forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Comme une fourmi de dix-huit mètres

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Jeu N°136 -> Critiques constructives Jeu N° 136
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Silicate
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 2 004
Localisation: Hauts de France
Féminin

MessagePosté le: Mar 4 Oct - 00:06 (2016)    Sujet du message: Comme une fourmi de dix-huit mètres Répondre en citant

Comme une fourmi de dix-huit mètres

Qui dira le concours apporté par l’Enseignement à l’art théâtral ? Il n’est que de voir l’obstination, dès la maternelle, à œuvrer sans répit ni repos pour les spectacles de fin d’année.
La même propension se retrouve en milieu professionnel quand dans les plages horaires imparties à la formation, on multiplie les sketches où le futur secouriste du travail doit maîtriser, en plus du massage cardiaque, l’art de faire croire qu’il va rendre l’âme dans le seul but de provoquer chez son collègue un réflexe « manœuvre de Heimlich à pratiquer de toute urgence ».
Pour que ça fonctionne, soit on a un talent inné, soit on s’est exercé depuis la tendre enfance à monter sur les planches.
C’est donc à l’école que je dois mes débuts sur scène.

Le premier rôle étant échu à quelqu’un d’autre, on m’a assignée à la figuration. Ça me convenait, d’autant qu’être aveuglée par un soleil artificiel sans voir devant moi l’espace sombre et bruissant où se tenaient les parents émus et les membres de la municipalité venus applaudir la prestation des chères têtes blondes avait déjà de quoi impressionner.
Si je n’avais pas de texte à apprendre, je n’en avais pas moins un rôle à tenir, une présence à assurer. Alors on m’a gâtée au niveau vestimentaire. Un rêve de costume. Le temps qui passe n’en a pas effacé le souvenir. Le chic du chic et le fin du fin.

Le chic, c’était ce satin gris perle, brillant et doux, bien loin des cotons et lainages qui faisaient l’ordinaire des vêtements à une époque où le synthétique ne dominait pas encore la production textile. Une merveille de finesse et d’ondulation souple, coupée en justaucorps, ornée d’un court volant soulignant la taille.
Le fin, c’était ce collant mousse à la texture invraisemblable pour des jambes ne connaissant en matière de gainage que la laine côtelée. Même nos mères ne portaient pas de tels collants. La norme féminine était encore au porte-jarretelles sans glamour et aux bas que l’on faisait prestement remailler quand ils étaient filés.

Nous étions six à endosser ce costume. Il se complétait d’un bonnet noué sous le menton. La vue des cheveux n’étant pas requise pour le rôle, on les a fait disparaître au profit de cette ravissante petite coiffe à oreilles du même satin gris délicat et subtil.

Et puis, et puis… la pièce maîtresse.
Accrochée au dos sous la taille, lourde, armaturée, cette extension devait suivre nos évolutions sans nous gêner, tomber ni glisser, ce qui n’avait rien d’évident pour une telle longueur. Sans en faire une montagne, un décrochage intempestif en pleine représentation aurait été du plus mauvais effet.
Alors on a ramené l’arrière du tissu en une gracieuse courbe qu’un bouton discret à hauteur des épaules est venu soutenir, renforçant l’attache principale cachée à la base du volant.
Et à l’extrémité, sans doute pour faire joli, on a noué un ruban rose.
Je n’ai aucun souvenir de la représentation, encore moins des répétitions. Je ne me souviens comme un bonheur que de la douceur du satin et de la caresse de la maille.
Et de ce nœud rose incongru absolument pas mentionné dans le conte.

Je veux bien croire aux citrouilles qui se transforment en carrosse, je veux bien croire aux souillons qui deviennent des princesses, je veux bien croire aux souris dont on fait des chevaux. Mais quand même, à quatre ans, je sais qu’une souris avec un nœud rose au bout de la queue, c’est comme une fourmi de dix-huit mètres avec un chapeau sur la tête. Ça n’existe pas.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 4 Oct - 00:06 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Alain Kotsov
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2016
Messages: 1 353
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: Mar 4 Oct - 12:53 (2016)    Sujet du message: Comme une fourmi de dix-huit mètres Répondre en citant

Un texte bien écrit, dans un style amusant, que l’étroitesse du podium m’a interdit de distinguer. J’ai aimé le ton distancié qui donne sa teinte d’humour à ce souvenir d’enfance. Est-ce vraiment un bon souvenir ? Un tel accoutrement pourrait être vu comme une disgrâce, mais l’imagination et la fantaisie des enfants ont un pouvoir miraculeux.
_________________

Invitation aux voyages
Pour liseuse et ordi, en Epub, en mobi, mes textes gratu-its.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Khéops
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 998
Localisation: Villeneuve St Georges
Féminin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Mar 4 Oct - 16:33 (2016)    Sujet du message: Comme une fourmi de dix-huit mètres Répondre en citant

Un texte bien écrit, agréable mais que je n'ai pas choisi, le trouvant un peu dépourvu d'émotion... à part dans la description du costume. Et puis, les trois dernières phrases ont tout fichu par terre pour moi, faisant d'un souvenir agréable pour cette petite fille (collant donc bien au sujet), une désillusion cruelle. Dommage...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Silicate
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 2 004
Localisation: Hauts de France
Féminin

MessagePosté le: Mar 4 Oct - 22:02 (2016)    Sujet du message: Comme une fourmi de dix-huit mètres Répondre en citant

@ Alain : Accoutrement ! Evil or Very Mad J'étais absolument ravissante, tu n'as pas le droit d'en douter !
Et je confirme que c'est un exxxxcellent souvenir. La raison en tient à ce collant mousse dont la finesse et la douceur sur la peau étaient sans comparaison avec ce que je portais (ce que toutes les petites filles portaient) à l'époque.
Mais Alain, tu n'as jamais été une fille vers la fin des années 50 - début 60 (ou alors on m'aurait menti ?), tu ne peux pas comprendre...

@ Khéops : aucune désillusion, je t'assure. Le souvenir agréable (voir ci-dessus ma réponse à Alain) n'est aucunement altéré par l'inexistence dans la nature de souris à nœud-noeud rose .
Si je me le rappelle de façon si précise, c'est justement pour l'aberration scientifique qu'il représentait. Je jouais la comédie, d'accord, mais on aurait pu au moins respecter la réalité de ce qu'était une souris ; si ça n'avait tenu qu'à moi, j'aurais arraché les nœuds au bout des queues de satin (splendides, au passage, recourbées en forme de S pour ne pas traîner par terre, très très jolies!).
La citrouille sur scène était en papier mâché, mais ressemblait à une vraie citrouille (avec une ouverture pour que Cendrillon puisse y entrer). Les petites filles/souris étaient toutes vêtues de gris, les parents auraient compris l'idée, ça aurait dû suffire (le reste des personnages et des décors, je ne m'en souviens pas).
Sinon, tu vois, pour l'émotion, eh bien comme l'a perçu Alain, j'ai préféré le ton distancié pour raconter cette histoire. Je n'avais que quatre ans, c'est loin, quelles émotions m'ont traversée alors ? A part le plaisir de porter un collant fin et l'agacement de porter un nœud (papillon) rose ?
Revenir en haut
danielle
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2010
Messages: 11 460
Localisation: St Etienne
Féminin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Mer 5 Oct - 11:15 (2016)    Sujet du message: Comme une fourmi de dix-huit mètres Répondre en citant

Je n'ai pas eu l'impression que le souvenir soit amer pour la narratrice. Dans la chute, j'ai plutôt vu un clin d'oeil humoristique à cet épisode de son enfance. J'ai apprécié la distance prise par rapport à l'évènement qui a permis à l'auteur de ne pas tomber dans le pathos. Un texte réussi, mon N°2, à très peu de distance du La Moissonneuse d'étoiles, pour moi.
_________________
Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites. J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Armorique
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 4 141
Localisation: Dinan
Féminin

MessagePosté le: Mer 5 Oct - 14:09 (2016)    Sujet du message: Comme une fourmi de dix-huit mètres Répondre en citant

Mon numéro 1. Pour moi il n'y avait pas de nostalgie seulement de la fierté à porter ce déguisement improbable. C'est uniquement l'adulte qui critique ce nœud incongru. Très joli texte.
_________________
Il vaut mieux qu'il pleuve aujourd'hui qu'un jour où il fait beau. Pierre Dac
Revenir en haut
Eyrlis
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 03 Sep 2012
Messages: 855
Féminin Lion (24juil-23aoû)

MessagePosté le: Mer 5 Oct - 14:41 (2016)    Sujet du message: Comme une fourmi de dix-huit mètres Répondre en citant

Texte bien écrit quoique avec un peu trop d'emphase à mon goût. Je n'y ai pas ressenti l'émotion de l'enfant (que je n'imaginais d'ailleurs pas être si jeune !). Pour le coup le choix d'un ton distancié et d'un vocabulaire très recherché m'ont empêché de rentrer dans ton texte.
D'autre part, les premières lignes introductives dessinent selon moi une promesse à laquelle ne répond pas la fin. J'ai cru aux premiers souvenirs d'un artiste, les premiers pas sur les planches, le début de quelque chose. Pour finir seulement sur ce fameux nœud qui semble tant agacer. Du coup, je me suis sentie un peu perdue, d'une part par mon incompréhension de ce problème avec le nœud, d'autre part d'une fin qui selon moi n'était pas en adéquation avec le début.
Belle écriture néanmoins et beaucoup de subjectivité (normal !) dans ma critique !

_________________
"Le récit des choses douces à avoir et des jours doux à passer est vite narré, et guère passionnant à écouter ; tandis que les épisodes déplaisants, palpitants, voire affreux font souvent une bonne ou du moins une longue histoire." Tolkien
Revenir en haut
Thaïs
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2013
Messages: 1 947
Localisation: Strasbourg
Féminin Sagittaire (22nov-21déc)

MessagePosté le: Jeu 6 Oct - 20:43 (2016)    Sujet du message: Comme une fourmi de dix-huit mètres Répondre en citant

Un texte rigolo comme tout mais je me suis un peu empêtrée dans la description de la "pièce maîtresse", ne parvenant pas à bien visualiser la conception technique de l'ensemble... Embarassed
_________________
"C'est mettre nos opinions à bien haut prix que d'en faire cuire un homme tout vif" Montaigne
http://montrucenplume.over-blog.com/
Revenir en haut
Silicate
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 2 004
Localisation: Hauts de France
Féminin

MessagePosté le: Ven 7 Oct - 18:51 (2016)    Sujet du message: Comme une fourmi de dix-huit mètres Répondre en citant

Thaïs a écrit:
Un texte rigolo comme tout mais je me suis un peu empêtrée dans la description de la "pièce maîtresse", ne parvenant pas à bien visualiser la conception technique de l'ensemble... Embarassed


Eh bien imagine un tube de tissu (en satin gris), aussi long que nous étions grandes (pour des petites filles de 4 ou 5 ans), effilé à une extrémité (la pointe de la queue), bourré de... je ne sais pas quoi : je pense que c'était la même matière que le rembourrage des nounours de l'époque, de la paillette de bois ! C'était très ferme, et assez lourd. A l'intérieur, il y avait je pense du fil de fer pour donner (et maintenir) la forme du S (la "gracieuse courbe relevée"). Comme c'était lourd, il y avait, en plus de l'attache principale fixée sur le justaucorps au dessus de nos petites fesses, un deuxième arrimage par précaution : la courbe supérieure du S était fixée aussi, dans le dos, à hauteur des épaules. J'ai dit un bouton, c'était peut-être une agrafe. Et comme ça la queue ne traînait pas par terre (sinon, sûr que ça aurait gâté le ruban rose !).
Revenir en haut
MamLéa
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2014
Messages: 3 485
Localisation: Lorraine (54)
Féminin

MessagePosté le: Dim 9 Oct - 21:32 (2016)    Sujet du message: Comme une fourmi de dix-huit mètres Répondre en citant

Texte à la fois trop...et pas assez... pour être monté sur mon podium.
Le démarrage est un peu lent. Les sentiments de l'enfant, à la fois séduite par les matières, et gênée par l’accessoire incongru, sont ambigus. Bon souvenir ou mauvais souvenir ?
Je pense qu'à aucun moment, une gamine de cet âge ait pensé à "une fourmi de dix-huit mètres avec un chapeau sur la tête" ? ou elle avait beaucoup d'imagination.

Sinon, c'est effectivement rigolo, on imagine assez bien la scène.
_________________
“Il écrit si bien qu'il me donne envie de rendre ma plume à la première oie qui passe.”
Fred Allen
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Silicate
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 2 004
Localisation: Hauts de France
Féminin

MessagePosté le: Dim 9 Oct - 21:45 (2016)    Sujet du message: Comme une fourmi de dix-huit mètres Répondre en citant

@ MamLéa et Eyrlis : je suis d'accord avec toutes deux sur le début. En fait, mon texte était trop long au départ, j'ai dû sabrer dedans. J'aurais volontiers fait sauter l'introduction si je n'y avais pas mis deux des mots obligatoires. C'est la seule raison qui m'a fait garder ce paragraphe dont tu dis, Eyrlis, qu'il ne tient pas ses promesses, et, MamLéa, qu'il ralentit. C'est plus facile des faire un texte avec la contrainte de mots interdits que l'inverse !
Quant à la fourmi de dix-huit mètres, MamLéa, tu as oublié la comptine ? Je la savais déjà en maternelle (je peux même te la réciter encore en y mettant le ton)
Revenir en haut
MamLéa
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2014
Messages: 3 485
Localisation: Lorraine (54)
Féminin

MessagePosté le: Dim 9 Oct - 21:53 (2016)    Sujet du message: Comme une fourmi de dix-huit mètres Répondre en citant

Silicate a écrit:

Quant à la fourmi de dix-huit mètres, MamLéa, tu as oublié la comptine ? Je la savais déjà en maternelle (je peux même te la réciter encore en y mettant le ton)

Arf ! non, je ne connais pas cette comptine... mais je connais la souris verte ! Embarassed
_________________
“Il écrit si bien qu'il me donne envie de rendre ma plume à la première oie qui passe.”
Fred Allen
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
MamLéa
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2014
Messages: 3 485
Localisation: Lorraine (54)
Féminin

MessagePosté le: Dim 9 Oct - 21:55 (2016)    Sujet du message: Comme une fourmi de dix-huit mètres Répondre en citant

Maintenant, je connais !!! https://www.youtube.com/watch?v=lMp1HbzjG70

Ça manquait effectivement à ma culture...
_________________
“Il écrit si bien qu'il me donne envie de rendre ma plume à la première oie qui passe.”
Fred Allen
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Alain Kotsov
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2016
Messages: 1 353
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: Dim 9 Oct - 22:14 (2016)    Sujet du message: Comme une fourmi de dix-huit mètres Répondre en citant

D'autres se sont déjà intéressé au sujet :
http://baykus.a2co.org/m6p2.htm
_________________

Invitation aux voyages
Pour liseuse et ordi, en Epub, en mobi, mes textes gratu-its.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Silicate
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 2 004
Localisation: Hauts de France
Féminin

MessagePosté le: Dim 9 Oct - 22:17 (2016)    Sujet du message: Comme une fourmi de dix-huit mètres Répondre en citant

MamLéa, la musique a dû être rajoutée après. On récitait juste les paroles mais on y mettait du cœur (et du chœur) dans les intonations.
Revenir en haut
Silicate
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 2 004
Localisation: Hauts de France
Féminin

MessagePosté le: Dim 9 Oct - 22:30 (2016)    Sujet du message: Comme une fourmi de dix-huit mètres Répondre en citant

Alain, ta démonstration est parfaitement documentée, mais je suis au regret de n'y point souscrire.
Je trouve que tu ne t'attardes pas suffisamment sur le "Et pourquoi pas ?".

Parce qu'une fourmi de dix-huit mètres (avec etc.), qui soit disant n'existe pas, eh bien je peux dire aujourd'hui que ça EXISTE autant que les souris AVEC un nœud papillon rose au bout de la queue, et JE SUIS BIEN PLACÉE pour le savoir !
Revenir en haut
Armorique
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 4 141
Localisation: Dinan
Féminin

MessagePosté le: Lun 10 Oct - 14:27 (2016)    Sujet du message: Comme une fourmi de dix-huit mètres Répondre en citant

Je suis d'accord avec toi Silicate, la fourmi de 18 mètres pourrait exister. Je préfère ne pas vérifier mais je lui laisse le bénéfice du doute...
Moi aussi, j'ai appris une multitude de comptines à la maternelle, dans les années 50 on n'avait pas peur de nous faire travailler la mémoire.
_________________
Il vaut mieux qu'il pleuve aujourd'hui qu'un jour où il fait beau. Pierre Dac
Revenir en haut
Alain Kotsov
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2016
Messages: 1 353
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: Lun 10 Oct - 17:02 (2016)    Sujet du message: Comme une fourmi de dix-huit mètres Répondre en citant

Je suis prêt à faire une (grosse) concession : une fourmi de 17,20 mètres, bon, de 17,50 mètres, ça pourrait exister à la limite, mais pas de 18 mètres !
_________________

Invitation aux voyages
Pour liseuse et ordi, en Epub, en mobi, mes textes gratu-its.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Silicate
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 2 004
Localisation: Hauts de France
Féminin

MessagePosté le: Lun 10 Oct - 22:54 (2016)    Sujet du message: Comme une fourmi de dix-huit mètres Répondre en citant

17,80 mètres. Sans les antennes. C'est mon dernier prix.
(Tu vois le cerf-volant de mon avatar ? La queue fait exactement 18 mètres, tu vois bien que ce n'est pas le bout du monde. Rajoute des pattes et c'est bon.)
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:48 (2018)    Sujet du message: Comme une fourmi de dix-huit mètres

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Jeu N°136 -> Critiques constructives Jeu N° 136 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com