forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Sous le cèdre bleu

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> CRITIQUES CONSTRUCTIVES DES JEUX D'ECRITURE -> Critiques constructives Jeu 162
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Tonina
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2010
Messages: 3 504
Localisation: Seine et Marne
Féminin

MessagePosté le: Mer 21 Nov - 21:50 (2018)    Sujet du message: Sous le cèdre bleu Répondre en citant

Sous le cèdre bleu

Son enfance eut la saveur de l’insouciance, l’odeur sucrée des tartes aux fruits, la clarté gaie des flammes qui dansaient dans la vaste cheminée. Elle résonna du bourdonnement des jours de fête, des jeux feutrés sur le palier, du crépitement des feuilles d’automne lancées par brassées, qui s’envolaient et retombaient en papillons mordorés. La vie au château s’écoulait en vase clos, au rythme des naissances et des saisons. Adèle grandissait avec ses frères et sœurs, sans que le monde extérieur ne vînt troubler leurs jeux.

Son adolescence eut la saveur sure des pommes mûres, l’odeur rance de la bienséance, le goût amer d’une vie austère. Adèle apprenait le carcan des jeunes filles de son rang, l’ennui des après-midi gris, la vie amidonnée de la bonne société. « Pourquoi laisse-t-on les enfants courir en tous sens, si l’on doit les brider plus tard ? » écrivit-elle dans son journal intime. « J’aurais préféré ne pas avoir connu le parfum de la liberté, pour ne pas devoir y renoncer. »

Et puis la guerre éclata. La vie se fendilla, comme un fruit véreux et, pour la première fois, l’enceinte du château vacilla. Les frères et les cousins d’Adèle partirent au front. Les saisons n’avaient plus d’importance, les feuilles mortes pourrissaient, on vivait au rythme du courrier, des nouvelles des tranchées. La mort s’engouffrait par les lézardes et les fissures. Un jour, le château fut réquisitionné et les blessés affluèrent. Le grand salon, la salle de réception, la bibliothèque furent transformés en dortoir, en salle de soin, en lieu de convalescence. Adèle troqua sa robe brodée pour une blouse et un tablier. Elle soigna, pansa, calma, rassura, apaisa, soulagea, réconforta, donna à manger et à boire. Elle mit toute son énergie au service de sa patrie. Tandis que les hommes autour d’elle luttaient contre la mort, elle trouva un sens à son existence. La guerre la libéra de la vie codée et empesée qui la maintenait prisonnière. Elle s’occupait des blessés avec douceur et conviction, et ne comptait pas ses heures. Elle ne craignait ni le sang ni l’épuisement. Elle avait trouvé sa vocation... Parfois, lorsqu’elle avait un peu de répit, elle s’éloignait dans le parc pour rejoindre son banc préféré et s’épancher dans ses carnets secrets, non loin d’un cèdre bleu dont l’ombre des ramures s’étirait jusqu’à l’assise de bois gris.

Audrey vient parfois s’asseoir à l’endroit où son arrière-grand-mère aimait donner libre cours à ses pensées et les recueillir dans des cahiers, que la jeune femme se plaît à lire et à relire. Le cèdre bleu se déploie à présent bien au-delà du banc. Le château est devenu un musée et le parc, un jardin public. Le sanctuaire d’Adèle est ouvert à tous mais c’est la présence de son aïeule qu’Audrey perçoit dans le bruissement de l’été, le balancement lent des branches du vieil arbre, le tourbillon des feuilles d’automne. Son parcours n’est guère différent de celui d’Adèle : Audrey est infirmière. Depuis deux ans, elle travaille aux urgences mais aujourd’hui, elle va donner un souffle nouveau à sa carrière. Alors, avant de partir, elle est venue chercher la protection du cèdre bleu qui, depuis de nombreuses années, lui offre son ombre ainsi que l’apaisement dont elle a besoin aux moments charnières de son existence. Le souvenir et l’exemple de cette aïeule qu’elle admire tant lui donnent force et foi : elle s’apprête à rejoindre un pays en guerre pour une mission humanitaire...
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 21 Nov - 21:50 (2018)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
MamLéa
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2014
Messages: 3 874
Localisation: Lorraine (54)
Féminin

MessagePosté le: Mer 21 Nov - 22:00 (2018)    Sujet du message: Sous le cèdre bleu Répondre en citant

Excellent texte, sur mon podium. Pas de critique à formuler.
_________________
“Il écrit si bien qu'il me donne envie de rendre ma plume à la première oie qui passe.”
Fred Allen
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
ptit lu
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 6 809
Localisation: Grenoble
Féminin

MessagePosté le: Jeu 22 Nov - 13:39 (2018)    Sujet du message: Sous le cèdre bleu Répondre en citant

Poésie et nostalgie, bravo Tonina De ma part non plus, pas de critiques constructives...
Revenir en haut
Alain Kotsov
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2016
Messages: 1 417
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: Jeu 22 Nov - 13:48 (2018)    Sujet du message: Sous le cèdre bleu Répondre en citant

J’ai planté ce cèdre au sommet de mon podium. Je ne suis pas le seul, et la plus haute marche du général prend des allures de forêt libanaise. Pourtant on pourrait qualifier de banale cette histoire on ne peut plus cohérente avec le thème. Si le fil général, la vocation d’une infirmière de la Grande Guerre trouvant son écho dans celle de son arrière-petite fille, y semble une réponse attendue, c’est la belle écriture et les détails dans la narration qui ont emporté la décision. C’est parfaitement soigné et relu. Loin d’un récit linéaire qui conduirait sans surprise à une chute prévisible, l’auteur optimise le cadre étroit pour nous familiariser avec ces deux femmes qui communiquent, à travers les circonstances et par leur nature généreuse, à un siècle de distance. De distance chronique, car l’unité de lieu est respectée, à l’ombre de l’arbre centenaire, qui lui ne bouge pas. La mise en parallèle des deux destinées y trouve un point d’appui, renforcé, ce n’est sans doute pas un hasard, par la ressemblance phonétique de leurs prénoms. Il y a un déséquilibre bienvenu en taille entre l’exposition assez fouillée de la vie de l’aïeule et la découverte de sa vocation provoquée par le drame de la guerre, et qui paradoxalement la délivre de son carcan bourgeois, voire noble, et celle de sa descendante qui en est l’avatar contemporain ; et dont il n’est pas nécessaire d’en dire davantage que l’influence sur sa vie de cet héritage moral, dont le support matériel consiste en des cahiers vieux de cent ans.

Je salue l’exploit d’avoir pu exprimer autant de choses dans une œuvre si courte, et me réjouis que cette appréciation semble partagée.
_________________

Invitation aux voyages
Pour liseuse et ordi, en Epub, en mobi, mes textes gratu-its.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Pierre
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 326
Masculin

MessagePosté le: Jeu 22 Nov - 16:53 (2018)    Sujet du message: Sous le cèdre bleu Répondre en citant

Que dire ? Magnifique écriture, personnages pétris d’humanité, justesse du propos. Alain Kostov en fait plus haut une fine analyse, je ne vais pas en rajouter derrière... Mon coup de cœur !
_________________
La vérité est dans les romans
http://pierremangin.eklablog.com/?logout
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
MamLéa
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2014
Messages: 3 874
Localisation: Lorraine (54)
Féminin

MessagePosté le: Jeu 22 Nov - 21:04 (2018)    Sujet du message: Sous le cèdre bleu Répondre en citant

Quelle belle critique, Alain !
_________________
“Il écrit si bien qu'il me donne envie de rendre ma plume à la première oie qui passe.”
Fred Allen
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Jodie
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juil 2011
Messages: 1 743
Localisation: Forêt profonde
Féminin Scorpion (23oct-21nov) 虎 Tigre

MessagePosté le: Ven 23 Nov - 08:29 (2018)    Sujet du message: Sous le cèdre bleu Répondre en citant

D'entrée de jeu, se sont imposées en mon esprit des scènes d'une série télé étrangère traitant à un moment donné de ce thème, puis les scènes de plusieurs films. Bref, impression de déjà vu, mais c'est parce que j'ai le cerveau encombré. Et puis, avec ce sujet, forcément, on a déjà vu/lu, rerevu/rerelu, on frôle l'overdose, parfois, c'est bête. Toutefois, cela ne m'a pas empêchée de remarquer l'écriture et certaines phrases poétiques. Dès que le personnage Audrey est arrivée, par contre... j'ai lâché prise. La fin ne m'a pas emballée. Subjectivité subjective Mr. Green
Par contre : énorme tendresse pour la beauté inébranlable du cèdre bleu. Arbre magnifique.
_________________
God as a dead robin ; God as the eye of a dead robin ; God as your barely visible reflection in the eye of a dead robin
Revenir en haut
Donaco
Adjectif enthousiaste

Hors ligne

Inscrit le: 10 Oct 2018
Messages: 103
Féminin

MessagePosté le: Ven 23 Nov - 21:50 (2018)    Sujet du message: Sous le cèdre bleu Répondre en citant

Tout a été si bien dit que je ne peux que renouveler mes compliments. Tout en respectant la consigne et les contraintes de caractères, le texte déroule le double portrait de deux héroïnes ordinaires dont l'existence est transcendée par un idéal humanitaire. Ca fait toujours du bien. Très beau texte.
Revenir en haut
Tonina
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2010
Messages: 3 504
Localisation: Seine et Marne
Féminin

MessagePosté le: Dim 25 Nov - 18:36 (2018)    Sujet du message: Sous le cèdre bleu Répondre en citant

Merci à vous pour les commentaire à propos de mon texte.
Un merci spécial à Alain pour sa belle analyse !
Jodie, c’est intéressant de recevoir un avis un peu contraire aux autres. Tu as raison, le thème que j’ai choisi n’est pas très original mais c’est l’idée qui m’est venue à l’esprit. Et puis, je ne voulais pas aborder un thème de la guerre que je ne connaissais pas trop, pour ne pas faire commettre d’erreur historique !
Revenir en haut
Tyu
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 07 Juin 2010
Messages: 1 618

MessagePosté le: Sam 8 Déc - 15:33 (2018)    Sujet du message: Sous le cèdre bleu Répondre en citant

Sous le cèdre bleu, nous retrouvons Dame Tonina et sa jolie prose où fourmille une foule de "rimes" qui apportent inventivité, musicalité, dynamisme, fantaisie en rebondissant de façon irrégulière : enfance/insouciance, marée/clarté gaie, dansaient/cheminées, bourdonnement/crépitement, sure/mûre, amer/austère, carcan/rang, devoir/avoir etc etc...
Par contre, je n'ai pas aimé, un peu plus loin, les huit verbes du premier groupe, à la 3è personne du passé simple : a, a, a, a, a ... Cela sent le procédé. Je pense que, si les désinences de quelques verbes des 2è et 3è groupes s'étaient intercalées, elles auraient été les bienvenues.
Votre héroïne ? Je n'ai point encore soufflé mot à son sujet... Eh bien, j'ai eu l'impression que, figée dans sa passion pour les arbres et son journal intime, elle avait douze ans et demi pour toujours et qu'elle méritait de recevoir la praline d'or de la littérature française.
Enfin, comment ne pas mentionner la surprise qui nous attend au détour d'une phrase : un imparfait du subjonctif, tout simplement ! Je reste sans voix. Bravo !
Revenir en haut
Tonina
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2010
Messages: 3 504
Localisation: Seine et Marne
Féminin

MessagePosté le: Dim 9 Déc - 22:45 (2018)    Sujet du message: Sous le cèdre bleu Répondre en citant

Ah, Maître Tyu, toujours aussi taquin Wink

Alors, vous écrivez «  Par contre, je n'ai pas aimé, un peu plus loin, les huit verbes du premier groupe, à la 3è personne du passé simple : a, a, a, a, a ... »

Effectivement, j’aurais pu varier le groupe des verbes pour obtenir des terminaisons en « ut » ou «  it », c’est vrai. Par contre, il me fallait résumer l’activité d’une apprentie infirmière en deux lignes,( en raison du nombre de signes à ne pas dépasser ! ) d’où l’énumération : je n’avais pas le choix !

Sinon, Maître Tyu, tout ce qui est en or est bon à prendre : praline, médaille ou lingot ... Alors merci pour cette distinction !
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:57 (2018)    Sujet du message: Sous le cèdre bleu

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> CRITIQUES CONSTRUCTIVES DES JEUX D'ECRITURE -> Critiques constructives Jeu 162 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com