forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Ma langue au chat

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> COIN CULTURE -> Littérature
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Silicate
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 2 024
Localisation: Hauts de France
Féminin

MessagePosté le: Dim 31 Déc - 18:13 (2017)    Sujet du message: Ma langue au chat Répondre en citant

Ma langue au chat

Dans l’atelier d’écriture que je fréquente, il y a une tradition plaisante, celle de venir à la séance mensuelle de décembre avec un petit cadeau emballé pour quelqu’un du groupe. Bien entendu, cela signifie qu’on en recevra un aussi. Pour la deuxième année consécutive, je m’estime très bien tombée dans la distribution au hasard faite par une main innocente : j’ai eu un livre. J’avoue préférer ça à une babiole-objet qui finira en ramasse poussière Rolling Eyes (comme on a un ordre de grandeur max en euros à ne pas dépasser, le cadeau est plus pour marquer le coup qu’autre chose).

J’ai donc découvert cette année « Ma langue au chat », de Denis Hirson, anglophone comme son nom ne l’indique pas, vivant en France depuis quarante ans et s’étonnant encore de ce que la langue française lui apprend. Le sous-titre est d’ailleurs « Tortures et délices d’un anglophone à Paris ».
Honnêtement, je devais avoir une conjonction (de coordination) des planètes on ne peut plus favorable pour avoir reçu ce livre sur la langue française dans le cadre d’un atelier d’écriture ! Mr. Green

L’auteur a écrit directement en français et c’est une merveille de voir ce maniement élégant et subtil d’une langue qui n’est pas la sienne.
Il dit en introduction : « j’aimerais passer 24 heures dans la peau d’un Français. […] Après cela, je ne serais pas mécontent de revenir à mon état actuel. Je pourrais alors me rappeler à quel point la culture française […] peut sembler étrange, vue de l’extérieur ; à quel degré la langue française […] semble bourrée de […] secrets qu’une vie ne suffit pas à dénicher, surtout pour l’étranger que je suis devenu et que je tiens à rester.
La personne qui parle tous les jours une langue autre que la sienne fait penser à celle qui vouvoie son amant. Quelle distance délicieuse et quelle proximité à inventer à chaque rencontre. […]
»

Ce n’est pas superbe, ça, dit comme ça ? User au quotidien d’une langue étrangère c’est comme vouvoyer son amant ! La distance dans l’intimité ! Peut-on être plus exact ?

Comme j’aimerais lire, entendre, dire le français en ayant conscience de ce qu’est réellement ma langue, de ce qu’elle représente, ce qu’elle recèle comme étrangeté et comme richesse. Tout ce que je ne vois plus, tout ce qui est sans relief à force de m’en servir sans réfléchir. M’émerveiller plus souvent.
Rien de tel que le bilinguisme (ou plus) pour faire ressortir les particularités du français. Je n’ai jamais réussi à être suffisamment germanophone pour ça. Ça fait partie des trucs que j’ai ratés dans ma vie. Je regrette un peu, mais c’est une autre histoire.

L’auteur s’étonne, raconte, s’interroge, à petites touches, et au détour de ses étonnements, on peut raviver ses étonnements propres (à soi, lecteur) si l’on s’en souvient, les étonnements de l’enfant qui apprend à parler, ou de l’adulte qui découvre des expressions qu’il ne connaît pas.

« [L’auteur] s’étonne de ce qu’on ne s’étonne pas. Les Français ne s’étonnent jamais assez ; s’étonner c’est reconnaître qu’on ne sait pas tout d’avance, c’est en quelque sorte un aveu de faiblesse, et les aveux de faiblesse ne sont pas le fort des Français. […]Le ton n’est jamais cinglant ni agressif. Hirson vient à la langue française à sa manière inimitable, délicate et délicieuse, tel un Pan flûtiste sur la pointe des pieds. » (Extrait de la 4ème de couverture)

Délicieux. Voilà. C’est ça.


Ma langue au chat. Tortures et délices d’un anglophone à Paris. Par Denis Hirson aux éditions Points. Collection « le goût des mots »
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 31 Déc - 18:13 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Tyu
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 07 Juin 2010
Messages: 1 613

MessagePosté le: Lun 14 Mai - 22:07 (2018)    Sujet du message: Ma langue au chat Répondre en citant

Ce livre charmant fait partie d'une collection dont le directeur est, par ailleurs, un grand buveur de bière qu'il consomme par petites gorgées;
Revenir en haut
Silicate
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 2 024
Localisation: Hauts de France
Féminin

MessagePosté le: Lun 14 Mai - 23:06 (2018)    Sujet du message: Ma langue au chat Répondre en citant

Tyu a écrit:
Ce livre charmant fait partie d'une collection dont le directeur est, par ailleurs, un grand buveur de bière qu'il consomme par petites gorgées;


Ah ben oui, Tyu, je viens d'aller vérifier, tu as tout à fait raison ! (un smiley qui ne boit pas cul sec aurait été plus adapté Mr. Green mais on fait avec ce qu'on a !)
Revenir en haut
Tonina
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2010
Messages: 3 489
Localisation: Seine et Marne
Féminin

MessagePosté le: Mar 15 Mai - 11:04 (2018)    Sujet du message: Ma langue au chat Répondre en citant

Ce livre est une petite merveille. J’aime tout particulièrement le court chapitre consacré au pain : croustillant !
Revenir en haut
Tyu
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 07 Juin 2010
Messages: 1 613

MessagePosté le: Sam 19 Mai - 21:23 (2018)    Sujet du message: Ma langue au chat Répondre en citant

Quel charmant petit livre !
je voudrais indiquer à dame Tonina une façon - parmi d'autres - d'accommoder cette fine friandise :
- il faut d'abord consentir à un long travail de préparation : la lecture de ce livre après que vous vous serez armée de marque-pages (on en trouve de très jolis en Italie en ce moment : réalisés durant les récents séismes)
- au dessert, vous présentez le livre à vos invités et lisez les pages choisies
- ils en redemandent
- attention ! Ne vous trompez pas d'ouvrage ! Si vous leur racontez un mariage princier, par exemple, en plus du manger vous devrez prévoir le coucher pour vos invités roupilleurs.
Revenir en haut
Tonina
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2010
Messages: 3 489
Localisation: Seine et Marne
Féminin

MessagePosté le: Dim 20 Mai - 17:10 (2018)    Sujet du message: Ma langue au chat Répondre en citant

Merci, Maître Tyu, pour toutes ces recommandations. Je vais donc m’entraîner à lire à haute voix quelques extraits de cette « langue au chat ». Je pourrai ainsi régaler mes convives de la lecture de ces jolies pépites sur la langue française, accompagnée d’un tiramisu maison et d’une cup of tea très British : un mélange italo-British que j’affectionne et qui est un peu mon identité, en somme.
Revenir en haut
Tyu
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 07 Juin 2010
Messages: 1 613

MessagePosté le: Dim 20 Mai - 19:49 (2018)    Sujet du message: Ma langue au chat Répondre en citant

ITALO-BRITISH ? Alors, ce qu'il y a entre les deux, ça compte pour du beurre ?
A propos de beurre... Un ptit beurre , des touyous"
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:49 (2018)    Sujet du message: Ma langue au chat

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> COIN CULTURE -> Littérature Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com