forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Marée noire

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Jeu N°138 -> Critiques constructives Jeu N°138
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Tonina
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2010
Messages: 3 357
Localisation: Seine et Marne
Féminin

MessagePosté le: Lun 28 Nov - 22:42 (2016)    Sujet du message: Marée noire Répondre en citant

Marée noire

Comme un papillon épinglé sur un pan de ciel moucheté, tu découpes ta silhouette sur le fond de lumières et d’étoiles, qui sert de décor à mon cauchemar. Il y a un instant encore, tu étais blotti contre moi mais tu t’es éloigné sans que je puisse te retenir. Nous sommes perchés sur le toit d’une tour que la lame lourde d’une marée noire recouvre peu à peu. Je suis englué dans un sommeil visqueux dont je peine à m’extraire et je m’épuise à soulever mes paupières mazoutées pour te regarder : les ailes déployées, toi, mon enfant-mouette, tu échappes à l’ombre poisseuse qui m’engloutit. Tu recules. L’ondulation de tes bras ne te permet pas de prendre ton envol mais tu ne sembles pas conscient du danger. Dans mon esprit, tout est si obscur. Pourquoi le jeune homme que tu es devenu m’apparaît-il sous les traits de l’enfant de cinq ans que tu étais il y a plus de vingt ans? Pourquoi n’ai-je pas moi aussi rajeuni ? Je voudrais comprendre. Je suis prisonnier d’une houle dense qui m’engourdit et je ne peux ni bouger ni crier pour t’alerter ! Parmi tous ces points qui scintillent dans la nuit, tu glisses sur un étendard de soie sombre brodé de lumière. Je suis un oiseau aux ailes empoissées. Le cri rauque et lugubre qui déchirera la nuit et te sauvera s’étouffe dans ma gorge et j’assiste, impuissant, à la danse lente de ton corps suspendu au bord du vide. La peur me vrille, je suffoque, je m’enlise.

Tu tombes. Je sombre. Le sommeil est une boue qui m’aspire dans le trou noir du désespoir. Mes yeux sont fermés et pourtant je te vois, mon enfant. Tu vas t’écraser au pied de cette tour et je suis, malgré moi, le témoin de ta chute. L’horreur a l’odeur entêtante du pétrole qui colle mes poumons. Respirer est une brûlure.

Jambes écartées, bras en croix, tu roules comme une étoile de mer poussée par le vent, en équilibre au ras de l’écume brune d’un rivage endeuillé. Ta chute est lente, infiniment lente, pour que mon supplice soit sans fin. Tu es écartelé et, pourtant, tu n’as jamais été aussi gracieux et le monde alentour ne m’a jamais semblé aussi léger et insouciant : derrière les fenêtres closes de la tour, des personnes, intriguées, quittent le confort de leur lit et se massent pour applaudir ton étrange ballet aérien. Tes bras se déploient, tes jambes s’allongent. On dirait que tu t’étires à ton réveil mais, en réalité, tu ne cesses de grandir. A chaque étage, tu vieillis de quelques mois.

Au vingt-huitième étage, tu es un enfant de dix ans, aux jambes longues et maigres, et tes cheveux coupés en brosse se dressent sur ta tête.

Au seizième étage, tu es devenu un adolescent qui se cache derrière une longue mèche de cheveux. Pendant que tu virevoltes dans la nuit étoilée, les traits de ton visage se transforment au fur et à mesure que les étages défilent. Les secondes représentent des années, un parachute semble ralentir ta chute.

Au septième étage, tes jambes sont musclées et tes joues recouvertes d’une barbe fournie.
Au troisième étage, tu as taillé ta barbe et un léger embonpoint est venu se nicher autour de ta taille. Tu as à nouveau vingt-cinq ans et tu es celui que j’ai vu dimanche dernier. Alors, tu t’immobilises, suspendu à un fil invisible, grande roue qui tournoie dans le ciel constellé.

Puis tu atterris en douceur, sans bruit, sans heurt. Autour de moi, l’étau se desserre. La nappe de boue noire reflue peu à peu et finit par disparaître. Je prends une longue inspiration. J’ouvre les yeux, le jour se lève.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 28 Nov - 22:42 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Armorique
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 3 993
Localisation: Dinan
Féminin

MessagePosté le: Mar 29 Nov - 15:51 (2016)    Sujet du message: Marée noire Répondre en citant

C'est un beau texte empli de belles images. La transformation de l'enfant en adulte au fur et à mesure des étages est fort bien faite. Néanmoins, je n'ai pas voté pour ce texte car, malgré plusieurs lectures, j'ai eu l'impression de ne pas tout saisir et de passer à côté de l'essentiel. Cela doit venir de moi très certainement...Désolée
_________________
Il vaut mieux qu'il pleuve aujourd'hui qu'un jour où il fait beau. Pierre Dac
Revenir en haut
Alain Kotsov
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2016
Messages: 1 291
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: Mar 29 Nov - 20:45 (2016)    Sujet du message: Marée noire Répondre en citant

Il y a un style, fort et riche. C’est la qualité de ce texte mais d’un autre côté ça le rend un peu ennuyeux. Le titre est assez banal, mais la fin belle. Au final : au pied de mon podium.
_________________

Invitation aux voyages
Pour liseuse et ordi, en Epub, en mobi, mes textes gratu-its.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Khéops
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 998
Localisation: Villeneuve St Georges
Féminin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Mer 30 Nov - 10:20 (2016)    Sujet du message: Marée noire Répondre en citant

Mon coup de cœur ! Et de loin, pour moi, le meilleur texte de la cuvée ! Il y a tout dans ce texte : le rêve cauchemardesque (on y est plongé d'emblée), avec toute l'absurdité que revêtent les rêves et la peur du père, qui suinte tout au long du récit et que l'on sent très bien, proche du désespoir parfois. L'idée de faire vieillir l'enfant au fur et à mesure qu'il descend les étages est très originale, j'ai eu l'impression que l'homme revivait sa vie par ce biais. De plus, cette idée amène tout doucement au réveil... C'est vraiment très subtil et très réussi.

Il y a l'écriture aussi, que j'ai trouvée très belle, poétique et nostalgique avec de très belles images, des comparaisons adéquates, écriture qui collait parfaitement au thème. Bref, j'ai adoré ce texte Smile
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Tonina
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2010
Messages: 3 357
Localisation: Seine et Marne
Féminin

MessagePosté le: Mer 30 Nov - 18:07 (2016)    Sujet du message: Marée noire Répondre en citant

Merci pour vos commentaires. Je comprends qu'on puisse s'ennuyer à la lecture de mon texte car je ne raconte rien : j'ai voulu simplement décrire un cauchemar, d'où le parallèle incessant entre la nuit, le sommeil dont on n'arrive pas à s'extraire et une marée noire qui nous engloutit. J'aurais voulu développer la transformation du fils au fil des étages mais je n'avais plus de signes !
Revenir en haut
Silicate
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 1 914
Localisation: Hauts de France
Féminin

MessagePosté le: Mer 30 Nov - 18:50 (2016)    Sujet du message: Marée noire Répondre en citant

Ma première impression ? Une sensation de malaise, d’étouffement, avec l’horreur absolue d’une noyade dans un milieu visqueux. Une seule lecture pour ressentir ça et pas envie d’y revenir. Et puis les votes sont arrivés et je me suis dit qu’il fallait que je reconsidère ce texte : s’il plaisait autant, il devait y avoir une raison. Je suis passée outre mon rejet « épidermique », dans lequel j’ai vu la marque de l’efficacité des idées mises en mots et la force de suggestion des images. Je suis restée à ce niveau, les images, sans chercher à approfondir, sans chercher de sens (pourquoi la marée noire ? peu importe, finalement). Alors j’ai pu apprécier cette belle écriture, fluide, qui souligne bien le monde onirique et qui m’a fait mettre le texte sur le podium. Et je reconnais totalement l’influence (positive) des autres votants sur mon opinion finale.
Revenir en haut
danielle
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2010
Messages: 11 155
Localisation: St Etienne
Féminin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Mer 30 Nov - 20:13 (2016)    Sujet du message: Marée noire Répondre en citant

Une superbe écriture, des images à la Tonina. Plus je le relis et plus je me dis que j'aurais pu le classer beaucoup mieux qu'à la quatrième place.
_________________
Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites. J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Thaïs
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2013
Messages: 1 947
Localisation: Strasbourg
Féminin Sagittaire (22nov-21déc)

MessagePosté le: Mer 30 Nov - 22:16 (2016)    Sujet du message: Marée noire Répondre en citant

En compétition (serrée) pour mon podium, pour ces images fortes et belles et l'atmosphère magistralement rendue. Mais ( ha, ha) j'y ai vu une allégorie, celle de la difficulté de couper le cordon : quand le petit prend son envol, puis tout du long de sa vie de jeune puis de moins jeune adulte, on ne cesse jamais de se préoccuper de sa sécurité, de l'espérer à l'abri. Jusqu'à enfin réaliser qu'il se débrouille fort bien et retombe toujours sur ses pieds...

Comme c'était là ce que le sujet m'avait spontanément inspiré, cette idée de l'envol des petits et du stress des parents.... j'ai du coup retiré à ce texte quelques points d'originalité. A tort, à l'évidence ! Subjectivité, quand tu nous tiens... mais néanmoins grand plaisir de lecture
_________________
"C'est mettre nos opinions à bien haut prix que d'en faire cuire un homme tout vif" Montaigne
http://montrucenplume.over-blog.com/
Revenir en haut
ailleurs
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2014
Messages: 349
Féminin

MessagePosté le: Ven 2 Déc - 13:38 (2016)    Sujet du message: Marée noire Répondre en citant

Beaucoup de jolies images qu'on a déjà fait référence. C'est un texte qui respecte bien le sujet. Le côté ennuyeux reflète bien un rêve.
_________________
"...la vérité et la justice sont souveraines, car elles seules assurent la grandeur des nations...tout peuple qui ne baserait pas sur elles son unique raison d'être, serait aujourd'hui un peuple condamné." Emile Zola
Revenir en haut
Tonina
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2010
Messages: 3 357
Localisation: Seine et Marne
Féminin

MessagePosté le: Mar 6 Déc - 14:08 (2016)    Sujet du message: Marée noire Répondre en citant

Merci à tous pour vos commentaires. En route pour le prochain jeu !
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:25 (2018)    Sujet du message: Marée noire

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Jeu N°138 -> Critiques constructives Jeu N°138 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com