forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Deuxième volet des contes de la pleine lune

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> COIN ECRITURE -> News de nos auteurs
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
rascasse
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 01 Nov 2012
Messages: 663
Localisation: Frontignan (34)
Masculin

MessagePosté le: Ven 19 Fév - 06:38 (2016)    Sujet du message: Deuxième volet des contes de la pleine lune Répondre en citant

[b[size=16]]Les belles nuits du Père Doudou[/size][/b]


Maeva bâilla. La petite fille paraissait fatiguée. Rien là de vraiment surprenant. La journée avait été longue pour elle. École le matin. Déjeuner chez ses grands-parents le midi. Séance de cinéma à la place de la sieste. Goûter au square où elle avait ensuite joué jusqu'à dix-huit heures.
Toutes ces activités enchaînées avaient fatigué la petite fille. Ses yeux commençaient à se fermer tout seuls. Plusieurs fois au cours du repas, elle avait bâillé.
Huit heures approchaient. Il était bien temps d'aller au lit.
Mais Maeva n'était pas d'accord. Comme tous les soirs.
Elle avait encore envie de faire plein de choses…

Graziella, sa maman, ne lui laissa pas le choix. On pouvait se coucher un peu plus tard lorsqu'il n'y avait pas école le lendemain. Mais là, ce n'était pas le cas. Déjà qu'il fallait encore passer aux toilettes, se brosser les dents, promener un gant sur le corps, enfiler un pyjama…
Maeva grogna un peu mais accepta de suivre sa maman.
Au fond d'elle-même, elle savait bien qu'elle était fatiguée.
Yannick, son papa, commença à ranger la cuisine. Dans cinq minutes, il monterait prendre le relais de son épouse. Il éprouvait un véritable plaisir à lire l'histoire du soir à sa petite fille.

Tout en rangeant assiettes et couverts dans le lave-vaisselle, Yannick guettait les bruits à l'étage. Tout semblait calme. Ce n'était pas le cas tous les jours. De temps en temps, Maeva pouvait jouer de la rébellion… un instrument de musique particulièrement bruyant certains soirs au moment du coucher.
En attendant que Graziella l'appelle, Yannick commença à fermer les volets. Ce qu'il vit par la fenêtre de la salle, orientée au sud-est, brisa son élan. Une énorme lune ronde venait d'attirer son attention. Elle semblait flotter dans l'air comme un immense ballon. Elle était si lumineuse qu'elle semblait briller de mille feux comme un soleil de nuit. Yannick ouvrit la fenêtre et ne put s'empêcher d'admirer la lune.
Il l'admira si bien et si longtemps qu'aucun volet n'était encore fermé lorsqu'un appel à l'étage retentit:
– Yannick ! Tu peux monter…
C'était une douce invitation et non un appel au secours. Parce que parfois, les mêmes mots, suivant le ton sur lequel on les dit ne racontent pas le même sentiment.

Yannick tourna la dernière page.
La grenouille plongea dans l'étang. L'eau verte la dissimula à la vue de tout le monde. Ce n'était pas aujourd'hui qu'elle deviendrait une princesse…
– Voilà mademoiselle, dit Yannick en refermant le livre. Fin de l'histoire…
– C'est triste, dit Maeva.
– Quoi donc ma puce ? fit mine de s'étonner Yannick.
– Ben… que la grenouille elle ne devienne pas une princesse…
De part et d'autre du lit de la petite fille, Yannick et Graziella échangèrent un sourire. Ils la connaissaient bien leur fille… Ils s'attendaient à cette remarque. Les enfants n'aiment pas trop que l'on bouscule leurs habitudes. Ils apprécient d'autant plus les histoires lorsqu'elles se terminent toutes de la même manière…
Les parents de Maeva admettaient cela. Mais ils aimaient aussi instruire leur fille au travers de quelques livres originaux. Une manière de s'évader des chemins tout tracés. De lui apprendre que dans la vraie vie, pas celle des contes de fée, rien n'est écrit d'avance. Peut-être comprendrait-elle ainsi plus vite que là réside le véritable charme de l'existence.
– Ce n'est pas vraiment triste, fit remarquer Graziella, puisque c'est son choix à cette grenouille. C'est elle qui ne veut pas se laisser embrasser par le prince.
– Oui… mais quand même… regretta la petite fille.
Son papa voulut allumer une bougie d'espoir.
– Elle sera peut-être princesse une autre fois…
– Tu crois ?
– Mais oui ma belle, papa a raison. Peut-être que ce prince-là ne lui plaisait pas trop. Peut-être qu'il ne ressemblait pas à celui dont elle rêve… En attendant, il est bien l'heure que notre princesse à nous elle s'endorme ! Il y a école demain…
– Maman a raison, approuva Yannick. Oh, d'ailleurs tu bâilles ! Il ne s'agit pas de rater le petit train du sommeil. Je vois le chef de gare, là-bas, au bout du quai, il est prêt à siffler le départ. Un dernier bisou et hop ! on éteint… Tu as ton doudou ?
Maeva ouvrit grand ses yeux. Ils commençaient à se fermer. Un éclat inquiet brilla dans son regard.
– Non, je l'ai pas ! Mon doudou… demanda-t-elle d'un ton suppliant.
Graziella et Yannick échangèrent à nouveau un regard. Plus un regard d'agacement que d'attendrissement. Ce n'était pas la première fois que Doudou manquait à l'appel. Loin de là. Oh oui ! Ils avaient déjà passé de nombreuses heures à le chercher. Une fois égaré sous le lit, une autre fois oublié dans le jardin, parfois perdu au milieu des poupées, parfois abandonné dans des endroits impossibles à imaginer. C'était peu dire que de prétendre qu'ils en avaient assez de le chercher. Surtout qu'année après année, le joli lapin en peluche était devenu une chose affreuse ressemblant plus à un chiffon qu'à un doudou. Tous deux espéraient que la petite fille se lasse de cette chose hideuse… qui en plus ne sentait pas très bon.
– Quand même, Maeva… reprocha Yannick, je ne sais pas combien de fois on t'a dit que c'était à toi d'y faire attention. Maman et moi, nous en avons marre de chercher ton doudou.
– C'est vrai ma belle, tu le sais bien ! Où l'as-tu laissé ? soupira Graziella.
La maman voyait l'heure du coucher retardée par de longues recherches.
– Je crois qu'il est dans la salle, dit Maeva d'une toute petite voix.
Elle n'aimait pas se faire gronder.
Mais surtout… surtout… elle voulait son doudou !

Pourtant, un quart d'heure plus tard, il fallut se rendre à l'évidence. Doudou avait disparu ! Impossible de le trouver dans la maison. Invisible dans le jardin. Absent de la voiture. Papy et Mamy, appelés au téléphone, avaient cherché de leur côté. Sans plus de succès. Ils étaient sûrs que Maeva avait encore son doudou au cinéma et au square mais ne savaient pas ce qu'il était devenu depuis.
Inutile de dire qu'à force de chercher, Graziella et Yannick avaient fini par être agacés. Rien n'est plus énervant que d'essayer de retrouver quelque chose qui ne vous appartient pas. Ils étaient d'autant plus énervés que Maeva, du fond de son lit, pleurnichait en répétant :
– Je… veux… mon… doudou… ! Je… veux… mon… doudou… !
Son papa ouvrait la porte pour regarder une dernière fois dans l'allée qui mène de la maison jusqu'au portail. Il était à deux doigts de crier à sa petite fille de se taire. Il se retenait pour ne pas lui faire remarquer que cela n'amusait personne de chercher cette maudite boule de tissu. Il ne dit rien cependant. Ce qu'il avait sous les yeux venait de calmer sa colère.
Non, ce n'était pas Doudou.
C'était la lune. Là, pile en face de lui. La même énorme lune que tout à l'heure… avec cet étrange forme marquée à sa surface qui ressemblait à un lapin. Cela venait de lui donner une idée. Il n'était pas sûr que cela marche. Mais cela valait le coup d'essayer ! Au point où ils en étaient !
Mis à part Maeva, tout le monde avait perdu espoir de retrouver doudou...
Tout au moins pour ce soir.

Yannick ne se donna même pas la peine de marcher jusqu'au portail. Il fit demi-tour, referma la porte. Au passage, il adressa un petit clin d'œil à Graziella et posa un doigt sur sa bouche pour lui demander de se taire. Puis il grimpa à l'étage.
Maeva le regarda, les yeux pleins d'espoir… et de larmes. Elle parut très déçue de ne rien découvrir dans les mains de son papa. Elle se retint néanmoins de recommencer à larmoyer. Elle craignait de se faire gronder. C'était quand même sa faute si elle avait perdu son doudou…
– Dis donc, lui demanda Yannick, je viens de penser à quelque chose. Quel âge tu as eu la semaine dernière ?
La petite fille le regarda. Elle semblait surprise. C'est bizarre un papa qui ne connaît pas l'âge de ses enfants ! Elle était même si étonnée qu'elle en oublia la perte de son doudou.
– Ben… six ans papa. Même que j'ai soufflé mes bougies !
– C'est ça… c'est bien ce que je pensais… Alors, ça ne sert à rien que l'on cherche ton doudou, on ne le retrouvera pas.
– Comment ça ?
Les yeux de Maeva se remirent à larmoyer.
– On te l'aura pris au parc de jeux. Tu as six ans… c'est normal !
– Mais qui me l'a pris papa ? Un autre enfant ?
– Oh non ! Si c'était ça on aurait des chances de le retrouver. À mon avis, c'est le Père Doudou. À tous les coups !
– Le Père Doudou ?
– Oui, je ne vois que lui. C'est ce qu'il fait en général dès que les enfants ont fêté l'anniversaire de leurs six ans.
La petite fille avait redressé sa tête sur l'oreiller. La tristesse n'avait pas quitté ses yeux mais elle semblait surprise. C'était la première fois de sa vie qu'elle entendait parler du Père Doudou.
– Mais il ressemble à quoi ce Père Doudou ? Il est vieux ?
– Oh la oui !
– Plus vieux que le Père Noël ?
– Bien plus vieux ! Pour te dire comme il est vieux, il est obligé de faire des nœuds dans sa barbe blanche pour ne pas marcher dessus.
– Mais je n'ai vu personne dans le parc qui ressemblait à un vieux monsieur avec des nœuds dans sa barbe.
– Ah ben ça ne risquait pas ! Personne ne l'a jamais vu. Il est bien trop malin pour ça… et bien trop occupé. Mais il a toute une armée de lutins qui prennent les doudous des enfants pour les lui ramener…
– Mais je n'ai pas vu de lutins non plus !
– Ça, je m'en doute, personne n'en a jamais vus. Discrets et rapides comme ils sont…
La petite fille était à présent assise dans son lit. Elle regardait fixement son papa. Cette histoire de Père Doudou l'intriguait.
– Mais pourquoi il est méchant comme ça ce Père Doudou ?
– Méchant ? Qui ça ? Le Père Doudou ?
– Ben oui, il faut être méchant pour voler le doudou des enfants.
– Oh non Maeva, c'est tout le contraire. Il n'y a pas meilleur homme que lui. Même le Père Noël est en admiration devant le Père Doudou.
La petite fille ouvrit grand les yeux d'étonnement.
– C'est vrai ça ?
– Je pense bien… Les jouets, c'est une belle chose… mais qu'est-ce qu'il y a de plus précieux au monde pour un enfant… à part bien sûr sa maman et son papa ?
– Son doudou… osa timidement Maeva.
– Exactement. Son doudou. Sauf que dans le monde il y a des parents qui n'ont pas assez d'argent pour acheter un doudou à leurs enfants.
– Oh, c'est triste.
– Tu as bien raison. C'est vraiment triste. Mais heureusement le Père Doudou est là pour leur en apporter un.
– Comment ça ?
– Et bien figure-toi que grâce à ses lutins, il récupère le doudou de tous les enfants devenus trop grands pour en avoir encore un – ceux qui ont plus de six ans, ajouta Yannick en faisant un petit clin d'œil à sa fille. le Père Doudou les répare… parce que tous les doudous sont un peu abîmés, et après, il les redistribue aux enfants dont les parents sont trop pauvres.
Maeva osa un petit sourire. Graziella ne put le voir. Restée dans le couloir, elle écoutait l'histoire que contait son mari. Elle n'osait encore croire que Maeva puisse s'endormir sans son doudou.
– Tu veux dire qu'il va réparer mon doudou pour le donner à un autre enfant ?
– Oui… peut-être même qu'il l'a déjà réparé. Il paraît qu'il travaille à une vitesse folle. Il faut dire qu'avec tous les doudous à réparer il a beaucoup de travail ! Bon on dit aussi qu'il sait arrêter le temps comme le Père Noël pour pouvoir tout faire. Parce que tu sais, les doudous comme le tien à qui il manque une oreille, une patte ou un œil, ça ne manque pas !
– Et comment il fait pour amener les doudous aux enfants ? Il a un traîneau comme le Père Noël ?
– Penses-tu ! ça lui plairait bien sûr mais le Père Doudou n'est pas riche. Il n'a même pas de vélo, c'est te dire. Il y a bien tous ces lutins qui lui donnent un coup de main pour réparer les doudous mais il ne possède ni rennes ni traîneau. Mais c'est un malin… et il a sa grande échelle magique !
– Une grande échelle magique ! s'étonna Maeva. Mais pour quoi faire ?
– Pour amener tous les doudous réparés dans la lune…
– Hein ! Mais comment c'est possible ?
– Tu te souviens comme maman t'a expliqué pour la lune. Que des fois elle était ronde et grosse, que parfois on ne la voyait pas et qu'à d'autres moments elle ne dessinait qu'un tout petit croissant dans le ciel.
– Bien sûr que je me souviens… lança Maeva, une certaine fierté dans la voix.
Dans le couloir, Graziella se sentit émue. C'était tellement agréable pour les parents que d'expliquer les choses aux enfants, avec des mots simples, et qu'ils s'en souviennent.
– Même que si on rajoute une barre et que ça fait un p alors c'est le premier quartier et que si ça fait un d c'est le dernier quartier.
– Exactement, bravo jeune fille, je vois que tu te souviens bien. Et bien lorsque la lune en est à son premier quartier, le Père Doudou déplie son échelle magique. Une échelle tellement magique et tellement longue qu'elle monte tout en haut dans le ciel et qu'il peut l'accrocher en bas du croissant de la lune.
– Ça n'existe pas une échelle aussi grande.
– Tu as raison… sauf celle du Père Doudou.
La petite fille semblait sceptique.
– J'aimerais bien voir ça…
– Sauf que ça n'arrivera jamais. Personne n'a jamais vu le Père Doudou lorsqu'il grimpe à son échelle pour aller tout là-haut dans la lune avec sa hotte sur le dos !
– Une hotte, lui aussi ?
– Oui, comme le Père Noël, une énorme hotte en osier, pleine à craquer, remplie de tous les doudous récupérés par les lutins que le Père Doudou a réparés.
– Et il les jette depuis la lune aux petites enfants malheureux ?
– Non, quand il arrive là-haut, il leur rend la liberté. Parce que les doudous sont tristes eux aussi.
Maeva ouvrit de grands yeux étonnés.
– Et pourquoi ils sont tristes ?
– Parce que s'ils sont contents d'avoir été réparés, ils sont aussi un peu tristes d'avoir été séparés du petit enfant chez lequel ils habitaient. C''est pour ça que le Père Doudou les emmène sur la lune. Parce que là-haut, dans le ciel, au milieu des étoiles, les doudous voient tant de belles choses qu'ils oublient leur chagrin et se remplissent d'un amour tout neuf pour l'enfant chez qui ils vont bientôt aller.
– Il leur faut longtemps pour oublier ?
– Non, juste le temps que la lune devienne ronde puis qu'elle commence à maigrir jusqu'au moment où elle dessine son dernier quartier. On va dire pendant deux semaines à peu près. Là enfin, ils sont prêts, tout brillants d'espoir pour recommencer une nouvelle vie de doudou.
– C'est à ce moment-là que le Père Doudou remonte dans la lune pour les lancer aux enfants ?
– Non, ce n'est pas possible, le croissant n'est pas dans le bon sens, il ne pourrait pas accrocher son échelle. Mais c'est encore bien plus amusant la manière dont ça se passe !
– Ah oui ! s'exclama Maeva.
– Figure-toi que lorsque la lune dessine son dernier petit croissant, les doudous montent tout en haut de la lune, ils s'assoient puis se lancent et glissent tout au long du croissant comme sur un toboggan géant. Après, ils s'envolent dans le ciel, pleins d'une lumière d'espoir arrachée à celle de la pleine lune. Enfin, ils retombent sur Terre juste devant la porte des maisons où les attend un enfant.
– C'est comme ça que vous avez trouvé mon doudou ?
Yannick ne voulut pas mentir.
– Non, avec ta maman nous avions assez d'argent. Nous avons acheté ton doudou au magasin.
Maeva prit un air malicieux.
– Mais alors, ça ne serait pas ça les étoiles filantes ? Des doudous pleins de lumière qui traversent le ciel.
– Non, les étoiles filantes existent aussi. Mais bien malin qui pourrait faire la différence entre les étoiles et les doudous.
– Mais alors papa, si on regarde dans le ciel on pourra peut-être voir passer mon doudou quand le Père Doudou l'aura réparé ?
– C'est vrai. La lune est ronde… donc d'ici… mettons une quarantaine de jours, on pourra peut-être l'apercevoir, traversant le ciel pour apporter du bonheur à un petit enfant malheureux.
– On pourra regarder papa. Dis, on pourra ?
– Je ne sais pas, il faut voir si maman sera d'accord pour que l'on veille aussi tard…
– Maman ! cria aussitôt Maeva. Tu viens, il faut que je te demande un truc.
Graziella attendit un peu avant de rentrer dans la chambre. Elle joua les étonnées.
– Oui, qu'est-ce qui se passe ?
Maeva semblait fébrile. Elle demanda, toute excitée :
– Maman, tu sais ce qui est arrivé à mon doudou ?
Yannick et Graziella échangèrent un sourire. Leur petite fille venait encore de grandir. En l'espace de quelques minutes.
Jamais ils ne remercieraient assez le Père Doudou...
_________________
J'apprécie tout particulièrement les heures pas encore mais déjà plus
http://ericgohier.e-monsite.com/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Ven 19 Fév - 06:38 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Madelicea
Adjectif enthousiaste

Hors ligne

Inscrit le: 11 Oct 2015
Messages: 118
Localisation: pas trés loin de Lyon
Féminin Gémeaux (21mai-20juin) 鷄 Coq

MessagePosté le: Sam 20 Fév - 20:57 (2016)    Sujet du message: Deuxième volet des contes de la pleine lune Répondre en citant

C'est très joli ! J'adore !

Si tu cherches le détail pas parfait, il y a des moments où les réactions des parents ne sont pas cohérentes.
Une ligne, ils sont patients, la ligne d'après agacés, puis re-patient.
Ne pourrait-on pas avoir carrément un parent plus agacé que l'autre ?

A propos d'agacement : on retrouve beaucoup agacé, énervé et énervant.

Je peux te faire des suggestions, sans paraître "agaçante" ?
SI oui, alors :

2 fois "fatiguée" dans le premier paragraphe. Remplacer par "avait épuisé la petite fille" ?

C'est quoi "la salle" ? Une salle principale ? Une salle à manger ?
On ne doit pas utiliser ce mot-là dans ma région, j'imagine, car ça ne me parle pas.

"je ne sais pas combien de fois on t'a dit que c'était à toi d'y faire attention" ou "combien de fois t'a-t-on dit d'y faire attention ?" ?

"Passer un gant sur le corps" ? Vraiment ?
Et si on admettait qu'elle a déjà pris sa douche, plutôt ?

"notre princesse à nous elle s'endorme" : enlever le "elle"

Plus au niveau du fond : 6 ans, je ne suis pas sûre que ce soit crédible.
Peut-être que 5 ans serait un âge plus adapté pour avoir à la fois une enfant qui parle correctement mais qui croit encore au Père Noël et au Père Doudou.

Voila. Je ne sais pas si tu trouveras ça utile.
Mais globalement, j'aime beaucoup cette petite soirée, tellement réaliste et en même temps, très poétique !
Revenir en haut
rascasse
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 01 Nov 2012
Messages: 663
Localisation: Frontignan (34)
Masculin

MessagePosté le: Sam 20 Fév - 23:25 (2016)    Sujet du message: Deuxième volet des contes de la pleine lune Répondre en citant

Bonsoir et merci pour ces conseils et commentaires dont je tiendrai compte. Pour ce qui est de l'âge, nous avons à la maison - nous sommes famille d'accueil - une petite fille de 7 ans qui a encore son doudou... dans un état pitoyable et qui croit dur comme fer au Père Noël, c'est pour cette raison que j'ai tranché à 6 ans, ainsi cela fait une moyenne pondérée en sachant que la maturité des uns et des autres... Un grand merci en tout cas d'avoir pris le temps de lire et annoter le texte.
_________________
J'apprécie tout particulièrement les heures pas encore mais déjà plus
http://ericgohier.e-monsite.com/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Vieufou
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2010
Messages: 2 923
Localisation: astéroïde B612
Masculin Cancer (21juin-23juil) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Lun 22 Fév - 09:30 (2016)    Sujet du message: Deuxième volet des contes de la pleine lune Répondre en citant

Madelicea a écrit:

Une ligne, ils sont patients, la ligne d'après agacés, puis re-patient.

ça, c'est que tu ne me connais pas encore... Wink
concernant les doudous et le vilain bonhomme en rouge, ma fille de 7ans a encore besoin des 2. Dernière de la fratrie, besoin de prolonger l'enfance....
Euh, j'ai encore mon nounours sur l'étagère de mon bureau, 48 ans qu'il a.... ça compte ? ze peux zouer avec vous quanmême?
_________________
Gelée, l'eau boude la langue

http://lune-ecarlate.com/produit/infemmes-et-sangsuelles/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
albert
vocable éloquent

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2016
Messages: 19
Localisation: albertville
Masculin Lion (24juil-23aoû)

MessagePosté le: Mar 3 Mai - 13:47 (2016)    Sujet du message: Deuxième volet des contes de la pleine lune Répondre en citant

bonjour vieux fou !
J'ai bien aimé ton texte. ce n'est pas un conte. Je ne vais pas me lancer dans la définition de ce genre littéraire. je le qualifierai de petit roman à lire à un enfant pour l'endormir ou parce qu'il a perdu son doudou. Il a donc un défaut majeur à mes yeux : il est trop long ! La principale préoccupation d'un auteur doit être de manier le ciseau afin de parvenir à l'essentiel. Je sais, c'est très difficile de se livrer à ce travail. Personnellement, j'écris puis je laisse mijoter mon texte (certains sont restés parfois plusieurs années au tiroir.) Quand je le retrouve, je le vois comme si je ne l'avais jamais écrit et ses imperfections m'apparaissent. je le remets alors sur l'établi et je rabote. Ton histoire est une belle histoire d'amour. j'espère en lire d'autres du même tonneau
Bien amicalement
Revenir en haut
Vieufou
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2010
Messages: 2 923
Localisation: astéroïde B612
Masculin Cancer (21juin-23juil) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Jeu 5 Mai - 06:41 (2016)    Sujet du message: Deuxième volet des contes de la pleine lune Répondre en citant

C'est pas moi l'auteur, Albert ! Wink
_________________
Gelée, l'eau boude la langue

http://lune-ecarlate.com/produit/infemmes-et-sangsuelles/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
albert
vocable éloquent

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2016
Messages: 19
Localisation: albertville
Masculin Lion (24juil-23aoû)

MessagePosté le: Jeu 5 Mai - 09:16 (2016)    Sujet du message: Deuxième volet des contes de la pleine lune Répondre en citant

Désolé ! Celui qui a écrit ce texte est ,si j'ai bien compris, preneur de critiques constructives. Si s'organise un concours pour mettre sur un podium le meilleur sous-doué pour se servir de ce forum, j'ai une chance sérieuse de tenir le haut du pavé. Ne pas être fichu de communiquer avec la bonne personne ! c'est affreux !
Participent à ce forum des écrivains mâles et femelles qui manient leurs plumes avec une grande maîtrise et d'autres, qui sont encore "en construction de leur identité d'écrivain. Je fais sans doute partie de cette seconde catégorie.
PS : Je n'aime pas, pas du tout, le nouveau mot :"écrivaine". George Sand était écrivain ! ça rime à quoi cette féminisation furieuse ? je risque de perdre ma bonne fame.
Revenir en haut
Vieufou
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2010
Messages: 2 923
Localisation: astéroïde B612
Masculin Cancer (21juin-23juil) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Jeu 5 Mai - 22:15 (2016)    Sujet du message: Deuxième volet des contes de la pleine lune Répondre en citant

je pense que ni Rascasse ni moi n'en avons pris ombrage ! Mr. Green
_________________
Gelée, l'eau boude la langue

http://lune-ecarlate.com/produit/infemmes-et-sangsuelles/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:04 (2018)    Sujet du message: Deuxième volet des contes de la pleine lune

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> COIN ECRITURE -> News de nos auteurs Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com