forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Larme blanche

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> JEU N°142 B Printemps des nouvellistes -> Critiques constructives Jeu N°142 B
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Tonina
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2010
Messages: 3 346
Localisation: Seine et Marne
Féminin

MessagePosté le: Sam 1 Avr - 19:00 (2017)    Sujet du message: Larme blanche Répondre en citant

Larme blanche


Le vent d’octobre soulève le sable et sculpte des reliefs éphémères. Chaque année, dans les décors de bord de mer, l’automne gomme les vacanciers, efface les jeux d’enfants et les cerfs-volants. Souleymane s’arrête au bout de l’allée qui déroule ses lattes de bois sur la plage et qui échoue là, à quelques mètres de l’eau.

Au mois de mars, il a quitté le Sénégal à bord d’un car poussif et poussiéreux pour rejoindre la Méditerranée. Puis il a embarqué. La mer, fiévreuse et agitée, a porté son bateau jusqu’à l’île de Lampedusa. Ensuite, tout s’est enchaîné : l’attente dans un centre d’accueil, l’obtention d’un permis de séjour provisoire, le transfert en Calabre. Un car moderne et spacieux l’a enfin conduit vers le nord.

À la Spezia, son cousin l’attendait. Comme lui, Souleymane s’est mis à arpenter la plage pour vendre des babioles aux touristes qui offraient leur peau blanche au soleil. Il pensait à son village, au vent brûlant, aux villageois retranchés dans les carrés d’ombre que les murs des maisons découpaient sur le sol roussi.

Le poids de son chargement le faisait souffrir. Il fallait vendre ce fatras volumineux - bouées, sacs, serviettes de plages, paréos - pour ne pas subir les remontrances des intermédiaires. À l’heure du déjeuner, avec les autres, il s’installait à l’ombre, sous la jetée. C’est là qu’un jour de juin il a rencontré Fatou. Elle venait d’arriver, vendait des bijoux de pacotille. Ses yeux ressemblaient à deux amandes grillées et, lorsqu’elle parlait, ses mains s’envolaient comme des papillons pour tournoyer autour de son corps, se poser sur ses hanches, ses reins qu’elle massait doucement, avant de décrire à nouveau des cercles imaginaires au milieu desquels il se laissait volontiers enfermer. Fatou et Souleymane se sont très vite aimés.

Le soir, ils s’asseyaient sur la plage désertée pour écouter la respiration de la mer que la lune décorait d’étincelles argentées. Ils se racontaient leur vie, convaincus que la mer, la nuit, ne s’embrasait que pour eux. Il écoutait Fatou en caressant sa nuque, là où naissaient les petites nattes qui disciplinaient sa chevelure. Son bonheur était palpable : il le respirait dans l’air tiède de l’été, le sentait sous la plante de ses pieds écrasés sur le sable doux. Il le humait sur la peau de Fatou, dans les replis secrets de son corps. Lorsqu’ils faisaient l’amour, leur souffle se mêlait au soupir de la mer. Puis ils s’endormaient, ne regagnant que tard leur dortoir. La saison touristique s’est écoulée, sans turbulences, sans remous. Grâce à la force de son amour, ni l’exil, ni la précarité, ni la fatigue n’ont entamé le moral de Souleymane.

Assis sur le sable froid, il se concentre sur la dernière image qu’il garde de Fatou : une larme blanche, une trace salée comme une éclaboussure d’écume est venue mourir sur son sourire en croissant de lune. C’était le premier jour de septembre. Le lendemain, elle est partie rejoindre une tante installée à Paris. Son départ était prévu, elle avait toujours su que leur idylle ne durerait que le temps d’un été. Son amie Mariama avait gardé le secret. Souleymane n’avait pas le premier sou pour partir et puis, à Paris, il ne connaissait personne.

Il fixe l’endroit où tous deux s’allongeaient pour s’étreindre : un petit bout de plage lisse. La mer et le vent ont depuis longtemps effacé l’empreinte de leurs corps. Il songe avec tristesse à la saison qui s’annonce, celle que l’on nomme, si justement, la morte saison.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 1 Avr - 19:00 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Alain Kotsov
Conjonction volubile

En ligne

Inscrit le: 25 Jan 2016
Messages: 1 247
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: Dim 2 Avr - 12:49 (2017)    Sujet du message: Larme blanche Répondre en citant

Mon numéro deux. En partant d’un sujet tristement banal, l’histoire évite de sombrer dans la caricature en intégrant une histoire d’amour portée par une belle écriture. La fin est bien vue, en la teintant d’une note pessimiste. Que dire de plus ?
_________________

Invitation aux voyages
Pour liseuse et ordi, en Epub, en mobi, mes textes gratu-its.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
danielle
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 21 Mai 2010
Messages: 11 026
Localisation: St Etienne
Féminin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Dim 2 Avr - 16:50 (2017)    Sujet du message: Larme blanche Répondre en citant

Mon N°1: dès les premières phrases, le style a opéré sa magie. Je me suis laissée emporter et l'émotion a suivi. Un texte magistral !
_________________
Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites. J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Hégésippe
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 07 Juin 2010
Messages: 1 449
Localisation: Auderghem
Masculin

MessagePosté le: Lun 3 Avr - 14:26 (2017)    Sujet du message: Larme blanche Répondre en citant

Un texte magnifique, mon n° 1. En plus de l'émotion, de l'écriture parfaite, il y a de la musique, de la poésie qui permettent au lecteur de s'imprégner d'une atmosphère, de vivre avec le personnage.
Revenir en haut
MamLéa
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2014
Messages: 2 929
Localisation: Toulois (54)
Féminin

MessagePosté le: Lun 3 Avr - 20:35 (2017)    Sujet du message: Larme blanche Répondre en citant

Un certain manque d'originalité dans l'histoire m'a fait écarter ton texte de mon podium et en préférer d'autres.
C'est bien écrit et les personnages sont touchants…aussi, je n'ai pas de critique à formuler
_________________
“Il écrit si bien qu'il me donne envie de rendre ma plume à la première oie qui passe.”
Fred Allen
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ghostwriter
vocable éloquent

Hors ligne

Inscrit le: 09 Aoû 2015
Messages: 29
Localisation: pays des mots
Féminin

MessagePosté le: Mar 4 Avr - 08:59 (2017)    Sujet du message: Larme blanche Répondre en citant

J'ai beaucoup aimé la douceur et les sentiments très vifs à la fois, l'engagement délicat du récit. C'est un portrait de bout d'Afrique qui donne à voir ses aléas.
Revenir en haut
Tonina
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2010
Messages: 3 346
Localisation: Seine et Marne
Féminin

MessagePosté le: Jeu 6 Avr - 12:05 (2017)    Sujet du message: Larme blanche Répondre en citant

Merci pour vos commentaires !
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:39 (2017)    Sujet du message: Larme blanche

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> JEU N°142 B Printemps des nouvellistes -> Critiques constructives Jeu N°142 B Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com