forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Karine Giebel : « Jusqu’à ce que la mort nous réunisse »

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> COIN CULTURE -> Littérature
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Tobermory
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 26 Sep 2011
Messages: 522
Localisation: Montpellier
Masculin Gémeaux (21mai-20juin)

MessagePosté le: Sam 7 Fév - 19:33 (2015)    Sujet du message: Karine Giebel : « Jusqu’à ce que la mort nous réunisse » Répondre en citant

Sur un autre forum une lectrice se demandait à propos du « Purgatoire des innocents » de Karine Giebel, si les autres romans de l’auteur sont d’une violence physique aussi insoutenable ou s’il s’agit de violence psychologique comme dans « Juste une ombre » , Je viens de lire « Jusqu’à ce que la mort nous réunisse » et pour l’essentiel, c’est du suspense tout court et du suspens psychologique, genre dans lequel excellaient Patricia Highsmith ou William Irish. Mais contrairement aux autres que j’ai lus de cet auteur, on ne démarre pas d’emblée dans le polar, aspect qui n’apparait dans ce pavé de presque 600 pages qu’après plus d’une centaine. L’auteur prend d’abord son temps pour nous présenter ses deux personnages principaux : Vincent, guide de montagne blessé par la vie. Sa femme l’a quitté sans explications après 15 ans de mariage et il se venge en multipliant les aventures d’un soir, briseuses de cœurs. Et on devine qu’il cache aussi de lourds secrets. Servane elle, est une jeune femme qui vient prendre son premier poste à la gendarmerie du village, où elle a du mal à se faire accepter par ses collègues, tous masculins. L’auteur prend tout autant son temps pour nous décrire la petite communauté qui sert de contexte à l’histoire : un village de montagne avec ses familles, ses affinités et ses haines. La montagne est d'ailleurs elle aussi un personnage à part entière.

L’histoire policière commence vraiment lorsque Pierre, le meilleur ami de Vincent, garde au Parc régional, est retrouvé mort dans un ravin, suite à une chute dont Vincent se demande s’il s’agit bien d’un accident. Aidé de Servane, avec qui il se lie peu à peu d’amitié, sinon davantage, il cherche à découvrir la vérité. A partir de là, le lecteur trouve plongé dans un tourbillon de coups de théâtre et de révélations à triple fond qui mettent à jour les turpitudes du village : magouilles municipales, trahisons conjugales, chantages etc. Et bien sûr, plus les deux héros approchent la vérité, plus ils sont en danger.

Un polar assez long à démarrer ( tout ce début n’est toutefois pas désagréable et a le mérite de nous attacher aux personnages) mais qui ensuite devient haletant.

A trois reprises, je me suis montré plus perspicace que la gendarmette qu’on nous dit futée. N’étant pas coutumier de cette clairvoyance, je me demande si c’est l’auteur qui a trop téléphoné ses effets, ou si c’est moi qui commence a bien avoir intégré les codes du polar. Si vous lisez ce roman, vous me direz.

C’est le quatrième roman que je lis de cet auteur dont je suis devenu accro.
_________________
Entre le départ et l'arrivée, il reste beaucoup de place pour le doute.
Anita Brookner


Dernière édition par Tobermory le Dim 4 Oct - 08:37 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 7 Fév - 19:33 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
danielle
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2010
Messages: 11 652
Localisation: St Etienne
Féminin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Sam 7 Fév - 19:53 (2015)    Sujet du message: Karine Giebel : « Jusqu’à ce que la mort nous réunisse » Répondre en citant

IL va falloir que je me mette à Karine Giebel. Mais j'aimerais commencer par plus court que 600 pages. Et puis je viens de récupérer le Désespéré à la médiathèque, enfin revenu de la reliure. Je te dirai ce que j'en ai pensé, Tobermory, je l'ai commencé dans le bus, ça m'a l'air assez glauque!
_________________
Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites. J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Thaïs
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2013
Messages: 1 947
Localisation: Strasbourg
Féminin Sagittaire (22nov-21déc)

MessagePosté le: Sam 7 Fév - 20:34 (2015)    Sujet du message: Karine Giebel : « Jusqu’à ce que la mort nous réunisse » Répondre en citant

Tu peux tenter Chiens de sang, beaucoup plus court et haletant dans tous les sens du terme Mr. Green En plus, je pense qu'il devrait te plaire ...
_________________
"C'est mettre nos opinions à bien haut prix que d'en faire cuire un homme tout vif" Montaigne
http://montrucenplume.over-blog.com/
Revenir en haut
vivienp2
vocable éloquent

Hors ligne

Inscrit le: 02 Oct 2015
Messages: 3
Localisation: 47520
Masculin Poissons (20fev-20mar) 鷄 Coq

MessagePosté le: Ven 2 Oct - 23:48 (2015)    Sujet du message: Karine Giebel : « Jusqu’à ce que la mort nous réunisse » Répondre en citant

Tobermory a écrit:
Sur un autre forum une lectrice se demandait à propos du « Purgatoire des innocents » de Karine Giebel, si les autres romans de l’auteur sont d’une violence physique aussi insoutenable ou s’il s’agit de violence psychologique comme dans « Juste une ombre » , Je viens de lire « Jusqu’à ce que la mort nous réunisse » et pour l’essentiel, c’est du suspense tout court et du suspens psychologique, genre dans lequel excellaient Patricia Highsmith ou William Irish. Mais contrairement aux autres que j’ai lus de cet auteur, on ne démarre pas d’emblée dans le polar, aspect qui n’apparait dans ce pavé de presque 600 pages qu’après plus d’une centaine. L’auteur prend d’abord son temps pour nous présenter ses deux personnages principaux : Vincent, guide de montagne blessé par la vie. Sa femme l’a quitté sans explications après 15 ans de mariage et il se venge en multipliant les aventures d’un soir, briseuses de cœurs. Et on devine qu’il cache aussi de lourds secrets. Servane elle, est une jeune femme qui vient prendre son premier poste à la gendarmerie du village, où elle a du mal à se faire accepter par ses collègues, tous masculins. L’auteur prend tout autant son temps pour nous décrire la petite communauté qui sert de contexte à l’histoire : un village de montagne avec ses familles, ses affinités et ses haines. La montagne est d'ailleurs elle aussi un personnage à part entière.

L’histoire policière commence vraiment lorsque Pierre, le meilleur ami de Vincent, garde au Parc régional, est retrouvé mort dans un ravin, suite à une chute dont Vincent se demande s’il s’agit bien d’un accident. Aidé de Servane, avec qui il se lie peu à peu d’amitié, sinon davantage, il cherche à découvrir la vérité. A partir de là, le lecteur trouve plongé dans un tourbillon de coups de théâtre et de révélations à triple fond qui mettent à jour les turpitudes du village : magouilles municipales, trahisons conjugales, chantages etc. Et bien sûr, plus les deux héros approchent la vérité, plus ils sont en danger.

Un polar assez long à démarrer ( tout ce début n’est toutefois pas désagréable et a le mérite de nous attacher aux personnages) mais qui ensuite devient haletant.

A trois reprises, je me suis montré plus perspicace que la gendarmette qu’on nous dit futée. N’étant pas coutumier de cette clairvoyance, je me demande si c’est l’auteur qui a trop téléphoné ses effets, ou si c’est moi qui commence a bien avoir intégrer les codes du polar. Si vous lisez ce roman, vous me direz.

C’est le quatrième roman que je lis de cet auteur dont je suis devenu accro.


oui je suis d'accord, j'ai "tiqué" également notament la disparition de sa femme avec un mot tapé à l'ordinateur... Néanmoins, c'est du Giebel soft mais sympathique malgré tout!
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:03 (2018)    Sujet du message: Karine Giebel : « Jusqu’à ce que la mort nous réunisse »

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> COIN CULTURE -> Littérature Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com