forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Au travers

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Jeu N°140 -> Critiques constructives jeu N°140
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mariam
Adjectif enthousiaste

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mai 2016
Messages: 114
Localisation: Perpignan
Féminin Sagittaire (22nov-21déc)

MessagePosté le: Mer 1 Fév - 10:27 (2017)    Sujet du message: Au travers Répondre en citant

Au travers

La faux s'abat, au hasard semblerait-il, pour réunir anonymes, icônes, célébrités. Je les imagine nous bercer de mélodies à tous les temps dans l'amphithéâtre de l'infini du ciel où tout a sa valeur et plus rien n'a de prix.
Et, jour après jour, moi, Vondi Güelau, je continue d'élever mes œuvres partout sur notre planète dans la pureté, communion entre ciel et terre.
Et, ce matin là, moi, Vondi Güelau, sur l'écran du smartphone, je vois apparaître dans le pèle mêle de l'actualité, 
« Le grand architecte créateur, Vondi Güelau, est décédé hier soir étranglé par une arête de poisson alors qu'il dégustait un tartare de loup de mer...L'orfèvre de la lumière s'est éteint ».
Hier soir, dans mon sommeil je partageais mes rêves avec l'inspiration déterminante ponctuant calculs numériques, logique mathématique, lois de la physique. Tel un cadeau, le céleste enveloppe mes créations d'un souffle divin et chaque élément prend forme à sa place dans la partition de la vie.
La nouvelle court partout et sur le fil des médias. La flèche de ma future création s'arc-boute, sa légèreté se plombe. Démentir la rumeur ? C'est en vain ! Avec effroi, je contribue encore davantage à sa propagation et même ma pathétique présence est rejetée au journal télévisé, imperméable à la raison.
Famille, amis, collaborateurs, admirateurs, tous éplorés, trop absorbés par les réseaux sociaux dénient mon existence. Je deviens anonyme, à la recherche de mon reflet dans les vitrines, dans les flaques d'eau après l'averse de la nuit, ma silhouette longiligne s'effiloche, tel un échalas, yeux creusés, pommettes saillantes dans mon visage aux traits anguleux, taillé à la serpe. Je me sens déstructuré, un mort à qui on aurait oublié de fermer les yeux. J’erre, un fantôme, à la recherche d'un temps nouveau.
Les médias relayent aussi la barbarie du monde, des édifices mythiques, gisent au sol parmi les corps sans vie. Les coupoles aux feuilles d'or ne tamisent plus la lumière pour caresser les âmes et les apaiser. La lumière crue darde déjà ses rayons livrant les hommes à leur aveuglement.
La mort dans l'âme, mon corps me porte où mes pas me transportent.
Je ne raconterai pas les sombres détours pour exister avec une autre identité sociale. Gardant toute ma richesse, en mes gènes et ma mémoire profonde, dans ma nuit dégringolent les lettres de NOUVEL, GAUDI. Elles se mêlent et me nomment « Donevi Ulagu » à l'aube de ma nouvelle genèse.
Je me redresse, cap en avant, en équilibre sur le fil de mon insatiable désir. Un plongeon, en immersion dans le monde, je fais corps avec les gens, musique des mots, sonorités des voix, notes des cœurs, rayonnement des regards.
En funambule inspiré par ces élans de vie, je m'inscris dans l'univers, accepte les normes, m'applique à dessiner les plans dans le respect nécessaire de la gravité pour me libérer et repousser les limites.
Mon inspiration me porte à créer un joyau d'architecture destiné à sublimer le langage universel de la musique.
Enflammée d’exubérantes étincelles, l'énergie transmutée en lumière chauffée à blanc, insuffle ses couleurs à travers les pores des murs, derme sans frontières de ce palais suspendu entre ciel et eau, volume paré de pierre, métal, verre se jouant de la pesanteur, tout en délicatesse, transparence. Sensibilité épidermique des notes portées, pulsations, rythment de concert les cœurs en symbiose, explosent aux sens du monde en un déploiement d'émotions dans la paix, offrant à chacun son éclat.
_________________
Il reste toujours un parfum à la main qui donne des roses... (Confucius)
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 1 Fév - 10:27 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
danielle
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2010
Messages: 10 887
Localisation: St Etienne
Féminin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Mer 1 Fév - 12:15 (2017)    Sujet du message: Au travers Répondre en citant

Le langage précieux, le contenu hermétique du texte m'ont déroutée. Et sincèrement, l'apparition de la musique à la fin m'a complètement déstabilisée. Il y a sûrement derrière les mots un message caché que je n'ai pas su décrypter.
_________________
Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites. J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Tonina
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2010
Messages: 3 329
Localisation: Seine et Marne
Féminin

MessagePosté le: Mer 1 Fév - 15:07 (2017)    Sujet du message: Au travers Répondre en citant

Un style et un traitement du thème très différents des autres textes. Moi non plus, je ne suis pas certaine d'avoir tout bien compris. Un style peut-être un peu trop riche ...
Revenir en haut
Elie
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 21 Aoû 2013
Messages: 469
Féminin

MessagePosté le: Mer 1 Fév - 15:20 (2017)    Sujet du message: Au travers Répondre en citant

Ce que j'ai compris du texte, c'est que notre architecte renommé relayé par la presse comme "mort", devient après une errance dans le monde, un grand musicien de renon ou un chef d'orchestre.

J'ai eu des bons moments dans la lecture, comme ici : "Je deviens anonyme, à la recherche de mon reflet dans les vitrines, dans les flaques d'eau après l'averse de la nuit, ma silhouette longiligne s'effiloche, tel un échalas, yeux creusés, pommettes saillantes dans mon visage aux traits anguleux, taillé à la serpe".

Et d'autres où je n'ai pas compris (pas faute d'avoir cherché!), par exemple : "Je les imagine nous bercer de mélodies à tous les temps dans l'amphithéâtre de l'infini du ciel où tout a sa valeur et plus rien n'a de prix."


C'est peut-être un texte qui manque de clarté, mais dont l'auteur a du potentiel poétique.
_________________
Rien à dire, tout à écrire...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Armorique
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 3 808
Localisation: Dinan
Féminin

MessagePosté le: Mer 1 Fév - 15:59 (2017)    Sujet du message: Au travers Répondre en citant

Je n'ai pas accroché à ce texte trop touffu. De très belles images, cependant, mais qui obscurcissent l'ensemble. C'est dommage, car cet artiste sortait de l'ordinaire.
_________________
Homme sans histoires recherche éditeur pour devenir écrivain. Pierre Dac
Revenir en haut
sophax
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 02 Jan 2012
Messages: 349
Localisation: Toulon
Masculin

MessagePosté le: Mer 1 Fév - 17:02 (2017)    Sujet du message: Au travers Répondre en citant

Un petit peu comme tout le monde, je suis resté sur le seuil de ce texte abscons qui use d’effets pour camper une posture de sophistication que je ne reçois pas. Le récit se perd dans des limbes éthérés qui paraissent plus être des jeux de manche que le fruit d’un élitisme littéraire. Cela me rappelle les propos de Camus : « Ceux qui écrivent clairement ont des lecteurs ; ceux qui écrivent obscurément ont des commentateurs. » Désolé, mais pour ce texte, je ne suis pas un lecteur assouvi.
_________________
Il n'y a pas de chemin, il n'y a que cheminer.
Revenir en haut
MamLéa
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2014
Messages: 2 746
Localisation: Toulois (54)
Féminin

MessagePosté le: Mer 1 Fév - 19:21 (2017)    Sujet du message: Au travers Répondre en citant

Le style, trop précieux, m'a également déroutée. Je crois aussi que je n'ai pas tout compris ?
Le texte ne mentionne pas la crainte de mourir, suite à d'autres décès de célébrités? Aussi, j'ai estimé que le sujet n'était pas traité.
_________________
“Il écrit si bien qu'il me donne envie de rendre ma plume à la première oie qui passe.”
Fred Allen
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Sylvie.A.
Adjectif enthousiaste

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mai 2016
Messages: 102
Localisation: Bourgogne
Féminin

MessagePosté le: Jeu 2 Fév - 14:41 (2017)    Sujet du message: Au travers Répondre en citant

Ca m'a fait plaisir de voir que tu participais à nouveau aux jeux d'écriture du forum.
Je n'ai pas voté pour ton texte car je l'ai trouvé trop alambiqué. Même si je suis loin d'être une spécialiste en la matière, il me semble que tu gagnerais beaucoup à simplifier ta façon d'écrire.
Malgré tout, derrière tes mots et tes images pleines de sensibilité, je sens le message que tu cherches à faire passer. Un beau message de paix et d'harmonie universelle. Et ça j'aime vraiment bien.


Dernière édition par Sylvie.A. le Jeu 2 Fév - 14:58 (2017); édité 1 fois
Revenir en haut
Alain Kotsov
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2016
Messages: 1 181
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: Jeu 2 Fév - 14:44 (2017)    Sujet du message: Au travers Répondre en citant

L’arête et le style. (On dirait un titre de Houellebecq). Du style, il y en a, mais peut-être trop. On ne voit pas bien où l’auteur veut en venir, ni un rapport étroit entre le sujet et son traitement. Disons qu’elle utilise l’énoncé pour digresser sur un thème parallèle. La disparition supposée de l’architecte n’est plus l’idée centrale. Des contraintes imposées si spéciales et précises nécessitaient, je pense, un style plus clair, plus direct, moins « vaporeux ».
_________________
Pour liseuse et ordi, en Epub, en mobi, mes textes gratu-its.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Silicate
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 1 736
Localisation: Hauts de France
Féminin

MessagePosté le: Mer 8 Fév - 16:02 (2017)    Sujet du message: Au travers Répondre en citant

Un texte qui fait naître de belles images, mais beaucoup trop introspectif pour que j’aie réussi à le suivre complètement dès la première lecture. J’aurais aimé plus d’allant, plus de légèreté, peut-être, dans le traitement du sujet. Par exemple : « Je ne raconterai pas les sombres détours pour exister avec une autre identité sociale », eh bien si, justement, ça aurait rendu le narrateur (et le texte) plus réel à mes yeux.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:52 (2017)    Sujet du message: Au travers

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Jeu N°140 -> Critiques constructives jeu N°140 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com