forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Kolo Kolo

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> JEU N°142 B Printemps des nouvellistes -> Critiques constructives Jeu N°142 B
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
danielle
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2010
Messages: 10 826
Localisation: St Etienne
Féminin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Sam 1 Avr - 12:57 (2017)    Sujet du message: Kolo Kolo Répondre en citant

Ses proches le surnommaient en catimini Kolo Kolo, en référence à un refrain qu’il massacrait à plaisir et au son de la cloche qu’il agitait dès qu’il avait besoin d’un service. Pour les gens du quartier, mon oncle était Léon Kinivi, personnalité respectée notamment pour ses dons importants à l’église. Moi, j’étais le neveu âgé de dix ans, généreusement accueilli pour être soigné dans la capitale. Ayant commis la sottise de boire de l’eau du marigot au village, j’avais contracté une sévère affection que mon père, guérisseur vaudou, ne parvint pas à éradiquer en dépit de force décoctions de plantes et pratiques rituelles.
Fut-ce lui qui décida que, pour ne pas vexer l’oncle, je resterais dans la capitale après ma guérison ? Fut-ce Léon qui insista pour me garder, fort d’arguments mielleux ?
Toujours est-il qu’une fois sur pied, je demeurai à Lomé et que mon statut d’invité changea du tout au tout. À Aklakou, j’avais toujours été bon élève et j’entendais bien rattraper le retard pris pendant ma maladie. Kolo Kolo se fit tirer l’oreille pour m’inscrire à l’école et refusa de m’acheter la chemise blanche exigée pour la classe. Un cousin m’offrit une des siennes que je lavais et repassais tant bien que mal.
« Orphelin » dans la maisonnée de Kolo Kolo adepte de la polygamie, je devais, pour me nourrir, me contenter de ce que voulaient bien me donner l’une ou l’autre de ses cinq femmes. Mais leur priorité était leur nichée et les querelles fréquentes entre la première épouse et les autres ne me facilitaient pas la vie. Je grappillais à gauche et à droite. Il m’arrivait souvent d’aller dormir le ventre vide.
Vinrent rapidement les corvées. Dès que je rentrais de l’école et trouvais un coin tranquille pour faire mes devoirs, la cloche retentissait.
L’oncle ne manquait pas d’imagination : cirer ses chaussures, aller puiser de l’eau, entretenir sa bicyclette – signe extérieur de richesse dans les années 55 – charrier des briques pour l’agrandissement de sa maison, lui apporter son déjeuner sur son lieu de travail et reprendre le chemin de l’école sans avoir moi-même rien avalé. Pèse encore aujourd’hui sur ma tête l’énorme statue de la Vierge, cadeau de mon oncle à l’évêque, que je fus chargé de transporter sous un soleil de plomb.
Des brimades, régulières, de l’affection, point.
L’épisode de la pompe à vélo me parut l’occasion de mettre fin à ce statut de domestique taillable et corvéable à merci. Koko Kolo ayant égaré la sienne, j’en empruntai une de bon matin à un voisin avec l’intention de la rendre le soir après l’école. Fureur de l’oncle à mon retour : j’étais un sacripant, un voleur qui le déshonorait ! Pour la première fois, les coups plurent sur mon dos.
En larmes, je pris la route, de nuit, à pied pour Aklakou où j’arrivai épuisé. Mon père fronça les sourcils au récit de mes malheurs et réunit le conseil des anciens pendant que ma mère me servait un copieux repas. Le verdict tomba : caprices d’enfant, pas question d’offenser Léon et de perdre l’opportunité de bonnes études dans la capitale.
C’était compter sans ma mère qui avait remarqué les zébrures marquant mon dos. Ce fut elle qui, le lendemain, m’accompagna à Lomé dans la carriole d’un voisin, me confiant en route qu’elle me conduisait chez un de ses frères qui me traiterait bien. Nous fîmes halte chez Kolo Kolo. La colère de ma mère !
Si je n’entendis plus jamais le son de la maudite cloche, ce fut un véritable carillon qui résonna ce matin-là aux oreilles de Kolo Kolo.
_________________
Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites. J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 1 Avr - 12:57 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Alain Kotsov
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2016
Messages: 1 159
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: Dim 2 Avr - 14:30 (2017)    Sujet du message: Kolo Kolo Répondre en citant

Au pied de mon podium. Une histoire qui sonne vrai, riches en rebondissements difficiles à caser dans un si petit format. Deux guillemets entourant le verbe emprunter ne seraient pas de trop, ce qui atténuerait quelque peu la culpabilité de l’oncle, qui est déjà assez méchant comme ça.
_________________
Pour liseuse et ordi, en Epub, en mobi, mes textes gratu-its.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Tonina
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2010
Messages: 3 323
Localisation: Seine et Marne
Féminin

MessagePosté le: Dim 2 Avr - 16:41 (2017)    Sujet du message: Kolo Kolo Répondre en citant

Je crois bien être la seule à avoir apporté mon vote à Kolo Kolo. J'ai été surprise mais c'est vrai que les textes avaient tous un petit quelque chose pour eux ! J'ai cru à cette histoire ( j'ai bien fait puisque j'apprends en te lisant, Danielle, que c'est une histoire vraie ) et j'ai trouvé le récit bien mené.
Revenir en haut
danielle
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2010
Messages: 10 826
Localisation: St Etienne
Féminin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Dim 2 Avr - 17:59 (2017)    Sujet du message: Kolo Kolo Répondre en citant

C'est en effet une histoire vraie où rien n'est exagéré, loin de là, il y a pire à venir, puis du meilleur. (C'est écrit mais restera dans un tiroir.) Une enfance aux blessures si marquantes qu'on l'évoque encore aujourd'hui chez nous.
Merci pour ton vote Tonina !
_________________
Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites. J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Hégésippe
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 07 Juin 2010
Messages: 1 444
Localisation: Auderghem
Masculin

MessagePosté le: Lun 3 Avr - 15:14 (2017)    Sujet du message: Kolo Kolo Répondre en citant

Un texte superbement écrit, une histoire intéressante.
Il m'a manqué un tout petit quelque chose d'indéfinissable pour que je me sente réellement touché par le récit de cet enfant.
Revenir en haut
MamLéa
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2014
Messages: 2 643
Localisation: Toulois (54)
Féminin

MessagePosté le: Lun 3 Avr - 21:31 (2017)    Sujet du message: Kolo Kolo Répondre en citant

Une histoire un peu triste qui, à quelque détail près, aurait pu se passer n'importe où, mais a beaucoup de saveur située en Afrique.
Podium trop étroit pour que ce texte y trouve sa place ; c'est dommage !
_________________
“Il écrit si bien qu'il me donne envie de rendre ma plume à la première oie qui passe.”
Fred Allen
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:48 (2017)    Sujet du message: Kolo Kolo

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> JEU N°142 B Printemps des nouvellistes -> Critiques constructives Jeu N°142 B Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com