forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Critique constructive : le goût de la vie

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Jeu N°134 -> Critiques constructives jeu N°134
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Madelicea
Adjectif enthousiaste

Hors ligne

Inscrit le: 11 Oct 2015
Messages: 118
Localisation: pas trés loin de Lyon
Féminin Gémeaux (21mai-20juin) 鷄 Coq

MessagePosté le: Dim 11 Sep - 13:56 (2016)    Sujet du message: Critique constructive : le goût de la vie Répondre en citant

Le goût de la vie

Hiver 1951 : Savoie
Elle a cinq ans et ses joues sont rouges de froid et de plaisir. La luge dévale à toute allure le champ enneigé situé derrière la grande maison familiale. Elle a les yeux qui lancent des étoiles de bonheur, en cramponnant son cousin par la taille. Elle tire la langue pour goûter les flocons de neige qui virevoltent gentiment.
Tout à l’heure, sa grand-mère savoyarde les appellera pour manger d’épaisses tartines de confiture de myrtille et elle sourira sous sa coiffe de voir leurs figures enfantines barbouillées de violet.

Hiver 1966 : Paris
Sa robe blanche virginale lui donne l’air encore plus jeune que ses vingt ans. Elle s’accroche désespérément au bras de son père en remontant la nef. Elle a des doutes. Est-ce qu’elle l’aime vraiment ? N’a-t-elle pas plutôt été aveuglé par cet homme plus âgé et son style de vie parisien si différent de celui de la petite savoyarde qu’elle est toujours au fond de son cœur ? Son futur époux la regarde s’avancer, affichant son éternel demi-sourire. Et si elle s’enfuyait, là, maintenant ? Non, il est trop tard, ses parents ne comprendraient pas. Son père la laisse devant l’autel et elle serre très fort ses paupières sous son voile pour ne pas pleurer.

Hiver 1986 : Paris
Tandis que son avocat lui explique qu’elle ne touchera pas un centime si elle divorce, compte-tenu du contrat de mariage qu’elle a naïvement signé à vingt ans, elle cherche à faire un bilan de son union. En positif, elle a eu deux merveilleux enfants mais elle a du mal à trouver autre chose. Vingt ans de mariage, dont dix ans sous antidépresseurs, ont fait d’elle une femme vieillie avant l’âge. L’infidélité chronique de son époux et les incessantes critiques qui se cachaient sous les petites phrases l’ont rendu amère, aigrie et bouffie.
Sur une impulsion, elle se lève et abandonne l’avocat au beau milieu d’une phrase. Elle lui crie en partant d’envoyer sa facture à son mari, puisqu’elle ne possède rien.

Hiver 2016 : Savoie
Elle s’emmitoufle dans sa grosse écharpe de laine et enfile ses bottes fourrées pour aller à la rencontre du facteur. Sur le balcon de la grande maison familiale, dix centimètres de neige se sont accumulés et les flocons continuent de tomber en tourbillonnant. Le facteur la regarde d’un air surpris lorsqu’elle tire la langue pour avaler un flocon. Elle éclate d’un rire clair qui illumine son visage ridé :
— Je pensais à une grosse tartine à la confiture de myrtille ! Que voulez-vous ? On a les petits plaisirs qu’on peut !
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 11 Sep - 13:56 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Silicate
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juil 2016
Messages: 2 010
Localisation: Hauts de France
Féminin

MessagePosté le: Lun 12 Sep - 14:38 (2016)    Sujet du message: Critique constructive : le goût de la vie Répondre en citant

On comprend bien le parallèle entre la scène de l’enfance et celle de 2016, avec les flocons de neige cueillis sur la langue et la perspective de la tartine de confiture. Mais je n’ai pas pu m’empêcher de me demander ce qui s’était passé pendant les 30 ans précédents.
Oui, qu’est ce qui s’est vraiment passé, quand elle est sortie du cabinet de l’avocat en 86 ? Elle a divorcé, acceptant de se retrouver sans rien ? Elle est retournée chez ses parents ? Elle a continué à prendre ses antidépresseurs et son mal en patience ? Elle est veuve maintenant ?
J’ai cherché à bâtir une cohérence pour combler les vides entre les deux dates et ça a perturbé ma compréhension du texte. Il m’a manqué une étape dans le déroulé de cette vie.
Revenir en haut
Tyu
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 07 Juin 2010
Messages: 1 609

MessagePosté le: Lun 12 Sep - 17:37 (2016)    Sujet du message: Critique constructive : le goût de la vie Répondre en citant

« Le goût de la vie »
Bonjour,
Comme personne ne s’est attelé à la tâche (dernière minute : ce n’est plus vrai : Silicate a dit ce qu’elle avait pensé de ce texte ; c’est assez proche de ce que j’ai pensé de mon côté), je m’y suis mis (« m’y »et « mis », c’est mimi, non ?) hier et puis, j’ai, à coup sûr, réussi à faire l’une de ces âneries dont je me suis fait une spécialité : j’ai dû oublier d’enregistrer si bien que j’ai tout effacé. Je vais donc essayer de m’y remettre.
Il y a dans ton texte quelques petites choses qui ne vont pas : ça concerne ce que tu racontes et la façon dont tu le racontes, je vais donc séparer la forme et le fond.
Les idées :
• raconter 65 années de la vie d’une personne est une véritable gageure si l’on doit le faire avec moins de 5000 signes. Maupassant a raconté une bonne moitié de la vie de son héroïne dans « une parure » mais il n’avait pas cette contrainte concernant la longueur. De plus, cette durée est extrêmement rare chez les nouvellistes qui s’intéressent plus particulièrement à un moment de « crise » dans la vie de leur personnage.
-Ton scénario a déjà beaucoup été exploité
- Je ne connais absolument rien aux clauses des différents contrats de mariage mais je trouverais vraiment très surprenant qu’en cas de divorce, tous les biens du couple reviennent au mari).
Les idées :
- « Elle a les yeux qui lancent des étoiles de bonheur (...) en cramponnant son cousin »
l’action faite par un gérondif n’a pas de sujet propre, elle prend donc pour sujet celui du verbe à un mode personnel qui se trouve dans la phrase : ici, ce n’est pas très simple car il y a le verbe « avoir » et le verbe « lancer ». Avec « elle a les yeux qui lancent » on est tout proche du gallicisme « c’est/ce sont... qui », je ramènerais donc « elle a les yeux qui lancent des étoiles... » à « ses yeux lancent des étoiles » qui serait d’ailleurs bien préférable dans ton texte sur le plan de la légèreté. Cela pourrait donc vouloir dire que les yeux cramponnent le cousin. Bien entendu, on a toujours bien le droit d’interpréter le sens d’une phrase mais, si l’on peut éviter une ambiguïté, il vaut mieux faire le choix de la clarté. Le rôle d’un gérondif est d’exprimer la simultanéité. Or les conjonctions de subordination qui ont pour but d’exprimer cela ne manquent pas. Je dirais : « elle a les yeux qui lancent des étoiles de bonheur tandis qu’elle cramponne son cousin ». ou « ses yeux lancent des étoiles de bonheur tandis qu’elle cramponne son cousin ». Maintenant, nous avons deux verbes à un mode personnel et chacun d’eux a son sujet.
• Deux accords du participe passé sont incorrects :
« elle a été aveuglée >> le participe passé « aveuglé » s’accorde avec le sujet « elle », il convient donc d’ajouter un « e »
« les remarques l’ont rendue amère.... >> le participe passé « rendu » s’accorde avec le COD « l’ » s’il est placé avant le verbe. Comme c’est le cas, le participe passé s’accorde avec « l’ », il convient donc d’ajouter un «e ». Pour simplifier les choses, nous avons ici la structure mal aimée (sujet/COD/verbe/attribut du COD).
Ah ! Ces maudits accords du participe passé !
Revenir en haut
Thaïs
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2013
Messages: 1 947
Localisation: Strasbourg
Féminin Sagittaire (22nov-21déc)

MessagePosté le: Lun 12 Sep - 18:18 (2016)    Sujet du message: Critique constructive : le goût de la vie Répondre en citant

A l'instar de ton personnage tu as envoyé valser les contraintes et au diable les conséquences; plaisir n'est pas bonheur, même si l'idée de la citation est conservée.

Sinon, Tyu s'étant chargé de la forme, reste le fond ... J'ai beaucoup aimé ton approche, légère comme un flocon, une vie en quelques touches, en quelques images qui persistent quand tout le reste s'est estompé. Ces moments, ces croisées de chemins m'ont suffi, délestés de détails que l'on a tout loisir de deviner et qui ne sont pas l'essentiel. Boucle bouclée, ton héroïne a conservé l'enfantine fantaisie, et l'aptitude à savourer ce qui s'offre, ce flocon éphémère qui la renvoie à l'exacte sensation d'un bonheur de jadis. Flocon-madeleine, en quelque sorte.

Jolie succession de tableaux, sans un trait de trop pour alourdir. Pour ma part, j'ai savouré Okay
_________________
"C'est mettre nos opinions à bien haut prix que d'en faire cuire un homme tout vif" Montaigne
http://montrucenplume.over-blog.com/
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:32 (2018)    Sujet du message: Critique constructive : le goût de la vie

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Jeu N°134 -> Critiques constructives jeu N°134 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com