forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La fève du samedi soir

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Jeu N°128 -> Critiques constructives Jeu 128
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Elie
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 21 Aoû 2013
Messages: 496
Féminin

MessagePosté le: Jeu 4 Fév - 10:11 (2016)    Sujet du message: La fève du samedi soir Répondre en citant

La fève du samedi soir

Le corps rond comme un chou nappé d'une peau huileuse, et le visage doté d'un œil qui cherche à fuir l'autre, M. Raoul, cinquante ans, n'a pas un physique facile. Il compense son manque de sex-appeal par le port de beaux costumes impeccables, taillés sur mesure. Un bel emballage pour un pauvre caramel mou ! Ses cuisses grasses avaient pourtant fait sauter celles de Simone, mais la belle les avait parées en les offrant ensuite à son professeur de cuisine. Depuis, Raoul et son strabisme divergent marinent seuls dans leur pavillon. « Même pas grave ! » Son piment, Raoul l'a trouvé côté professionnel.

Car notre ami est pâtissier. Ce samedi soir, jour de l'Épiphanie, c'est lui qui a l'honneur d'apporter la galette des rois au banquet des vœux du maire de Bouillon, petite ville où il tient sa boutique. Évoluant entre les fourneaux, c'est le plus fort, le plus beau. Raoul est doué dans son métier et sa galette est réputée dans tout le canton. Cette année, il s'est surpassé pour le croustillant de la pâte et l'onctuosité de la frangipane. Raoul quête l'excellence. Il veut fondre sous les compliments. A moins qu'il ne cherche à flamber devant les beaux yeux bleus, version lagon, de Lily, secrétaire de mairie. Car M. Raoul est amoureux depuis qu'il a frôlé la main de cette femme en lui rendant la monnaie. Ça l'a piqué. Regonflé ! La cliente avait roussi, ravie, fraisant son regard sur la veste en tweed de l'élégant pâtissier, jusqu'à ce qu'elle le fasse lever sur le visage de celui-ci. Les yeux de Lily avaient alors grimacé, ne sachant à quel œil de Raoul se fier. Mais farci d'amour, notre célibataire n'avait pu voir son drôle d'air.

Il ne remarque pas non plus qu'aujourd'hui, elle l'éconduit. Dans la salle des fêtes, Lily sert les mains du gratin de Bouillon en prenant soin d'éviter celles du pauvre Raoul. Lui, mijote en attendant de la trousser. Il l'a lu dans Cuistot Magazine ; les pâtissiers sont très aimés de la gente féminine. Elle en suera pour lui dès qu'elle aura croqué la « pomme », enfin... sa fabuleuse galette.
La voici qui s'approche du buffet, hésitante. Elle saisit une part de gâteau, picore un morceau. Raoul n'en perd pas une miette. Il la voit se délecter jusqu'à la dernière bouchée. Elle le cherche des yeux, puis le salue d'un gracile coup de tête, le pouce levé. C'est cuit, ce soir notre pâtissier dînera au champagne, vue sur le lagon.
-Monsieur, qu'avez-vous ! s'inquiète d'un coup Lily, tournée vers son patron.
Les doigts portés à sa gorge, la vielle carne du maire fait le poisson avec sa bouche devant une assemblée interdite. Raoul comprend qu'il cuit à l'étouffée. Il bouscule la foule pour atteindre le malheureux et le fouette entre les omoplates. Sans succès. Le visage du maire commence à glacer. Collé dans son dos, Raoul l'enrobe de ses bras et fait pression du poing au creux de son estomac. Ce qui l'étouffe jaillit de sa bouche pour atterrir dans les mains de Lily. Le maire est sauvé, il respire à nouveau. La foule applaudit, pendant que la demoiselle observe d'un air curieux et dégoûté à la fois l'objet meurtrier : une fève en forme de bague. Elle la tend au maire. Tout penaud, celui-ci la cueille, puis se jette à l'eau. Un genou à terre, monsieur le Maire lui demande sa main. Lily étouffe une exclamation avant de lancer, al dente, un « oui ! ».

Nouvel assaisonnement d'applaudissements qui roulent tels des tambours pour les futurs mariés. Le prince de la galette, dépité, s'est fait détrôner.
_________________
Rien à dire, tout à écrire...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 4 Fév - 10:11 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Alain Kotsov
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2016
Messages: 1 398
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: Jeu 4 Fév - 14:25 (2016)    Sujet du message: La fève du samedi soir Répondre en citant

J’ai relevé deux fautes : « sert les mains », « la vielle carne du maire » ; dans la deuxième ce n’est qu’une inattention, mais la formulation est absconse. Ça conviendrait s’il s’agissait d’une chose que possède l’édile, sa chienne, sa femme… Je verrais mieux : « cette vieille carne de maire ». Si j’ai bien compris. le style est original, mais bizarre, et rend abrupt l’accès à l’histoire. J’ai eu du mal à comprendre du premier coup. Et la fin me paraît, entre autres, tachée d’invraisemblance, du moins à la première lecture, avant qu’on comprenne la justification du strabisme de l’artisan. Ça manque de points sur les I ! Le pâtissier s’arrange pour que sa dulcinée hérite de la fève, qu’elle comprenne que c’est une demande en mariage. Et comme il louche, il se goure, et l’alliance atterrit dans la bouche du maire. Et Lily, qui reçoit miraculeusement la bague dans sa pogne (on pourrait rêver plus romantique !), la tend, couverte de bave et de miettes humides, à l’élu deux fois qui saisit l’occasion de lui demander sa main poisseuse. J’ai du mal à avaler, comme l’heureux élu l’anneau d’or, une situation aussi rocambolesque. De plus, si les choses s’étaient passées comme prévu par le héros, je doute de la finesse de son scénario. Il prévoit d’offrir sa bague dans une part de gâteau, c’est un peu plus romantique que ce qui se passe après le dérapage, mais, faire ça devant tout le monde, quand on n’est pas Raymond Domenech… enfin, je ferais autrement. De plus, en plus, Raoul est conscient de son handicap visuel, tout se passe comme s’il voyait de traviole sans le savoir. Il aurait dû bétonner ses chances, quand on sait le prix de l’or. La confusion devrait avoir une cause plus plausible.

Bon, je n’ai pas été emballé, pour les raisons exprimées plus haut. Mais bravo pour la fève !
_________________

Invitation aux voyages
Pour liseuse et ordi, en Epub, en mobi, mes textes gratu-its.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Marixel
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2011
Messages: 5 296
Localisation: ...
Féminin

MessagePosté le: Jeu 4 Fév - 15:04 (2016)    Sujet du message: La fève du samedi soir Répondre en citant

Lily sert(serre) les mains : Ah ah, elle m'a échappée, celle-là ! Ou alors, tu m'as tellement transportée dans des contrées inconnues que j'ai peut-être imaginé un gigantesque banquet cannibale Mort de Rire

A vrai dire, ton texte n'a cessé de grimper les marches du podium pour en redescendre et y remonter. Mais j'ai trouvé l'écriture tellement inventive, les scènes si cocasses que je n'ai pu résister à le choisir. Et puis le titre est fantastique. Mon numéro trois.

Je renouvelle mes compliments (file des résultats). Okay
Revenir en haut
MamLéa
Modérateur

En ligne

Inscrit le: 06 Sep 2014
Messages: 3 793
Localisation: Lorraine (54)
Féminin

MessagePosté le: Jeu 4 Fév - 16:02 (2016)    Sujet du message: La fève du samedi soir Répondre en citant

Un peu trop burlesque pour monter sur mon podium, mais l'histoire est croustillante !

NB : je ne pense pas qu'une secrétaire de mairie (agent territorial, donc assimilé fonctionnaire) puisse parler du maire (un élu) comme étant son patron.
_________________
“Il écrit si bien qu'il me donne envie de rendre ma plume à la première oie qui passe.”
Fred Allen
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Alain Kotsov
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2016
Messages: 1 398
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: Jeu 4 Fév - 16:14 (2016)    Sujet du message: La fève du samedi soir Répondre en citant

Réparation d'un oubli : le titre est très bon.
_________________

Invitation aux voyages
Pour liseuse et ordi, en Epub, en mobi, mes textes gratu-its.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
danielle
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2010
Messages: 11 652
Localisation: St Etienne
Féminin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Jeu 4 Fév - 16:32 (2016)    Sujet du message: La fève du samedi soir Répondre en citant

Un titre qui donne d'emblée l'envie d'aller plus avant, une écriture qui fleure bon la cuisine des chefs, peut-être un peu trop. J'ai hésité et finalement j'ai laissé ce texte de côté, avec regret.
_________________
Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites. J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Armorique
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 4 216
Localisation: Dinan
Féminin

MessagePosté le: Jeu 4 Fév - 17:45 (2016)    Sujet du message: La fève du samedi soir Répondre en citant

Mon numéro 3. Titre excellent.
Je me suis laissée porter par cette histoire un peu abracadabrante mais très amusante.
_________________
Il vaut mieux qu'il pleuve aujourd'hui qu'un jour où il fait beau. Pierre Dac
Revenir en haut
Elie
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 21 Aoû 2013
Messages: 496
Féminin

MessagePosté le: Jeu 4 Fév - 18:10 (2016)    Sujet du message: La fève du samedi soir Répondre en citant

Merci de vos retours,

Je ne manquerai pas, Alain, de corriger ces fautes.
Je me suis moins creusée la cervelle que toi quant à mon texte. J'ai imaginé un mec laid qui voulait séduire sa belle grâce à sa cuisine. Il n'avait pas forcément prévu de la demander en mariage, juste de passer la nuit avec elle. Mais puisque le maire a eu la fève et qu'elle est en forme de bague, tout a dégénéré pour le pauvre pâtissier.

Pour le mot "patron" MamLéa, ça m'a effleuré l'esprit, puis j'ai pensé tenter le coup quand même.
_________________
Rien à dire, tout à écrire...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
ailleurs
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2014
Messages: 378
Féminin

MessagePosté le: Jeu 4 Fév - 19:10 (2016)    Sujet du message: La fève du samedi soir Répondre en citant

Une très belle histoire, très bien écrite et très amusante. Même moi je n'ai eu aucun problème à la comprendre. C'était sur mon podium (en mp)
_________________
"...la vérité et la justice sont souveraines, car elles seules assurent la grandeur des nations...tout peuple qui ne baserait pas sur elles son unique raison d'être, serait aujourd'hui un peuple condamné." Emile Zola
Revenir en haut
Elie
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 21 Aoû 2013
Messages: 496
Féminin

MessagePosté le: Ven 5 Fév - 09:13 (2016)    Sujet du message: La fève du samedi soir Répondre en citant

Merci beaucoup Marixel pour tes encouragements !

Et Ailleurs pour ton sympathique retour. (rigolo cette phrase !Elle fait tourner en rond.)
_________________
Rien à dire, tout à écrire...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
ptit lu
Modérateur

En ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 6 762
Localisation: Grenoble
Féminin

MessagePosté le: Ven 5 Fév - 14:19 (2016)    Sujet du message: La fève du samedi soir Répondre en citant

Texte cocasse qui est agréable à lire !!! J'ai beaucoup apprécié le choix du vocabulaire et les métaphores, mon numéro un.

Les coquilles ont été soulignées, je n'y reviens pas.
Revenir en haut
aimard
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 05 Nov 2012
Messages: 842
Localisation: Montreuil (93)
Masculin Gémeaux (21mai-20juin)

MessagePosté le: Dim 7 Fév - 18:02 (2016)    Sujet du message: La fève du samedi soir Répondre en citant

Mon second choix. C'est dire le bien que je pense de ce texte. Le côté cocasse m'a amusé.
_________________
Si tu trouves une route qui est sûre, suis la pendant longtemps.
proverbe Haoussa (Nigéria)
Revenir en haut
Caroline Lacanau
vocable éloquent

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2015
Messages: 26
Féminin

MessagePosté le: Jeu 11 Fév - 18:07 (2016)    Sujet du message: La fève du samedi soir Répondre en citant

je trouve ce texte très intéressant. Effectivement le titre est très bien choisi, mais comment accorder du crédit à cette remarque quand on sait que j'ai appelé mon écrit " une galette sans fève" après le dernier thème qui s'intitulait " un Noël sans sapin"(comme faute d'originalité", on ne peut pas faire mieux!) mais revenons à ton texte... Je trouve la description exceptionnelle: On les voit tes personnages, on la voit la bague! Je ne me suis pas demandé comment le personnage pouvait être certain que la bague arrive dans la part de sa dulcinée, ou comment il aurait pu faire. On comprend tout simplement qu'il voulait la demander en mariage et qu'il a été double'. Et tu nous tiens jusqu'au bout dans l'incertitude de ce qui va se produire et c'est prenant. Donc je trouve ce texte réussi et agréable...
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:02 (2018)    Sujet du message: La fève du samedi soir

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Jeu N°128 -> Critiques constructives Jeu 128 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com