forum du cercle maux d'auteurs Forum Index

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

La passerelle

 
Post new topic   Reply to topic    forum du cercle maux d'auteurs Forum Index -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Critiques constructives Jeu N°179B (prose)
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Silicate
Conjonction volubile

Offline

Joined: 18 Jul 2016
Posts: 2,781
Localisation: Hauts de France
Féminin

PostPosted: Mon 6 Apr - 12:02 (2020)    Post subject: La passerelle Reply with quote

La passerelle

Quelque chose croît au creux de mon ventre, que je cherche à faire taire. Je ne sais pas si j’ai bien pris la mesure de ce qui m’attend, mais dans cet entre-deux de flottement où ma décision est prise alors que je pourrais encore reculer, je m’accroche à ma certitude : je ne fléchirai pas.

Je n’ai pas encore peur. Ça va venir, je le sais. À ce moment je pourrais dire non, sans honte à le faire, mais ce n’est pas ce que j’ai décidé.
L’endroit est isolé, dans les bois, à l’écart. Qui passe par ces chemins ? Des forestiers. Des randonneurs. Et ceux dont les gens raisonnables disent qu’il faut être fou pour faire ça !
Ça : répondre à l’appel du gouffre, gueule béante de roche et de vide, fascinante matrice où se laisser engloutir hors du monde. Silence, temps aboli, nuit éternelle.
L’endroit est impressionnant. Plus de cent mètres de profondeur, je le sais. Une distance qui ne laisse aucune chance au moindre faux pas. Je n’ai pas encore peur, pourtant mon cœur bat un peu plus vite et ma respiration se hache.

L’immense entonnoir apparaît, à droite du chemin ; par temps d’orage, les flots s’y déversent avec violence, mais aujourd’hui le ciel est clair. C’est une belle journée pour le grand plongeon. L’à peu près n’est pas permis, c’est en plein centre que je vais viser. Une passerelle franchit le vide, le promeneur peut s’y offrir le frisson du vertige, scruter la profondeur sans apercevoir le fond, s’interroger sur cette tache blanche, là-bas. Un névé ? Mais oui, bien sûr, de tous temps les gouffres ont été des glacières naturelles.

La passerelle métallique résonne sous les pas, sa trame ajourée découpe la vue, le vent, l’irrationnel de mes pensées qui s’y écrase. Ma peur enfle, impudente, elle active les alarmes, cherche à m’imposer le recul, mais je ne la laisserai pas me contraindre. Je m’arc-boute, je résiste, je ne veux pas fléchir, elle ne décidera pas pour moi.
Il faut faire les choses comme il se doit, avec calme, sans précipitation. De l’autre côté de la barrière il sera trop tard. Les nœuds sont faits, serrés, vérifiés. La corde est longue, bientôt le balancement de mon corps la tendra et le vide m’enveloppera dans l’obscurité de ses profondeurs.

Il ne me reste qu’une chose à faire avant de jouer à l’araignée dérisoire sur son fil. Franchir la rambarde et me laisser glisser de l’autre côté. Cette fois j’ai peur. J’ai vraiment peur.
J’aurais voulu pouvoir passer le garde-corps d’une seule enjambée mais sa hauteur ne me le permet pas. Je dois me hisser et me pencher face au vide, sans autre appui que mes poignets tremblants, avant de basculer pour m’allonger sur l’étroite main-courante.
Ne pas lâcher, surtout ne pas lâcher, contraindre l’emballement de mon souffle, tendre une jambe, éprouver la lenteur irrémédiable avec laquelle je glisse de l’autre côté. Laisser la pesanteur me redresser jusqu’à sentir du bout du pied un contrefort de la passerelle m’assurer un soutien.
Je m’accorde le droit de respirer à fond. Encore deux montants de renforts à enjamber, avant que plus rien ne me sépare des cents vingt mètres sous mes pieds. Pas de geste brusque, le départ doit être souple, le mouvement libre, la descente sans entrave. Directe.

Ma tension se relâche, j’embrasse déjà le vide. Je n’ai plus peur.
Le pire est passé, je revis. Je laisse filer la corde, geste maîtrisé, sûreté du mouvement, griserie de la descente. Et je crie, fort, fort, cri d’exorcisme, épreuve vaincue, exaltation, liberté.
J’adore la spéléo, je ne vous l’ai jamais dit ?
Back to top
Publicité






PostPosted: Mon 6 Apr - 12:02 (2020)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Alain Kotsov
Conjonction volubile

Offline

Joined: 25 Jan 2016
Posts: 1,762
Localisation: Paris
Masculin

PostPosted: Mon 6 Apr - 12:12 (2020)    Post subject: La passerelle Reply with quote

Mon tertio. Cette passerelle est signée. Qui d’autre que Silicate, qui n’a jamais caché sa passion pour la spéléologie (d’ailleurs elle le répète à la fin), pouvait narrer cette descente angoissante ? Ça sent le vécu !

On est dans l’action. Comme dans un film avec Schwarzenegger, Bruce Willis ou Stallone, à une échelle plus réduite. Alors le choix du temps présent est pertinent, le lecteur est « en direct ». Il doit se sentir dans la peau de l’héroïne, avoir peur avec elle. Et le style est au service de cette proximité. On se doute que ça débouchera sur un « happy end » (sinon elle ne serait plus là pour nous le raconter !), mais on frissonne, comme au cinéma. C’est réussi !
_________________
La terre est plate ?
Pour liseuse et ordi, en Epub, en mobi, mes textes gratu-its.
Back to top
Visit poster’s website
aimard
Conjonction volubile

Offline

Joined: 05 Nov 2012
Posts: 1,142
Localisation: Montreuil (93)
Masculin Gémeaux (21mai-20juin)

PostPosted: Mon 6 Apr - 15:02 (2020)    Post subject: La passerelle Reply with quote

Juste au pied de mon trio pour le podium. Proche de l’excellence dans sa forme le récit prône avec adresse l’exaltation du courage et entretient un suspens remarquable rendant l’histoire haletante. Eligible en première lecture pour le podium qui ne compte cependant que 3 places.
Remarque : L’incipit m’a paru laborieux au de vu de la tournure de la première phrase (idem pour le 10ème paragraphe)
_________________
Si tu trouves une route qui est sûre, suis la pendant longtemps.
proverbe Haoussa (Nigéria)
Back to top
Pierre
Conjonction volubile

Offline

Joined: 05 Jun 2010
Posts: 710
Masculin

PostPosted: Tue 7 Apr - 07:23 (2020)    Post subject: La passerelle Reply with quote

Quelle belle analyse de la peur, de son envahissement progressif, de la lutte obligatoire, cette lutte à laquelle on ne saurait échapper, entre cet ennemie rampante, sournoise, et le courage. E Quel soulagement, quel plaisir quand enfon elle déguerpit et laisse la place libre à de nouvelle sensations !
_________________
La vérité est dans les romans
http://pierremangin.eklablog.com/?logout
Back to top
Visit poster’s website
cab
Conjonction volubile

Offline

Joined: 09 Aug 2013
Posts: 917
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鷄 Coq

PostPosted: Tue 7 Apr - 19:26 (2020)    Post subject: La passerelle Reply with quote

Vraiment une belle plume et quel style!
On s'y croit, on voit et on vit la scène, à tel point que je jure que j'ai eu le vertige : "Je dois me hisser et me pencher face au vide, sans autre appui que mes poignets tremblants".
Par contre je pensais que nous étions partis pour une séance de saut à l'élastique.
Mais pas assez de place !
_________________
Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle apprend à nager.
Back to top
Yahoo Messenger
Elanor
Conjonction volubile

Offline

Joined: 13 Feb 2013
Posts: 349
Localisation: Suède
Féminin Balance (23sep-22oct) 狗 Chien

PostPosted: Wed 8 Apr - 10:30 (2020)    Post subject: La passerelle Reply with quote

Très beau texte, au style soigné et qui exprime parfaitement les sensations de la narratrice.

Une question seulement : le but était-il de faire croire que la narratrice allait se suicider ? Parce que, depuis le début, j’ai senti qu’il s’agissait d’une activité sportive (comme Cab, je pensais au saut à l’élastique), du coup, je n’ai pas été surprise par la chute (mais peut-être n’était-ce pas le but Wink )
_________________
Back to top
Lemmingway
Conjonction volubile

Offline

Joined: 27 Jun 2019
Posts: 977
Localisation: Alsace
Masculin

PostPosted: Wed 8 Apr - 15:37 (2020)    Post subject: La passerelle Reply with quote

Style élégant, bon rythme, description précise, c'est très plaisant à lire.

Ce qui m'a manqué ? Une chute Very Happy
_________________
Ne pas confondre fromage de tête et calcul emmenthal
--------
https://xavierlhomme.blogspot.com/
Back to top
Visit poster’s website
MamLéa
Administrateur

Offline

Joined: 06 Sep 2014
Posts: 5,832
Localisation: Lorraine (54)
Féminin Bélier (21mar-19avr) 鼠 Rat

PostPosted: Thu 9 Apr - 20:33 (2020)    Post subject: La passerelle Reply with quote

Moi qui suis "grave" sujette au vertige, ce texte m'a interpellée… je serais restée pétrifiée dès le premier pas sur la passerelle.
Dommage pour la dernière phrase qui permet d'identifier l'auteur, une autre tournure précisant qu'il s'agissait de spéléologie aurait été préférable.
Comme Cab, j'avais envisagé un saut à l'élastique.
Sur mon podium.
_________________
“Il écrit si bien qu'il me donne envie de rendre ma plume à la première oie qui passe.”
Fred Allen
Back to top
Visit poster’s website
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    forum du cercle maux d'auteurs Forum Index -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Critiques constructives Jeu N°179B (prose) All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Create my own forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group