forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Mémoires d’un banc

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> CRITIQUES CONSTRUCTIVES DES JEUX D'ECRITURE -> Critiques constructives Jeu 158
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
danielle
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 21 Mai 2010
Messages: 11 573
Localisation: St Etienne
Féminin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Mar 4 Sep - 08:42 (2018)    Sujet du message: Mémoires d’un banc Répondre en citant

Monsieur m’avait récupéré à la déchetterie dans l’intention de m’installer au jardin après m’avoir rafraîchi d’un coup de peinture. Madame m’a trouvé moche, ce qui me vaut d’être mis au ban depuis six mois au fond du garage, menacé par la pimbêche d’être transformé en bûchettes pour l’âtre. Un comble pour moi qui, fait à l’origine de belles lattes de bois blanc, occupai durant une trentaine d’années une place de choix entre deux platanes géants dans un parc du centre ville. C’est dire si j’étais recherché en été : un banc en état de siège ! Et j’en ai accueilli des fessiers, des pointus, des grassouillets, des musclés, et recueilli des confidences !
Longtemps, j’ai eu mes habituées, de vieilles dames qui débarquaient dès 13h, pour être sûres d’avoir une place gratuite à l’ombre. Parce que si j’étais déjà pris, il leur fallait louer des chaises et les transporter dans un coin protégé. Je revois encore la chaisière avec son tablier à grande poche ventrale. Je désapprouvais cette pratique ! Pour revenir aux mamies, ça jacassait à grand bruit– on devient sourd avec l’âge – du temps, du prix des légumes, des petits -enfants. Il y avait Gisèle, Denise, Anna… Une sacrée radine, Anna : elle avait réussi à choper un pigeon dans un sac plastique, à l’étouffer et à l’emporter chez elle pour son repas du dimanche !
Sinon, j’appréciais les visites des mamans et de leurs chérubins pour le goûter de quatre heures : ça me valait des miettes de choco BN ou de brioche, des coups de petits petons, mais c’était sympa . Mamans et enfants m’ont déserté quand on a installé un bassin au milieu de parc. Pour surveiller les petits qui faisaient nager leur bateau, j’étais trop mal placé.
Sont venus alors les amoureux, « les amoureux qui s’bécotent sur les bancs publics, bancs publics… » J’ai été le témoin d’innombrables premiers baisers timides, bouche à bouche passionnés, « je t’aime, je t’adore, on ne se quitte plus. » J’en étais tout ému.
La politique a même joué un rôle dans mon destin : un maire communiste a fait repeindre tous les bancs publics en rouge vif. Une couleur gaie, lumineuse. J’ai eu droit à plusieurs couches parce qu’en dépit de la pancarte « peinture fraîche », un clodo bien imbibé s’est allongé pour la nuit. Sa dégaine quand il s’est levé le matin ! Zébré de rouge des épaules aux chevilles ! À mourir de rire.
L’hiver, c’était un peu triste, on ne voyait presque personne et je détestais la couche de neige qui venait cacher mon décor carmin, qui n’a pas survécu, hélas, à l’élection d’un nouvel édile. Cette fois, place au vert : pour nous assortir à la pelouse, aux arbres ? (Félicitations au futé qui découvre la vraie raison.)
Il y a dix ans environ, j’ai commencé, comme les autres, je suppose, à recevoir des visites nocturnes. Des garçons encapuchonnés, qui échangeaient des petits paquets en chuchotant des mots bizarres : « Héros, coq, pèse. ». Certains s’attardaient à fumer des cigarettes qui dégageaient une odeur pestilentielle. Ça me mettait mal à l’aise.
« Avec le temps, avec le temps va, tout s’en va… » Nouveau maire, relooking complet du jardin public, plus de bassin, plus d’arbres –soi-disant malades – plus de verdure, un parterre de sable sans âme et de nouveaux sièges design, des cubes de plastique orange, sûrement inconfortables. Et me voilà, échappé au massacre mais mis au piquet, moi qui mériterais une place au musée de la ville.
Tiens, Monsieur arrive ! Mais où va-t-il avec sa hache et sa scie ? Au secours !
_________________
Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites. J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 4 Sep - 08:42 (2018)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
aimard
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 05 Nov 2012
Messages: 838
Localisation: Montreuil (93)
Masculin Gémeaux (21mai-20juin)

MessagePosté le: Mar 11 Sep - 11:22 (2018)    Sujet du message: Mémoires d’un banc Répondre en citant

Le texte répond parfaitement aux requis du sujet proposé. Bonne restitution de souvenirs d'où les images surgissent et procurent ravissement et nostalgie.
_________________
Si tu trouves une route qui est sûre, suis la pendant longtemps.
proverbe Haoussa (Nigéria)
Revenir en haut
MamLéa
Modérateur

En ligne

Inscrit le: 06 Sep 2014
Messages: 3 627
Localisation: Lorraine (54)
Féminin

MessagePosté le: Sam 15 Sep - 22:00 (2018)    Sujet du message: Mémoires d’un banc Répondre en citant

Joli texte, pas loin de mon podium. Une belle tranche de vie de banc qui passe successivement par les couleurs politiques des municipalités, jusqu'à céder au modernisme
_________________
“Il écrit si bien qu'il me donne envie de rendre ma plume à la première oie qui passe.”
Fred Allen
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Pierre
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 270
Masculin

MessagePosté le: Lun 17 Sep - 08:20 (2018)    Sujet du message: Mémoires d’un banc Répondre en citant

L’histoire d’une vie. Une vie de banc, avec ses joies, ses doutes, ses drames. C’est rondement mené, drôle parfois, nostalgique souvent. Les chaisières existent-elles encore ? Enfant j’en ai connu, au jardin des Tuileries. Ma mère les guettait, à son top il fallait nous carapater et fissa encore ! Parfois elles étaient plus rapides que nous et elle devait sortir son porte-monnaie ! Bref, j’ai beaucoup aimé ce texte, d’autant plus qu’il n’est pas dénué d’humour ! Sur la seconde marche de mon podium !
_________________
La vérité est dans les romans
http://pierremangin.eklablog.com/?logout
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
danielle
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 21 Mai 2010
Messages: 11 573
Localisation: St Etienne
Féminin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Lun 17 Sep - 08:37 (2018)    Sujet du message: Mémoires d’un banc Répondre en citant

Les chaisières ont disparu depuis longtemps, Pierre. Et le parc en question existe et a subi depuis mon enfance bien des modifications qui me font regretter ses arbres, son bassin, son côté "nature".
_________________
Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites. J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:45 (2018)    Sujet du message: Mémoires d’un banc

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> CRITIQUES CONSTRUCTIVES DES JEUX D'ECRITURE -> Critiques constructives Jeu 158 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com