forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Je vous parle d'un temps…

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Jeu 118 B : Printemps des prosateurs -> Critiques constructives jeu 118 B Prose
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
MamLéa
Modérateur

En ligne

Inscrit le: 06 Sep 2014
Messages: 3 799
Localisation: Lorraine (54)
Féminin

MessagePosté le: Mar 31 Mar - 13:43 (2015)    Sujet du message: Je vous parle d'un temps… Répondre en citant

Je vous parle d'un temps…

Le printemps pointait le bout de son nez, parsemant de crocus dorés les pelouses déjà vertes des parcs publics. Il bourgeonnait par la même occasion sur le visage de Monique où les boutons d'acné brouillaient son teint clair. L'hiver semblait avoir définitivement tourné les talons. L'air était doux, le soleil de mars déjà généreux. Monique avait délaissé toute écharpe de laine, et son trench-coat s'entrouvrait sur le pull court à col roulé qu'elle portait avec une mini-jupe plissée.
Elles étudiait les lettres classiques à la faculté inaugurée l'année précédente. Les enfants du baby-boom envahissaient la ville universitaire où les chantiers se multipliaient pour accueillir une jeunesse exaltée dans de nouveaux restaurants et cités universitaires. Même le CROUS allait bientôt quitter ses locaux poussiéreux pour emménager dans un bâtiment flambant neuf.
La jeune fille avait fait ses études secondaires dans une ville voisine, obtenu son bachot série philo avec une belle mention. Du lycée de filles qu'elle avait fréquenté pendant trois ans, une dizaine de camarades s'étaient retrouvées sur les bancs d'un amphi sentant encore la peinture fraîche, à côté des garçons qui avaient peuplé depuis toujours des classes exclusivement de garçons. À cette époque, on ne mélangeait pas les torchons et les serviettes. Pour les filles qui comme elle n'avaient pas la chance d'avoir des frères, les individus du sexe opposé étaient encore un mystère.
À la rentrée de sa deuxième année universitaire, Monique avait inauguré sa seconde cité, résidence réservée bien sûr exclusivement aux filles, et crotté ses bottes en cuir dans les accès inachevés et boueux. Âgée de vingt ans, comme la plupart de ses amies, elle était encore mineure.

Elle termina un repas insipide composé de knacks roses baignant dans les lentilles trop cuites. Dans la cafétéria enfumée et bondée, elle retrouva des camarades avec qui elle s'attarda à prendre un café. Elle n'avait rien de mieux à faire ensuite que rejoindre sa chambre exiguë. Là, elle serait bien obligée de se plonger dans ses cours, éventuellement dans un roman, frémissant à la lecture du dernier tome d'Emmanuelle Arsan qui venait tout juste d'être porté à l'écran. Parfois, les étudiants parvenaient à déjouer la vigilance des concierges en pénétrant dans les chambres interdites. Ils se retrouvaient alors entre copains, à l'instar des étudiants russes de Nathalie que chantait encore Bécaud, plus souvent pour refaire le monde que pour travailler. Cette ségrégation commençait à irriter les jeunes gens.
Quand Monique pénétra dans le hall de sa cité, un groupe discutait de manière virulente avec le gardien. Elle se mêla à la conversation où il était question de liberté, de ras-le-bol et d'envie que ça change.
Le mouvement de protestation prit de l'ampleur. Un événement particulier déclencha-t-il la révolte, mettant le feu aux poudres ? Les émeutes furent organisées par l'UNEF. Un rassemblement bloqua les portes du CROUS. Monique se mêla aux sit-in organisés dans le hall de sa cité.
Après plusieurs jours de manifs bon-enfant, le droit à la mixité dans les foyers des cités fut gagné. Les concierges démotivés ayant abandonné leurs postes de garde et regagné définitivement leurs pénates, les étudiants s'arrogèrent le droit d'accéder aux chambres des filles comme à celles des garçons.

Le calme revint, provisoirement. Deux mois plus tard, l'esprit de contestation allait enflammer le pays tout entier : on était en 1968.
_________________
“Il écrit si bien qu'il me donne envie de rendre ma plume à la première oie qui passe.”
Fred Allen
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mar 31 Mar - 13:43 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Thaïs
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2013
Messages: 1 947
Localisation: Strasbourg
Féminin Sagittaire (22nov-21déc)

MessagePosté le: Mar 31 Mar - 21:28 (2015)    Sujet du message: Je vous parle d'un temps… Répondre en citant

Un petit côté documentaire, on aimerait que Monique ait plus de corps, sa personnalité gagnerait je pense à se trouver étoffée. Ici, elle suit finalement le mouvement, elle est une parmi d'autres, alors que le fait de la nommer donne envie d'en savoir plus à son sujet.

Sur mon podium néanmoins, pour l'effet nostalgie et le style efficace.
_________________
"C'est mettre nos opinions à bien haut prix que d'en faire cuire un homme tout vif" Montaigne
http://montrucenplume.over-blog.com/
Revenir en haut
MamLéa
Modérateur

En ligne

Inscrit le: 06 Sep 2014
Messages: 3 799
Localisation: Lorraine (54)
Féminin

MessagePosté le: Mar 31 Mar - 22:24 (2015)    Sujet du message: Je vous parle d'un temps… Répondre en citant

Merci... que veux-tu, c'est du vécu ! J'aurais pu me faire une autre peau...
_________________
“Il écrit si bien qu'il me donne envie de rendre ma plume à la première oie qui passe.”
Fred Allen
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
janis
Conjonction volubile

En ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 3 885
Localisation: bretagne
Féminin

MessagePosté le: Mar 31 Mar - 22:42 (2015)    Sujet du message: Je vous parle d'un temps… Répondre en citant

Moi aussi, j'ai mis ce texte sur mon podium, car j'ai senti à sa lecture monter une bouffée de nostalgie, ce qui m'a semblé être la preuve que l'évocation de "cette année-là" avait produit l'effet escompté et que le texte était réussi.
Revenir en haut
danielle
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 21 Mai 2010
Messages: 11 655
Localisation: St Etienne
Féminin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Mer 1 Avr - 08:23 (2015)    Sujet du message: Je vous parle d'un temps… Répondre en citant

Un parfum de nostalgie dans ce récit de vécu. Mais podium trop petit !
_________________
Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites. J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
MamLéa
Modérateur

En ligne

Inscrit le: 06 Sep 2014
Messages: 3 799
Localisation: Lorraine (54)
Féminin

MessagePosté le: Mer 1 Avr - 09:59 (2015)    Sujet du message: Je vous parle d'un temps… Répondre en citant

Le texte t'avais été attribué, Danielle : ça m'a à la fois fait sourire et flattée ! Il est vrai qu'il était logique qu'il soit d'une "Mamie" de plus de 65 ans ! Embarassed
_________________
“Il écrit si bien qu'il me donne envie de rendre ma plume à la première oie qui passe.”
Fred Allen
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Tonina
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2010
Messages: 3 492
Localisation: Seine et Marne
Féminin

MessagePosté le: Mer 1 Avr - 14:09 (2015)    Sujet du message: Je vous parle d'un temps… Répondre en citant

Sur mon podium, un joli parfum d'antan ( je ne peux pas parler de nostalgie, en 68, j'avais à peu près l'âge de la petite fille sur la photo, là, juste à gauche Wink ) mais j'ai pris tout de même du plaisir à lire ce texte.
Revenir en haut
Eyrlis
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 03 Sep 2012
Messages: 855
Féminin Lion (24juil-23aoû)

MessagePosté le: Jeu 2 Avr - 15:14 (2015)    Sujet du message: Je vous parle d'un temps… Répondre en citant

Pour moi, ce texte a manqué d'originalité.
Je rejoins Thaïs pour dire que le personnage principal mériterait d'être approfondi.
Mais ça se lit bien et c’est bien écrit.

_________________
"Le récit des choses douces à avoir et des jours doux à passer est vite narré, et guère passionnant à écouter ; tandis que les épisodes déplaisants, palpitants, voire affreux font souvent une bonne ou du moins une longue histoire." Tolkien
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:39 (2018)    Sujet du message: Je vous parle d'un temps…

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> Jeu 118 B : Printemps des prosateurs -> Critiques constructives jeu 118 B Prose Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com