forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

L'ORDRE DU JOUR d'ERIC VUILLARD

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> COIN CULTURE -> Littérature
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
ptit lu
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 6 605
Localisation: Grenoble
Féminin

MessagePosté le: Mer 21 Mar - 18:59 (2018)    Sujet du message: L'ORDRE DU JOUR d'ERIC VUILLARD Répondre en citant

Prix Goncourt 2017 et excellent court roman historique qui nous emmène dans les coulisses de l'Anschluss, en 1938, dans un style brillant et parsemé de zestes d'humour très bien amenés.

On voit les Anglais et les Français se laisser gentiment, ou volontairement abusés. Triste et terrible de voir que nos dirigeants ont l'esprit occupés à bien d'autres tâches que celle de sauver la Paix en Europe. Atterrant de suivre les manières de Goering qui se conduit comme un voyou, tandis qu''Hitler agit en stratège. Bien-entendu, on sait cela, me direz-vous, mais Vuillard a une manière bien à lui de présenter les choses, de les rendre particulièrement percutantes. De vous faire sourire et de vous atterrer en même temps. Alors, oui, on sait et eux (les Daladier, Chamberlain... aussi) savaient et pourtant... Et on ferme le livre en se disant qu'il y avait tout de même quelques détails qu'on ignorait... et qui rendent les évènements qui suivront encore plus... navrants, tristes.

Et de constater qu'après la guerre, à Nuremberg, certains dignitaires nazis auront encore le sourire aux lèvres à l'évocation de certains coups fourrés.

L'auteur parvient donc à mettre en lumière des aspects méconnus et à montrer à quel point ces heures sombres ressemblent, dans la réalité, à un mauvais vaudeville. Les grands industriels allemands ne sont pas épargnés et après la lecture vous ne regarderez plus les produits de certaines firmes de la même manière !

Un vrai régal, même si durant les 50ères pages l'alternance d'un style élégant avec des passages plus familiers m'a parfois déroutée.

Je conseille donc la lecture de ces 150 pages qui valent le détour, parole de Ptit lu !

Quatrième de couverture : Ils étaient vingt-quatre, près des arbres morts de la rive, vingt-quatre pardessus noirs, marron ou cognac, vingt-quatre paires d'épaules rembourrées de laine, vingt-quatre costumes trois pièces, et le même nombre de pantalons à pinces avec un large ourlet. Les ombres pénétrèrent le grand vestibule du palais du président de l'Assemblée ; mais bientôt, il n'y aura plus d'Assemblée, il n'y aura plus de président, et, dans quelques années, il n'y aura même plus de Parlement, seulement un amas de décombres fumants.

Extraits :

"Et ce qui étonne dans cette guerre, c'est la réussite inouïe du culot, dont on doit retenir une chose : le monde cède au bluff. Même le monde le plus sérieux, le plus rigide, même le vieil ordre, s'il ne cède jamais à l'exigence de justice, s'il ne plie jamais devant le peuple qui s'insurge, plie devant le bluff."

"Le fait accompli n'est-il pas le plus solide des droits ? On va envahir l'Autriche sans l'autorisation de personne, et on va le faire par amour. "

"Quand tu discutes avec un adversaire, essaie de te glisser dans sa peau."

"Qui a dansé sur le cadavre de la liberté ne peut pas espérer qu'elle vole soudain à son secours ! "

"Les plus grandes catastrophes s'annoncent souvent à petits pas. "

"À cette époque, à la grande braderie des personnalités, les Françaises veulent Tino Rossi aux Galeries Lafayette et les Américaines swinguer sur des tubes de Benny Goodman. Mais les Autrichiennes s’en foutent bien de Tino Rossi et de Benny Goodman ; elles ont demandé Adolf Hitler."

"La guerre avait été rentable. Bayer afferma de la main-d’œuvre à Mauthausen. BMW embauchait à Dachau, à Papenburg, à Sachsenhausen, à Natzweiler-Struthof et à Buchenwald. Daimler à Schirmeck. IG Farben recrutait à Dora-Mittelbau, à Gross-Rosen, à Sachsenhausen, à Buchenwald, à Ravensbrück, à Dachau, à Mauthausen, et exploitait une usine gigantesque dans le camp d’Auschwitz : l’IG Auschwitz, qui en toute impudence figure sous ce nom dans l’organigramme de la firme. Agfa recrutait à Dachau. Shell à Neuengamme. Schneider à Buchenwald. Telefunken à Gross-Rosen et Siemens à Buchenwald, à Flossenbürg, à Neuengamme, à Ravensbrück, à Sachsenhausen, à Gross-Rosen et à Auschwitz. Tout le monde s’était jeté sur une main-d’œuvre si bon marché."

" Le traité de Versailles avait interdit aux Allemands la fabrication des chars, les entreprises allemandes produisirent donc par l'intermédiaire des sociétés écrans, à l'étranger. On voit que l’ingénierie financière sert depuis toujours aux manœuvres les plus nocives. "

Ces quelques passages sont un avant-goût, j'espère vous avoir ouvert l'appétit...
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 21 Mar - 18:59 (2018)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> COIN CULTURE -> Littérature Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com