forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

L'arbre de vie

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> JEU N°142 B Printemps des nouvellistes -> Critiques constructives Jeu N°142 B
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
rascasse
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 01 Nov 2012
Messages: 663
Localisation: Frontignan (34)
Masculin

MessagePosté le: Ven 31 Mar - 20:42 (2017)    Sujet du message: L'arbre de vie Répondre en citant

L’arbre de vie


Dans un minuscule village déserté aux flancs du Kilimandjaro, un vieil homme s’endort sur le banc en fromager accoté au pisé de sa case.
Il a ce matin même présumé de ses forces. Oublieux des quatre-vingt six printemps qui habillent son âge, il s’est rompu les bras et le dos à mettre en terre un tout jeune fruitier.
Acharnement, ténacité, inconscience ou philosophie ? Qui pourrait le savoir ? Sans doute un mélange de tout ça. Sans occulter l'envie d'aller à l'encontre de ces vieilles croyances colportées par les sorciers interdisant aux hommes de cultiver les fruitiers.
Quoi qu'il en soit, la grisaille qui moissonne sa chevelure laisse à présumer qu’il ne savourera jamais la chair tendre et sucrée du premier fruit qu'offrira son anacardier.

Son entêtement à mener à son terme une tâche au delà de ses forces n’est pas aussi bizarre qu’à première vue il paraît. Tout jeune déjà, il possédait le chic pour se lancer à l'assaut d’inconcevables succès.
Enrôlé contre son gré au sein d'un régiment de Tirailleurs, il avait conquis ses premiers galons en délivrant à lui seul dix de ses camarades engeôlés, nanti d’un simple morceau de fil de fer en guise de passe-partout.
Toutes les gloires éphémères qu'il avait ensuite collectionnées avaient fondu à son retour au chaud soleil d'Afrique. Il n'avait pas tardé à comprendre que sans être devenu complètement étranger à son pays, il n'en était plus un fils naturel.
Son âme avait pris la teinte grise des cieux ordinaires des champs de bataille.

L’œil clos, la paupière frémissante, il sommeille sur son banc, un bijou de menuiserie qu’il a lui même taillé, sculpté et assemblé. Ses lèvres craquelées et lippues s’épanouissent sur la fleur d’un sourire.
Il a perdu mémoire de tous les efforts qu’il a dû déployer pour amener le trou de l’arbre à un mètre sous la surface de la terre. Le voilà revenu à Paris la glorieuse, à mille lieues des montagnes où coulent ses vieux jours.
Il revoit les larges avenues, les hommes et les femmes défilant fièrement dans leurs belles tenues. Il revoit les sombres estaminets où se volatilisait tout ou partie de sa solde. Il songe aux quelques mois de bonheur tranquille après la démobilisation.
Ses lèvres s’arrondissent dans une expression bienheureuse. Il retrouve la petite échoppe où œuvrait Nedjma, la repasseuse. Nedjma ! Son seul et unique amour. Combien d’heures de bonheur ont-ils brûlées ensemble ? À parler, à valser, à se promener, à hisser corps et âme en haut du mât d'un tendre unisson.
Chaque souvenir ému fait perler un sourire à ses lèvres. Sa tête dodeline délicieusement bercée par la musique heureuse du temps d’autrefois.

Le soleil en agonie au ponant dessine aux plis couturés de son visage buriné le relief accidenté d’une vie longue et fertile. Au loin, dans les replis fracturés de la montagne, le glas du tonnerre affole son maigre troupeau en pâture.
Le temps d’un quart d’heure, une poussière d’étoile dans la vie d’un homme, de larges gouttes inondent le petit groupe de cases où il vit seul depuis très longtemps. Elles emmaillotent l’anacardier que le vieux soldat épuisé n’a pas eu le courage d’arroser.

Dans un minuscule village déserté aux flancs du Kilimandjaro, un vieil homme s’est à jamais endormi sur le banc en fromager accoté au pisé de sa maison.
_________________
J'apprécie tout particulièrement les heures pas encore mais déjà plus
http://ericgohier.e-monsite.com/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Ven 31 Mar - 20:42 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
ptit lu
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 6 073
Localisation: Grenoble
Féminin

MessagePosté le: Sam 1 Avr - 16:14 (2017)    Sujet du message: L'arbre de vie Répondre en citant

Un conte plein de poésie, un voyage hors du temps auquel je n'ai pas résisté et que je viens de relire avec plaisir.
Revenir en haut
rascasse
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 01 Nov 2012
Messages: 663
Localisation: Frontignan (34)
Masculin

MessagePosté le: Sam 1 Avr - 17:00 (2017)    Sujet du message: L'arbre de vie Répondre en citant

Merci pour ton appréciation, Tu as tout résumé. Ce texte se veut hommage à un de mes grands-pères qui plantait des fruitiers à presque 90 ans. Quelle plus belle leçon de philosophie et d'humanisme ?
_________________
J'apprécie tout particulièrement les heures pas encore mais déjà plus
http://ericgohier.e-monsite.com/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Alain Kotsov
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2016
Messages: 1 159
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: Dim 2 Avr - 13:05 (2017)    Sujet du message: L'arbre de vie Répondre en citant

Il y a de l’idée, c’est tout à fait dans le sujet, même au cœur… de l’Afrique. Un point m’a interpelé : le vieil homme a été enrôlé dans les Tirailleurs (pourquoi une majuscule ?) ; ce terme renvoie aux unités coloniales de l’armée française, qu’on appelait, quand ils étaient originaires d’Afrique centrale, « tirailleurs sénégalais ». Or, le mont Kilimandjaro se situe en Tanzanie, près de la frontière kenyane, en Afrique anglophone (dont l’anglais est langue officielle, avec une ou plusieurs langues indigènes). Il me semble bizarre que les recruteurs français soient allés jusque-là ; ça mériterait une explication ; à vérifier. Il y a trois occurrences rapprochées de « avait » dans les deux dernières phrases de l’avant-dernier paragraphe, piège ordinaire du plus-que-parfait. Il manque des tirets (quatre-vingt six, au delà, lui même). Rien de bien grave. Dans une production réduite, et d’une bonne qualité générale, j’ai choisi d’autres textes pour mon petit podium.
_________________
Pour liseuse et ordi, en Epub, en mobi, mes textes gratu-its.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Tonina
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2010
Messages: 3 323
Localisation: Seine et Marne
Féminin

MessagePosté le: Dim 2 Avr - 16:47 (2017)    Sujet du message: L'arbre de vie Répondre en citant

C'est très beau, tout simplement. Et c'est le texte qui m'a le plus touchée. Mon numéro 1 !
Revenir en haut
danielle
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2010
Messages: 10 828
Localisation: St Etienne
Féminin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Dim 2 Avr - 18:15 (2017)    Sujet du message: L'arbre de vie Répondre en citant

Un bel hommage à un valeureux vieillard. Un !§ qui m'a gênée: une construction qui sonne mal à l'oreille et un cliché qui ne va pas avec le style soutenu de l'ensemble. "Son entêtement à mener à son terme une tâche au delà de ses forces n’est pas aussi bizarre qu’à première vue il paraît. Tout jeune déjà, il possédait le chic pour se lancer à l'assaut d’inconcevables succès. "
_________________
Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites. J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
rascasse
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 01 Nov 2012
Messages: 663
Localisation: Frontignan (34)
Masculin

MessagePosté le: Lun 3 Avr - 09:07 (2017)    Sujet du message: L'arbre de vie Répondre en citant

J'ai choisi de mettre une majuscule à Tirailleurs puisque c'est coutume de le faire en parlant des corps d'armée... mais surtout par déférence envers ces malheureux venus mourir pour défendre un sol qui n'était pas le leur. J'ai ensuite choisi le Kilimandjaro parce que c'est une montagne qui parle à tout le monde et parce qu'à son retour, tel que dit dans le texte, le vieil homme s'est senti étranger dans son pays, il n'est donc pas Tanzanien. Son périple et les conditions de son exil volontaire ne rentrent pas dans une contrainte de 3500 caractères et ne présentent, à mon sens, que peu d'intérêt. Ce texte se veut conte moderne, appel à la réflexion sur les conditions de flux migratoires dont beaucoup de pays européens peuvent s'estimer responsables sinon coupables.
_________________
J'apprécie tout particulièrement les heures pas encore mais déjà plus
http://ericgohier.e-monsite.com/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Hégésippe
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 07 Juin 2010
Messages: 1 444
Localisation: Auderghem
Masculin

MessagePosté le: Lun 3 Avr - 14:43 (2017)    Sujet du message: L'arbre de vie Répondre en citant

Un très beau texte, mais j'ai le même problème qu'Alain Kotsov. Il me semble très improbable qu'un Africain d'un pays francophone (vraisemblablement d'Afrique de l'Ouest) s'installe dans un pays anglophone d'Afrique de l'Est, pour des raisons politiques, ethniques, culturelles... Dans une ville ce serait possible (et encore...), mais dans un village cela me paraît extrêmement peu vraisemblable. Une femme, peut-être, si elle avait épousé un homme de l'endroit, mais elle aurait eu des difficultés à se faire accepter.
Revenir en haut
MamLéa
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2014
Messages: 2 649
Localisation: Toulois (54)
Féminin

MessagePosté le: Lun 3 Avr - 21:46 (2017)    Sujet du message: L'arbre de vie Répondre en citant

J'ai aussi été déroutée par ce tirailleur (sénégalais ?) vivant au pied du Kilimandjaro, et j'ai préféré d'autres textes. C'est néanmoins un très beau portrait de vieil homme, ancien soldat en Europe.
Tu m'as fait découvrir ce qu'était un anacardier...
_________________
“Il écrit si bien qu'il me donne envie de rendre ma plume à la première oie qui passe.”
Fred Allen
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Silicate
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 1 658
Localisation: Hauts de France
Féminin

MessagePosté le: Mar 4 Avr - 11:40 (2017)    Sujet du message: L'arbre de vie Répondre en citant

J’aime cette histoire qui parle de laisser derrière soi quelque chose de vivant, quelque chose qui survivra et portera ses fruits, dans tous les sens du terme.
C’est une histoire qui me parle de voir plus loin que le profit immédiat et la satisfaction personnelle, puisque le vieil homme sait bien qu’il ne verra jamais ce que deviendra son arbre. J’ai retenu ce texte sans hésiter (classé en deuxième).
À la lecture des commentaires précédents, je réalise que j’ai tiqué sur le Kilimandjaro, sans pour autant en faire un obstacle pour la suite quand j’ai lu « tirailleur ». Pour moi qui vis non loin du Chemin des Dames, « tirailleur » va obligatoirement avec « sénégalais », et quelque chose m’a dit que le Kilimandjaro avait ici un problème de localisation. Pour autant, j’ai délaissé cette question au profit du sens global du texte, qui m’a touchée. Ça m’a rappelé ce texte de Giono dont je ne sais plus le titre exact « l’homme qui plantait des chênes »je crois (ou des arbres, peut-être ?) et qui porte à lui seul toute une espérance.

Et pour revenir aux tirailleurs, à quelques jours du centenaire de l’offensive Nivelle et en hommage à ces hommes morts pour un territoire qu’on leur disait être celui de leur patrie mais qui n’était pas celui de leur naissance, voilà une vue de la Constellation de la douleur, œuvre située à côté de la Caverne du Dragon, sur le Chemin des Dames. Ces figures monumentales qui dominent le paysage me poignent le cœur à chaque fois que je les vois (je ne retrouve pas mes propres photos, donc je mets celles du site de l’artiste).

https://www.christianlapie.net/oeuvres/270/constellation-de-la-douleur/refe…
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:40 (2017)    Sujet du message: L'arbre de vie

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> JEU N°142 B Printemps des nouvellistes -> Critiques constructives Jeu N°142 B Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com