forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Bel Armand...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> COIN ECRITURE -> Le coin des poètes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Tyu
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 07 Juin 2010
Messages: 1 609

MessagePosté le: Jeu 6 Oct - 01:09 (2016)    Sujet du message: Bel Armand... Répondre en citant

Armand de Bréon est un chevalier et aussi un troubadour. La Dame de Casteldoze est une chevalière, si j’ose dire. Mais elle va, elle aussi de château en château pour chanter et dire des poèmes. Ils s’aiment mais leur amour restera platonique car ils sont mariés et veulent être fidèles à leurs engagements.
Tel était le thème qu’il fallait traiter pour participer à un concours organisé à Bort les Orgues, il y a deux ans je crois. Dame Janis, Dame Hopak et moi avons participé. Ces Dames avec un total mépris de la vérité historique, moi en la respectant scrupuleusement. Résultat : ces dames furent primées tandis que je fis tintin. Le monde est plein d’injustices...
Et pourtant la présidente du concours qui était une descendante en droite ligne de la Dame de Casteldoze a, semble-t-il, apprécié que je lui ouvrisse les yeux sur la véritable personnalité de son aïeule...


Bel Armand…

La Dame de Casteldoze :

Bel Armand de Bréon, chevalier de Mardogne !
Bien que fussiez seigneur, je vous nomme « vilain »
Car dans la Loire, au loin, dans torrents et Dordogne
Vont s’écoulant mes pleurs, témoins de mon chagrin.
Permettez que je crie mon amour à tue-tête !
Seul écho me répond que mon ardent Armand
M’oublie, va s’enivrant du vin doux de la fête,
De sombres courtisanes est devenu l’amant.

Le Seigneur de Mardogne :

Tout doux, ma belle amie, tout doux, vous en conjure,
J’étais absent, c’est vrai, mais point par pur plaisir.
J’accompagnais le Duc, nous frictionnions la hure
De mille sarrasins et de leur grand vizir
Qui mériteraient bien de finir en galette
Que cuirait à feu vif un réchaud à gas oc.*
Mais je pensais à vous, belle troubadourette :
A l’heure du coucher, dans mon pauvre paddock,
Brûlante de passion, vous veniez me rejoindre.
De concert, nous voguions vers le septième ciel.
Trop courte était la nuit pour que je pusse éteindre
L’incendie dévorant, ravageur, démentiel.
Mais je suis de retour, et il ne tient qu’à vous
Que nos rêves ardents se muent en vérité.
Pour mon malheur, hélas, vous avez un époux
Je suis marié aussi mais je peux l’oublier…

La Dame de Casteldoze :

J’ai pour époux un bœuf, pas un taureau ailé.
Mais un jour, j’ai juré de lui être fidèle
Et du Dieu tout puissant, je crains l’ire navrée
Qui me refuserait une paix éternelle.
Un mot de moi ferait de nos desseins sur l’heure
Des desseins animés, cependant je dis « non »
Si, pour deux minutes trente-cinq de bonheur,
Pour toujours je dois cuire en l’infernal chaudron.
Si le Seigneur des cieux le rappelait à Lui,
Ce serait différent, nous pourrions convoler,
Mais vouloir que Dieu soit, avec moi, de mèche, oui,
Il est intransigeant, c’est trop Lui demander.


Le Seigneur de Mardogne :

Mais ne pourrait-Il pas juste fermer les yeux
Ou regarder ailleurs tandis qu’un mercenaire
Par une sombre nuit agirait pour le mieux ?

La Dame de Casteldoze :

C’est bien ce que cent fois, au moins, j’ai voulu faire !
Une marche cassée dans le grand escalier,
J’avais tout calculé : tout droit aux oubliettes !
Il a fallu, hélas, que mon beau lévrier
L’empruntât avant lui. Ah ! Saperlipopette !...
Descendre du donjon est, chez nous, périlleux,
On doit assurément passer son arme à gauche ;
Mais comment la manier ? Bien malin qui le peut !
On est tant à l’étroit qu’un geste qu’on ébauche
Se finit dans le mur où se brise le glaive.
Une nuit, je prétends qu’un être malfaisant
Est entré au château. Lors, mon époux se lève.
Je ris bien, me disant que, faute de brigands,
Il pourra pourchasser quelque belle chimère
Et, sans perdre de temps, je fais mander Renaud,
Un homme fort précieux, capable de tout faire :
« File dans le donjon ! Un larron est là-haut !
Tu pourras revenir ici même me voir
Quand tu l’auras occis, percé de mille coups,
Vidé de tout son sang. Descends cette écumoire
Qui, des choses humaines, aura perdu le goût.
Quatre chevaux, Renaud, pris dans notre écurie
Te permettront, je crois, de bien l’écarteler.
Quel spectacle charmant pour bourgeois ébahis,
Aussi pour leurs enfants, je ne puis le celer !»
Il va, il court, il vole et revient aussitôt :
« Il s’en fallut d’un rien que mon bien-aimé maître
Ne pérît sous mes coups ! » En entendant ces mots,
Moi, je maudis le « rien » presque autant que le traître »

Le Seigneur de Mardogne :

Il faut recommencer sans jamais vous lasser
Et peut-être que Dieu finira bien, un jour,
Vous voyant acharnée, par vous favoriser,
Acceptant de ce fait de bénir notre amour.
Vous devriez tenter le frelon, la vipère…


La Dame de Casteldoze :

L’échec est assuré car les Bénédictins
Cultivent toute simple autour du monastère
Et tout contrepoison fleurit en leur jardin.

Renaud :

La Dame ne saurait poursuivre ce récit,
Aussi vais-je conter bien maladroitement
Ce qu’il advint bientôt d’elle et de son mari :
Au retour des beaux jours, quand on fête Saint Jean,
Dans le village passe, accompagné d’un âne,
Un brave colporteur qui propose à tous vents
Des parfums de Bagdad, des foulards, des tisanes,
Des miroirs vénitiens, des bijoux, des onguents.
J’en oublie, soyez sûrs : il vend le monde entier.
Et c’est au fond d’un sac, au milieu des dentelles,
Que la Dame trouva un livre bien relié.
Elle pensa d’abord que c’était un missel.
Mais il n’en était rien car il avait pour titre
« De la gastronomie d’Ecosse et d’Angleterre »
Vite, elle parcourut trois ou quatre chapitres.
Cela l’enchanta tant qu’elle n’hésita guère,
En fit l’acquisition en oubliant le prix.
La panse de brebis, le ketchup et la menthe,
Furent le quotidien de son pauvre mari
Que l’on vit dépérir de façon galopante
Et qui rendit son âme au bout de quelques jours.
La Dame, prudemment, ne goûtait pas les plats.

Elle allait vivre enfin sa passion, son amour ?
Que nenni, braves gens, elle ne tarda pas
A mourir, elle aussi, en comprenant enfin
Que le simple fumet de ces plats exotiques
Détériore à jamais les êtres les plus sains.
S’en régale l’Anglois, pour toi, il est toxique.


* La France linguistique étant alors divisée en langues d’oc et langues d’oil, on disait « gas oc » dans le Sud et « gas oil » dans le Nord.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 6 Oct - 01:09 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Armorique
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 4 148
Localisation: Dinan
Féminin

MessagePosté le: Jeu 6 Oct - 12:03 (2016)    Sujet du message: Bel Armand... Répondre en citant

Cela fait vraiment du bien de s'instruire en souriant.... Très beau poème très politiquement incorrect. Bravo
_________________
Il vaut mieux qu'il pleuve aujourd'hui qu'un jour où il fait beau. Pierre Dac
Revenir en haut
Silicate
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 2 010
Localisation: Hauts de France
Féminin

MessagePosté le: Jeu 6 Oct - 16:24 (2016)    Sujet du message: Bel Armand... Répondre en citant

N’aurais tu point, Tyu, d’un obscur historien
Provoqué le courroux, à ton corps défendant,
Par souci du réel, en réduisant à rien
Des années de recherche et de travaux prudents ?

Cette authenticité, que nul ne te conteste,
Et qui fut ton souci pour ton récit mener,
A eu pour résultat, le hasard est funeste,
De provoquer l’effroi d’une âme consternée.

Que n’as-tu su te taire, et pourquoi révéler
A tout le grand public l’existence inconnue
Du réchaud de gasoc, que l’historien celait,
Avant que pour sa gloire elle le portât aux nues ?

Tandis qu’il rédigeait sa communication,
Compilant les indices et amassant les preuves,
Sans jamais de répit, avec obstination
Guidé par l’enthousiasme à chaque aurore neuve,

Voilà que sans montrer de considération
Pour sa besogne obscure et proche d’aboutir
Tu t’en vas, l’air de rien, nous glisser la mention
Du réchaud de gasoc afin de faire sourire.

Hélas trois fois hélas, d’une vie l’objectif
En deux vers mis à mal. Et tu vas t’étonner
Après cette infamie (serais tu donc naïf)
De n’avoir pas été en ces lieux couronné ?

Quelles qu’en soient les raisons, écoute ta prudence,
Ne te souffle-t-elle pas de rester en retrait ?
Injustice dis tu ? Moi je vois la balance
Du sort qui rétablit la justice en un trait.

Poètes qui voulez l’histoire rapporter,
De notre ami Tyu n’oubliez l’infortune,
A vouloir émailler ses mots de vérité,
Voyez le résultat : on gagne pas un' thune !
Revenir en haut
Khéops
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 998
Localisation: Villeneuve St Georges
Féminin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Jeu 6 Oct - 16:54 (2016)    Sujet du message: Bel Armand... Répondre en citant

Drôle d'histoire ! Et Armand, joli prénom (c'est celui de mon fils Mr. Green)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Silicate
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 2 010
Localisation: Hauts de France
Féminin

MessagePosté le: Jeu 6 Oct - 17:22 (2016)    Sujet du message: Bel Armand... Répondre en citant

Cela dit, Tyu, et sans préjuger du mérite des deux Dames qui t'accompagnaient, moi je t'aurais bien accordé une place dans ma sélection, si j'avais eu l'honneur de faire partie du jury.
Mais justement, t'es-tu assez méfié de tes paroles imprudentes ? Il y a beaucoup d'anglais en Corrèze, le savais-tu avant de t'y aventurer et de porter des jugements hâtifs sur leurs gastronomie ? Laughing Et peux-tu affirmer sans crainte que la présidente du jury était si contente que ça de te voir flétrir son arbre généalogique, même en alexandrins ? Wink
L'exercice était fort beau, mais je crains que tu n'aies joué avec le feu.
Revenir en haut
janis
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 3 820
Localisation: bretagne
Féminin

MessagePosté le: Jeu 6 Oct - 17:26 (2016)    Sujet du message: Bel Armand... Répondre en citant

Bravo,Tyu pour ce texte privé de l'honneur de figurer sur le palmarès aux côtés de celui d'Hopak et du mien. Et cela parce que La Dame de Bort -Les-Orgues, organisatrice du concours et présidente du jury, avait craint que la dernière partie de l'histoire ne choquât certains de ses amis Anglois, toujours prompts à prendre la mouche quand on parlait de la qualité de leur cuisine! Elle craignait donc qu'à l'heure des vacances, après que l'on eut -comme chaque année- déploré la médiocrité de l'accueil réservé aux étrangers sur notre sol, l'on tirât à boulets rouges sur la gastronomie d'Outre-Manche. Elle a ainsi fait preuve de sagesse, car il est un temps pour chaque chose, la moquerie pas bien méchante et récurrente, et le refus de la xénophobie.
Mais nul n'a oublié que le jour de la remise des prix, Madame la Présidente du Jury, qui connaissait bon nombre de tes vers par cœur, les a abondamment cités pour en souligner l'inventivité et l'humour. Rappelons aussi que totalement éblouie par ton talent, elle n'a , à aucun moment mis en cause la "vérité historique" des faits évoqués!


Dernière édition par janis le Dim 30 Juil - 17:53 (2017); édité 1 fois
Revenir en haut
janis
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 3 820
Localisation: bretagne
Féminin

MessagePosté le: Jeu 6 Oct - 17:27 (2016)    Sujet du message: Bel Armand... Répondre en citant

Une fois de plus, j'ai été prise de vitesse par Silicate! son message a télescopé le mien.
Revenir en haut
Silicate
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 2 010
Localisation: Hauts de France
Féminin

MessagePosté le: Jeu 6 Oct - 17:38 (2016)    Sujet du message: Bel Armand... Répondre en citant

Désolée, Janis, je ne voulais pas te griller la politesse.
J'ai parlé des anglais en Corrèze à moitié en blaguant, mais... ce ne serait donc pas si faux ? Eh ben, en voilà une mauvaise raison d'écarter un texte !
(Et moi qui croyais que les anglais avaient de l'humour.)
Revenir en haut
janis
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 3 820
Localisation: bretagne
Féminin

MessagePosté le: Ven 7 Oct - 13:30 (2016)    Sujet du message: Bel Armand... Répondre en citant

Silicate, l'aisance avec laquelle tu as composé tes alexandrins adressés à Tyu, mérite des félicitations. bravo aussi pour ta perspicacité: c'étaient bien les Anglois qu'il eût été prudent de ménager plus que la vérité historique.*
Mais Tyu a tout de même vécu un grand moment de gloire, lors de la remise des prix, et il nous a semblé que cela lui importait plus que "des thunes"!
*Avant d'écrire nos poèmes pour le concours, nous avions bien évidemment cherché sur internet tous les renseignements connus concernant la Dame de Casteldoze, troubadouresse du Cantal , et le bel Armand...
Revenir en haut
Silicate
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 2 010
Localisation: Hauts de France
Féminin

MessagePosté le: Ven 7 Oct - 18:59 (2016)    Sujet du message: Bel Armand... Répondre en citant

Oh Janis ! Embarassed
Revenir en haut
Tyu
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 07 Juin 2010
Messages: 1 609

MessagePosté le: Sam 8 Oct - 10:12 (2016)    Sujet du message: Bel Armand... Répondre en citant

Silicate, je préfère jouer avec le feu qu"avec des glaçons
que de magnifiques vers écrits "dans la foulée" !
Revenir en haut
MamLéa
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2014
Messages: 3 563
Localisation: Lorraine (54)
Féminin

MessagePosté le: Sam 8 Oct - 11:27 (2016)    Sujet du message: Bel Armand... Répondre en citant

Très drôle, avec des allusions et des références qui procurent plus que deux minutes trente-cinq de bonheur !
Pour l'humour, tu as tenté the devil… c'était portant bien vu.

PS : as-tu déjà mangé de la panse de brebis farcie ?
_________________
“Il écrit si bien qu'il me donne envie de rendre ma plume à la première oie qui passe.”
Fred Allen
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
hopak
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 07 Juin 2010
Messages: 1 469

MessagePosté le: Dim 9 Oct - 16:19 (2016)    Sujet du message: Bel Armand... Répondre en citant

Armand, mon bel Armand,
Quel est donc ce manant,
De rimes se piquant,
Qui se gausse, imbécile,
De notre amour fragile,
Se rit de notre idylle?


Ayant eu connaissance
Des vers sans consistance,
D'obscure référence
D'un Tyu plein d'ignorance,
Le seigneur de Mardogne
Se mit dans une rogne, 
S'enivra sans vergogne
D'un bon vin de Bourgogne,
Et de vie à trépas,
L'arme à gauche passa,
Mais point d'anglois repas. 
Revenir en haut
Alain Kotsov
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2016
Messages: 1 355
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: Dim 9 Oct - 16:51 (2016)    Sujet du message: Bel Armand... Répondre en citant

Jadis certain bourgeois, se voulant gentilhomme,
Se piquait de parler en prose à son insu ;
L’inverse se produit ici, sur ce forum,
Lisant au fil des mots la rime qui résonne,
Je crie : « allez les vers ! » et ne suis point déçu.
_________________

Invitation aux voyages
Pour liseuse et ordi, en Epub, en mobi, mes textes gratu-its.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Silicate
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 2 010
Localisation: Hauts de France
Féminin

MessagePosté le: Dim 9 Oct - 21:35 (2016)    Sujet du message: Bel Armand... Répondre en citant

Tyu a écrit:
Silicate, je préfère jouer avec le feu qu"avec des glaçons
que de magnifiques vers écrits "dans la foulée" !


Merci beaucoup, Tyu. J'aime beaucoup les alexandrins et en lire a toujours eu sur moi un effet bizarre (et ce depuis le lycée). J'ai remarqué que dans la demi-heure qui suit, je pense, parle ou écrit en phrases rimées de douze pieds. Après ça me passe.
Mais j'ai tellement été séduite par ton évocation moyenâgeuse des réchauds à galettes de sarrazin que je n'ai pas pu m'empêcher d'imaginer un sourd complot, ourdi par un historien frustré, qui aurait œuvré en sous-main pour te priver du podium.

Mais, euh, je n'ai pas compris, pour les glaçons ?
Revenir en haut
janis
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 3 820
Localisation: bretagne
Féminin

MessagePosté le: Sam 15 Oct - 18:42 (2016)    Sujet du message: Bel Armand... Répondre en citant

Je viens de retrouver les poèmes, dans lesquels j'exprimais la passion ardente et désespérée que la dame de Casteldoze éprouvait pour Armand... cette version de leur histoire est un peu différente de celle que vous a livrée Tyu . Ceci s'explique sans aucun doute par le fait qu'il s'est comporté en érudit soucieux du respect de la vérité historique et qu'il s'est appuyé sur des recherches sérieuses, alors que moi, je me suis contentée de laisser parler le cœur d'une femme amoureuse et frustrée. ( Par pudeur, je ne donne pas l'intégrale du texte: je vous épargne deux sonnets des plus déchirants!)

Un impossible amour
extraits

(Poèmes de la Dame de Casteldoze adressés à Armand de Bréon)

I

Pour la Croisade, Ami, vous songez à partir,
Déjà mon coeur est cendre, et ma voix lourd soupir .
Alors, souffrez qu'enfin, sans honte je le dise :
Malgré votre froideur, de vous je suis éprise.

C'est à vous, doux seigneur, cher Armand de Bréon
Que s'adressent ces vers qui chantent ma passion.

II

Si j'étais, cher seigneur, libre et de haut parage,
Mes vers se répandraient en échos triomphants,
Nous nous épouserions, nous aurions des enfants
Qui seraient comme vous, fiers et pleins de courage.

Nous goûterions alors à l'Amour sans partage :
Je lâcherais pour vous mes longs cheveux bouffants,
Vos doigts inventeraient des jeux ébouriffants,
Et nos corps s'uniraient en un doux vasselage : 

Lors jamais le courroux ni les songes moroses
Ne troubleraient nos nuits ; sous nos paupières closes
Nos désirs accordés flamberaient sans tourments…

Mais hélas, loin de vous, je pleure la jeunesse
Que nous avons liée à d’autres, par serments : 
Mes mots, comme mon corps, se meurent de détresse.
/… /



V

Ainsi donc, bel Ami, que je veille ou je rêve,
Mon âme, toute à vous, se consume sans trêve.
De tant de feu, jamais ne pourrai me guérir :
Ce fol amour de vous va me faire mourir.

Jamais à votre égard, je n'ai commis de faute
Hormis celle d'oser quémander à voix haute
Quelque signe de vous. Avant que de partir,
Seigneur, de mon amour, daignez vous souvenir.
Revenir en haut
Silicate
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 2 010
Localisation: Hauts de France
Féminin

MessagePosté le: Sam 15 Oct - 21:36 (2016)    Sujet du message: Bel Armand... Répondre en citant

Pour le coup, Janis, c'est moi qui suis frustrée de ne pas avoir l'intégralité du texte !

(J'ai dû chercher dans le dictionnaire ce que voulait dire "vasselage". Ce terme me plait beaucoup, j'aurai du mal à le recaser, mais je retiens, on ne sait jamais.)
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:51 (2018)    Sujet du message: Bel Armand...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> COIN ECRITURE -> Le coin des poètes Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com