forum du cercle maux d'auteurs Forum Index

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Litanie des heures

 
Post new topic   Reply to topic    forum du cercle maux d'auteurs Forum Index -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Jeu N°76 -> Critiques constructives Jeu N°76
Previous topic :: Next topic  
Author Message
A rebours
Guest

Offline




PostPosted: Wed 21 Dec - 17:32 (2011)    Post subject: Litanie des heures Reply with quote

Litanie des heures

C’était il y a quelque temps. Un mois, une année. Je ne sais plus trop bien.
La fulgurance de la vie, le poids des responsabilités si lourdes et très factices, l’assourdissante clameur du monde, je ne supportais plus ces incessantes bacchanales qui vous tenaillent sournoisement, vous étouffent lentement. Las d’un quotidien mené à train d’enfer, j’égrenais les instants de ma vie qui me filaient entre des doigts blanchis par une terne lumière citadine, amaigris par d’insipides repas jamais dégustés. Les vacances d’été, le séjour dans une station balnéaire très en vue, la visite à la famille pour la Toussaint et le jour des morts, puis la folie des cadeaux en décembre, la fête du nouvel an, la semaine à la montagne sur les pistes blanches, un long week-end au soleil en avril. Les années passaient sans distinction, illusion de notre pouvoir sur le temps. Et puis il en a été autrement.
J’y suis entré pour la première fois au gré d’une errance paresseuse, telles mes flâneries dominicales sans réel autre but que de prolonger ma somnolence en pleine nature. J’y suis retourné la semaine suivante, et la suivante encore. Noël approchait, les tournoiements des préparatifs aussi. Un intense et soudain besoin d’y déposer ce qui nous dépossède de nous-mêmes m’a saisi, enserré la gorge, comme un appel décisif à survivre.
Enchâssé entre une rivière débordante et une perle arborée, l’édifice mêle des odeurs de parfums précieux à l’humus d’une terre à peine travaillée, laissée intacte par l’homme respectueux. Tout y respire la douce litanie d’une existence qui s’abandonne, rien n’y transpire d’acide ou de sulfureux. Je me rappelle mes premiers pas dans l’abbatiale, intimidé, impressionné, pas encore vraiment pénétré par le grand souffle. Le portier m’a gratifié d’un sourire dont j’ignorais s’il s’adressait à moi ou aux cieux. Quelques jours à l’hôtellerie, puis un projet de vie qui se dessine, lentement, inconscient de s’en remettre à Lui. A l’aube des belles vacances de Noël, un souffle que je ne savais pas encore divin m’a aspiré, transporté d’un univers séculier aux lieux réguliers. Mes amis, ma famille, j’ai tout laissé dans le tourbillon des villes pour ces instants de sérénité. Au grand soir, les boules rutilantes et guirlandes scintillantes de Noël ont cédé la place aux senteurs d’encens dont les volutes submergent d’hallucinations, aux prières extatiques dont les accents enchantent les âmes ravies par la Nativité. Les moines, paisiblement installés dans les stalles, s’en remettaient à l’abbé et s’élevaient en psalmodiant avec lui. Les heures passaient, elles m’absorbaient et nourrissaient ma vocation.
Aujourd’hui, au chapitre, deux novices ont dû battre leur coulpe face au lutrin du père abbé ; ils ont manqué les laudes et rechigné à la lectio divina. Les insensés, ils méconnaissent donc le sésame de la vie spirituelle. Parfois l’on s’égare dans la liturgie des journées, surtout au début, dupé par l’hiver et sa pénombre, confondant les offices. Aussi, j’aime à étudier, lors de ma lectio, les somptueux livres des heures de notre bibliothèque. Après la réprimande, le père nous instruit d’ailleurs au sujet des vêpres, puis de la vigile de Noël. Demain, la nuit rayonnera d’un astre nouveau et magique.
A l’issue de l’octave de Noël, je quitterai le noviciat pour entrer dans la communauté des profès. Un jour, le prieur me confiera la charge de chantre, le dépositaire de la liturgie.
C’était il y a un an, je n’étais qu’un vacancier de Noël.
Back to top
Publicité






PostPosted: Wed 21 Dec - 17:32 (2011)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Shéhérazade
Guest

Offline




PostPosted: Wed 21 Dec - 17:39 (2011)    Post subject: Litanie des heures Reply with quote

Quel magnifique cadeau de Noël que cette vie offerte ! Dans une époque qui a érigé en déontologie le clinquant, le calcul, l'inconséquence, tu fais naître sous ta plume un être, qui, tel un bourgeon, une fleur repliée sur elle-même, s'épanouit, se déploie, pour renouer avec l'essentiel. C'est à la fois un texte fort et sobre, avec toujours une écriture riche et raffinée. Sur la plus haute branche de mon sapin, je l'ai installé.
Back to top
Mita
Guest

Offline




PostPosted: Wed 21 Dec - 18:30 (2011)    Post subject: Litanie des heures Reply with quote

Une écriture impeccable, un cheminement qui marie la nature et les profondeurs de l'âme, j'ai beaucoup aimé (mais suis toujours un peu méfiante avec les affaires de religion, en général). Cependant, ici, c'est tellement délicat et pudique que le thème même, qui aurait pu me rebuter un peu, m'a séduite.
Back to top
Jean Pierre19
Guest

Offline




PostPosted: Wed 21 Dec - 18:36 (2011)    Post subject: Litanie des heures Reply with quote

Un texte hors du temps et des modes, savoureux à déguster comme un chocolat de Noël.
Back to top
A rebours
Guest

Offline




PostPosted: Wed 21 Dec - 19:27 (2011)    Post subject: Litanie des heures Reply with quote

Merci d'avoir savouré mon petit cadeau de Noël (mais les chocolats, c'est bon aussi !), un peu retiré du temps et spirituel.
Oui, Shéhérazade, c'est une sorte de rappel à l'essentiel...
Merci Mita pour ces compliments, je sais que le thème religieux n'est pas évident à aborder, tes propos n'en sont que plus agréables à lire.
Back to top
Marixel
Conjonction volubile

Offline

Joined: 20 Jan 2011
Posts: 5,296
Localisation: ...
Féminin

PostPosted: Wed 21 Dec - 19:59 (2011)    Post subject: Litanie des heures Reply with quote

Rien à redire sur ton texte sauf que je n'ai pas accroché, très certainement à cause du thème religieux.
Back to top
la mite au logis
Guest

Offline




PostPosted: Thu 22 Dec - 11:06 (2011)    Post subject: Litanie des heures Reply with quote

J'ai beaucoup apprécié ce "vacancier de Noël" qui se tourne vers une existence de recueillement, à l'écart d'un monde qui ne nous donne que de vaines satisfactions matérielles. Un sujet à méditer !
Back to top
Jodie
Conjonction volubile

Offline

Joined: 21 Jul 2011
Posts: 1,896
Localisation: Forêt profonde
Féminin Scorpion (23oct-21nov) 虎 Tigre

PostPosted: Thu 22 Dec - 11:26 (2011)    Post subject: Litanie des heures Reply with quote

Je ne participe jamais à cette rubrique mais je fais exception pour ce texte. Mon numéro 1. Je tiens à te féliciter A Rebours et à te remercier car pour des raisons qui me sont chères ton héros m'a frappée en plein coeur.
Ecriture élégante, Shéhérazade en a très bien parlé. Beau cadeau de Noël.
_________________
God as a dead robin ; God as the eye of a dead robin ; God as your barely visible reflection in the eye of a dead robin
Back to top
A rebours
Guest

Offline




PostPosted: Thu 22 Dec - 11:28 (2011)    Post subject: Litanie des heures Reply with quote

Merci... Embarassed    
Back to top
Tobermory
Conjonction volubile

Offline

Joined: 26 Sep 2011
Posts: 553
Localisation: Montpellier
Masculin Gémeaux (21mai-20juin)

PostPosted: Thu 22 Dec - 12:37 (2011)    Post subject: Litanie des heures Reply with quote

Comme Mita je suis plutôt méfiant envers la religion, mais cela ne m’empêche pas quand je lis de la fiction de m’intéresser aux préoccupations religieuses des personnages et d’entrer en empathie avec eux. J’ai aimé cette recherche spirituelle, ce retrait par rapport à tout le clinquant de Noël et le lien entre la pureté spirituelle du lieu et le respect de la nature. (« rien n’y transpire d’acide ou de sulfureux" évoque à la fois l’enfer et la pollution )
Dans l’ensemble, je trouvé que le style sert bien l’histoire, mais j’ai buté sur certaines phrases, par exemple :

"Quelques jours à l’hôtellerie, puis un projet de vie qui se dessine, lentement, inconscient de s’en remettre à Lui" ( rupture de construction ?)

Et j’ai été surpris par les « senteurs d’encens dont les volutes submergent d’hallucinations » , ce qui m’évoque le « conditionnement » souvent reproché à l’église ( chez Zola par exemple).

Ce sont sans doute ces détails qui malgré les qualités de ce texte m'en ont fait retenir d’autres sur mon podium.
_________________
Entre le départ et l'arrivée, il reste beaucoup de place pour le doute.
Anita Brookner
Back to top
Tonina
Conjonction volubile

Offline

Joined: 04 Jun 2010
Posts: 3,630
Localisation: Seine et Marne
Féminin

PostPosted: Sat 24 Dec - 10:29 (2011)    Post subject: Litanie des heures Reply with quote

Un style un peu trop précieux à mon goût, j'aime les écritures plus légères. Voilà ce qui m'a fait écarter ce texte de mes choix.
Back to top
A rebours
Guest

Offline




PostPosted: Sat 24 Dec - 11:24 (2011)    Post subject: Litanie des heures Reply with quote

Tobermory, je reviens sur l'une des phrases qui t'ont un peu rebuté. Si la 1° est en effet quelque peu déstructurée, la 2° m'est venue à l'esprit un jour où j'ai vu l'église littéralement envahie par l'encens, et grâce au jeu des lumières, il semble alors que des formes se devinent selon l'esprit de chacun et ce vers quoi il nous emporte... le fort parfum aidant à ce ravissement !
Back to top
janis
Conjonction volubile

Offline

Joined: 05 Jun 2010
Posts: 3,997
Localisation: bretagne
Féminin

PostPosted: Sun 25 Dec - 14:01 (2011)    Post subject: Litanie des heures Reply with quote

Tobermory a écrit:
Et j’ai été surpris par les « senteurs d’encens dont les volutes submergent d’hallucinations » , ce qui m’évoque le « conditionnement » souvent reproché à l’église .
Il me semble que ta réponse, A rebours, confirme bien ce qu'il semble ressentir et vouloir exprimer lorsqu'il parle de "conditionnement".
Back to top
A rebours
Guest

Offline




PostPosted: Sun 25 Dec - 18:08 (2011)    Post subject: Litanie des heures Reply with quote

Mais justement, je ne vois pas bien pourquoi... Les odeurs et les formes amènent chacun à y voir ce qu'il veut, ou pas d'ailleurs, comme on le fait parfois avec les nuages... On y est libre, pas conditionné, non ? Tout à fait dans l'esprit des correspondances baudelairiennes. 
Back to top
hopak
Conjonction volubile

Offline

Joined: 07 Jun 2010
Posts: 1,573

PostPosted: Mon 26 Dec - 08:38 (2011)    Post subject: Litanie des heures Reply with quote

L'esprit est libre de voir ce qu'il veut dans les nuages, il ne subit pas l'influence d'une "mise en scène" comme dans une église.
Back to top
Tobermory
Conjonction volubile

Offline

Joined: 26 Sep 2011
Posts: 553
Localisation: Montpellier
Masculin Gémeaux (21mai-20juin)

PostPosted: Mon 26 Dec - 09:34 (2011)    Post subject: Litanie des heures Reply with quote

Et pour en rester à Baudelaire, il y a loin de la rêverie suscitée par les « merveilleux nuages » aux illusions des paradis artificiels. Ce sont plutôt ces derniers, et en matière de religion, « l’opium du peuple » , l’illusion dont les détracteurs de la religion l’accusent de bercer les gens, qu’évoqueraient les hallucinations. Peut-être aussi ce terme était-il un peu fort. A vrai dire, je n’ai jamais respiré suffisamment d’encens pour savoir s’il peut provoquer de tels effets.
_________________
Entre le départ et l'arrivée, il reste beaucoup de place pour le doute.
Anita Brookner
Back to top
A rebours
Guest

Offline




PostPosted: Mon 26 Dec - 11:45 (2011)    Post subject: Litanie des heures Reply with quote

Eh oui, Tobermory, si on parle souvent d'opium du peuple, un léger voile d'encens (pas que dans les églises d'ailleurs puisque d'aucuns aiment parfumer les maisons avec l'encens) dans une église associe l'odeur aux jolies formes ondoyantes, sans mise en scène particulière, à moins que les prêtres aient le pouvoir de maîtriser la forme des fumées !
Je comprends ce que tu voulais dire, c'est vrai que c'est un peu fort du moins pour les temps actuels, pas de souci.
La dernière strophe de Baudelaire reprend bien pour moi cette association des sens qui s'évadent à leur guise, pas plus :
Correspondances 
La Nature est un temple où de vivants piliers 
Laissent parfois sortir de confuses paroles ; 
L'homme y passe à travers des forêts de symboles 
Qui l'observent avec des regards familiers. 
  
Comme de longs échos qui de loin se confondent 
Dans une ténébreuse et profonde unité, 
Vaste comme la nuit et comme la clarté, 
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent. 
  
Il est des parfums frais comme des chairs d'enfants, 
Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,  
- Et d'autres, corrompus, riches et triomphants, 
  
Ayant l'expansion des choses infinies, 
Comme l'ambre, le musc, le benjoin et l'encens, 
Qui chantent les transports de l'esprit et des sens. 
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    forum du cercle maux d'auteurs Forum Index -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Jeu N°76 -> Critiques constructives Jeu N°76 All times are GMT + 2 Hours
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Create my own forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group