forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Demain après la nuit

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Critiques constructives jeu 156
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Silicate
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 2 038
Localisation: Hauts de France
Féminin

MessagePosté le: Ven 29 Juin - 12:58 (2018)    Sujet du message: Demain après la nuit Répondre en citant

Demain après la nuit

Le soir s’étire, temps intermédiaire. Je sens venir l’angoisse des heures nocturnes, elle ne fera que remplacer l’ennui aigu qui mine mes jours.

La ville se drape d’un halo orangé où vibrent des néons. Des fenêtres s’éclairent. Je n’allume pas. Dans l’appartement les couleurs se fondent, les meubles ne sont plus que masses indistinctes. L’obscurité me cache, me donne l’illusion de me faire oublier, de tous, et de vous. De vous surtout.
Là où vous êtes, il y a de la vie, de la lumière, de la chaleur. Là où vous êtes, je n’existe pas et cette douleur m’est insupportable.
L’obscurité est ma complice. J’y dissimule mon impuissance à dompter l’amour que je vous porte. Veux-je seulement le dompter ? Ma souffrance comble un vide, j’ai la lucidité d’accepter de m’en repaître.
Ma pensée vous cherche dans le noir et je vous fais endosser à l’abri du monde le costume d’une vie inventée. Une vie où vous ne traverseriez pas la mienne sans rien voir, sans savoir, une vie où j’existerais pour vous, où je saurais vous parler, vous dire ce que vous ne savez pas…

Vous êtes mes jours de suie, sombres et lourds, fardeaux poisseux d’une obsession qui m’entrave.
Vous êtes mes nuits de craie, blanches et grinçantes, où le manque de vous effrite ma raison.
Je hais ce que vous aimer fait de moi, je hais de me sentir lâche et veule. Je vous hais de vous aimer, je me hais de vous haïr.

J’aimerais que vous sourire provoque à votre cœur le sursaut d’une tendre émotion, mais vous n’y voyez qu’un détail aimable, une simple politesse, déjà oubliée. Vos yeux ne s’éclairent pas pour moi quand vous me croisez, alors que votre image persiste longtemps dans les miens. J’aurais tant de bonheur à vous aimer si vous saviez me voir.

Le soir tombe. Je crains déjà la nuit, ces heures où lorsque je tends la main dans mon lit, je ne sens qu’un tissu froid. Quelque part, ailleurs, ce sont d’autres doigts qui s’entrelacent aux vôtres et la moiteur d’une autre respiration embue votre cou. Je rêve de votre main à mon flanc, quand les bras qui enserrent ma taille ne sont que les miens. Que j’aimerais caresser votre peau avant de ne plus savoir que griffer ! Demain je verrai les stries rouges que m’a causé dans la nuit le désir de vous.

J’ai mal, j’ai froid, je vous appelle en pleurant. Mon ventre ne saurait se réchauffer qu’à la chaleur de votre ventre et j’aspire à votre haleine sur la mienne. Quel goût a donc la vie ? Une autre vie.
Une vie qui ne soit pas la comédie où je m’égare parfois dans l’illusion de contacts éphémères. Je serre les dents, pour ne pas crier votre nom quand l’envie de vous me submerge. Je me mens et je mens, sans vergogne. La sincérité n’est pas invitée aux rencontres que je ne laisse jamais se prolonger dans le sommeil, tant je préfère la solitude, plus âpre encore, que personne d’autre que vous n’a le droit de peupler. J’y bois ma honte et je change mes draps, en pleine nuit ; je me fais horreur et vous demande pardon, mais trompe-t-on son amour quand on n’est pas amants ?

La nuit est venue. Une étoile obstinée a percé le halo orange. J’aime à penser que vous la regardez en même temps que moi, que votre pensée vagabonde se promène par-dessus la ville, se rappelle le sourire croisé ce matin. Votre pensée est fugace, mais si elle se pose sur moi, j’existe.
N’auriez vous pas envie, en répondant à ce sourire, d’y adjoindre un regard une prochaine fois ? Demain ? Oui, pourquoi pas demain ?
Demain, s’il vous plait. Regardez-moi, demain.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 29 Juin - 12:58 (2018)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Alain Kotsov
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2016
Messages: 1 382
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: Ven 29 Juin - 15:50 (2018)    Sujet du message: Demain après la nuit Répondre en citant

Dans le genre : monologue stylé. C’est bien écrit, avec quelques formules bien vues, dans l’écriture (Je vous hais de vous aimer, je me hais de vous haïr) et dans le propos. Resté au pied de mon podium pour cause d’évanescence. J’ai regretté l’absence de descriptions visuelles et d’histoire chronologique auxquelles me raccrocher ; mais c’est voulu ; et cette appréciation dépend beaucoup de mon état d’esprit à la première lecture, et des textes concurrents…

Remarque : n’auriez vous : manque un tiret, oubli coutumier de l’auteur.
_________________

Invitation aux voyages
Pour liseuse et ordi, en Epub, en mobi, mes textes gratu-its.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Silicate
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 2 038
Localisation: Hauts de France
Féminin

MessagePosté le: Sam 30 Juin - 10:23 (2018)    Sujet du message: Demain après la nuit Répondre en citant

Cette critique kotsovienne appelle une réponse silicatée.

D’abord, merci Alain, pour l’appréciation du style, de l’écriture, et des formules. Mais l’évanescence me laisse dubitative. Chez une terre à terre comme moi, je me demande vraiment où on peut la trouver ! (Mais c’est toi qui vois, après tout.)
Descriptions visuelles : tu voulais peut-être que je te fasse un dessin ? Tu ne peux pas fantasmer tout seul ?(ha ha ! non mais lui… !) Mort de Rire
La chronologie : tu n’as pas bien lu, cherche bien. D’abord, le soir s’étire (premier temps), ensuite, le soir tombe (deuxième temps), enfin, la nuit est venue (troisième temps). Je veux bien concéder que « demain » n’est pas à y inclure. Alors ? On n’a pas la marque du temps qui passe ? Qui est-ce qui chipote ?
Le tiret oublié : ah, oui. Damned ! je suis reconnue ! Cool Ou alors, j’en fais ma marque de fabrique…
Revenir en haut
Pierre
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 292
Masculin

MessagePosté le: Sam 30 Juin - 16:28 (2018)    Sujet du message: Demain après la nuit Répondre en citant

"Demain après la nuit" a été mon coup de cœur... Un petit quelque chose en plus qui m'a parlé. Du coup, difficile pour moi d'émettre une critique : j'ai tout aimé. J'ai été subjugué par cette histoire d'amour qui n'en est pas une, par les divagations ténébreuses du personnage. Le piège était d'en faire trop, de tomber dans le pathos. Ce n'est pas le cas ici, j'adore !
_________________
La vérité est dans les romans
http://pierremangin.eklablog.com/?logout
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
danielle
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2010
Messages: 11 624
Localisation: St Etienne
Féminin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Sam 30 Juin - 18:59 (2018)    Sujet du message: Demain après la nuit Répondre en citant

A un doigt de mon podium. Un monologue prenant, émouvant. Mais pour moi déroutant à la première lecture.
_________________
Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites. J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Alain Kotsov
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2016
Messages: 1 382
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: Lun 2 Juil - 12:06 (2018)    Sujet du message: Demain après la nuit Répondre en citant

La critique est aisée, dit-on, mais l’art est difficile. Mais non ! La critique aussi est difficile ; et hasardeuse, bien que l’art le soit, évidemment. Il s’agit, dans ce jeu, de lire, noter, classer, commenter, un certain nombre de textes ; environ 30 000 à 50 000 signes, cette fois-ci neuf textes. La lecture accomplie, le choix effectué, le lecteur s’attèle, s’il le souhaite, et c’est tout à son honneur, à la rédaction de commentaires-critiques circonstanciés. Un boulot bénévole, pas titanesque, mais un boulot quand même. Ne pas aller trop loin dans la critique, ni dans la complaisance, s’efforcer d’être juste, et surtout sincère ; tout en restant conforme avec le classement qu’on vient d’établir ; et qui dépend peut-être, sûrement, de critères inévitablement subjectifs ; notamment de la première impression, de notre état d’esprit du moment, de fautes décelées qu’on n’aurait ou pas remarquées avant…

Bon, je ne reviens pas sur mon classement, forcément imparfait ; après mon coup de cœur, la source, que je juge le meilleur, ça se bousculait, et j’ai éprouvé les déchirements familiers aux jurés de devoir priver de mes points des textes non dépourvus de qualités. C’est toujours comme ça !

Parlons plutôt d’évanescence. Evanesçons, évanesçons… Un très beau mot de la langue française ; riche en voyelles, et en consonnes harmonieuses. Et au centre de la réponse silicatée. A propos, et ce n’est pas sans rapport avec le sujet, la silice, le silicium (élément simple de numéro atomique 14), le silicate (sel de silicium qui constitue une très grande part de la croûte terrestre) sont indissociables de la planète ronde sur laquelle nous évoluons. C’est ce dont est fait le sable, la terre, le verre, et plein d’autres choses. Avec le nickel, le fer, et le magnésium, le silicium est un des principaux constituants de cette grosse boule qui nous attire, malgré nous. Quel autre élément pourrait mieux symboliser l’expression « terre à terre » (sans trait d’union) ? L’adjectif évanescent, selon Gougueule, possède deux significations voisines : 1. Qui s'amoindrit et disparaît graduellement. 2. Délicat et insaisissable. C’est bien sûr la deuxième que j’entends dans mon commentaire. Ce n’est peut-être pas le mot le plus approprié à mon ressenti ; j’ai hésité entre lui et vaporeux. Je voulais dire que le texte, bien qu’on y trouve un déroulé chronologique, n’a pas l’aspect d’une histoire solide et charpentée. Et ce n’est pas un défaut, dans l’absolu. Disons que j’ai privilégié dans mon choix des œuvres moins… plus en forme de récit construit.
_________________

Invitation aux voyages
Pour liseuse et ordi, en Epub, en mobi, mes textes gratu-its.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
BB1
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mai 2017
Messages: 182
Localisation: Alpes Maritimes
Masculin

MessagePosté le: Lun 2 Juil - 18:56 (2018)    Sujet du message: Demain après la nuit Répondre en citant

Un très beau texte que j'aurais mis sur mon podium à côté de Ruines ...
Il parait déconstruit et pourtant un souffle le porte du début à la fin.
_________________
Je boirai du lait quand les vaches brouteront du raisin
Toulouse Lautrec
Revenir en haut
aimard
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 05 Nov 2012
Messages: 840
Localisation: Montreuil (93)
Masculin Gémeaux (21mai-20juin)

MessagePosté le: Mar 3 Juil - 11:41 (2018)    Sujet du message: Demain après la nuit Répondre en citant

J'ai lu un monologue dont émane une complainte bien rédigée et émouvante. Un style diffus ou apparait certes la soif, mais j'ai du mal à déceler des éléments nécessaires à mon intérêt de lecteur. Aussi il est resté au pied de ma liste.
_________________
Si tu trouves une route qui est sûre, suis la pendant longtemps.
proverbe Haoussa (Nigéria)
Revenir en haut
Tonina
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2010
Messages: 3 491
Localisation: Seine et Marne
Féminin

MessagePosté le: Mer 4 Juil - 16:52 (2018)    Sujet du message: Demain après la nuit Répondre en citant

Mon choix numéro deux.

« Vous êtes mes jours de suie, sombres et lourds, fardeaux poisseux d’une obsession qui m’entrave.
Vous êtes mes nuits de craie, blanches et grinçantes, où le manque de vous effrite ma raison. »

Rien que ces deux phrases auraient suffi pour que je choisisse ce texte

J’aime aussi beaucoup la dernière phrase, si simple mais si forte.
Revenir en haut
Silicate
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 2 038
Localisation: Hauts de France
Féminin

MessagePosté le: Mer 4 Juil - 23:10 (2018)    Sujet du message: Demain après la nuit Répondre en citant

Merci à toutes et tous. Ce n'était pas évident de décrire "de l'intérieur" l'aridité d'un manque affectif, mais certaines de vos réactions me donnent à penser que quelque chose est passé quand même. Merci.
Revenir en haut
MamLéa
Modérateur

En ligne

Inscrit le: 06 Sep 2014
Messages: 3 701
Localisation: Lorraine (54)
Féminin

MessagePosté le: Jeu 5 Juil - 16:01 (2018)    Sujet du message: Demain après la nuit Répondre en citant

C'est bien écrit et je n'ai aucun reproche à faire de ce côté.

Tout simplement, si "l'autre" n'est pas amoureux, il n'a pas forcément le cœur sec ?
_________________
“Il écrit si bien qu'il me donne envie de rendre ma plume à la première oie qui passe.”
Fred Allen
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:18 (2018)    Sujet du message: Demain après la nuit

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Critiques constructives jeu 156 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com