forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Ce qui fait le silence

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> CRITIQUES CONSTRUCTIVES DES JEUX D'ECRITURE -> Critiques constructives jeu 149
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
sophax
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 02 Jan 2012
Messages: 379
Localisation: Toulon
Masculin

MessagePosté le: Jeu 30 Nov - 12:56 (2017)    Sujet du message: Ce qui fait le silence Répondre en citant

Ce qui fait le silence

Sentir le goût du fer. Et le froid.
La torture.
C'est ainsi que ce que je vis s'appelle. Je n'ai nul besoin de cacher ce fait. La vie ne mérite pas qu'on lui mente. Trop de mensonges déjà en racornissent la beauté diaphane.
À bras le corps, la douleur. Puis rien. À force de souffrir, on en devient insensible. Ni émoi, ni espoir. Ni désespoir même. Le front en berne et le sourcil grave, je compte les heures comme je compte les coups, en attendant la fin.
Sur mes hauts plateaux, j'avais l'oeil vif, et le parfum épais des fleurs dilatait le silence. Le vent lui-même semblait rugir en silence tant le ciel était cru et la lumière tranchante. Un air piquant, qui descendait dès les premiers jours d'octobre depuis les hautes cimes alentour, découpées comme des dents ébréchées, resserrait le troupeau en cercles concentriques ainsi que les heures, les heures elles aussi desséchées, qui se resserraient pour laisser les jours toujours plus courts. Et j'habitais ce silence.
Une vie simple.
Dans le piétinemement du ruisseau au pied de ma cabane, j'écoutais le récit de l'histoire de ma terre, des plantes et des rochers. Mais des hommes, je ne connaissais rien. Et des hommes, je ne devais rien connaître, sinon la peur. Sourde, comme ma vie sans eux était verbeuse.
Puis les premières neiges assourdissaient bientôt les battements de mon coeur tandis qu'elles recouvraient le paysage et me laissaient pour des éternités mates enfermé au coin du foyer, à siroter des verres de thé, une cigarette se consumant seule sur le rebord de la table. Et un verre d'alcool, parfois. Mais si peu. Et si rarement... Les oiseaux même avaient fui le grand velours épais des nuages qui bouchaient l'horizon. Et quand le soleil au petit matin refaisait son apparition, qu'il saupoudrait de sa limaille blanche les pierres et les feuilles alors toutes engoncées de givre, alors même je n'entendais que la lumière trembler et, parfois, un cri venant de si loin que je ne savais l'identifier... même ces matins-là, le ciel était vide...
Le ciel était vide...
Mais ce printemps arriva avec fracas... Des autos bruyantes, avec leurs roues de fer qui mâchaient les pierres du chemin. Et les bottes sur le sable. Le bruit des sangles et des lanières, comme des grelots aux cous de chèvres perdues dans le désert immense des plateaux environnants. Mais c'était moi qui étais perdu. Et les armes. Et des coups, déjà. Pas de mots. Non, seuls les coups et la honte.
J'ai tout subi depuis qu'ils m'ont emporté de ma montagne pour me jeter dans leur cave. Mais cela, je l'ai déjà dit. Dès le début. Aux premières lignes. Pour ne rien dissimuler à ta lecture. Que tu saches ô combien la haine et la douleur ont à voir avec ces mots... Sur le seuil de ma cellule, toujours, ils s'essuient les pieds avant d'entrer. Comme s'ils craignaient de me souiller, moi qui ne suis plus que plaies, immondices et haillons...
Et la torture.
Et des plus rudes épreuves, des lèvres fendues et dents cassées, des chocs électriques ou des brûlures, des sévices indignes, rien ne m'arrache plus de cris et de larmes que le souvenir, le souvenir de tout ce qui faisait le silence, là-haut, sous le ciel étal, sur ma montagne d'acier, sous la course des nuages et les cris de la lune, dans le tremblement des herbes douces et le babil du fifre... Tout ce qui faisait mon silence et qui me parlait le langage tumultueux des sens...
Quand je pense qu'ils ne m'ont même pas encore posé une seule question...
_________________
Il n'y a pas de chemin, il n'y a que cheminer.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 30 Nov - 12:56 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
sophax
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 02 Jan 2012
Messages: 379
Localisation: Toulon
Masculin

MessagePosté le: Jeu 30 Nov - 13:30 (2017)    Sujet du message: Ce qui fait le silence Répondre en citant

J'ai lâché le texte avec une prise de pied dans le tapis sur "piétinemement ". Marrant. J'aurais pu dire que c'était volontaire, que je souhaitais imager le sursaut dans la marche en faisant faire du sur place à la langue par le doublement de ce phonème "me" mais non, c'est une boulette. Allez, sans doute pas la seule, mais pour les autres, j'attends vos retours. Merci.
_________________
Il n'y a pas de chemin, il n'y a que cheminer.
Revenir en haut
Lucie
Adjectif enthousiaste

Hors ligne

Inscrit le: 25 Sep 2017
Messages: 52
Localisation: brive la gaillarde
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 牛 Buffle

MessagePosté le: Jeu 30 Nov - 15:38 (2017)    Sujet du message: Ce qui fait le silence Répondre en citant

Je suis passée à côté du texte que j'ai du relire plusieurs fois.
J'ai pensé d'abord à un personnage enfermé, puis quand ce fameux printemps arriva "Des autos bruyantes, avec leurs roues de fer qui mâchaient les pierres du chemin. Et les bottes sur le sable."
Ce passage m'a désorienté, en pensant qu'il s'agissait d'une plage rouée de coups et salie par les touristes. Puis finalement la suite m'a réorienté vers une personne. En fait je me suis perdue Rolling Eyes
A voir s'il en est de même pour les autres lecteurs.
Je souligne cependant la richesse de l'écriture et du vocabulaire utilisé.
Revenir en haut
Jodie
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juil 2011
Messages: 1 616
Localisation: Forêt profonde
Féminin Scorpion (23oct-21nov) 虎 Tigre

MessagePosté le: Jeu 30 Nov - 17:38 (2017)    Sujet du message: Ce qui fait le silence Répondre en citant

En voilà un, de titre, qu'il est pas mal non plus Mr. Green ! Ton texte est resté sur mon podium longtemps puis au moment de voter j'ai changé d'avis, comme il m'arrive souvent de le faire, car versatile je peux être ! Cela te fait une belle jambe...

"Sur mes hauts plateaux, j'avais l'oeil vif, et le parfum épais des fleurs dilatait le silence. Le vent lui-même semblait rugir en silence tant le ciel était cru et la lumière tranchante. Un air piquant, qui descendait dès les premiers jours d'octobre depuis les hautes cimes alentour, découpées comme des dents ébréchées, resserrait le troupeau en cercles concentriques ainsi que les heures, les heures elles aussi desséchées, qui se resserraient pour laisser les jours toujours plus courts. Et j'habitais ce silence.
Une vie simple.
Dans le piétinemement (on le garde, allez Mr. Green ) du ruisseau au pied de ma cabane, j'écoutais le récit de l'histoire de ma terre, des plantes et des rochers. Mais des hommes, je ne connaissais rien. Et des hommes, je ne devais rien connaître, sinon la peur. " Très beau passage. J'ai aimé cet homme, sorte d'Adam habitant le silence, la façon dont tu l'étires jusqu'au bout, ce silence de la terre dénuée d'humaine présence, presque d'ordre divin. Et puis arrive l'atroce déchirure des hommes, armée d'une dictature quelconque et qui évidemment, brise, salit, torture, fait du bruit qui n'a pas de sens, expulse hors du Paradis.
Pirouette de la fin : ceux qui symbolisent le bruit n'ont pas encore parlé, toutefois, on ne saurait pour autant confondre tous les silences entre eux.
Bravo à toi.
_________________
"I have a tender spot in my heart for Cripples, Bastards and Broken Things."
Revenir en haut
BB1
Adjectif enthousiaste

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mai 2017
Messages: 90
Localisation: Alpes Maritimes
Masculin

MessagePosté le: Ven 1 Déc - 10:51 (2017)    Sujet du message: Ce qui fait le silence Répondre en citant

J'ai aimé ce texte qui est sur mon podium.
J'aurais cependant voulu pouvoir le rattacher à quelque chose de précis, au début je pensais à un animal enfermé, puis à un humain, un migrant peut-être, mais la torture, ...
Quel est le sujet réel de ton texte, Sophax ?
_________________
Je boirai du lait quand les vaches brouteront du raisin
Toulouse Lautrec
Revenir en haut
danielle
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 21 Mai 2010
Messages: 11 026
Localisation: St Etienne
Féminin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Ven 1 Déc - 12:14 (2017)    Sujet du message: Ce qui fait le silence Répondre en citant

Encore un de ces textes qui m'emportent dès les premières phrases sans que je puisse expliquer pourquoi. Le style ? Le mystère ? Qui est torturé? Pourquoi ? Finalement, est-ce si important de le clarifier? Mon imagination passe d'une hypothèse à une autre et c'est bien.Et la phrase de chute a été la cerise sur le gâteau.
_________________
Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites. J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
plumeétoilée
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 11 Jan 2017
Messages: 279
Féminin

MessagePosté le: Ven 1 Déc - 14:12 (2017)    Sujet du message: Ce qui fait le silence Répondre en citant

Le texte est très bien écrit... mais le côté sombre m'a un peu arrêtée. Ensuite, c'est un choix de l'auteur, tout comme celui de ne pas tout révéler... et encore une fois, les préférences dépendent beaucoup des sensibilités de chacun et chacune Smile !
Revenir en haut
ailleurs
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2014
Messages: 322
Féminin

MessagePosté le: Ven 1 Déc - 14:44 (2017)    Sujet du message: Ce qui fait le silence Répondre en citant

C'est le texte que j'ai lu en premier parce que dans les devinettes, on me l'a attribué. Je me suis dit j'aurai pu choisir le sujet, mais je ne l'aurai pas écrit aussi bien.
J'ai bien aimé la fin qui est vraie. Dans le monde, ce ne sont pas les personnes qui méritent le plus qui sont torturées, mais celles qui sont justes, qui découvrent la malhonnêteté des gens qui ont l e pouvoir et les dénoncent. Les tortionnaires agissent souvent à partir des propos de celles qui sont puissantes(financière ou positionnelle) et ne demandent pas aux torturés ce qu'ils ont fait réellement.
_________________
"...la vérité et la justice sont souveraines, car elles seules assurent la grandeur des nations...tout peuple qui ne baserait pas sur elles son unique raison d'être, serait aujourd'hui un peuple condamné." Emile Zola
Revenir en haut
Alain Kotsov
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2016
Messages: 1 247
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: Ven 1 Déc - 15:10 (2017)    Sujet du message: Ce qui fait le silence Répondre en citant

Dès le début on se laisse porter par la belle écriture, et on attend de voir de quoi il retourne, un exposé de la situation qui nous fera retomber sur nos pieds ; qui est cette personne venue des hauts plateaux ? On se rend compte qu’il s’agit d’un humain vers le milieu, évacuant les hypothèses animal, être fantastique, fantôme etc. mais on ne saura jamais qui il est au juste, et c’est frustrant. L’histoire manque d’assise, même si fin, bien trouvée, indique qu’il subit une torture « classique ». Sans entrer dans les détails, en laissant sa part au mystère, l’auteur aurait pu, avec un soupçon de descriptions, affiner cette silhouette qui reste bien trop floue.
_________________

Invitation aux voyages
Pour liseuse et ordi, en Epub, en mobi, mes textes gratu-its.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
MamLéa
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2014
Messages: 2 929
Localisation: Toulois (54)
Féminin

MessagePosté le: Sam 2 Déc - 15:42 (2017)    Sujet du message: Ce qui fait le silence Répondre en citant

Très beau texte auquel j'ai été sensible.
Le mystère sur l'identité du narrateur : c'est ce qui en fait tout le charme.
Sur mon podium.
J’adopte aussi le piétinemement !
_________________
“Il écrit si bien qu'il me donne envie de rendre ma plume à la première oie qui passe.”
Fred Allen
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
janis
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 3 710
Localisation: bretagne
Féminin

MessagePosté le: Dim 3 Déc - 23:30 (2017)    Sujet du message: Ce qui fait le silence Répondre en citant

J'ai été touchée par ce personnage, qui menait la vie simple d'un berger dans une cabane sur de hauts plateaux désertiques. Ses jours s'écoulaient loin des hommes, dans le "silence" de la nature, fait d'une multitude de sons harmonieux dont il percevait la richesse et la poésie, jusqu'à l'irruption du fracas des hommes en guerre qui l'ont emprisonné et torturé. Qui sont ces hommes? Qu'est-ce qui les anime? Le lieu de l'action et les mobiles des tortionnaires ne sont pas précisés, et cela ajoute au mystère et au charme de ce texte que j'ai mis sur mon podium. Il y a cependant une phrase qui reste obscure pour moi: "Sourde, comme ma vie sans eux était verbeuse". J'ai beau lire et relire cette phrase, je n'arrive pas à lui trouver du sens.
Revenir en haut
sophax
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 02 Jan 2012
Messages: 379
Localisation: Toulon
Masculin

MessagePosté le: Lun 4 Déc - 06:17 (2017)    Sujet du message: Ce qui fait le silence Répondre en citant

Merci pour vos commentaires comme toujours pleins de sagacité et de justesse. Je reçois le propos de ceux qui se sentent perdus par le manque de détails permettant de mieux cerner le personnage ou narrateur. Moi-même n'en avait qu'une idée très flou au moment de l'écriture mais si je devais trancher, je dirais peut-être pour me rapprocher du sujet que cet homme pourrait être un algérien tombé aux mains d'Aussaresses durant les «événements».
Vous l'aurez tous compris, le silence est omniprésent dans mon texte que j'ai tenté de rendre dans la vie, le quotidien du narrateur sur ses plateaux loin de toute autre forme de vie humaine, loin du langage donc (thème du roman de Daoud) mais présent aussi dans le silence de la cellule, celui intrinsèque à toute torture (souvent là pour arracher des informations que le prisonnier souhaite taire) et, ultime paradoxe qui sert de chute, en effet, dans le silence des bourreaux.

Merci encore.

Pas grand chose à ajouter Janis. La peur éprouvée pour ces hommes porteurs de douleur lui apparaît juste contradictoirement mate en comparaison de son existence sans eux faite de silence mais que lui considère verbeuse, puisque le silence nous était à traiter dans son rapport au langage.
_________________
Il n'y a pas de chemin, il n'y a que cheminer.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:28 (2017)    Sujet du message: Ce qui fait le silence

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> CRITIQUES CONSTRUCTIVES DES JEUX D'ECRITURE -> Critiques constructives jeu 149 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com