forum du cercle maux d'auteurs Forum Index

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Descendre, monter…

 
Post new topic   Reply to topic    forum du cercle maux d'auteurs Forum Index -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture
Previous topic :: Next topic  
Author Message
MamLéa
Modérateur

Offline

Joined: 06 Sep 2014
Posts: 4,370
Localisation: Lorraine (54)
Féminin Bélier (21mar-19avr) 鼠 Rat

PostPosted: Sun 12 Jun - 12:12 (2016)    Post subject: Descendre, monter… Reply with quote

Un samedi soir, ça tombait mal. Et quand je dis "tomber", c'est le cas de le dire. Je n'avais jamais vu pareille pluie. De gros nuages noirs s'étaient amoncelés dans le ciel, et, quand ils ont crevé, ils ont déversé des trombes d'eau sur le quartier tandis que des éclairs zébraient le ciel sans discontinuer. Je ne pouvais plus distinguer la ville derrière les vitres frappées par la pluie avec une violence inouïe. Quand enfin le déluge cessa, une ambiance anormale me fit prendre conscience qu'il n'y avait plus d'électricité. La coupure s'éternisa. Pas question de descendre mes dix étages à pied dans le noir pour aller aux nouvelles. Je dévorai quelques gâteaux, prenant soin de ne pas ouvrir le frigo dans lequel se trouvait le repas que je devais partager avec mon fils Jérôme, de passage dans la ville le lendemain. Privé de télé et d'ordinateur, je décidai de me coucher de bonne heure, espérant le rétablissement du courant dans la nuit.

Le dimanche matin, il n'était pas encore revenu. Je reçus un coup de téléphone de Jérôme dont le train avait été annulé à cause de l'orage. J'occupai ma journée, à regarder par la fenêtre les pompiers affairés à vider l'eau du sous-sol qui visiblement avait été inondé. Un soleil généreux mettait de l'or sur les vitres qui n'avaient pas eu le temps de sécher. L'air était limpide et il ne traînait plus dans le ciel que quelques légers flocons blancs. Le courant fut rétabli dans l'après-midi et je décidai de descendre pour glaner quelques informations et sortir mon chien qui commençait à s'impatienter. Hélas, l'ascenseur ne fonctionnait pas. Je dus descendre par l'escalier. Des résidents discutaient dans le hall avec virulence. J'appris que les garages en sous-sol avaient été envahis par l'eau, que les voitures y avaient été submergées, ce qui ne me concernait pas, car je n'avais aucun véhicule. Tout le monde minimisa les conséquences de la chaufferie devenue inutilisable, vu qu'on disposait de suffisamment de semaines avant de devoir allumer le chauffage, d'ici là…
Je me dirigeai tranquillement vers le square où Boby put se défouler à loisir, tandis qu'assis sur un banc j'avalais sandwichs et viennoiseries industrielles.
L'ascenseur ne fonctionnant toujours pas, j'entrepris calmement mon ascension. Les garnements du 5ème me bousculèrent en dévalant l'escalier :
- Ça roule, Bouboule ?
Faut dire qu'à peine au 3ème, je commençais à m'essouffler, ayant du mal à hisser mes180 kilos, Boby, corniaud d'une dizaine de kilos, ne m'étant d'aucune aide.
Lundi, mardi : toujours pas de réparation.
Mercredi, jeudi…
Je croisais invariablement les deux gamins mal élevés, et reprenais mon souffle en bavardant avec madame Bontemps, locataire du 6ème qui, par hasard, ouvrait sa porte pour sortir son teckel au moment où j'atteignais son pallier. Je repoussais chaque jour sa proposition de sortir mon chien et d'acheter mon pain, prétextant qu'un peu d'exercice me ferait le plus grand bien.
Vendredi, samedi : il me semblait que mon appartement était de plus en plus haut.

Dimanche. Je suis cloué sur un lit d'hôpital, enfin, je le déduis à l'odeur, au bip des machines auxquelles je suis relié et aux conciliabules étouffés entre les médecins et mon fils que je reconnais au son de la voix. Mais je suis incapable d'ouvrir les yeux, ni de bouger le petit doigt.
Je distingue des bribes de phrases : "… jappements de son chien… SAMU… brancard coincé dans l'escalier… arrêt cardiaque… coma… réparateurs…" !
_________________
“Il écrit si bien qu'il me donne envie de rendre ma plume à la première oie qui passe.”
Fred Allen
Back to top
Visit poster’s website
Publicité






PostPosted: Sun 12 Jun - 12:12 (2016)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
aimard
Conjonction volubile

Offline

Joined: 05 Nov 2012
Posts: 858
Localisation: Montreuil (93)
Masculin Gémeaux (21mai-20juin)

PostPosted: Sun 12 Jun - 12:53 (2016)    Post subject: Descendre, monter… Reply with quote

Le texte est bien rédigé et le récit est chargé de tension avec ces allées et venues fatales. Au pied du podium (prévu pour 4) sur ma liste, le texte figure toutefois dans ma liste initiales des éligibles. Une copie qui confirme les progrès de l'auteur.