posts: 1,896
Localisation: Forêt profonde
Féminin Scorpion (23oct-21nov) 虎 Tigre

PostPosted: Tue 5 Jun - 09:52 (2012)    Post subject: Le trac Reply with quote

La musicalité de l'oreille du poète, qui finit par le faire penser et donc écrire en vers, sans même s'en rendre compte, allez savoir ! Un tic professionnel, pourquoi pas Mr. Green ?

Revenons-en au texte d'Armorique, qui faisait partie de ceux que j'avais apprécié d'entrée de jeu ou de lecture, au choix. Originalité du thème et comme le dit Sophax, toi, tu as vraiment donné tout son sens à l'interrogation en nous décrivant celle, incessante, de l'artiste ( quel qu'il soit finalement) confronté aux regards, mais qui ne peut s'empêcher d'entrer sur scène malgré tout. Belle définition du trac. Bravo.
_________________
God as a dead robin ; God as the eye of a dead robin ; God as your barely visible reflection in the eye of a dead robin
Back to top
Mita
Guest

Offline




PostPosted: Tue 5 Jun - 12:43 (2012)    Post subject: Le trac Reply with quote

J'ai bien aimé aussi !


La mise en page aérée, le style, l'idée.
Mais
j'avais déjà mes cinq premiers !
Back to top
Armorique
Administrateur

Offline

Joined: 05 Jun 2010
Posts: 4,953
Localisation: Dinan
Féminin

PostPosted: Tue 5 Jun - 13:29 (2012)    Post subject: Le trac Reply with quote

Merci à toutes.
Ce texte m'est venu à l'esprit à mon retour du week end de l'Ascension où j'avais vu neuf pièces en trois jours à un festival. J'adore le théâtre et j'en ai fait pendant quelques,années. Je n'avais pas trop le trac mais je n'avais pas non plus un talent fou Mr. Green
J'ai écrit des débuts de pièces mais ce n'est pas facile et cela change complètement de la nouvelle!
_________________
La vie n’est pas d’attendre que l’orage passe, c’est apprendre à danser sous la pluie. Sénèque
Back to top
Protomatos
Adjectif enthousiaste

Offline

Joined: 14 Jan 2012
Posts: 77

PostPosted: Tue 5 Jun - 19:20 (2012)    Post subject: Le trac Reply with quote

Bonsoir Armorique
J’ai placé ton texte en tête de mon podium ; j’ai eu beaucoup de plaisir à le lire car il remplissait à mes yeux une fonction essentielle : il m’étonnait. Au fil de multiples lectures, j’ai pris des notes que je te livre un peu en désordre. Il ne s’agit pas d’un commentaire mais d’une cascade de surprises agréables, de repérages de jeux subtils et de fins calculs. Si tu juges que je suis passé à côté de ton texte, sache au moins que, même à distance, j’en ai perçu l’éclat.
Merci pour ces excellents moments.

Ton titre définit l’essentiel : angoisse irraisonnée au moment d’une épreuve. Mais laquelle ? Le « et si » sera la seule arme pour avancer dans ce qui échappe à la raison (Sophax a très bien souligné le rôle dynamique de cette formule d’incessante relance). On pense évidemment à l’instant où il faut paraître en public et le champ lexical du théâtre va s’imposer. Mais l’angle d’attaque est particulier : le « et si » nous met en situation d’anticipation de représentation. L’amorce est assez drôle : alexandrins boiteux, mais double anaphore (et si /et si puis si/si) : cela crée un mélange d’élan et de culbute ; le contenu demeure en même temps assez ordinaire, l’ambiance est celle d’une troupe d’amateurs (rien n’est bien calé ; on assiste à une sorte de filage catastrophique in extremis) et le 4° vers ( ?) de 13 syllabes se dérobe effectivement. Le personnage, à la frontière de deux univers, est imparfaitement imprégné du rythme des vers, car sa respiration est déphasée par le trac et il apparaît comme un hybride vers-prose. D’où des versets un peu claudicants et parfois même de la prose à l’état brut.
La première vague de « et si » nous le montre prisonnier de ses angoisses matérielles. Si on fait le bilan des rimes (cassait, coinçait, dérobait, déserte (qui reste sans écho et crée un déséquilibre sonore), on peut se demander à quel type de pièce on va se trouver confronté : une bouffonnerie tragique ? Il faut noter que c’est un alexandrin correct qui, ironiquement, annoncera plus loin « Et si c’était plutôt le signe d’un naufrage ? »

« Dans moins d’une demi-heure, je vais rentrer sur scène. J’ai été maquillé, ma perruque talquée, ma ceinture serrée, dans mon superbe costume, je me suis harnaché. »
L’urgence impose un bilan, un tour d’horizon qu’on devine dix fois répété, à la limite du TOC d’acteur : maquillage/perruque/ceinture/costume. Une syntaxe voulue de check-list avant l’envol. L’écriture mime bien le cerveau obsédé, en surtension.

« Et si ma vocation …écrire » nous plonge dans une réflexion plus profonde. Cet alexandrin jaillit au terme d’une phrase qui peut sembler confuse, voire incorrecte (« mais dans ma pauvre tête … d’un coin de mon cerveau ») ; la maladresse est non seulement excusable mais elle est irremplaçable puisqu’elle traduit directement l’état de confusion. Et pourtant cet univers en vrac s’ordonne soudain en deux alexandrins (+ la rime écrire/reconvertir). Autrement dit la vocation s’incarne à l’instant où elle désespère de se réaliser. Le petit jeu ironique sur vocation/re-convertir), à coloration faussement religieuse, est plaisant (inspiration : un premier vers donné par les dieux, selon Valéry, mais tout reste à faire ensuite). Acteur ou écrivain, on n’échappera pas à la question du vers 4 (Si, dès le premier mot, mon texte se dérobait ? « mon » serait équivalent de « celui que j’ai créé » et non plus « celui que je joue »). Un cran plus haut.(cf les commentaires de Sophax et Jodie)

« du lieu où le temps s’abolit, où dans la salle obscure, acteurs et spectateurs auront pour seul attrait cette histoire inventée » :
amusante reformulation de la règle classique des trois unités. De plus on est rassuré : le public est là ! le brigadier aussi a tenu le coup, reste l’angoisse du rideau !

La dernière ligne est un mystère du plus bel effet :
- Est-ce le prolongement de la réflexion, la dernière étape de la recherche, une aporie ? Un élargissement s’est produit entre « mon » et « la », on est passé du singulier à l’universel. Le mot « cela » pousse évidemment le lecteur à tout relire : on lui aurait expliqué la vie dans les lignes précédentes ?

- Est-ce le premier vers de la pièce jouée ? L’alexandrin est correct ; le mot « cela » n’est pas gênant, la scène pouvant débuter in medias res ; c’est aussi la suite naturelle de « j’avance en avant-scène…) ; le théâtre prendrait alors en charge d’expliquer la vie (cela promet une belle scène d’exposition!) L’ensemble théâtre/vie est inextricable et le trac prend une dimension nouvelle. Au seuil de quelle épreuve sommes-nous désormais ? Comment résonnent alors « déserte/cassait/coinçait/dérobait. « Et si » revient une ultime fois, comme pour épuiser le champ du réel : la question est unique, le vocabulaire dépouillé (était/cela), la perspective réduite (uniquement) mais l’enjeu capital (la vie). On a l’impression, en rupture avec le traditionnel et usé « acta est fabula » prononcé à la fin d’une vie, par dérision, d’être en présence d’un défi à relever. C’est au lecteur qu’on a flanqué le trac. A lui de « jouer » … ou de trouver « quelle sera sa rime » devant les autres comme dit Keating dans le Cercle des poètes disparus.
Back to top
Armorique
Administrateur

Offline

Joined: 05 Jun 2010
Posts: 4,953
Localisation: Dinan
Féminin

PostPosted: Tue 5 Jun - 19:55 (2012)    Post subject: Le trac Reply with quote

Je dis souvent que j'écris pour être lue et je ressens très souvent une frustration de ne pas avoir de retours, lors des concours par exemple. Aujourd'hui, j'avoue avoir été gâtée par plusieurs d'entre vous et ce soir par cette critique plus longue que mon propre texte! Merci vraiment Protomatos pour toutes ces remarques.

L'idée que le dernier vers soit le premier de la pièce qui va commencer est excellente, je n'y avais pas pensé! Dans mon esprit, l'acteur étant totalement entré dans son rôle et ce vers devait être correct et non bancal.
_________________
La vie n’est pas d’attendre que l’orage passe, c’est apprendre à danser sous la pluie. Sénèque


Last edited by Armorique on Wed 6 Jun - 13:09 (2012); edited 1 time in total
Back to top
Marixel
Conjonction volubile

Offline

Joined: 20 Jan 2011
Posts: 5,296
Localisation: ...
Féminin

PostPosted: Wed 6 Jun - 07:19 (2012)    Post subject: Le trac Reply with quote

Wahoo Armorique tu as dû te régaler à lire une aussi brillante critique
Back to top
Jodie
Conjonction volubile

Offline

Joined: 21 Jul 2011
Posts: 1,896
Localisation: Forêt profonde
Féminin Scorpion (23oct-21nov) 虎 Tigre

PostPosted: Wed 6 Jun - 08:06 (2012)    Post subject: Le trac Reply with quote

Je suis admirative, quant à moi, du temps et de la constance nécessaires, pris par Protomatos, pour offrir à Armorique une telle critique !!! Je ne parviens même pas à dire un petit mot pour tous les textes ! Quand je vois le nombre, mon esprit hyper paresseux et débordé d'un rien fait . Allez, je vais quand même essayer de faire une ou deux remarques contructives (ou pas) sur un ou deux textes.
_________________
God as a dead robin ; God as the eye of a dead robin ; God as your barely visible reflection in the eye of a dead robin
Back to top
Fred
Guest

Offline




PostPosted: Wed 6 Jun - 10:36 (2012)    Post subject: Le trac Reply with quote

Dès les premières lignes, je me suis senti oppressé par le trac de l'acteur.
J'ai habité ton personnage du début à la fin de l'histoire, vécu son trac limite maladif, avec ses hauts et ses bas.
Numéro 3 sur mon podium !
Back to top
Anne Veillac
Guest

Offline




PostPosted: Wed 6 Jun - 12:46 (2012)    Post subject: Le trac Reply with quote

Jodie wrote:
Je suis admirative, quant à moi, du temps et de la constance nécessaires, pris par Protomatos, pour offrir à Armorique une telle critique !!! Je ne parviens même pas à dire un petit mot pour tous les textes ! Quand je vois le nombre, mon esprit hyper paresseux et débordé d'un rien fait . Allez, je vais quand même essayer de faire une ou deux remarques contructives (ou pas) sur un ou deux textes.


Est-ce forcément de la paresse ?
Il y a des gens qui sont très doués pour décortiquer un texte ou en parler en détail. Je trouve ça souvent difficile.
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    forum du cercle maux d'auteurs Forum Index -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> JEU N°82 -> Critiques constructives du jeu 82 All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Create my own forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group