forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Évasion

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> BATAILLES DE PLUMES -> Les textes médaillés
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
plumetoilée
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 23 Avr - 22:22 (2016)    Sujet du message: Évasion Répondre en citant

C'est une petite nouvelle, dans la même veine que "Chloé", ayant remporté le prix "Écriture d'Azur 2015"
Je remets le lien si certains veulent la lire. je sais, certains l'ont déjà fit, je les en remercie!
...http://www.jelivremonhistoire.com/livre/1454-chloe.html



ÉVASION


Jamais je n'aurais imaginé devoir renoncer à mon rêve, en étant aussi près du but. Après tous ces efforts, ces ruses, ces plans savamment travaillés. Cet espoir fou.
Je réfléchis très vite. J'ai si intensément voulu vivre libre ! Prendre un jour mon destin en mains, décider seul de mes actes ! Bien sûr, j'ai demandé à Léola de fuir avec moi. Malgré son amour pour moi, après avoir longtemps hésité, elle a fini par refuser. Elle a trop peur des représailles si on se fait prendre. Elle est si fragile ma Léola. Toute jeune encore, avec ses yeux pervenche pleins de lumière, sa taille si fine que j'aime entourer de mon bras. Elle n'a que seize ans.
En moi, l'appel de la liberté était trop violent pour que je puisse y résister. Alors je suis parti. Seul. La vraie vie est là, maintenant, devant mes yeux. Quelques coudées de plus et je me fonds dans la foule. On ne me retrouvera jamais.
Pourtant, mes pas refusent de me porter plus loin. Non, ce n'est pas possible. Je ne peux pas abandonner Léola. Je réalise à cet instant que mon amour pour elle est plus fort que tout. Plus fort que la chance inouïe qui m'est enfin donnée.

Mon nom est Galaad. J'ai vingt ans. Des muscles puissants entraînés par le sport, une longue chevelure claire retenue par un cordon. Le Maître dit que je suis un jeune homme bien bâti. Je ne sais pas, je ne me suis jamais vu. Mon frère Gwenaël, lui c'est certain, est un beau gars. Le Maître lui destine Léola, il l'a déjà annoncé plusieurs fois. Quelle épouvantable erreur ! Léola et moi nous nous aimons. Gwenaël préfère les garçons. Mais que peut en savoir le Maître ? Il ne nous demande jamais notre avis.
Depuis longtemps, je rêvais de m'évader. Le Grand Alchimiste, qui connaît tant de secrets, l'a déjà fait. Une seule fois. Il a été repris presque aussitôt. Depuis, il est claustré dans une vieille tour désaffectée. Il est interdit de lui rendre visite.
Pendant de longs mois, j'ai patienté. J'ai amené aux gardiens de la tour les meilleurs morceaux de mes repas. J'ai sympathisé avec eux. Ils ont fini par me laisser franchir la porte secrète qui se confond avec la muraille.
De sa voix feutrée, le vieil homme à la longue robe blanche couturée d'or m'a mis en garde :  « Tu sais que le Maître va tout mettre en œuvre pour te retrouver. Tu risques très gros.
Moi, il me garde car il a encore besoin de mes services. Mais pour toi, c'est différent. Il te fera tout simplement disparaître.  »
J'ai affirmé au Grand Alchimiste que j'étais prêt à prendre le risque. Alors il m'a appris la formule magique. J'ai redescendu l'escalier en colimaçon dans un état de totale euphorie.

Il n'y a pas de temps à perdre. Je reviens dans la taverne. Ouf ! Le Maître est toujours là, devant son omelette aux herbes pas encore terminée et sa chope de bière. Il a posé sa veste de laine sur le siège près de lui, ainsi que son livre resté ouvert. Une jeune serveuse en longue jupe bleue et corset de satin blanc s'est arrêtée à sa table et elle rit. Je connais la chanson. Le point faible du Maître, ce sont les femmes ! Depuis quelques semaines, il déploie sa science pour courtiser la jolie brune. Je savais bien qu'ici, il ne prêterait pas attention à moi. C'est pourquoi j'ai choisi ce lieu pour m'enfuir.
Très vite, je récite à l'envers la formule que m'a confiée le Grand Alchimiste et je me retrouve à nouveau prisonnier. Me voilà revenu au point de départ. Au nom de mon amour pour Léola. Le Maître termine son repas. Je sais qu'il va rester encore un moment, histoire de décrocher un rendez-vous avec la serveuse. Heureusement, il ne s'est aperçu de rien.

Je tiens ma mie dans mes bras. Tendrement. Elle a dénoué sa belle tresse châtain aux reflets dorés pour moi. Elle sait que j'aime sentir ses cheveux fins sous mes doigts. Je les respire, ils ont la même odeur que les fleurs sauvages. Elle lève la tête vers moi avec confiance. Ma Léola. Ma courageuse. Nous chuchotons dans l'obscurité de la pièce principale. Seul un rayon de lune filtre doucement à travers une fissure dans le volet. Le Maître est profondément endormi dans son fauteuil.
« Tu es sûre ? Tu as bien réfléchi ?
– Oui Galaad. J'ai cru devenir folle quand tu es parti sans moi. Je ne veux plus jamais revivre ça ! Et puis IL a dit que le mariage entre Gwenaël et moi était imminent. J'en mourrai Galaad, c'est toi que j'aime... »
Une grosse larme roule sur sa joue. Je l'aperçois dans la faible lumière et la cueille entre mes lèvres. « D'accord ma douce, nous allons partir ensemble. Le plus tôt sera le mieux. »
Comment envisager une minute qu'elle épouse mon frère ? Si nous restons, c'est forcément ce qui va se passer ! Je serre les poings, submergé par la rage. Nous sommes tous impuissants contre le Maître. Il n'imagine même pas que nous puissions vivre en dehors de lui. Il ignore que nous nous rencontrons, nous échangeons des secrets sur l'autre vie, celle qui existe pour lui mais pas pour nous.

Il faut toujours saisir la première chance qui se présente car il n'y en aura peut-être pas d'autre. C'est ce que mon père m'a appris et je l'ai bien retenu.
Ce matin dès mon réveil, j'ai su que ce serait pour aujourd'hui. Le Maître prépare de grosses malles, il part en voyage et bien sûr, il nous emmène. Aussitôt, j'ai averti Léola et je lui ai appris les mots magiques.
Le trajet a duré longtemps. Autour de nous, un paysage auquel je ne suis pas habitué.
Aucune rue animée, plus de voix criardes, d'habits colorés. Ici, on entend le bruit du vent dans les branches, on respire un air vif et pur qui fait un peu tourner la tête.
Nous nous trouvons dans le parc d'une grande auberge. Des bancs en bois sont disposés ça et là pour les clients désirant se détendre en admirant le panorama. Celui-ci est si beau que j'en ai le souffle coupé. Je n'avais encore jamais approché les montagnes. Elles se dressent devant nous, grandioses. Les sommets sont enneigés. Léola ouvre des yeux émerveillés.
Mais je ne dois pas me laisser distraire. Ce n'est vraiment pas le moment ! Je regarde attentivement autour de nous. Un grand lac scintillant en contrebas. Une forêt de sapins sur notre gauche. Sombre et profonde, elle retient mon attention. Cent mètres à peine nous séparent des premiers arbres.
J'arrache Léola à sa contemplation. Si tout fonctionne comme je l'espère, elle pourra bientôt admirer la Nature sans danger. Autant qu'elle le voudra. Je lui explique mon plan. Le vieil Alchimiste malgré ses connaissances, n'a pas été assez rapide et vigilant. Nous, nous sommes jeunes, nous avons de bonnes jambes. Et puis nous possédons un gros avantage : quatre yeux et quatre oreilles…
Pour l'instant, le Maître discute avec une jolie femme, non loin de nous. Léola et moi, nos doigts joints si fort qu'ils en deviennent blancs, nous prions avec ferveur. Pourvu que la dernière condition soit remplie ! C'est à ce prix seulement que notre évasion sera enfin possible.
Le Maître a pris la femme par le bras. Ils s'éloignent tranquillement tous deux sur le petit chemin en direction du lac. Nous attendons qu'ils aient disparu de notre vue avant de nous réjouir. Merveilleux ! Le livre manuscrit est resté ouvert sur un banc. C'est là ce que nous souhaitions si fort.
Si le Maître l'avait mis dans sa poche, nous n'aurions pas pu fuir.

Léola et moi prononçons ensemble la formule. Je la prends par la main, nous nous mettons à courir vers la forêt. Le Maître ne s'apercevra pas tout de suite de notre disparition. Lorsqu'il nous recherchera, nous aurons déjà pas mal d'avance. Nous, les personnages de son roman médiéval.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 23 Avr - 22:22 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
plumetoilée
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 23 Avr - 22:24 (2016)    Sujet du message: Évasion Répondre en citant

Désolée pour mes erreurs (il est tard...); je corrige: "Je sais, certains l'ont déjà fait"... : Embarassed
Revenir en haut
Marixel
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2011
Messages: 5 296
Localisation: ...
Féminin

MessagePosté le: Dim 24 Avr - 11:15 (2016)    Sujet du message: Évasion Répondre en citant

Un beau texte un peu mystérieux qui mérite bien son prix, la chute est originale et inattendue ; le style assez sobre est fluide, il contient des images poétiques -j'apprécie particulièrement le passage amoureux, la tresse dénouée de la mie, l'odeur de fleurs sauvages de ses cheveux.

Si j'avais un conseil constructif à formuler, ce serait peut-être celui d'introduire davantage de termes médiévaux. A ce propos, je pense que le terme "serveuse" n'existait pas au M.A, on parlait de serviteur et de servante.

J'aurais remplacé "jolie femme" par "jolie/belle garce", ce terme n'étant pas une insulte, à l'époque, c'était le féminin de garçon.

Mais je chipote, je chipote alors que j'ai passé un excellent moment de lecture. Merci et bravo.

PS : "Si le Maître l'avait mis dans sa poche, nous n'aurions pas pu fuir." Il faut que la poche soit très grande pour y mettre un livre, je mettrais "dans sa besace" pour employer un terme plus ancien.

"Léola et moi prononçons ensemble la formule" : je rajouterais un qualifcatif : "la formule magique/la formule incantatoire".
Revenir en haut
plumetoilée
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 24 Avr - 14:31 (2016)    Sujet du message: Évasion Répondre en citant

Merci beaucoup Marixel, pour ton retour et tes conseils judicieux. Je suis d'accord, le texte mériterait plus de termes médiévaux.
Revenir en haut
mamouchka
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2014
Messages: 245
Localisation: LYON
Féminin

MessagePosté le: Dim 24 Avr - 20:10 (2016)    Sujet du message: Évasion Répondre en citant

Un joli texte que j'ai lu avec plaisir - Bravo Lilas
_________________
L'étang reflète
Profond miroir
La silhouette
Du saule noir
Où le vent pleure

Rêvons, c'est l'heure.
(Paul Verlaine) - mon site : http://desmotspourquoifaire.fr
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
plumetoilée
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 24 Avr - 21:33 (2016)    Sujet du message: Évasion Répondre en citant

MERCI mamouchka!
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:25 (2018)    Sujet du message: Évasion

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> BATAILLES DE PLUMES -> Les textes médaillés Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com