forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum

forum du cercle maux d'auteurs
Ouvert à tous les passionnés de lecture et d'écriture!

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Un nouveau départ

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> CRITIQUES CONSTRUCTIVES JEU 116
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Maddy M.
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 6 Fév - 21:35 (2015)    Sujet du message: Un nouveau départ Répondre en citant

Marie se réveilla le corps endolori, la tête pleine de cris. Elle passa ses doigts sur son visage tuméfié et réprima le hurlement qui lui montait dans la gorge. Sans bouger, elle essaya de se remémorer la scène de la veille.

Elle regardait un programme de chansons à la télévision, quand la porte d'entrée claqua brusquement. Marie frissonna, malgré le feu de cheminée. Elle entendit des pas mal assurés qui se dirigeaient vers le salon. Là, elle vit que Norman était rentré plus ivre que de coutume. Elle se recroquevilla instinctivement sur le canapé.

Un sourire baveux sur les lèvres, Norman se mit à lui reprocher qu'elle n'était qu'une grosse feignasse puante. Marie ne répondit pas à ses provocations, elle savait qu'un rien pouvait tout faire basculer dans l'ignoble. La voyant sans réaction, il vint se poster devant le téléviseur, qu'il envoya valser d'un violent coup de pied. Le poste s'explosa avec fracas sur le sol du salon.

– Ça c'est pour ne pas avoir repassé ma chemise, grosse feignasse !! Bouge ton cul ou tu vas en prendre une !! Cria-t-il.

Marie se leva, tremblotante, en murmurant qu'elle allait lui repasser sa chemise tout de suite. Ce furent les mots de trop. Norman se rua sur elle, tel un taureau en colère, et commença à lui asséner des coups de poings et de pieds. Marie se protégeait le visage tant bien que mal. Voyant ça, Norman lui envoya un uppercut du droit, foudroyant, dans la mâchoire. Marie s'effondra sous le choc. En position fœtale, elle ramassa des dizaines et des dizaines de coups. Puis elle sombra dans l'inconscience, enfin délivrée de la souffrance, couverte d'un sang rouge vif qui s'échappait de toutes les blessures que son mari lui avait infligées.

Norman l'agrippa par les cheveux et la traîna jusqu'à la chambre à coucher, laissant derrière eux une traînée de sang qui virait au marron pisseux. Il pesta contre cette satanée garce qui dégueulassait la maison et lui fila un coup de pied dans l'une de ses épaules. Marie ne bougeait plus, comme morte, Norman la souleva telle une brindille et la jeta sur le lit. "Elle a peut-être crevé ce coup-ci…" pensa-t-il "Oh et puis merde, elle n'avait qu'à faire son travail cette grosse truie !" Il s'effondra en travers du lit, bavant comme un chien mourant de soif, et sombra dans un sommeil noir, sans rêves, sans joie.

Le jour commençait à poindre, il était temps pour Marie de quitter ce lit. Point de réflexion supplémentaire ! Elle repoussa le bras de Norman avec précaution, il ne fallait surtout pas qu'elle le réveille. Elle glissa, telle une ombre furtive, jusqu'à la salle de bain, nettoya son visage et démêla ses cheveux. Elle avait des bleus qui explosaient de toute part. Marie enfila vivement un jean et un pull noir à col roulé, enfouit ses cheveux sous un bonnet. Au salon, derrière le grand buffet, se trouvait un sac avec vêtements, argent, bijoux et quelques photos d'avant lui. Elle s'en saisit prestement, chaussa ses bottes, mis son manteau et sortit sans même se retourner sur la porte restée grande ouverte.

Un vent glacé accueillit ses plaies où quelques croûtes s'étaient formées. Elle respira profondément et enfonça ses pieds résolument dans la neige blanche qui maculait le sol. Après cinq minutes de marche, n'y tenant plus, Marie, le cœur explosant de joie cria dans le vent :

– Ça y est ! Ça y est ! Je l'ai fait ! Adieu Norman !!"

Devant elle, s'étalait alors, le magnifique tapis blanc de sa nouvelle vie où les mots viendraient s'y inscrire en filigrane.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 6 Fév - 21:35 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Thaïs
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2013
Messages: 1 947
Localisation: Strasbourg
Féminin Sagittaire (22nov-21déc)

MessagePosté le: Ven 6 Fév - 22:39 (2015)    Sujet du message: Un nouveau départ Répondre en citant

J'ai voté pour ce texte en raison de la peur blanche (jamais citée, pourtant présente) que ne peut manquer d'inspirer la brute à son souffre douleur. Le traitement du sujet m'ayant de fait semblé subtil.

Quelques suggestions, en vrac:

"le poste explosa", plutôt que "s'explosa"
"où les mots viendraient s'inscrire" plutôt que "s'y inscrire"

Et j'emploierais plutôt le plus que parfait pour la scène de baston: "elle regardait une émission.... quand la porte avait claqué..."

Très jolie formule du vent qui accueille les plaies, on imagine fort bien la sensation... Okay
_________________
"C'est mettre nos opinions à bien haut prix que d'en faire cuire un homme tout vif" Montaigne
http://montrucenplume.over-blog.com/


Dernière édition par Thaïs le Sam 7 Fév - 01:29 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
Maddy M.
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 6 Fév - 23:29 (2015)    Sujet du message: Un nouveau départ Répondre en citant

Merci beaucoup pour tes observations Thaïs. J'en prends note, car ce texte va venir s'inclure dans un roman que je suis me mise à écrire après celui-ci.

Il m'a été inspiré par ce qu'à vécu une de mes amies (2 jours avant le sujet en fait) Après l'avoir écrit, et fait lire à mon amie, je lui ai demandé son accord pour le mettre en ligne. Elle a été touchée par la justesse de la peur que l'on ressent quand on se fait battre, et m'a demandé d'aller plus loin, si je le pouvais.

Il y a encore trop de femmes qui meurent sous les coups de leurs conjoints.

Merci pour la compréhension que tu as eu sur ce texte.


Dernière édition par Maddy M. le Sam 7 Fév - 00:40 (2015); édité 2 fois
Revenir en haut
danielle
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2010
Messages: 11 653
Localisation: St Etienne
Féminin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Ven 6 Fév - 23:50 (2015)    Sujet du message: Un nouveau départ Répondre en citant

Un texte fort sur un sujet qui ne peut laisser insensible. Mais pour moi, le thème "blanc" y est apparu un peu en pointillés ou en tout cas, est apparu trop tardivement.
_________________
Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites. J. Renard
http://danielle.akakpo.over-blog.com/
Revenir en haut
Maddy M.
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 7 Fév - 00:34 (2015)    Sujet du message: Un nouveau départ Répondre en citant

Merci beaucoup pour tes remarques Danielle. Je comprends très bien que la façon dont j'ai abordé le sujet ne puisse pas être transparent pour tout le monde. C'est la loi du lectorat : tout est subjectif. ^^

Chez les Chinois, le blanc, c'est la vie, d'où ma façon d'aborder le thème du jeu.
Revenir en haut
Thaïs
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2013
Messages: 1 947
Localisation: Strasbourg
Féminin Sagittaire (22nov-21déc)

MessagePosté le: Sam 7 Fév - 01:34 (2015)    Sujet du message: Un nouveau départ Répondre en citant

Vu ces jours-ci, L'Emprise, avec l'excellente Chloé de Profilages... Le monde est fou.
_________________
"C'est mettre nos opinions à bien haut prix que d'en faire cuire un homme tout vif" Montaigne
http://montrucenplume.over-blog.com/
Revenir en haut
Maddy M.
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 7 Fév - 03:17 (2015)    Sujet du message: Un nouveau départ Répondre en citant

Je l'ai vu aussi, et quand en plus une amie te dit vivre ça depuis des années... Et bien tu franchis le pas. Oui, le monde est fou !
Revenir en haut
Armorique
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 4 219
Localisation: Dinan
Féminin

MessagePosté le: Sam 7 Fév - 12:06 (2015)    Sujet du message: Un nouveau départ Répondre en citant

Je n'ai pas réussi à entrer dans cette histoire. Le thème n'y est que trop brièvement évoqué à mon avis.
Par ailleurs, c'est bien écrit et c'est un ressenti tout personnel
_________________
Il vaut mieux qu'il pleuve aujourd'hui qu'un jour où il fait beau. Pierre Dac
Revenir en haut
MamLéa
Modérateur

En ligne

Inscrit le: 06 Sep 2014
Messages: 3 797
Localisation: Lorraine (54)
Féminin

MessagePosté le: Sam 7 Fév - 13:01 (2015)    Sujet du message: Un nouveau départ Répondre en citant

D'accord avec Armorique.
Le thème du blanc n'y est qu'indirect, c'est le noir qui domine dans cette situation.
_________________
“Il écrit si bien qu'il me donne envie de rendre ma plume à la première oie qui passe.”
Fred Allen
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Maddy M.
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 7 Fév - 16:32 (2015)    Sujet du message: Un nouveau départ Répondre en citant

Merci pour vos appréciations. Comme je le disais, l'avis d'un lectorat est subjectif. Le blanc y était présent sous la forme de la peur de la victime, ce qu'a bien ressenti Thaïs.

Le blanc n'est pas qu'une couleur, il a des formes plus subtiles, tel que la représentation de la peur, la mort ou la vie (dans certaines ethnies), le sacré, la magie, etc. La liste est assez longue.

En ce qui me concerne, ce n'est pas le noir qui domine. Mais là aussi, c'est subjectif ! ^^
Revenir en haut
Jodie
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juil 2011
Messages: 1 725
Localisation: Forêt profonde
Féminin Scorpion (23oct-21nov) 虎 Tigre

MessagePosté le: Dim 8 Fév - 15:03 (2015)    Sujet du message: Un nouveau départ Répondre en citant

On ne peut rester insensible au thème évidemment. C'est étrange, mais moi le blanc, je l'ai vu pour l'après, vierge de tout Norman. Comment se compliquer la vie selon moi-même...

PS : ton Norman, est-il un clin d'œil au Norman de Rose Madder, le roman de S. King sur une femme battue ?
_________________
God as a dead robin ; God as the eye of a dead robin ; God as your barely visible reflection in the eye of a dead robin
Revenir en haut
bay
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 07 Juin 2010
Messages: 2 572
Localisation: romorantin-lanthenay
Masculin

MessagePosté le: Lun 9 Fév - 01:08 (2015)    Sujet du message: Un nouveau départ Répondre en citant

Six places sur le podium. On peut regretter qu’il n’y en ait pas plus, mais, dura lex… Dommage pour cette histoire, un peu banale mais bien décrite, qui répond au thème de façon originale, et avec la concision qu’impose le format court.

C’est puissant, violent, excessif, clair, émouvant, bien formaté dans le cadre de la page A4. Un titre plus original, une correction des petites maladresses signalées plus haut par Thaïs, pas graves, et d’une autre, pas plus grave, que je signale parce qu’il faut bien dire quelque chose : « maculait » – la neige ne se contente pas de maculer le sol (y faire des taches, ou une grande tache) – elle couvre le sol, d’une couche uniforme, lui auraient fait gagner quelques millièmes. Quoi qu’il en soit, un texte de bonne qualité.
_________________
Livre en téléchargement GRATUIT
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Marixel
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2011
Messages: 5 296
Localisation: ...
Féminin

MessagePosté le: Lun 9 Fév - 09:28 (2015)    Sujet du message: Un nouveau départ Répondre en citant

Je n'ai pas retenu ce bon texte, ayant sélectionné ceux qui exploitaient davantage le thème. Cependant, il est fort, émouvant - on ne dénoncera jamais assez la violence faite à ces femmes qui - pour des raisons prenant souvent racine dans l'enfance - ne sont pas parties dès les premiers coups, les premières violences psychologiques. Peur ; honte d'être battue et d'en parler ; crainte des représailles ; manque de confiance en soi qui va, pour certaines, jusqu'à penser que c'est leur faute si elles se font frapper ; sentiment amoureux ; générosité, tout un faisceau de sentiments confus qui conduit, hélas, la victime à pardonner, à redonner une chance à l'homme brutal, en espérant qu'il va changer.

Bien sûr, il n'en est rien (du moins, sans thérapie) et l'habitude de cacher, de faire comme si tout allait bien, finit par prendre le dessus sur la souffrance ; le déclic du départ, de la fuite s'amorce plus rapidement quand la protection des enfants pousse la mère à réagir, à agir. Comme dans "L'emprise" où Odile Vuillemin est époustouflante et bouleversante.

Je ne reviens pas sur les petites maladresses qui ne nuisent guère au texte, excepté sur la remarque de Thaïs. Contrairement à elle qui écrit : "Et j'emploierais plutôt le plus que parfait pour la scène de baston: "elle regardait une émission.... quand la porte avait claqué..." je trouve que le passé-simple (claqua) convient bien, mieux même car sa forme brève et percutante traduit parfaitement le claquement brutal de la porte. De plus il contraste plus fortement avec la proposition principale "elle regardait une émission..." même si on imagine qu'elle ne pouvait complètement se détendre, guettant avec angoisse le retour de son compagnon.

Comme j'ai lu, Maddy, que tu souhaitais étoffer cette histoire, je vais te donner mon avis perso que j'espère constructif.

1) Les scènes de violence étant déjà très imagées, très puissantes, je trouve qu'il y a surenchère lorsque tu décris l'homme : "Il s'effondra en travers du lit, bavant comme un chien mourant de soif..".

Les brutes sont bien souvent des hommes ordinaires, des monsieur-tout-le-monde, aimables avec leurs voisins ou les étrangers, qui, en parfaits manipulateurs, isolent peu à peu leur victime en la coupant de son entourage et/ou en la faisant passer pour "folle". AMHA, les violences à l'encontre de la malheureuse seraient davantage mises en exergue si tu supprimais l'image des lèvres baveuses.

2) Dans ce passage :

Après cinq minutes de marche, n'y tenant plus, Marie, le cœur explosant de joie cria dans le vent :

– Ça y est ! Ça y est ! Je l'ai fait ! Adieu Norman !!"


La réaction de Marie me semble disproportionnée, voire décalée par rapport à son état psychique. Vu l'horreur de la scène de violences, on en déduit qu'elle vit sous terreur permanente, depuis longtemps, c'est une femme en perpétuel danger de mort, une femme qui survit, elle ne vit plus vraiment. Une femme perdue qui n'a plus de repères. Une femme épuisée, brisée. Si ce n'était pas le cas, si son bourreau ne la pensait pas totalement soumise, asservie, il fermerait la porte à clé quand il s'absente.

Là - et tu es vraiment bridée par les 3500 caractères - on aurait envie de savoir ce qui a provoqué le déclic, pourquoi ce jour-là, elle s'est dit "stop, ça suffit !" - pourquoi elle a trouvé le courage de partir, en sachant que s'il la surprenait, il la tuerait.

Alors, bien sûr, il y a le sac, les bijoux, les papiers qui montrent les préparatifs de sa fuite (peut-être soutenue par une amie, une voisine, une association d'aide aux femmes battues...), mais quand même, je ne pense pas qu'elle aurait trouvé l'énergie d'exploser de joie, de se réjouir de sa victoire de cette façon-là : en défiant ainsi son bourreau, et, surtout, aussi vite. Plus tard, oui, mais pas au moment T de la fuite.

Je la verrais plutôt, la gorge nouée d'angoisse, le coeur palpitant, refermer la porte, marcher sur le trottoir ou le bas-côté du chemin, afin de ne pas imprimer ses pas dans la neige vierge, en essayant de se faire petite souris, puis courir sans se retourner, envahie de pensées terrifiantes - et si le monstre rentrait à l'improviste, et s'il était à ses trousses ? - puis, au fur et à mesure que l'horreur s'éloigne, elle sentirait l'étau se desserrer, les élans de vie revenir, peu à peu, et germer un sentiment de fierté.
Revenir en haut
Thaïs
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2013
Messages: 1 947
Localisation: Strasbourg
Féminin Sagittaire (22nov-21déc)

MessagePosté le: Lun 9 Fév - 13:46 (2015)    Sujet du message: Un nouveau départ Répondre en citant

En fait, Marixel, j'ai cru comprendre que la porte avait claqué dans la scène de la veille, qu'il s'agissait de la description de cette scène de la veille. Si l'on conserve le passé simple pour Marie se réveilla et la porte claqua, on reste dans le même espace temps et l'événement "porte" succède au réveil.

Dans le cas contraire (description de la veille) je trouve étrange qu'elle se réveille au passé simple et que la porte claque aussi au passé simple, puisqu'il s'agit d'un souvenir dans le souvenir.

Non ?
_________________
"C'est mettre nos opinions à bien haut prix que d'en faire cuire un homme tout vif" Montaigne
http://montrucenplume.over-blog.com/
Revenir en haut
Marixel
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2011
Messages: 5 296
Localisation: ...
Féminin

MessagePosté le: Lun 9 Fév - 14:18 (2015)    Sujet du message: Un nouveau départ Répondre en citant

Au temps pour moi, Thaïs ! Embarassed

Oui il s'agit d'un fait antérieur puisque la scène relatée s'est produite la veille, donc tu as raison !

Ce matin, j'ai fait la critique sans regarder les notes prises au cours de la lecture, je viens de voir que j'avais noté pour cette phrase : souci de concordance des temps, il fallait utiliser le plus-que-parfait.

Marixel et encore le 1, c'est juste pour l'encre !
Revenir en haut
MamLéa
Modérateur

En ligne

Inscrit le: 06 Sep 2014
Messages: 3 797
Localisation: Lorraine (54)
Féminin

MessagePosté le: Lun 9 Fév - 15:19 (2015)    Sujet du message: Un nouveau départ Répondre en citant

Je soulignerai une certaine invraisemblance dans cette histoire : comment cette femme en grande souffrance, qui prémédite sa fuite (elle a préparé quelques affaires) parvient-elle à trouver le sommeil ?

Confrontée à une situation comparable, une personne de ma connaissance, hélas très proche, a appelé la police, qui a pu constater l'état d'ivresse du mari, les traces de coup (à certifier par un médecin ensuite) et embarquer le tortionnaire encore ivre, menotté. Il n'a pas été autorisé à rentrer chez lui, a été jugé, et a été tenu éloigné de sa femme et de ses enfants avec interdiction de se "pointer" au domicile familial.

La personne n'a pas vu le grand blanc devant elle, mais au contraire une longue période avec bien de soucis à régler. 15 mois plus tard, le divorce n'est pas encore prononcé...

Après, je veux bien comprendre que chaque femme battue réagisse différemment.
_________________
“Il écrit si bien qu'il me donne envie de rendre ma plume à la première oie qui passe.”
Fred Allen
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Maddy M.
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 9 Fév - 21:26 (2015)    Sujet du message: Un nouveau départ Répondre en citant

@ Jodie : Oui, c'est un clin d'oeil. S. King étant un romancier que j'aime beaucoup.

@ Bay : Merci pour tes remarques très intéressantes. Pour moi, la neige maculait le sol, dans le sens où elle faisait tache avec la situation, mais ce n'est qu'une appréciation personnelle. ^^

@ Marixel : Merci sincèrement pour ton développement très précis. Ce texte n'entrera pas dans le roman que je suis en train d'écrire, tel qu'il est. La limitation des 3.500 signes a été pour moi un gros soucis, je l'avoue. Je ne suis pas habituée à écrire des textes aussi petits. Je n'ai donc pas pu exprimer le pourquoi du comment, et ce fut une frustration quelque part. Ce qui est bien, car maintenant, je peux me consacrer plus à cette histoire sans aucune limitation. Et ça avance bien ! Je prends note de tes remarques, elles me seront utiles.

@ MamLéa : Marie ne s'endort pas, elle s'effondre sous les coups, donc elle perd connaissance. Ce qui, à mon sens, n'est pas du tout la même chose.
Je suis désolée pour ton amie. Je sais le parcours du combattant que cela peut être, tous mes vœux de réussite à celle-ci.
Revenir en haut
MamLéa
Modérateur

En ligne

Inscrit le: 06 Sep 2014
Messages: 3 797
Localisation: Lorraine (54)
Féminin

MessagePosté le: Lun 9 Fév - 21:41 (2015)    Sujet du message: Un nouveau départ Répondre en citant

Maddy M. a écrit:
@ MamLéa : Marie ne s'endort pas, elle s'effondre sous les coups, donc elle perd connaissance. Ce qui, à mon sens, n'est pas du tout la même chose.

D'accord avec toi, mais c'est ce que j'avais compris quand tu as écrit au début "Marie se réveilla"... pourtant, tu avais bien précisé qu'il l'avait jetée sur le lit, la croyant morte... et qu'il s'était effondré à ses côtés.
_________________
“Il écrit si bien qu'il me donne envie de rendre ma plume à la première oie qui passe.”
Fred Allen
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Maddy M.
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 10 Fév - 13:48 (2015)    Sujet du message: Un nouveau départ Répondre en citant

C'est de ma faute, j'aurai dû écrire "Marie s'éveilla', je pense que ça n'aurait pas prêté à confusion. ^^
Revenir en haut
Marixel
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2011
Messages: 5 296
Localisation: ...
Féminin

MessagePosté le: Mar 10 Fév - 14:05 (2015)    Sujet du message: Un nouveau départ Répondre en citant

Maddy M. a écrit:
C'est de ma faute, j'aurai dû écrire "Marie s'éveilla', je pense que ça n'aurait pas prêté à confusion. ^^


Comme tu as écrit "Marie se réveilla le corps endolori, la tête pleine de cris." cela m'a paru tout à fait plausible, à vrai dire je ne m'y suis pas arrêtée. A force d'avoir pleuré, à bout de désespoir et de fatigue, elle a forcément sombré dans de brèves phases de sommeil, entrecoupé de cauchemars.

Je trouve constructives ces impressions diverses autour d'un texte qui permettent à l'auteur de se questionner.
Revenir en haut
Thaïs
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2013
Messages: 1 947
Localisation: Strasbourg
Féminin Sagittaire (22nov-21déc)

MessagePosté le: Mar 10 Fév - 14:23 (2015)    Sujet du message: Un nouveau départ Répondre en citant

Pour la petite histoire, si l'on a coutume d'entendre qu'en cas de gros soucis les gens ne ferment pas l'oeil de la nuit, c'est pour certains tout le contraire, les coups durs les assomment. Le sommeil est une fuite, un abri.

De la même manière qu'il en est qui ne peuvent plus rien avaler, d'autres qui se consolent en se gavant...

Que Marie pique un roupillon ne m'a donc pas du tout étonnée.
_________________
"C'est mettre nos opinions à bien haut prix que d'en faire cuire un homme tout vif" Montaigne
http://montrucenplume.over-blog.com/
Revenir en haut
Maddy M.
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 10 Fév - 16:00 (2015)    Sujet du message: Un nouveau départ Répondre en citant

En fait, elle s'est évanouie sous les coups, et tout naturellement le sommeil c'est installé. C'est comme ça que je voyais la chose. ^^
Oui c'est très intéressant les remontées que l'on peut recevoir, car ça nous permet de nous remettre en question.
Revenir en haut
janis
Conjonction volubile

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2010
Messages: 3 884
Localisation: bretagne
Féminin

MessagePosté le: Jeu 12 Fév - 18:08 (2015)    Sujet du message: Un nouveau départ Répondre en citant

j'ai apprécié ce texte à cause de l'émotion qu'il dégage et de l'empathie que sa lecture fait naître à l'égard de la malheureuse héroïne, mais, malgré ses qualités, je ne l'ai pas retenu sur mon podium car il m'a semblé ne pas répondre au thème proposé.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:27 (2018)    Sujet du message: Un nouveau départ

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du cercle maux d'auteurs Index du Forum -> ARCHIVES générales -> Archives des jeux d'écriture -> CRITIQUES CONSTRUCTIVES JEU 116 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com