forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Mon père, le taiseux

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Critiques constructives jeu 149
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
danielle
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2010
Messages: 11 345
Localisation: St Etienne
Féminin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Jeu 30 Nov - 18:45 (2017)    Sujet du message: Mon père, le taiseux Répondre en citant

16/09/1960 15h.
Dans le bureau du proviseur, avec Anne ma meilleure amie, anxieuse, j’écoute son étrange discours, ponctué de pauses gênées. « Ma chère enfant » – ça ne lui ressemble pas – votre chère maman –Il ne la connaît pas – souhaite vivement que ... vous réintégriez le domicile familial...Votre papa...a eu... un malaise. Votre amie va... vous raccompagner... » Je fais l’impasse sur la suite de ses propos, saisis la main d’Anne et fuis, réprimant le cri qui me monte aux lèvres : «Taisez-vous, mais taisez-vous donc ! »

Nous descendons la rue Richelandière côte à côte, sans un mot. Devant la porte de mon immeuble, Anne, les yeux brillants, m’embrasse. Je lui sais gré de son silence amical, respectueux. Elle sait. Elle sait que je sais. J’ai seize ans et je viens de perdre mon père.

20/09/1960
Une foule de silhouettes vêtues de noir entoure la tombe où les employés des pompes funèbres viennent de faire glisser le cercueil. Le patron de mon père se fend d’un éloge ampoulé : «Collaborateur de qualité, courageux, exemple irremplaçable pour les jeunes, perte inestimable.... Taisez-vous, mais taisez-vous donc !
Dans les mines défaites de ses collègues, les larmes que certains essuient furtivement, je lis qu’ils n’oublieront jamais « le grand Bertrand » qui casse-croûtait et buvait le canon avec eux en toute simplicité.

A la maison, on se retrouve en famille avec quelques amis. Maman est assise dans un coin, comme anesthésiée. Tante Alice sert des rafraîchissements. L’oncle Marc, mouche du coche, dispense ses conseils. Il enjoint maman de remonter la pente, pour ses enfants. A l’aîné, qui a un emploi, il confère pompeusement le titre de chef de famille. Qu’il se taise ! Charles, 26 ans, l’a compris son nouveau rôle. Les petits, Elie, dix ans et moi, l’avons compris aussi lorsque ses bras ont enserré nos épaules pendant la cérémonie.
Quant à moi, je dois continuer à viser l’excellence, il viendra me voir souvent, m’aider si besoin est. Qu’il se taise ! Je suis bonne élève, croit-il que je vais jouer les cancres parce que papa n’est plus là ? En outre, je suis persuadée que, comme d’habitude, on ne le verra qu’une fois l’an, au 1er janvier, parce que sa femme, cette pimbêche de tante Lise, du haut de sa chaire de directrice d’école, méprise profondément notre famille ouvrière.
Les derniers visiteurs partis, je file dans ma chambre. Nichée au fond de mon lit, je laisse enfin éclater ma colère contre toutes ces parlotes qui ont fait injure à mon père et avivé mon chagrin. Un torrent de larmes se déverse enfin, salvateur. Puis des images se mettent à défiler dans ma tête. Celles des moments d’intimité avec mon père, le taiseux.

J’ai 7 ans : je l’attends à l’arrêt de son bus. Il sourit, me prend la main, me conduit jusqu’à la fête foraine. Deux tours de manège, un passage à la loterie où l’on gagne une affreuse peluche qui nous donne le fou rire, puis la traditionnelle pomme d’amour que je croque avec délice.
L’été : cueillette des mûres pour la confiture. Un doigt sur sa bouche, un clin d’œil complice quand nous piochons allègrement dans le seau ! Fin de trimestre : il s’applique presque religieusement à signer mon bulletin.
En toutes circonstances, ma petite main tiède dans sa grande main sèche, ses sourires, ses mimiques, étaient plus criants que tous les « Je t’aime, ma fille ! » qui nous auraient mis mal l’aise. Je chéris encore aujourd’hui ces souvenirs dans lesquels s’inscrit en filigrane : »Je t’aime, papa ! »
_________________
Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites. J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 30 Nov - 18:45 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
MamLéa
Modérateur

En ligne

Inscrit le: 06 Sep 2014
Messages: 3 342
Localisation: Lorraine (54)
Féminin

MessagePosté le: Jeu 30 Nov - 19:05 (2017)    Sujet du message: Mon père, le taiseux Répondre en citant

Très beau texte émouvant. Complicité entre le père est la fille, par delà la mort. Comme on voudrait leur clouer le bec, aux faiseurs de beaux discours, qui s'écoutent parler.

Pas loin de mon podium. Le choix était difficile, seul mon premier s'est imposé.
_________________
“Il écrit si bien qu'il me donne envie de rendre ma plume à la première oie qui passe.”
Fred Allen
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Jodie
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juil 2011
Messages: 1 679
Localisation: Forêt profonde
Féminin Scorpion (23oct-21nov) 虎 Tigre

MessagePosté le: Ven 1 Déc - 09:35 (2017)    Sujet du message: Mon père, le taiseux Répondre en citant

Comme le texte de Sophax, le tien, Danielle, était sur mon podium puis j'ai changé d'avis, etc... mais, primo : j'avais reconnu ta plume car je ne me rappelle plus si c'est lors d'un de nos jeux ou sur ton blog mais tu avais évoqué avec la même émotion contenue ce père silencieux et absent bien trop tôt ; secundo : j'ai aimé la sobriété de l'émotion, celle des sentiments partagés et surtout, voire beaucoup, la façon dont les "Taisez-vous ! " viennent interrompre, même en for intérieur, ceux qui ne savent se taire et dont le blabla ne pourra jamais remplacer tout ce qui se dit dans le silence aimant d'un père, par exemple.
Hommage au silence d'un homme (silence qui effraie beaucoup de personnes, d'ailleurs) mais part le biais des mots écrits.
_________________
God as a dead robin ; God as the eye of a dead robin ; God as your barely visible reflection in the eye of a dead robin
Revenir en haut
danielle
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2010
Messages: 11 345
Localisation: St Etienne
Féminin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Ven 1 Déc - 10:29 (2017)    Sujet du message: Mon père, le taiseux Répondre en citant

Il y a en effet sur mon blog un texte qui parle de mon père, d'une façon un peu différente. Sujet inépuisable que l'absence d'un père parti trop tôt et trop brutalement.
_________________
Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites. J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Armorique
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 4 093
Localisation: Dinan
Féminin

MessagePosté le: Ven 1 Déc - 12:36 (2017)    Sujet du message: Mon père, le taiseux Répondre en citant

Très joli texte touchant. Je pensais moi aussi t'avoir reconnue et maintenant que tu le dis j'ai lu en effet le texte dont tu parles sur ton blog...
Ce n'est pas facile d'écrire bien sur un sujet qui nous touche et là c'est très réussi.
_________________
Il vaut mieux qu'il pleuve aujourd'hui qu'un jour où il fait beau. Pierre Dac
Revenir en haut
Alain Kotsov
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2016
Messages: 1 321
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: Ven 1 Déc - 14:43 (2017)    Sujet du message: Mon père, le taiseux Répondre en citant

Sur mon podium, à la quatrième marche. Bien écrit, bien narré, émouvant, plein de sens. Bonne idée que de traiter, de façon concise dans un petit format, de ces propos inutiles, ces parlottes, aussi énervantes que bien intentionnées, qui ne remplacent pas un silence rempli d’une signification puissante, qui apparaît dans la phrase finale. Le titre pourrait être moins banal.
_________________

Invitation aux voyages
Pour liseuse et ordi, en Epub, en mobi, mes textes gratu-its.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
plumeétoilée
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 11 Jan 2017
Messages: 279
Féminin

MessagePosté le: Ven 1 Déc - 15:32 (2017)    Sujet du message: Mon père, le taiseux Répondre en citant

C'est un texte plein d'émotions, bien écrit évidemment... mais pour ma part, j'ai été moins sensible que d'autres au thème. Bon, il fallait faire des choix Smile !
Revenir en haut
Zigue
vocable éloquent

Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2017
Messages: 23
Féminin

MessagePosté le: Dim 3 Déc - 13:19 (2017)    Sujet du message: Mon père, le taiseux Répondre en citant

Propulsé à la deuxième place de mon podium grâce au rythme du dernier paragraphe.
Revenir en haut
janis
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 3 739
Localisation: bretagne
Féminin

MessagePosté le: Dim 3 Déc - 23:57 (2017)    Sujet du message: Mon père, le taiseux Répondre en citant

j'ai aimé ce texte chargé d'une émotion qui s'exprime avec sobriété, simplicité, sincérité, dans une belle langue sans fioritures. Tout ce que j'aime... Sur mon podium.
Revenir en haut
sophax
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 02 Jan 2012
Messages: 379
Localisation: Toulon
Masculin

MessagePosté le: Lun 4 Déc - 07:24 (2017)    Sujet du message: Mon père, le taiseux Répondre en citant

Comme tout le monde ou presque, je reconnaîtrais d'abord la sensibilité de ton écriture, Danielle, pour justifier de la présence de ton texte sur mon podium. C'est aussi très bien écrit. Il y a la volonté de traiter le sujet du silence grâce notamment à ces «taisez-vous» et ce papa économe de mots mais pour moi, le sujet de ce texte est davantage l'absence. Ce qui n'en lève rien à sa qualité mais lui offre juste un autre versant à explorer.
Merci Danielle.
_________________
Il n'y a pas de chemin, il n'y a que cheminer.
Revenir en haut
ptit lu
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 6 485
Localisation: Grenoble
Féminin

MessagePosté le: Mar 5 Déc - 11:25 (2017)    Sujet du message: Mon père, le taiseux Répondre en citant

Très beau. Sobre et sensible. Ciselé. Comme Zigue, j'ai vraiment apprécié le rythme de l'avant dernier paragraphe. J'ai eu bien du mal avec 2 textes dont le tien... au moment de faire mon podium. Transposer des sentiments, des souvenirs personnels est, à mon sens, l'exercice le plus difficile, alors bravo à toi, Danielle.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:48 (2018)    Sujet du message: Mon père, le taiseux

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Critiques constructives jeu 149 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com