forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

44 - de Valérie Brun

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> COIN ECRITURE -> News de nos auteurs
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
bay
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 07 Juin 2010
Messages: 2 572
Localisation: romorantin-lanthenay
Masculin

MessagePosté le: Mar 25 Aoû - 18:42 (2015)    Sujet du message: 44 - de Valérie Brun Répondre en citant

Le titre, on ne peut plus court, le plus court parmi la collection côté court des éditions Jacques Flament, n’évoque pas un véhicule tout-terrain, le sauveur de la Pologne prophétisé par Adam Mickiewicz, ni une pointure généreuse. Ce quarante quatre écrit en chiffres, peut-être un clin d’œil au quatre-vingt-treize de Victor Hugo, représente une année ; une du siècle passé, qui peut encore s’affranchir du préfixe mil-neuf-cent. C’est l’avant dernière de l’encore dernière guerre, celle où la déconfiture du Grand Reich parait de plus en plus inéluctable, où la Wehrmacht recule sur tous les fronts, où l’Europe occupée frémit d’impatience en attendant le débarquement anglo-américain, seconde tenaille qui, face à celle que constitue l’Armée Rouge, repoussera les forces de l’Axe à l’intérieur du territoire allemand.

En France, la Résistance voit ses effectifs augmenter de jour en jour. On sent que le vent a tourné. Les anciens maquisards se dévoilent et sont rejoints par les « résistants de la dernière heure » ; quant aux miliciens et autres « collabos », qui choisissent de ne pas retourner leur veste ou ne le peuvent plus, le pressentiment de la défaite prochaine ne fait que renforcer leurs velléités de répression. La guerre de l’ombre se fait de plus en plus violente.

Dans une petite ville de Savoie, que sa position à l’écart des grandes voies a maintenue assez isolée, où l’envahisseur nazi, après une placide occupation italienne, décide d’investir la place afin d’y détruire les nids de résistance, les habitants, qui jusqu’alors supportaient tant bien que mal les conditions imposées par la guerre, voient leur vie bouleversée par l’irruption d’un détachement allemand qui impose sa loi. L’arrogance des nouveaux venus, les réquisitions, le couvre-feu, provoquent l’exaspération de ces tranquilles montagnards ; mais il leur est impossible de manifester leur haine au grand jour, au risque d’y perdre la vie.

Le jeune Marcel, fils du cafetier âgé de quatorze ans, se désolant de l’apathie apparente de la population, décide de passer à l’action. Animé par la fougue de sa jeunesse, entrainant son jeune frère Damien à qui il confie le rôle de guetteur, il commet des actes de sabotage qui, bien que dérisoires et sans effet marquant pour l’issue de la guerre, déclenchent la fureur des soldats nazis. On cherche un coupable ; on le trouvera ; dans la personne d’un vieillard édenté, dénoncé par lâcheté, et qui ne porte aucune responsabilité dans les actions commises, mais sera fusillé sur le champ de boules. Le garçon en conçoit une grande culpabilité ; mais il faut mener le combat, jusqu’à la disparition des « doryphores ». Damien voudrait établir des contacts avec la résistance ; mais à qui se fier, dans cette ville où, à part les miliciens et les soldats, on ne sait qui est qui, et qui travaille pour qui. Où se cachent les patriotes ? Qui sont-ils ? Pierrot, l’oncle boulanger ? Qui tente de décourager les gamins en leur affirmant, entre deux torgnoles, que la guerre n’est pas de leur âge. Julien, l’instituteur ? Qui fait chanter aux élèves « Maréchal, nous voilà », mais affiche un comportement bizarre. Ou même le père de Damien ? Qui reçoit dans son bistrot collaborateurs, miliciens, soldats, et résistants, mais semble ne prendre parti pour personne. Le maire ? Peu avare de courbettes devant le colonel Schmidt…

Les résistants sont là ! Dans la ville et aux alentours. Damien réussit à surprendre leurs conversations dans un lieu caché où ils tiennent la nuit une réunion secrète. Il parviendra à réaliser son rêve d’intégrer un réseau de maquisards ; mais à quel prix !

Je n’en dirai pas plus, j’en ai déjà assez dit ; sur l’histoire, dont vous découvrirez le fin mot à la lecture du livre. Pour le reste, voici un texte qui m’a plu et intéressé. La narration est claire, le style imagé et concis, le ton bien en accord avec l’action, plutôt léger au début, plus dramatique sur la fin. Cette ambiance de fin d’occupation, où le manichéisme n’a pas sa place, n’est pas sans rappeler Uranus de Marcel Aymé, ou Lacombe Lucien de Louis Malle. Exemple d’une nouvelle réussie, et que je recommande à tous.
_________________
Livre en téléchargement GRATUIT
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mar 25 Aoû - 18:42 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
danielle
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2010
Messages: 11 651
Localisation: St Etienne
Féminin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Mer 26 Aoû - 08:43 (2015)    Sujet du message: 44 - de Valérie Brun Répondre en citant

C'est le genre de récit, comme la plupart de ceux de Valérie, qui font aimer l'Histoire ! Sur fond de vérité historique, des anecdotes poignantes servies par un style sans faille.
_________________
Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites. J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
ptit lu
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 6 761
Localisation: Grenoble
Féminin

MessagePosté le: Mer 26 Aoû - 11:15 (2015)    Sujet du message: 44 - de Valérie Brun Répondre en citant

Alors là, je suis Embarassed . Merci Bay et Danielle En plus, ce "44" a maintenant 2 fils de discussion rien que pour lui ! Quel honneur ! Mr. Green

Bay, c'est marrant en choisissant ce titre court, je pensais, non pas au grand Hugo, mais à Echenoz et à son "14", dévoré quelques mois avant l'écriture de ce "44".

Par contre, oui, j'avais Uranus de Marcel Aymé dans un coin de ma tête, pour l'atmosphère. Lire des ouvrages parus à l'époque ou dans les années qui suivirent m'aide à plonger dans une période historique, à m'en imprégner, et permet de dénicher des expressions et un vocabulaire caractéristiques.
Pour Lacombe Lucien, c'est amusant, tu n'es pas la 1ère personne à me rappeler cette histoire qui n'était plus qu'un vague souvenir dans ma tête et que je n'ai pas ravivé lors de l'écriture de cette novella.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:49 (2018)    Sujet du message: 44 - de Valérie Brun

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> COIN ECRITURE -> News de nos auteurs Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com