forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le père d'un condamné

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Jeu N°138 -> Critiques constructives Jeu N°138
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
ailleurs
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2014
Messages: 348
Féminin

MessagePosté le: Lun 28 Nov - 21:14 (2016)    Sujet du message: Le père d'un condamné Répondre en citant

Le père d’un condamné



Marc rêve. Il est au sommet d’une tour avec son fils, Pierre, redevenu petit, alors que lui, il a son âge, 55. Pierre recule, le père veut le prévenir qu’il risque de tomber, mais il ne peut ni bouger, ni parler. Il éprouve une peur intense. L’enfant tombe.
Marc se réveille, en sueur. Il s’est endormi assis. Il lui était impossible de fermer l'oeil
depuis 15 jours. Un matin très tôt, des policiers ont forcé leur porte et ont emporté son unique fils, Pierre, qui a 27 ans. Marc n’a rien compris. Il n’est ni voleur, ni violeur, ni dealeur. On ne sait d’ailleurs pas vraiment ce qu’on lui reproche. On l’a jugé coupable, parce qu’il avait un billet d’un dollar dans son porte-monnaie.
Marc ne comprend rien. Il est seul et passe son temps à penser ou à parler seul, il résonne : « Oh mon enfant, je dors un instant et je te vois encore ! Mon Dieux ! Il est plus dépendant qu’un enfant. Il a besoin de moi, mais moi, je ne peux même pas lui trouver un avocat pour sa défense. Personne ne veut le défendre. Les visites aussi sont interdites. Si sa mère était là, nous souffririons ensemble et nos souffrances seraient allégées. Non, non, heureusement qu’elle n’est pas là, elle en serait morte et mon chagrin multiplié, alors que j’ai eu du temps pour faire son deuil. Pierre, mon enfant pourquoi tu n’as pas mis dans la bibliothèque ce foutu de dollar, on m’aurait emporté, moi et j’aurais moins souffert ; les policiers ont fouillé partout, surtout dans les livres. C’est horrible, ils veulent faire avouer l’inavouable aux gens ! Mon enfant, mon Pierre, si je pouvais le voir, je lui dirais d’inventer une histoire qui les arrange ! De toute façon, il ne m’écoutera pas, il est tellement têtu, comme sa mère. C’est terrible, l’honnêteté n’est plus appréciée, et part dessus tout, mal vu ! Le monde est à l’envers, tout va de travers, on attend des démons de la miséricorde. Une grande nation a élu président une personne qui n’est pas du tout nette. On a négligé le peuple, dès qu’on a eu des moyens, on est devenu égoïste ! Leur politique était l’interdiction, sans alternatif, alors le résultat est devenu l’attente de la libération, sans changement. Au final, les gens ont cherché la solution dans le contraire ; on a marché sur place. C’est le résultat du manque de réflexion. Où va donc ce monde ? Pendant qu’il existe encore un peu d’espoir, acceptons d’avoir négligé le peuple et commençons par le valoriser. Je peux encore penser à autre chose que mon enfant !? Pourquoi on m’empêche de le voir ? On dit que c’est souvent les personnes torturées qui sont interdites de visite. On torture donc mon bébé, mon enfant ! Il allait se marier le moi prochain ! Serait-il libre pour ce jour ? L’avenir est incertain, plein de surprises ! C’est incroyable, c’est un cauchemar, je n’aurais jamais imaginé mon Pierre en Prison, tellement il est juste, tellement il est honnête ! Le pire, c’est ce monde qui est indifférent ! En plus, on agit au nom de la religion ! Les religions qui sont nées pour défendre les droits humains ? ! Je perds la tête ! Je ne peux aller discuter avec mes voisins qui me regardent comme si j’étais un monstre ! Les communications téléphoniques sont écoutées ! Les médias sont censurés ! On ne peut être libre nul part, même pas dans sa tête !
Si, si, si, on peut avoir une pseudo-liberté ! C’est si simple. Il suffit d’accepter la corruption ! »
_________________
"...la vérité et la justice sont souveraines, car elles seules assurent la grandeur des nations...tout peuple qui ne baserait pas sur elles son unique raison d'être, serait aujourd'hui un peuple condamné." Emile Zola
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 28 Nov - 21:14 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Alain Kotsov
Conjonction volubile

En ligne

Inscrit le: 25 Jan 2016
Messages: 1 290
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: Mar 29 Nov - 10:40 (2016)    Sujet du message: Le père d'un condamné Répondre en citant

Disons-le tout net, ce texte a beaucoup de défauts, ce qui explique son mauvais classement. Je sais gré à l’auteur d’avoir le courage de le soumettre à la critique. La mienne sera sévère, mais je m’efforcerai de la rendre constructive.

Je passe très vite sur les fautes, trop nombreuses, sur lesquelles il n’y a pas grand-chose à dire. Une relecture plus attentive ou effectuée par un tiers donnerait au texte un aspect plus soigné. Mais elles sont tout à fait pardonnables si on considère que l’auteur n’est pas de langue maternelle française ; et comme j’ai vite deviné son identité, je suis enclin à une certaine clémence sur ce point.

Ce qui est raté, c’est le traitement du sujet ; dont je reconnais qu’il était très difficile à intégrer dans un récit cohérent. D’ailleurs, si je n’ai pas moi-même participé, c’est en grande partie pour cette raison.

Les premières phrases ne sont que la répétition de la situation présentée dans l’énoncé. Le choix du présent n’est pas judicieux, il rend le propos fade et plat. Il aurait fallu, dès le début, introduire des détails ou des actions pour le rendre plus original. Ensuite, et je l’ai déjà constaté dans un précédent jeu avec le même auteur, il (elle) développe une espèce de discours politique, sans grand rapport avec le reste. Sur le fond, sur le bien-fondé de ce discours, je ne dirai rien ; peu m’importe que la cause soit bonne ou mauvaise, je ne juge que la qualité littéraire. Et la compassion que je devrais ressentir pour le père et son fils maltraité n’entre pas en ligne de compte.

Saisir l’occasion d’un sujet imposé pour y caser une opinion est un exercice dangereux, surtout si ledit sujet comporte de fortes contraintes, comme c’était le cas ici. On tombe dans l’artificiel, et le lecteur ne s’y trompe pas.

Ça me rappelle des propos que je tins un jour sur un blog, en rapport avec les concours de nouvelles, sur une méthode usitée dans les épreuves scolaires et universitaires, et que je livre aux plus courageux sous blister spoiler (la méthode Marx-Jésus) :
… à l’époque lointaine où j’entendais les profs donner des conseils pour les disserts de philo du bac aux candidats des sections scientifiques, qui font souvent l’impasse sur cette matière, peu coefficientée, j’ai appris la méthode « Marx–Jésus », qui est très en rapport avec ce qui précède : voilà : un matheux de base décidant de privilégier dans son temps de bachotage les espaces vectoriels, les coniques et le permanganate de potassium, qui rapportent bien plus de points, néglige l’épluchage des œuvres de Kant, Spinoza et Nietzsche. Il apprend par cœur 2 3 formules proférées par de grands philosophes, pond un texte passe-partout qu’il apprendra aussi par cœur, inspiré, suivant l’endroit où il étudie et l’option politique supposée de son correcteur, d’une vision catho ou communiste. Au jour de l’épreuve il remplit sa feuille avec le discours pré-écrit, le saupoudre de quelques citations aux bons endroits en essayant de l’adapter à un, parmi les trois sujets, qu’il a choisi. Et compte, s’il a opté pour la dialectique marxiste, sur la chance de tomber sur un correcteur communard, ou s’il a choisi l’option catho, va brûler un cierge dans la plus proche église. Il a à peu près une chance sur deux d’obtenir une bonne note. Il joue le rouge ou le noir à la roulette. Malheur si sa profession de foi chrétienne tombe sous les yeux d’un bolchevik, ou si son brûlot traitant de la lutte des classes est corrigé par un prof de l’école privée de la visitation. Mais il peut aussi obtenir un 16 sans trop se fouler. Question de chance ! Certains profs expérimentés savaient tout de suite reconnaître les copies « Marx-Jésus ». Mais d’autres se laissaient prendre.


En comparaison de ce défaut majeur, d’autres semblent insignifiants, mais doivent être signalés. Le long monologue du père, fait de réflexions plus que de descriptions, déséquilibre l’ensemble ; il faudrait le raccourcir, l’interrompre pour laisser de la place au récit narratif. La phrase finale tombe à plat et laisse le lecteur sur sa fin. Enfin, le dollar : ça manque de précision. Dans quel pays du monde, on suppose que c’est une dictature féroce, un jeune homme prénommé Pierre risque-t-il la torture pour la simple possession d’un dollar américain ? Je ne prétends pas que c’est impossible, mais des éclaircissements seraient bienvenus.

@illeurs : j’espère que tu ne t’offusqueras pas de cet avis très négatif. Je ne fais qu’exprimer mon ressenti, avec franchise et sans emballage, et je salue ton courage. Ce n’est que mon opinion, qui sera peut-être nuancée par d’autres jurés.
_________________

Invitation aux voyages
Pour liseuse et ordi, en Epub, en mobi, mes textes gratu-its.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
danielle
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2010
Messages: 11 152
Localisation: St Etienne
Féminin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Mar 29 Nov - 12:26 (2016)    Sujet du message: Le père d'un condamné Répondre en citant

Pour ma part, j'ai trouvé que le texte était bien dans le sujet mais j'y ai trouvé trop de lamentations, trop d'incantations larmoyantes alors que j'aurais aimé sentir de la colère.'
_________________
Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites. J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Armorique
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 3 992
Localisation: Dinan
Féminin

MessagePosté le: Mar 29 Nov - 16:24 (2016)    Sujet du message: Le père d'un condamné Répondre en citant

Je suis assez d'accord avec les remarques d'Alain. J'ajouterais que le rêve n'est pas suffisamment important, l'histoire s'en éloigne très vite et se perd dans des digressons parfois difficiles à suivre. Je suis assez admirative de ce que tu arrives malgré tout à faire, car je serais bien incapable d'écrire en anglais aussi correct les textes que j'écris en français.
_________________
Il vaut mieux qu'il pleuve aujourd'hui qu'un jour où il fait beau. Pierre Dac
Revenir en haut
ptit lu
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 6 289
Localisation: Grenoble
Féminin

MessagePosté le: Mer 30 Nov - 08:35 (2016)    Sujet du message: Le père d'un condamné Répondre en citant

J'avoue avoir décroché... Ne disposant pas de facilités dans la pratique des langues étrangères, je te félicite à mon tour et encourage ta pugnacité
Revenir en haut
Khéops
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 998
Localisation: Villeneuve St Georges
Féminin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Mer 30 Nov - 10:40 (2016)    Sujet du message: Le père d'un condamné Répondre en citant

J'ai trouvé ce texte hors sujet et mes remarques rejoignent ce qui a déjà été dit par Alain.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
MamLéa
Modérateur

En ligne

Inscrit le: 06 Sep 2014
Messages: 3 096
Localisation: Lorraine (54)
Féminin

MessagePosté le: Mer 30 Nov - 11:37 (2016)    Sujet du message: Le père d'un condamné Répondre en citant

On a l'impression que tu t'es débarrassée des contraintes en les plaçant telles qu'elles au début de ta rédaction... puis que tu t'es laissée emportée par la description d'une situation politique de ton pays que tu as à cœur de dénoncer, limite hors sujet ?

Pour les fautes et le style, comme mes camarades, je suis admirative devant ta tentative de rédiger dans une langue qui n'est pas la tienne. Nul doute que tu vas progresser !
_________________
“Il écrit si bien qu'il me donne envie de rendre ma plume à la première oie qui passe.”
Fred Allen
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
ailleurs
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2014
Messages: 348
Féminin

MessagePosté le: Mer 30 Nov - 22:29 (2016)    Sujet du message: Le père d'un condamné Répondre en citant

J’ai pris du temps à vous répondre parce que la digestion de vos propos était très difficile.
Je plaisante, bien sur. Je vous remercie pour votre sincérité, pour l ‘effort que vous avez fait pour un texte, sur un sujet, que je suppose, ne vous intéresse pas du tout. Je pense même que lire mon texte a du être comme une torture pour vous. Vous, qui voulez passer du bon temps avec un jeu d’écriture des textes amusants. Je suis sincèrement désolée de vous avoir poussé à subir une réalité dramatique. De toute façon, ce n’est pas par mes quelques lignes qu’on comprendrait une situation qui est très difficile, même pour des personnes qui la suivent de très près. Saisir mes textes de ces derniers jeux, demande une connaissance très poussée sur ce qui se passe dans le pays d’un dictateur qui a pris en hottage des pauvres Syriens qui croient vraiment qu’il pense à eux.
Par ailleurs, je ne crois pas que je sois hors sujet. Le père voit ce rêve parce qu’il est aussi en prison, en quelque sorte, mais chez lui. Il est incapable d’aider son fils qui est adulte. L’enfant et le fils sont tous les deux dans une situation d’impasse.
Chaque phrase de ce texte est prise des histoires vraies, que je lis ou écoute tous les jours, en ce moment. Concernant la révolte, c’est ce qu’on attend de ces personnes pour en finir plus vite. D’ailleurs, en ce moment des plans de révoltes organisées seraient planifiés dans le but de faire taire pour toujours, des personnes innocentes et torturées. Ce qui enrage le dictateur, c’est la sagesse des gens emprisonnés qui étonnent les gardiens…
Parfois la révolte passe par la sagesse. Ce sont les personnes qui soutiennent le dictateur qui vont se révolter, comme dans mon précédent texte.
Concernant mon point de vue, je dénonce une situation, je ne dis pas ce que je suis.
_________________
"...la vérité et la justice sont souveraines, car elles seules assurent la grandeur des nations...tout peuple qui ne baserait pas sur elles son unique raison d'être, serait aujourd'hui un peuple condamné." Emile Zola
Revenir en haut
ailleurs
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2014
Messages: 348
Féminin

MessagePosté le: Mer 30 Nov - 22:32 (2016)    Sujet du message: Le père d'un condamné Répondre en citant


_________________
"...la vérité et la justice sont souveraines, car elles seules assurent la grandeur des nations...tout peuple qui ne baserait pas sur elles son unique raison d'être, serait aujourd'hui un peuple condamné." Emile Zola
Revenir en haut
Silicate
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 1 913
Localisation: Hauts de France
Féminin

MessagePosté le: Mer 30 Nov - 23:35 (2016)    Sujet du message: Le père d'un condamné Répondre en citant

Je n’ai pas eu le temps d’intervenir avant que tu ne répondes aux critiques constructives formulées avant moi. Je dois dire que la mienne n’aurait pas beaucoup différé de l’avis général, mais je voudrais réagir aux sentiments que tu prêtes à tes lecteurs.

Ne dis pas que le sujet qui te tient à cœur « ne [nous] intéresse pas du tout » ni que « lire [ton] texte a du être comme une torture pour [nous] ». Je ne veux ni ne peux parler pour les autres, mais en ce qui me concerne, et sans vouloir te brusquer, tu ne sais pas ce que je pense.
Oui, j’ignore la réalité de ce qui se passe dans certains pays, ça ne veut pas dire que je m’en moque sous prétexte que je suis à l’abri.
Non, savoir que des gens souffrent ne me laisse pas indifférente, même si par nature, je préfère me tenir à l’écart des brutalités de ce monde, quelles qu’elles soient.

Cela dit, et je ne parle que pour moi, j’ai besoin de bien distinguer les choses : quand je participe aux jeux d’écriture, je « joue » à produire un texte (qui va respecter le thème, les consignes, la longueur…) et voilà pourquoi la dénonciation d’une situation politique, sous couvert des thèmes d’écriture proposés, ne me paraît pas répondre à l’objectif du jeu.

Je répète bien que je ne remets pas en cause ce que tu dénonces, mais alors que tu vis en permanence avec cette réalité, moi, par moment, j’essaie de la mettre à l’écart. Et j’irai jusqu’à dire, sans fausse honte, que j’en ai aussi besoin pour me préserver, avis qui n’engage que moi.

Je ne serais pas complète si je ne me joignais pas aux autres pour admirer ta pugnacité et ta volonté à t’exprimer dans une langue qui n’est pas ta langue maternelle.
Revenir en haut
danielle
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2010
Messages: 11 152
Localisation: St Etienne
Féminin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Jeu 1 Déc - 09:02 (2016)    Sujet du message: Le père d'un condamné Répondre en citant

J'ai bien compris que tu es d'ailleurs et qu'en écrivant, tu fais partager tout ce qui te blesse, te révolte dans cet ailleurs que tu as eu la possibilité de fuir mais que tu n'oublies pas.. C'est un combat que tu poursuis avec les mots, tes mots qui s'affirment de jeu en jeu. Ne crois surtout pas que ce que tu écris ne nous intéresse pas. Il peut nous arriver de trouver certains passages un peu obscurs mais le message passe et c'est l'essentiel.
_________________
Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites. J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
ailleurs
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2014
Messages: 348
Féminin

MessagePosté le: Ven 2 Déc - 20:51 (2016)    Sujet du message: Le père d'un condamné Répondre en citant

Merci Silicate et Danielle.
Au moment des votes et à la fin des critiques constructives, je me promets de ne plus jouer, ensuite quand je vois le sujet je réfléchis. Vers la fin du délai, je ne résiste pas et c’est plus fort que moi, je décide de participer. Mr. Green
Je ne sais pas si vos critiques sont constructives, mais, en général, elles ne me donnent pas envi de continuer à écrire. C’est peut-être une bonne chose ? Justement, que je devrais abandonner, l'écriture ? Je pensais que quand on voulait vraiment, on arrivait. Pour l’écriture, cela n’a pas été valable, pour moi.
Je vous remercie encore pour vos critiques ! Elles sont toujours constructives ! J’aime beaucoup votre sincérité.
Heureusement ou malheureusement que Danielle a intervenu. Elle m’a permis de changer de décision. Je pense qu’elle a vraiment eu une critique constructive qui fait que je décide de continuer à écrire.
Vous allez dire que je suis ambivalente, vous aurez complètement raison.
_________________
"...la vérité et la justice sont souveraines, car elles seules assurent la grandeur des nations...tout peuple qui ne baserait pas sur elles son unique raison d'être, serait aujourd'hui un peuple condamné." Emile Zola
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:53 (2018)    Sujet du message: Le père d'un condamné

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Jeu N°138 -> Critiques constructives Jeu N°138 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com