forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Prix de la Nouvelle humoristique francophone 2018

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> BATAILLES DE PLUMES -> A vos marques, prêts, partez!
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Libres Plumes
vocable éloquent

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mai 2014
Messages: 24
Localisation: France
Féminin

MessagePosté le: Lun 3 Avr - 18:03 (2017)    Sujet du message: Prix de la Nouvelle humoristique francophone 2018 Répondre en citant

Prix international de la Nouvelle Humoristique francophone
4ème édition
Envoyez votre nouvelle humoristique avant le 31 juillet 2017
Remise des prix : février ou mars 2018


Présentation
Le Prix International de la nouvelle humoristique en langue française organisé par l’association Libres Plumes (Loi 1901) est destiné à récompenser des œuvres d'imagination inédites, en prose (nouvelles), écrites en langue française par des auteurs âgés de 16 à 99 ans.

Le thème 2017
"Il y a une chose que j'adore chez toi. Si seulement je pouvais m'en souvenir…"
Citation de J.R Fox in Le bouquin de l'humour de Jean-Loup Chiflet (éd. Robert Laffont / éd. Hugo & Cie, 2015).

Prix décernés
1er Prix : une dotation de 300 €
2ème Prix : une dotation de 200 €
3ème prix : une dotation de 100 €
Pour tous les prix : la parution de la nouvelle dans le recueil 2018 des nouvelles humoristiques et des cadeaux offerts par Libres Plumes, La Librairie la 23ème Marche et l'association France Québec.

Le jury
Pour cette troisième édition, l’écrivain et éditeur Jean-Loup CHIFLET sera Président du Jury.

Les autres membres du jury :
Pascal FIORETTO, écrivain, animateur radio, plume de Laurent Gerra pour ses billets RTL, auteur entre autres livres de Nos vies de con et Un condamné à rire s’est échappé édité chez Plon.
Julius NICOLADEC,  lauréat du Prix de la Nouvelle humoristique francophone 2017,
Geneviève HU, libraire, la 23ème Marche, Auvers sur Oise,
Corinne TARTARE, vice-présidente Culture de l'association France-Québec,
Anita BERCHENKO, directrice éditoriale des Éditions du 38,
Stéphane HUBY, Président association Libres Plumes, etc.

Appel à textes
L'appel à textes se déroulera du 1er avril 2017 au 31 juillet 2017.

Conditions d'inscription
Les candidats devront être âgés de 16 ans au minimum. Chaque candidat peut adresser au maximum un texte. Le texte proposé n'aura antérieurement fait l'objet d'aucune publication assortie d'un contrat d'édition. Il n'aura pas été primé antérieurement par un autre jury.

Frais d'inscription
Candidats âgés de 18 à 99 ans (quel que soit le lieu de résidence) : 5 € à joindre obligatoirement au dossier d’inscription sous la forme d'un chèque libellé à l'ordre de l’association Libres Plumes. Les frais d’inscription sont à joindre par chèque au dossier d’inscription.
Candidats âgés entre 16 et 18 ans : inscription gratuite sur présentation de la copie d’une pièce d’identité du candidat.

Remise des prix en 2018
L'annonce des lauréats et la remise des prix auront lieu en février ou mars 2018 au Château de Méry sur Oise (95) à l’occasion du salon du livre annuel de la ville et en présence des membres du jury et des partenaires de l’événement. Les dix ou quinze finalistes seront informés par courriel le 31 décembre 2016 au plus tard. Leur présence lors de la remise des prix début 2018 est obligatoire. À défaut, le(s) finaliste(s) peuvent se faire représenter. L’absence d’un des trois lauréats ou de son représentant entraînera automatiquement l’annulation de son prix, sauf si les lauréats résident dans un pays autre que la France, la Belgique, la Suisse et le Luxembourg.

Participer :
Rendez-vous sur cette page : https://www.libresplumes.fr/prix-de-la-nouvelle-humoristique/prix-2018/
_________________
Écrire en s'amusant. Voici le défi lancé par Libres Plumes, ateliers d'écriture, association Loi 1901 à Auvers sur Oise
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Lun 3 Avr - 18:03 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
K-Lou
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 3 Avr - 18:51 (2017)    Sujet du message: Prix de la Nouvelle humoristique francophone 2018 Répondre en citant

Ce genre d'écriture n'est pas dans mes cordes malheureusement Sad Bonne chance à tous les participants.
Revenir en haut
Silicate
Conjonction volubile

En ligne

Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 1 652
Localisation: Hauts de France
Féminin

MessagePosté le: Lun 3 Avr - 18:56 (2017)    Sujet du message: Prix de la Nouvelle humoristique francophone 2018 Répondre en citant

Il a l'air sympa, ce concours, et ça fait au moins deux ans que je lorgne dessus, sauf que je n'ai pas eu l'inspiration jusqu'ici. Et puis si je ne m'abuse, il y a déjà eu des retours de participation (et membre du jury aussi, je crois ?) sur le forum, ce qu'on peut considérer comme un précédent tout à fait engageant.

Mais je n'avais pas vraiment fait attention à un point du règlement qui m'interroge (en fait, c'est moi qui m'interroge, parce que le règlement, il a l'air de savoir ce qu'il dit). Présence obligatoire, OK, c'est souvent exigé de la part des lauréats. Mais... on demande aussi la présence obligatoire des finalistes, qui si j'ai bien compris, doivent être là pour éventuellement savoir qu'ils n'ont pas gagné ? C'est bien ça ou je me trompe ?

Donc si je vais plus loin... question pratique et néanmoins d'importance : leur présence (déplacement, éventuellement hôtel + restauration), c'est à leurs frais ? J'espère que non parce que s'il s'agissait de traverser la France, voire passer une frontière, juste pour faire joli sur l'estrade et repartir avec une grosse déception, ce serait un peu raide, non ? Rassurez-moi...
Revenir en haut
Pilgrim
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 25 Aoû 2011
Messages: 1 240
Localisation: Dans le bunker...
Masculin

MessagePosté le: Mar 4 Avr - 13:25 (2017)    Sujet du message: Prix de la Nouvelle humoristique francophone 2018 Répondre en citant

Non, Silicate, les frais de déplacements et d'hébergement ne sont pas remboursés.
Comme je l'ai dit sur un autre "fil", j'ai été finaliste lors de la première édition et je ne me suis pas déplacé. Je me suis fait représenter, pour le cas où (et en l’occurrence, pour rien Mr. Green ).
Effectivement, lorsqu'on habite loin et qu'on n'est pas Crésus, le mieux est de trouver quelqu'un pour y aller à sa place... Il est sans doute possible de trouver des arrangements...
Ou alors, l'on peut participer pour le sport, la gloire et le rire... et se passer du prix "en nature"...
Disons que la règle du jeu est claire ; chacun est libre de participer en connaissance de cause...

Alain a été finaliste deux fois. Il était présent aux deux occasions, me semble-t-il. Mais je crois qu'il vit en région parisienne, il n'était donc pas trop loin. (il pourra confirmer ou non !)
Jodie a également été finaliste l'an passé. Je ne sais pas si elle avait fait le déplacement, de sa forêt profonde et lointaine.
_________________
http://www.jacquesflamenteditions.com/280-chroniques-dun-pere-au-foyer/
http://benoitcamus.eklablog.com/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Libres Plumes
vocable éloquent

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mai 2014
Messages: 24
Localisation: France
Féminin

MessagePosté le: Mar 4 Avr - 17:09 (2017)    Sujet du message: Prix de la Nouvelle humoristique francophone 2018 Répondre en citant

Silicate a écrit:
Il a l'air sympa, ce concours, et ça fait au moins deux ans que je lorgne dessus, sauf que je n'ai pas eu l'inspiration jusqu'ici. Et puis si je ne m'abuse, il y a déjà eu des retours de participation (et membre du jury aussi, je crois ?) sur le forum, ce qu'on peut considérer comme un précédent tout à fait engageant.

Mais je n'avais pas vraiment fait attention à un point du règlement qui m'interroge (en fait, c'est moi qui m'interroge, parce que le règlement, il a l'air de savoir ce qu'il dit). Présence obligatoire, OK, c'est souvent exigé de la part des lauréats. Mais... on demande aussi la présence obligatoire des finalistes, qui si j'ai bien compris, doivent être là pour éventuellement savoir qu'ils n'ont pas gagné ? C'est bien ça ou je me trompe ?

Donc si je vais plus loin... question pratique et néanmoins d'importance : leur présence (déplacement, éventuellement hôtel + restauration), c'est à leurs frais ? J'espère que non parce que s'il s'agissait de traverser la France, voire passer une frontière, juste pour faire joli sur l'estrade et repartir avec une grosse déception, ce serait un peu raide, non ? Rassurez-moi...


Bonjour Silicate,
Merci pour l'intérêt porté à notre Prix de la Nouvelle humoristique. Je (auteure participant à des concours) et nous, association Libres Plumes sommes tout à fait d'accord avec vous. Oui, c'est un peu raide. Cependant, ayant les délibérations d'un jury (d'écrivains reconnus que nous ne pouvons réunir qu'à ce moment-là) le matin-même et une annonce des prix en fin de journée, il nous est impossible de savoir qui sera lauréat (les nouvelles sont anonymisées dès réception) et donc de prévenir les auteurs concernés en amont. De même, vous comprendrez qu'il ne soit pas envisageable de remettre le prix à des absents.
Nous imaginons parfaitement la difficulté pour un auteur de se déplacer sans être assuré d'emporter le prix, c'est pourquoi nous proposons à chaque auteur de se faire représenter. Cette obligation assortie de notre proposition est présente dans le règlement. Ainsi chacun est libre de participer ou pas mais tous savent ce qu'il en est en envoyant une nouvelle. Evidemment, comme le stipule également notre règlement, tout auteur résidant dans un pays non frontalier à la France est dispensé de se déplacer.
De plus, nous annonçons les finalistes début novembre quand la manifestation a lieu en mars. Cela fait quatre mois pour réserver un billet de train à bas prix et faire marcher son réseau ou trouver une chambre dans notre magnifique coin. Nous aidons les auteurs qui nous sollicitent pour toutes informations utiles.
Enfin, si les subventions remplissaient notre escarcelle, alors croyez bien que nous aurions à coeur de défrayer au moins partiellement les auteurs finalistes dont les textes nous ont séduits. Mais comme ce Prix est actuellement auto-financé à 98% (nous travaillons à trouver des partenaires privés et publics), il ne nous est pas possible, hélas de participer à ces frais.
Oui, tout cela n'est pas très drôle. Un comble pour un prix humoristique, n'est-il pas ? Alors pour compenser, nous n'avons pas trouvé mieux, pour permettre à des finalistes de rencontrer des auteurs confirmés dans le genre, qu'un dimanche dans un château à proximité de Paris lors d'un salon du livre haut en partage et en rires. Pour le prix 2017, la master class improvisée de Jean-Louis Fournier qui avait lu plusieurs fois les nouvelles des 15 finalistes a été je crois, très appréciée.
Il en sera, j'en suis convaincue, de même avec Jean-Loup Chiflet, Pascal Fioretto et d'autres que nous annoncerons prochainement.
En attendant, je vous souhaite pour ce prix ou un autre une très belle inspiration.
Bien à vous,
Elodie Torrente
_________________
Écrire en s'amusant. Voici le défi lancé par Libres Plumes, ateliers d'écriture, association Loi 1901 à Auvers sur Oise
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Silicate
Conjonction volubile

En ligne

Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 1 652
Localisation: Hauts de France
Féminin

MessagePosté le: Jeu 6 Avr - 23:23 (2017)    Sujet du message: Prix de la Nouvelle humoristique francophone 2018 Répondre en citant

Tout d’abord, merci à vous, Elodie de Libres Plumes, d’avoir pris le temps de me répondre et merci à Pilgrim pour son témoignage.

Je suis déjà allée à plusieurs reprises sur le site de Libres Plumes, parce que je fréquente moi-même un atelier d’écriture et que j’aime bien voir ce qui se passe ailleurs, pour élargir mon point de vue. Cette association m’a l’air tout à fait dynamique (je sais que vous ne me démentirez pas Mr. Green ), et vraiment, si j’habitais dans le coin, je pense que je m’en serais rapprochée.
Je ne sais pas comment je n’ai pas fait la relation « Libres Plumes/prix de la Nouvelle Humoristique » ou plus exactement « concours de Méry-sur-Oise ». Tu as bien fait, Pilgrim, de mentionner Alain parce qu’à ce moment là ça a fait tilt et effectivement, j’avais lu son compte-rendu des années précédentes.

Pour revenir à votre message, Elodie, vos précisions sont d’importance : j’ignorais que le jury ne se réunissait que le jour même, ce qui change tout.
Je comprends mieux pourquoi l’annonce des lauréats ne peut se faire qu’au dernier moment. Ce point mériterait d’être souligné, peut-être ? (Je ne crois pas l’avoir vu) C’est juste pour vous éviter les casse-pieds dans mon genre « oui, mais pourquoi il faut attendre, et puis on devrait être prévenu, et puis ci et puis ça… »
Donc, OK, ça marche, je ne dis plus rien.

Il y a encore un point qui me reste obscur, si vous pouvez repréciser les choses : le règlement dit que sont dispensés les lauréats qui résident dans un pays autre que la France, la Belgique, la Suisse et le Luxembourg.
Chipoteuse comme je suis, je m’étais dit que si j’étais une lauréate potentielle expatriée sur les rives du Lac Majeur, mieux valait donc être italienne que suisse. Mais votre post parle de « tout auteur résidant dans un pays non frontalier à la France », ce qui repousse nettement plus loin les limites géographiques. Si je reste italienne, je suis frontalière, mais du fin fond de la Calabre, ce n’est plus la même chose. Et si je suis germanophone, mieux vaut dans ce cas être autrichienne à Innsbrück qu’allemande au bout de la Poméranie orientale.
J’ajoute que contrairement à ce que je laisse entendre, si je m’avisais de participer (à condition que l’inspiration veuille bien me visiter) et si, finaliste (rêvons, ça ne fait de mal à personne) je répondais à l’invitation au château, la dépense en ce qui me concerne ne serait pas excessive puisque je suis limitrophe du département de l’Oise. Okay
Mais ce n’est pas le cas de tout le monde, d’ailleurs Pilgrim l’a bien souligné.

Je souhaite donc à l’association Libres Plumes, outre de continuer à tenir le cap en œuvrant comme elle le fait pour l’écriture, de trouver des partenaires et des subventions qui permettront à des finalistes venus de loin de pouvoir participer « en vrai » en n’ayant pas l’impression de trop y perdre au passage.
Parce qu’il donne envie d’y aller ce château, le reportage d’Alain de l’an dernier est vendeur, et les photos 2017 sur le site de Libres Plumes aussi.

Juste un dernier point, quand vous dites « De même, vous comprendrez qu'il ne soit pas envisageable de remettre le prix à des absents. »
Là, non. Je ne comprends pas.
Je comprends qu’on puisse se faire représenter, je comprends que lorsqu’on organise un prix, c’est quand même mieux que les lauréats (ou leurs représentants) soient présents, mais je reprends mon exemple : je suis une française expatriée en Meklembourg-Poméranie, je suis finaliste mais je n’ai pas de famille/amis résidant en France ou alors loin, je ne suis pas inscrite sur un forum et n’ai donc pas sous la main des contacts potentiels prêts à me rendre le service de venir à ma place (surtout pour rien, peut-être), et ne voilà-t-il pas que ma nouvelle est déclarée comme étant la gagnante par le jury qui s’est réuni le matin même, hourra, hourra, gloire et trompettes … et puis non, finalement, on arrête tout Sad .

Ben franchement, non, je ne comprends pas. Si le prix est mérité, pourquoi le remettre en cause ? La qualité du texte qui lui vaut d’être retenu ne devrait pas (c’est mon avis personnel) être à géométrie variable selon les disponibilités de son auteur. Ce serait même remettre en cause le travail du jury, à mon sens. "Votre lauréat, finalement, il ne sera pas lauréat". Glps !

Mais ne discutons pas là-dessus, je me contente de donner mon point de vue sur un aspect du règlement qui me fait tiquer et avec lequel je ne suis pas d’accord.
Je sais, on m'objectera que dans ce cas, je ne suis pas obligée de concourir, mais ça ne change rien.
Comme je l’ai dit, si je m’avisais d’être participante-finaliste-et plus si… , faire le déplacement pour Méry-sur-Oise ne devrait pas me poser de problème, mais ce n’est pas tout le monde qui habite en Picardie.
Revenir en haut
Libres Plumes
vocable éloquent

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mai 2014
Messages: 24
Localisation: France
Féminin

MessagePosté le: Ven 21 Avr - 16:17 (2017)    Sujet du message: Prix de la Nouvelle humoristique francophone 2018 Répondre en citant

Silicate a écrit:
Tout d’abord, merci à vous, Elodie de Libres Plumes, d’avoir pris le temps de me répondre et merci à Pilgrim pour son témoignage.

Je suis déjà allée à plusieurs reprises sur le site de Libres Plumes, parce que je fréquente moi-même un atelier d’écriture et que j’aime bien voir ce qui se passe ailleurs, pour élargir mon point de vue. Cette association m’a l’air tout à fait dynamique (je sais que vous ne me démentirez pas Mr. Green ), et vraiment, si j’habitais dans le coin, je pense que je m’en serais rapprochée.
Je ne sais pas comment je n’ai pas fait la relation « Libres Plumes/prix de la Nouvelle Humoristique » ou plus exactement « concours de Méry-sur-Oise ». Tu as bien fait, Pilgrim, de mentionner Alain parce qu’à ce moment là ça a fait tilt et effectivement, j’avais lu son compte-rendu des années précédentes.

Pour revenir à votre message, Elodie, vos précisions sont d’importance : j’ignorais que le jury ne se réunissait que le jour même, ce qui change tout.
Je comprends mieux pourquoi l’annonce des lauréats ne peut se faire qu’au dernier moment. Ce point mériterait d’être souligné, peut-être ? (Je ne crois pas l’avoir vu) C’est juste pour vous éviter les casse-pieds dans mon genre « oui, mais pourquoi il faut attendre, et puis on devrait être prévenu, et puis ci et puis ça… »
Donc, OK, ça marche, je ne dis plus rien.

Il y a encore un point qui me reste obscur, si vous pouvez repréciser les choses : le règlement dit que sont dispensés les lauréats qui résident dans un pays autre que la France, la Belgique, la Suisse et le Luxembourg.
Chipoteuse comme je suis, je m’étais dit que si j’étais une lauréate potentielle expatriée sur les rives du Lac Majeur, mieux valait donc être italienne que suisse. Mais votre post parle de « tout auteur résidant dans un pays non frontalier à la France », ce qui repousse nettement plus loin les limites géographiques. Si je reste italienne, je suis frontalière, mais du fin fond de la Calabre, ce n’est plus la même chose. Et si je suis germanophone, mieux vaut dans ce cas être autrichienne à Innsbrück qu’allemande au bout de la Poméranie orientale.
J’ajoute que contrairement à ce que je laisse entendre, si je m’avisais de participer (à condition que l’inspiration veuille bien me visiter) et si, finaliste (rêvons, ça ne fait de mal à personne) je répondais à l’invitation au château, la dépense en ce qui me concerne ne serait pas excessive puisque je suis limitrophe du département de l’Oise. Okay
Mais ce n’est pas le cas de tout le monde, d’ailleurs Pilgrim l’a bien souligné.

Je souhaite donc à l’association Libres Plumes, outre de continuer à tenir le cap en œuvrant comme elle le fait pour l’écriture, de trouver des partenaires et des subventions qui permettront à des finalistes venus de loin de pouvoir participer « en vrai » en n’ayant pas l’impression de trop y perdre au passage.
Parce qu’il donne envie d’y aller ce château, le reportage d’Alain de l’an dernier est vendeur, et les photos 2017 sur le site de Libres Plumes aussi.

Juste un dernier point, quand vous dites « De même, vous comprendrez qu'il ne soit pas envisageable de remettre le prix à des absents. »
Là, non. Je ne comprends pas.
Je comprends qu’on puisse se faire représenter, je comprends que lorsqu’on organise un prix, c’est quand même mieux que les lauréats (ou leurs représentants) soient présents, mais je reprends mon exemple : je suis une française expatriée en Meklembourg-Poméranie, je suis finaliste mais je n’ai pas de famille/amis résidant en France ou alors loin, je ne suis pas inscrite sur un forum et n’ai donc pas sous la main des contacts potentiels prêts à me rendre le service de venir à ma place (surtout pour rien, peut-être), et ne voilà-t-il pas que ma nouvelle est déclarée comme étant la gagnante par le jury qui s’est réuni le matin même, hourra, hourra, gloire et trompettes … et puis non, finalement, on arrête tout Sad .

Ben franchement, non, je ne comprends pas. Si le prix est mérité, pourquoi le remettre en cause ? La qualité du texte qui lui vaut d’être retenu ne devrait pas (c’est mon avis personnel) être à géométrie variable selon les disponibilités de son auteur. Ce serait même remettre en cause le travail du jury, à mon sens. "Votre lauréat, finalement, il ne sera pas lauréat". Glps !

Mais ne discutons pas là-dessus, je me contente de donner mon point de vue sur un aspect du règlement qui me fait tiquer et avec lequel je ne suis pas d’accord.
Je sais, on m'objectera que dans ce cas, je ne suis pas obligée de concourir, mais ça ne change rien.
Comme je l’ai dit, si je m’avisais d’être participante-finaliste-et plus si… , faire le déplacement pour Méry-sur-Oise ne devrait pas me poser de problème, mais ce n’est pas tout le monde qui habite en Picardie.


Bonjour Silicate,

Tout d'abord, mille excuses pour cette réponse tardive mais les deux dernières semaines ont été très occupées.
Pour ne pas vous laisser penser que nous remettons le prix en cause et pour ne pas avoir à le faire (j'insiste : notre politique est de remettre le prix à des nouvelles humoristiques de qualité ET à des personnes physiques et c'est notre choix) nous avons justement renforcé notre règlement après quelques déboires à ce propos. Vu de l'extérieur, je comprends très bien que cela paraisse "cavalier" de faire venir des auteurs des quatre coins de France ou des pays limitrophes sans leur assurer le prix, mais notre ambition étant de réunir les auteurs qui défendent l'humour, de faire en sorte qu'auteurs connus et inconnus se rencontrent, nous avons fait ces choix. Le règlement est clair. Chacun est libre, en toute connaissance, de participer ou pas.
En espérant très sincèrement vous compter parmi nos participants malgré tout,
Bien à vous,
E.T (Directrice Libres Plumes)
_________________
Écrire en s'amusant. Voici le défi lancé par Libres Plumes, ateliers d'écriture, association Loi 1901 à Auvers sur Oise
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:51 (2017)    Sujet du message: Prix de la Nouvelle humoristique francophone 2018

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> BATAILLES DE PLUMES -> A vos marques, prêts, partez! Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com