forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

jeu 130b

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Critiques constructives Jeu 130 B
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Caroline Lacanau
vocable éloquent

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2015
Messages: 26
Féminin

MessagePosté le: Dim 10 Avr - 21:44 (2016)    Sujet du message: jeu 130b Répondre en citant

Comment dire « I love you »?
Ludivine et Agathe étaient ce qu'on appelle de fausses jumelles. Mais en réalité, elles l’étaient vraiment. À l’époque, pas d’échographie… Agathe était une enfant surprise dont on avait choisi le prénom au dernier moment.
Ce jour-là, ce n’était visiblement pas la Sainte-Agathe, mais c’était la vieille de la Sainte-Catherine, et les deux jeunes filles, dans les dernières 24 heures de leur célibat « conventionnel » avaient décidé d’aller fêter cela à la foire du trône.
Ludivine rêvait d'un amant un peu plus jeune, Agathe d'un homme un peu son aîné. Un individu s'approcha d'elles. À priori il avait leur âge à toutes les deux.
Peut-être pour éviter de tourner le dos à l'une ou à l'autre, il les enjamba et s'installa à leur droite.
Le manège avait une forme de bateau. Agathe soupçonnait Ludivine de l'avoir choisi parce qu'elle avait un vêtement marin.
Ludivine était belle, Agathe, cultivée et, par delà les onomatopées de l’inconnu, des « oh » et des « ah » prononcés comme des vocalises, elle reconnaissait quelques mots en anglais. Agathe poussait des soupirs, ce qui est rare dans un manège…
L’étranger prit le bras de sa sœur qui réagissait comme un petit chien qui attend une caresse. Il souriait et la regardait, la « canine » souriait mais n'osait le regarder, la cadette ne souriait pas et serrait les molaires.
Il susurra dans l’oreille de Ludivine : « Mon manège à moi, c'est toi ». Et, la jolie jeune fille fut plus bercée par ces mots que par le balancement que la coque lui insufflait…. Agathe, elle, était plutôt emportée par la foule, et la foule, c’était sa sœur.
Elle souhaitait à cet instant, ne plus être la jumelle, mais la sœur siamoise qui partage le cœur.
Comme dans une photo en noir et blanc, Ludivine était grisée, Agathe était toute grise.
Agathe portait du 5 de Chanel. Le numéro 5 de leur véhicule planant puait les bons sentiments.
Le monde tournait autour de l'homme. Pour lui, tout tournait autour de sa sœur. Le bateau penchait vers Agathe, lui, se penchait vers Ludivine.
Agathe avait envie de l'insulter, elle connaissait des jurons en anglais. Dans un vrai petit navire, elle se serait jetée à l'eau pour le jeter à l'eau. Mais elle préféra tourner sept fois sa langue dans sa bouche, à répétition… À chaque fois que le manège faisait trois tours, elle léchait huit fois son palais. Elle connaissait ses tables, mais arrivée, à quatorze fois huit, sa tête commença à lui peser. Les nombres étaient malvenus à cet instant, d’ailleurs, ils n’étaient pas trois, ils étaient deux plus un.
Elle était en train de toucher du bois sur lequel elle était assise, lorsque le bateau commença à ralentir. Sa sœur n'avait pas attrapé le pompon.
Si le roi Salomon avait proposé de couper l'individu masculin en deux et en donner une moitié à chacune, Agathe aurait été d’accord. S'il n’était pas à elle, elle aurait préféré qu'il ne soit à personne.
L’anglophone savait que s'il leur proposait un périple à la tour Eiffel, il la laisserait au premier étage pour emmener sa frangine au troisième.
A son tour, elle prit le bras de sa jumelle et l’éloigna de l’homme. Elle voyait bien que l'esprit de sa sœur se déplaçait dans le sens inverse des aiguilles d'une montre alors lui vint l’idée d’évoquer le temps qui passait.
« We have to go. We are late». L’étrange répondit. Ludivine interrogea sa sœur, qui, dans un énorme mensonge, traduisit :« Il va rejoindre sa fiancée. »
Ils se lancèrent un dernier regard que Doisneau aurait pu immortaliser.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 10 Avr - 21:44 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Critiques constructives Jeu 130 B Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com